topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30 juin 2008

SOS pour l'école Ivoirienne

1c01e32b9f0e798771a74ea70ef4a536.jpg

Monsieur le Ministre de l'éducation Nationale

Les vacances scolaires s’annonce déjà pour les lycéens aux portes des universités et grandes écoles, avec la fin ce Vendredi 27 Juin 2008, des différentes épreuves de l’examen de fin de cycle qu’est le Baccalauréat.
Pour ceux-ci, c’est aussi la période stressante d’attente des résultats avec son corollaire d’inquiétude, de calculs et de projections de toutes sortes en cas de succès ou non.
Cependant, les nouveaux et heureux détenteurs de ce nouveau sésame sont depuis quelques longues années en Afrique noir sub-saharienne, des laissés pour compte confrontés à des difficultés non négligeables tendant à les ralentir voir mettre un terme à leurs cursus universitaire.
L’école en Afrique Noir est malade, à l’agonie on pourrait dire par manque d’infrastructures et de personnel. Cependant les spots sont dirigés ailleurs, loin de cette jeunesse scolaire et estudiantine censés tenir les rênes de nos nations et les conduire sur les sentiers du développement et du progrès tous azimuts.

Dans un pays comme la Côte d'Ivoire par exemple:
Comment peut-on prévoir 3 à 4.000 places chaque année dans les universités pour plus de 145.000 candidats au BAC (145.826 candidats cette année) dont approximativement un peu plus de 10.000 nouveaux bacheliers ?
Comment peut on être admis au BAC et ne pas être orienté ni dans une université, ni dans une grande école ? (On fait quoi si on n'a pas de quoi s'inscrire dans le privé pour pouvoir continuer ses études)
Comment peut-on commencer une année universitaire avec plus d'un an et demie de retard ?
Pourquoi oblige-t-on des étudiants à faire cours à l'air libre ?
Pourquoi des étudiants sont-ils quelques fois obligés de passer leurs nuits dans des escaliers des bâtiments universitaires alors que des non-étudiants occupent des chambres dans les cités universitaires ?
Cherchez-vous à comprendre pourquoi un grand nombre d’étudiantes vivant dans les cités universitaires est quasiment obligé de s’adonner au plus vieux métier du monde pour arriver à s’en sortir en attendant de finir les études ?
Donnez-moi des esquisses de réponses...

Mission de la Nasa sur la lune : Un jeune ivoirien associé à la recherche

085b9507b6c88b8836969ede04167125.jpg


Parti aux Etats Unis après trois années passées à l'Institut national polytechnique Houphouet-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro, N'Guessan Hartmann fait honneur à la Côte d'Ivoire à travers ses résultats scolaires à l'université de Lamar, à Beaumont, au Texas ( Etats-Unis). Il vient d'être coopté par son professeur, Docteur Jim Jordan, pour être son assistant sur un projet sous supervision NASA, portant sur la prochaine mission sur la lune.
Etudiant au département "Earth And Space Science", c'est-à-dire le département de la terre et de l'étude de l'espace, il suit des cours de géologie, pétrole et d'études de l'espace. Il est à sa dernière année du bachelor (maîtrise).
Hartmann se sent honoré par cet éminent chercheur. "Il m'a fait confiance au regard de mes résultats académiques qui, dans la grille d'appréciation de l'université de Lamar, sont assez éloquents. Mon professeur, le Docteur Jordan, qui m'a pris dans la matière "Space Science" ou Science spatiale, a jugé que j'étais apte, parmi ses étudiants, à être associé à cette étude concernant la prochaine mission de la NASA sur la lune ". En fait, le choix de Dr Jim Jordan a surtout été guidé les résultats de N'Guessan Hartmann dans la matière "orbital and celestial mechanics", dispensé par docteur Lee Allen Coggins qui, lui, travaille aussi à la Nasa. " J'ai eu une moyenne de 20 sur 20 dans sa matière", indique ce jeune ivoirien. Qui nous apprend que les scientifiques pensent qu'il y a de la glace au pôle sud de la lune. Si cela est vérifié, on pourra en déduire une possibilité de vie humaine sur la lune.
A l'extension, vu que la lune n'a pas d'atmosphère, cette base lunaire pourrait permettre une lutte contre l'actuelle crise d'énergie à travers l'obtention d'Hélium 3.


