topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21 avril 2009

NEGRITUDE ET NEGRE-ATTITUDE

afrique.jpg
Depuis des décennies, des hommes et des femmes ayant pour dénominateur commun la terre Afrique, se sont battu, certains au péril des leurs vies, pour dénoncer l’esclavage et la colonisation dont fut victime notre continent.
De la défense de l’identité de l’homme noir (nègre) par Aimé Césaire est née la négritude, un courant littéraire et politique visant de redorer le blason du nègre au vue de sa condition de l’époque. Condition qui n’a pas fondamentalement évoluer malgré le travail fait, et bien fait selon moi par Aimé Césaire, Léon Gontran Damas et autres.

En lisant La Tragédie du Roi Christophe (Pièce de Théâtre de Aimé Césaire), on entrevoie à Travers le Personnage de Christophe, d’une part, un Aimé Césaire dénonciateur de la condition du nègre qui résulte de la cruauté de l’occident et d’autre part, un Aimé Césaire très révolté de voir son peuple incapable de relever la tête et de se mettre à l’ouvrage pour s’offrir des lendemains meilleurs.

Le texte qui suit représente pour moi Les Quatre Commandants de la Négritude :

Christophe discutant avec sa femme :
Je cite :<<
MADAME CHRISTOPHE:
[…]
Christophe, à vouloir poser la toiture d’une case
sur une autre case elle tombe dedans ou se trouve grande!
Christophe, ne demande pas trop aux hommes et à toi-même pas trop!

[…]
CHRISTOPHE:
Je demande trop aux hommes! Mais pas assez aux Nègres, Madame!
S’il y a une chose qui, autant que les propos des esclavagistes, m’irrite, c’est d’entendre nos philanthropes clamer, dans le meilleur esprit sans doute, que tous les hommes sont des hommes et qu’il n’y a ni Blancs ni Noirs.
C’est penser à son aise, et hors du monde, Madame. Tous les hommes ont les mêmes droits. J’y souscris. Mais du commun lot, il en est qui ont plus de devoirs que d’autres.
Là est l’inégalité. Une inégalité de sommations, comprenez-vous? A qui fera-t-on croire que les hommes, je dis tous, sans privilège, sans particulière exonération, ont connu la déportation, la traite, l’esclavage, le collectif ravalement à la bête, le total outrage, la vaste insulte, que tous, ils ont reçu, plaqué sur le corps, au visage, l’omni-niant crachat! Nous seuls, Madame, vous m’entendez, nous seuls, les Nègres!
Alors au fond de la fosse! C’est bien ainsi que je l’entends. Au plus bas de la fosse. C’est là que nous crions; de là que nous aspirons à l’air, à la lumière, au soleil. Et si nous voulons remonter, voyez comme s’imposent à nous, le pied qui s’arc-boute, le muscle qui se tend, les dents qui se serrent, la tête, oh! la tête, large et froide! Et voilà pourquoi il faut en demander aux Nègres plus qu’aux autres: plus de travail, plus de foi, plus d’enthousiasme, un pas, un autre pas, encore un autre pas, et tenir gagné chaque pas! C’est d’une remontée jamais vue que je parle, Messieurs, et malheur à celui dont le pied flanche!


Tout y est :
1. Prise de conscience de la situation précaire du nègre,
2. Fustigation de l’oppresseur,
3. Incitation au travail car lui seul peut faire évoluer les choses,
4. Avertissement qu’en cas de laxisme, la situation pourrait être critique.

Malheureusement le nègre en faisant ce qu’il sait le mieux faire (c'est-à-dire pas grande chose), a transformé le Négritude en Nègre-attitude soit en se recroquevillant sous son carcan de sous-homme bafoué par la traite négrière et la colonisation, soit en passant le clair de son temps à se plaindre, à accuser l’occident du sort qui est le sien aujourd’hui et finir par demander réparation pour préjudice subit.

Je trouve honteux et grotesque cette attitude enfantine de certains de nos soit disant intellectuels et dirigeants Africains.
En outre, cela est d’autant plus ridicule que, hier comme aujourd’hui, la démarche de l’occident vis-à-vis de l’Afrique noir n’a pas fondamentalement changé et rare sont ces Noirs Africains qui osent dire ‘Non’ aux malversations orchestrées en Afrique par les puissances mondiales au détriment de leur peuple à partir du moment où ils y gagnent quelque chose au plan personnel.

