topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30 juin 2008

SOS pour l'école Ivoirienne

1c01e32b9f0e798771a74ea70ef4a536.jpg

Monsieur le Ministre de l'éducation Nationale

Les vacances scolaires s’annonce déjà pour les lycéens aux portes des universités et grandes écoles, avec la fin ce Vendredi 27 Juin 2008, des différentes épreuves de l’examen de fin de cycle qu’est le Baccalauréat.
Pour ceux-ci, c’est aussi la période stressante d’attente des résultats avec son corollaire d’inquiétude, de calculs et de projections de toutes sortes en cas de succès ou non.
Cependant, les nouveaux et heureux détenteurs de ce nouveau sésame sont depuis quelques longues années en Afrique noir sub-saharienne, des laissés pour compte confrontés à des difficultés non négligeables tendant à les ralentir voir mettre un terme à leurs cursus universitaire.
L’école en Afrique Noir est malade, à l’agonie on pourrait dire par manque d’infrastructures et de personnel. Cependant les spots sont dirigés ailleurs, loin de cette jeunesse scolaire et estudiantine censés tenir les rênes de nos nations et les conduire sur les sentiers du développement et du progrès tous azimuts.

Dans un pays comme la Côte d'Ivoire par exemple:
Comment peut-on prévoir 3 à 4.000 places chaque année dans les universités pour plus de 145.000 candidats au BAC (145.826 candidats cette année) dont approximativement un peu plus de 10.000 nouveaux bacheliers ?
Comment peut on être admis au BAC et ne pas être orienté ni dans une université, ni dans une grande école ? (On fait quoi si on n'a pas de quoi s'inscrire dans le privé pour pouvoir continuer ses études)
Comment peut-on commencer une année universitaire avec plus d'un an et demie de retard ?
Pourquoi oblige-t-on des étudiants à faire cours à l'air libre ?
Pourquoi des étudiants sont-ils quelques fois obligés de passer leurs nuits dans des escaliers des bâtiments universitaires alors que des non-étudiants occupent des chambres dans les cités universitaires ?
Cherchez-vous à comprendre pourquoi un grand nombre d’étudiantes vivant dans les cités universitaires est quasiment obligé de s’adonner au plus vieux métier du monde pour arriver à s’en sortir en attendant de finir les études ?
Donnez-moi des esquisses de réponses...

Commentaires

Très touchant ton S.O.S, et tellement vrai. Il est grand temps de rediriger les spots vers les zones obscures des réalités africaines. On devrait faire de ton texte une pétition diffusée à toute la diaspora et la blogosphère et +++. Je te mets en lien.
Peace.

Écrit par : Kwaame | 01 juillet 2008

Merci frère Kwaamer. Pourvu que le message passe en vue d'un changement radical.
C'est triste et affligeant mais c'est la triste réalité que nous vivons ici.
Tous fout le camp dans nos pays, mais il faudrait pouvoir sauvegarder l'école qui pourrait etre le socle d'un nouveau départ pour l'Afrique dans cette ère de mondialisation à grande vitesse.

Écrit par : Claudus | 02 juillet 2008

Merci Claudus pour tes mots chez moi.
Je suis ton blog depuis ton arrivée dans le village et je dois dire que j'apprécie ta profondeur et ton éloquence.

Sur le sujet du jour, j'ai tendance à penser que le retour à la paix dans notre pays devrait débloquer un certain nombre de situations, dont celle là.
Espéreons que je ne pêche pas trop par excès de naïveté.

Écrit par : Djé | 02 juillet 2008

Merci pour la mise en lien Claudus :)

Écrit par : Kwaame | 02 juillet 2008

Merci Djé. Je reçois ton commentaire avec humilité et honneur.
Merci pour tous ce que tu fais sur ton blog et partant de là, pour la Côte d'Ivoire et l'Afrique dans toute sa diversité. Merci & Bravo.

Concernant l'école Ivoirienne, c'est vrai que le possible et souhaité "nouvel élan" qui naitra après la fin totale de la guerre, pourrait donner un souffle nouveau pour aider le système éducatif à sortir de ce marasme qui, si nous n'y prenons garde, prendra une tournure dévastatrice.
Le système éducatif Ivoirien à besoin de faire sa mue avec la corruption qui y a trouvé une place et qui l’empoisonne depuis « les poils absorbants de la racine » jusqu'à « la cime ».
Chacun de nous doit à sa manière, apporter sa pierre pour l’édification d’une école nouvelle en Côte d’Ivoire.

Écrit par : Claudus | 02 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.