Ce projet scientifique a donc pour but d'apporter une réponse plus claire à la question. Sa contribution à cette recherche en tant qu'assistant ? " Je travaille sur le spectromètre à neutron, un appareil qui permet de déterminer le flux d'hydrogène dans un environnement donné. En l'occurrence pour cette étude, ce travail doit déterminer avec une meilleure résolution, le flux d'hydrogène présent en différents points du pôle sud de la lune. Cet appareil travaille, en parallèle, avec le spectromètre de masse sur lequel bosse le Docteur Jim Jordan, et qui permet de déterminer les isotopes, dont l'un des avantages est de donner une idée de la provenance des éléments mesurés. Ce jeune de 23 ans qui séjourne actuellement en Côte d'Ivoire fait partie des doués au regard de ses performances scolaires qui l'ont hissé à la fois sur la "dean list " et la " president's list ".
Au vu de ces résultats, il a été proposé comme membre de la société d'honneur Phi Kappa Phi qui est une organisation regroupant les élites. Pour ce qui est des critères globaux, il a obtenu un "cumulate grade point average" (GPA) ou moyenne générale de 19,20 sur 20.. Bénéficiant des prix "Renfro and stirling" obtenus dans le cadre d'un concours organisé par l'entreprise pétrolière Haliburton à l'intention des étudiants, cette société participe au tiers de ses frais de scolarité sur deux semestres.
De quoi soulager ses parents. Mais pour un tel modèle d'étudiant, l'apport de l'Etat au financement des frais d'écolage ne serait pas un gâchis.

Gooré Bi Hué
Source : FratMat

19 juin 2008

REMOUS DANS LA FILIERE CAFE-CACAO: TAPE KOULOU VEUT PROFITER DE LA « CHASSE AUX SORCIERES »

ff0c2f1cc9c99ac1d97bb4d5f70b6e00.jpg
Cette opération de nettoyage au niveau de certaines institutions Ivoirienne est la bienvenue et mon souhait serait qu’elle s’étende et dure dans le temps pour espérer éradiquer cette gangrène qu’est la corruption jusqu'à la racine.

Que le Président Gbagbo l’utilise comme atout pour sa campagne électorale ou non, je n’y vois pas un inconvénient particulier au niveau du quotidien des individus vivant sur le territoire Ivoirien ou y possédant des intérêts.

150906bc067d192f85a7446df7807b5f.jpg

Concernant ce veinard et fanfaron qu’est Tapé Koulou, ce n’est qu’un parvenu de la période de guerre.
Ayant su avec ruse, profiter de certaines largesses à plusieurs niveaux (à cause de sa pseudo lutte patriotique) pour se constituer une petite fortune, la guerre tirant vers la fin, son journal de propagande tombé aux oubliettes et surtout n’ayant plus d’autre « fond de commerce» il essaya de se rabattre sur la très lucrative filière Café-Cacao nouvellement libéralisé alors que ne possédant même pas un pied de ces produits.
Il essuya un terrible revers et alors de soit disant « patriote dévoué » il passa à contestataire virulent car ne percevant plus sa rente de patriote et n’ayant pas pu se faire sa place au niveau du lobby du cacao.

Moment choisi alors pour se jeter de pleins pieds dans l’arène politique avec son parti politique méconnu le « Front pour l’initiative démocratique (Fnid) ».
Ne connaissant rien à la politique et cherchant une autre porte de sorti pour s’afficher, cette « chasse aux sorcières » au niveau de la filière Café-Cacao qu’il voulait s’approprier lui donne le mirage de sa seconde chance au niveau de ce secteur juteux.
Alors il commence à faire des révélations et à porter des accusations pour s’attirer certaines faveurs.
Si celles-ci sont vraies et prouvables alors qu’il se mette à la disposition de l’état dans le cadre formel de la justice et de manière désintéressé afin de faire avancer l’enquête au lieu de vociférer de possible affabulation dans le presse juste pour faire le beau.
La Côte d'Ivoire n'a plus besoin de ce genre d'énergumène qui ne sert que sa propre et unique cause en parasitant ses congénères.

