topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

04 août 2008

Le Sarkopéssimisme de l’Afrique (2)

5755926e0b0ed93d3d7c7a01569f8b69.jpg

Tous ce que l'Afrique vie aujourd'hui est parti de la faiblesse de nos ancêtres et à ce niveau on ne doit plus s'en prendre à l'homme blanc parce qu’il a été plus intelligent, plus entreprenant et plus fort.
L’homme blanc était un conquérant, un aventurier, un homme qui prenait beaucoup de risques, un visionnaire, un inventeur… C’est tout à son honneur
Pleurer, accuser, insulter, sans jamais se remettre en cause… tel est la démarche de l’homme noir pour justifier sa situation actuelle dans le monde :
Cela nous a apporté quoi de bon ? Rien mais on ne change pas de stratégie.
« Seul le travail paye » et à ce niveau nous ne sommes pas des experts en la matière tant on est habitués à se contenter de peu et même de presque rien.
On a cru à une Afrique nouvelle dans les années 60 avec le vent d’ "Indépendance" qui souffla sur nos pays. Indépendance ? Laquelle ? Là aussi se trouve un autre grand débat.
On a vue l’ascension de nouveaux leaders politique Noir-Africain avec pour ambition de redorer le blason de cette Afrique humilié par la traite négrière et la colonisation et le travail forcé sans rémunération.
Cependant ils ne se sont pas montrés plus intelligents que nos ancêtres et ça, ce n’est pas la faute aux blancs qui ont réussi à faire fonctionner les choses à leur avantage. Ce ne fut qu’une indépendance factice et jusqu'à ce jour, c'est-à-dire 48 ans plus tard, on en subit les conséquences mais on ne fait pas grand-chose pour sortir de cette situation calamiteuse.
Qui est l’homme noir aujourd’hui ? Rien qu’une pâle copie de l’homme blanc le plus minable.
Loin de subir une certaine forme de complexe d’infériorité, je met en lumière un malheureux constat : regarder autour de vous…
C’est triste mais il faut avoir la force mentale et le courage de «reconnaître » cette affligeante réalité avant de pouvoir nous donner de nouveaux objectifs et se donner les moyens de les atteindre.
Je trouve insultant pour cette Afrique qui se meurt, qu’un Africain soit assis confortablement dans un restaurant sur les « Champs Elysées » pour critiquer Sarkozy et parler de développement de l’Afrique alors qu’il à tous ses comptes bancaires en Suisse.
Le Blanc cueille chez lui et vient cueillir en Afrique pour aller assurer son autonomie tous azimuts et la pérennité de sa nation, tandis que le noir qui ne cueille nulle part d’autre que ce que le blanc lui laisse, va encore déposer sa maigre moisson dans les pays occidentaux.
Et on espère ainsi aller de l’avant ?
Le Noir au lieu de trouver des solutions durables à ses problèmes, fuit son continent par tous les moyens possibles même au péril de sa vie pour aller lécher les bottes de son persécuteurs d’hier et pleure quand on lui lance « Saleté de nègre »
Et on espère ainsi être respecté dans le monde ?
On parle, on parle, on se dit aussi intelligent que le blanc voir plus intelligent que lui, mais on se comporte comme de vrais plouks.
Il aurait été plus intelligent pour les Africains de dire Merci à Nicolas Sarkozy après son intervention de Dakar, car il a eu le courage de dire au grand jour, la salle vérité qui est la notre.
Mais comme on n’a pas envie de prendre un bain, on se fâche parce qu’il nous dit qu’on n’est pas très propre, et on veut lui demander, pas de nous aider à nous lavez, mais de nous lavez avec du très bon savon car se seraient ses parents qui nous auraient sali.
Comme le dit un livre Saint : « Aide toi et Dieu t’aidera »

01 août 2008

Le Sarkopéssimisme de l’Afrique

0b3a2438c60c5f8e01238a8b297dca5f.jpg

« On ne peut accueillir toute la misère du monde » dixit Nicolas Sarkozy, président de la république Française.
Ici ‘ON’ désigne la France dont l’homme qui parle est l’actuel plus haut représentant.
Il dit ce qu’il pense et qu’on l’accepte ou non, qu’on aime ses idées ou non, qu’on aime sa personne ou non, admettons qu’il a le droit de dire ce qu’il pense être bon pour le bien être de ces congénères.
J’ai comme beaucoup de jeunes Africains, lu le discours prononcer par Nicolas Sarkozy à l’université de Dakar , le 26 Juillet 2007.
J’ai aussi suivit par la suite le Tsunami de commentaires "d’intellectuels" de tous bords (Africains, Français…) répondant à Sarkozy après les propos soit disant racistes et insultants envers les noirs qu’il aurait proférer sur le sol Africain.
Comme on le dit chez moi, « La vérité rougit les yeux, mais ne les cassent pas ».
Je pense qu’il n’a fait que dire la vérité, sa vérité.
Je respecte les réactions parfois virulentes des uns et des autres, mais je n’arrive toujours pas à les comprendrent. D’aucun dirait que je ne suis pas suffisamment intelligent pour comprendre : je demanderais alors une explication plus accessible à cet érudit.
Hahaaaaaaaa… les nostalgiques du paternalisme de « leurs ancêtres les gaulois »… Ils veulent le beurre, l’argent du beurre mais aussi la vendeuse de beurre…
Pourquoi l’Afrique noir refuse de grandir à tous les sens du terme en fuyant ses responsabilités vis-à-vis de la traite negrière, de l’esclavage et de la colonisation ?
Pourquoi l’Afrique noir refuse qu’on la mette au pied du mur du progrès ?
Pourquoi l’Afrique se confond entre pleurs, accusations de l’occident et mains tendues ?
J’ai honte quand des soit disant « intellectuels Africains » qui pour la plupart ne viennent presque plus sur le continent osent s’insurger après une déclaration de Sarkozy qui n’est pas à leur gout.
Que font ces gens là pour le renouveau de l’Afrique à part aller jouer les mariolles au cours de débats télévisés organisés sur les chaines de télévisions Françaises de seconde zone ?
Quand Sarkozy pète, c’est comme si Dieu venait de juter un mauvais sort sur le berceau d’humanité qui inexorablement devient le tombeau l’humanité.
Contrairement à nos chefs d’états incompétents et trop laxiste sur le plan diplomatique et au niveau des relations internationales, voila un Monsieur qui à le courage de dire et de faire ce qu’il pense être judicieux pour le pays dont il tient les rênes.

Des gens (Occidentaux et Africains) on écrits des livres pour vilipender Sarkozy et encore une fois essayer de nous flouer et nous inciter à continuer sur cette voie que nous avons empruntez depuis « les indépendances » et qui n’a rien donné de bon : la voie de la complaisance.
On a le droit de lutter, mais ne nous trompons pas d’adversaires.
On a le droit de rêver, mais ne dormons pas sur nos lauriers.
On a le droit de vouloir d’une Afrique plus représentative dans le concert des nations, mais c’est à nous de bâtir cette Afrique là.

Je suis Africain, fière de l’être, mais j’aimerais poser une question idéologique qui va peut être faire jaser certaines personnes.
Que serait l’Afrique sans le monde occidental ?


“La liberté de penser peut seule donner aux hommes de la grandeur d’âme et de l’humanité”
Baron d’Holbach