Afrique le pied de tes enfants a flanché, aujourd’hui plus encore qu’hier. Et que font ils pour se relever ? Rien à part des querelles fratricides qui finiront par réduire à néant l’infime lueur d’espoir que tes petits enfants présageaient.

Je comprend mieux pourquoi Aimé Césaire alors qu’ayant le vent en poupe sur la scène politique au moment de la « décolonisation » de l’Afrique, n’a pas fait proclamer l’état Martiniquais. Réalisme oblige… A lui seul, il n’aurait pas pu contenir les trahisons et les coups bas de ces nègres prêts à tous pour leur maître blanc dont ils exécuterons les ordres en disant ‘Wi Missié. Mèci Missié’ sans penser au futur des leurs, juste pour une tasse de mauvais miel.

Pire, des Noirs Africains viennent de vomir leur racines.
L'île de Mayotte vient de devenir département Français par référendum. Juste pour dire que des nègres, au XXIème, préfèrent confier à jamais l’avenir de leur peuple au colonisateur blanc. (lol) Comme toujours, des ‘historiens et intellectuels Noirs’, assis à Paris et participant à des débats sur des télévisions et radios Européennes s’indignent du comportement de la France. Mais diantre, avez-vous demandé aux Mahorais leurs motivations ?

mayotte.jpg

Ils ont carrément vendu l’âme de leurs ancêtres dans l’espoir d’un mieux être.
L’unique responsable de cette dérive est la classe politique de ce peuple noir incapable de s’assumer. Pauvre Afrique…
J’évite même de parler des milliers de noirs (hommes, femmes, enfants) voyageurs clandestins qui meurent chaque jour en mer dans des embarcations de fortune dans l’espoir d’atteindre leur Eldorado que représente l’Europe.
Comme le dit l’adage, « Paris ne s’est pas fait en un jour ». Aussi, l’Afrique, notre Afrique nouvelle ne se fera pas en un jour. Cependant, il va falloir véritablement se mettre au travail.
Comme le dit Césaire dans la Tragédie du Roi Christophe : « Les autres ont fait à petits coups de siècles. Où est pour nous le salut, si ce n’est que nous ferons-nous- à grands coups d’années. »

Regarder autour de vous … Le monde change… Israel, la Chine et aussi l’Inde qui ont connu la souffrance et la persécution comme les noirs d’Afrique, n’ont plus rien à envier à l’occident. Cependant Mama Africa est toujours à la traîne et vraiment loin derrière avec son fardeau composé d’un interminable chapelet de maux.

Que faut il faire pour suscité un nouvel élan dans la démarche émancipatrice de l'Afrique Noir ?

Vive notre Afrique dont je ne suis pas très fière

Commentaires

Slt Mon frère Claudus, et je ne me prive pas de faire un ban pour ce texte plein de vérités.

Moi, je partage la valeur littéraire de la NÉGRITUDE comme concept idéologique, cependant j'ai un véritable problème quant à sa mise en pratique notamment vis-à-vis de ce que les pionniers ont fait dans le champ politique.
Je parle évidemment de Senghor et de Cesaire. Je constate pour ma part un échec cuisant de Cette Négritude à l'épreuve de la tangibilisation quand Senghor et Cesaire meurent pour l'un sur la terre de l'oppresseur, et l'autre dans son assistanat.

Comment se fait-il que ces pionniers n'ont-ils pas pu donner l'impulsion politique adéquate ?


Il faut dire qu'il y'a de la valeur dans le CONCEPT mais il reste encore du travail à faire quant à la mise en pratique de ces belles théories.

Écrit par : Krathos | 22 avril 2009

Tout juste un soutien dans le combat vrai et non-partisan mais auto-critiquant...de l'Africain nouveau !