Cliquez Ici, Pour lire les soit disant secrets livrés par Tapé Koulou Laurent

17 juin 2008

Le fabuleux parcours politique de Barack Obama

e76f14037d743d6049686847807c099e.jpg

Plus qu’un nom, plus qu’un homme avec une histoire aussi invraisemblable que prodigieuse , B. Obama incarne pour moi, « La Démocratie vrai » dans un pays aussi complexe et traumatisé que les USA. Bravo Monsieur

Menace sur le processus de paix : 1050 soldats paralysent Bouaké

33536998e5ce36b0ef10f69c2775432f.jpg
Les populations de la ville de Bouaké, sorties hier matin pour vaquer à leurs préoccupations, ont dû regagner précipitamment leur domicile. Pour la simple raison que, selon les chiffres du commandant Chérif Ousmane, 1.050 ex-combattants démobilisés des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN), regroupés depuis le 02 mai dernier, au camp du 3e bataillon d’infanterie de Bouaké dans le cadre du processus de désarmement, se sont déportés au centre ville. Au rond point de la gare routière, situé en face de la préfecture de police, ils ont dressé des barricades à l’aide de barres de fer, de cailloux, de pneus et de tables qu’ils ont incendiés pour protester contre leurs conditions difficiles de vie en caserne; paralysant du coup la ville de Bouaké.

Ces manifestants reconnaissables par leur tee-shirt de couleur rouge et vert qu’ils portaient, réclamaient le versement de leur prime d’allocation forfaitaire de 90.000 francs Cfa. Le paiement de cette prime, disaient-ils en chœur, accuse aujourd’hui un retard d’un mois et demi. Selon eux, au moment où la Côte d’Ivoire tend vers la sortie de crise, il n’est pas normal que ceux qui ont combattu auprès des Forces nouvelles soient des laissés-pour-compte. Dans leur colère et munis d’armes blanches, de gourdins, de barres de fer et de fusils de chasse, ils ont arraché plusieurs véhicules dont des taxis-ville à leurs propriétaires dont celui de M. Coulibaly Inza, sous-préfet de Languibonou. Pour éviter que leurs magasins et boutiques soient mis à sac par les manifestants surexcités, par précaution, les commerçants et les commerçantes ont baissé pavillon et sont rentrés la mort dans l’âme chez eux. A telle enseigne que la ville de Bouaké, durant la matinée d’hier, ressemblait à une ville morte. Mais à la mi-journée, le calme est revenu et les ex-combattants, mécontents, ont regagné leur base de regroupement du 3e bataillon grâce à l’intervention du commandant de la zone 3, le chef de bataillon Chérif Ousmane.
Celui-ci, reconnaissant la situation difficile des ex-combattants, leur a demandé pardon au nom de l’état-major des FAFN et de toute la grande famille des Forces nouvelles. Car, précise-t-il, la manifestation n’était pas faite «sciemment» ni «dirigée». Toutefois, il leur fait savoir que cette situation ne dépend pas de la zone 3 encore moins de l’état-major et du secrétariat général des Forces nouvelles. Mais que ce problème se situe au niveau de l’Etat de Côte d’Ivoire qui éprouve en ce moment quelques difficultés de trésorerie. Néanmoins, il a indiqué que se tiendra aujourd’hui à l’état-major des FAFN une importante séance de travail au cours de laquelle tous les problèmes concernant le regroupement seront débattus de fond en comble pour qu’une solution définitive soit trouvée aux maux qui minent le processus de désarmement dans les zones Forces nouvelles. Signalons qu’en fin d’année dernière, deux manifestations similaires menées par, d’une part, des ex-combattants et d’autre part, des chasseurs traditionnels communément appelés «dozo» et des engagés volontaires, ont paralysé Bouaké, l’ex-fief de la rébellion.

Source: Adjé Jean Alexis - Fraternité Matin

Mon point de vue:
Menace sur le processus de paix : 1050 rebelles paralysent Bouaké.
C'est trop irresponsable ce genre de jeux de mots : ex-combattants, ex-fief de la rébellion, Forces armées des Forces nouvelles...

Il faut en finir avec cette tendance récurrente consistant à ce voilé la face pour faire plaisir à ces rebelles. Le président du FPI Mr Pascal Affi N’Guessan est même allé plus loin dans la bêtise en disant à Kouto : « Zone ex-gouvernementale » pour parler de la partie du pays occupé par les rebelles.
Oui, on veut tous la paix, mais pas à ce prix.