Écrit par : Gbansé | 22 avril 2009

Bonjour,cet article est révélateur de notre situation d'incapable.Je suis nègre et je revendique ma négritude.En le Général De GAULE et Nicolas SARKOZY,je préfère de loin l'imprudence et le risque politique de l'actuel locataire de l'Elysée.Au moins,lui Sarkozy,a la force et le courage de nous dire en fàce nos défauts et de nous demander de nous réveiller pour ètre debout.
Il n'a pas dit qu'il n'aimait pas l'Homme noir.Il a réellement dit ce que nous sommes.Si non,comment expliquer,cette misère politico-sociale à laquelle notre cher continent est presqu'irrémédiablement condamné.
Le problème ne se pose pas en terme de " Je suis ou je ne suis pas d'accord avec le discpours de Dakar de Mr SARKOZY".Le problème se pose si nous sommes vraiment capables,si nous faisons l'effort de progresser,d'évoluer,de moderniser mos système de gouvernement et de gestion sans aucun paternalisme de notre part?Et pourtant,dans les pires moments,mème pour atteidre le point d'initiative de pays pauvre très endetté,nos gouvernants sont oblig*és de faire appel à l'aide et à l'expertise de la FRANCE et d'autres pays avancés.
Je veux bien que l'on accuse son voisin de ses ingérences et de ses excès.Mais,d gràce,dans ce cas,soyons capables,comme ivoiriens,comme nègres,noirs et africains de résoudre nos problèmes économiques,militaires,sociaux et culturels par nous mèmes et pour nous mèmes.
Entre nous,regardons et analysons,si je demande de l'argent et de l'aide chaque jour à mon voisin pour m'aider à nourrir ma famille,ne soyons pas surpris quand ce voisin viendra vouloir vous arracher votre femme.Et pourquoi pas vos enfants.Puisque vous ètes incapables de résoudre les contradictions dans vostre familleC'est le rapport de force qui existe entre la France et certains pays pauvre tant en Afrique que dans le monde.
Et on ne saurait accuser la FRANCE seule de cette rapacité.Il en est ainsi de touite puissance.On me dit que la CHINE nous aime et nous respecte.Ne soyons ni naifs ni aveugles.Quand viendra le temps de l'hémonie chinoise,nous risquerons de dire que c'était mieux avec la FRANCE ou les USA ou l'ITALIE ou l'Allemagne ou le Royaume-Uni.
Les états n'ont pas fd'àme pour servir leurs intérèts.Comme me le disait mon concitoyen et mon cousin,le député Mory FANNY," De GAULE a bien servi les intrèts de la FRANCE et du peuple français".Par ricochet,nous pouvons nous demander s'il y'a de véritables leaders politiques en Afrique,surtout en Afrique noire.Et si nos femmes et Hommes d'état aiment vraiment leurs peuples et servent vraiment les intérèts de leurs nations.Ma réponse est sans embage.C'est non.
Si des Femmes et des Hommes noirs et nègres ,nos élites ne peuvent servir honnètement et dignement nos populations,nos pauvres pères et mères des savanes,des rivières,des fleuves,des marchés ,des champs et des forèts;alors qu'on ne vienne pas me dire que les autres gouvernants,les autres états sont contre nous.Commençons par servir d'abord les intérèts de nos pays,nos populations,de nos pères et mères.Ainsi,l'autre et les autres nous respecterons.Merci.
Par DIARRASSOUBA Abdoul-Khader Stéphane.,
à Livorno/Livourne ( ITALIE ).
Email: masseniseko@yahoo.fr

Écrit par : DIARRASSOUBA Abdoul Khader Stéphane | 22 avril 2009

A Kratos:
J'avais presque répondu à ta question à savoir "comment se fait-il que ces pionniers n'ont-ils pas pu donner l'impulsion politique adéquate ?"
Dans mon article je disait :

Je comprend mieux pourquoi Aimé Césaire alors qu’ayant le vent en poupe sur la scène politique au moment de la « décolonisation » de l’Afrique, n’a pas fait proclamer l’état Martiniquais. Réalisme oblige… A lui seul, il n’aurait pas pu contenir les trahisons et les coups bas de ces nègres prêts à tous pour leur maître blanc dont ils exécuterons les ordres en disant ‘Wi Missié. Mèci Missié’ sans penser au futur des leurs, juste pour une tasse de mauvais miel.


Il aurait d'abord fallut un éveil des consciences suscitant un mouvement d'ensemble et non une quête personnelle.

Écrit par : Claudus | 22 avril 2009

Claudus, Pendant pres de 50 ans de mandat de Maire en Martinique , sinon plus, Cesaire aurait pu réorienter son combat ???
Mais comme tu le dis il n'est pas seul comptable de l'échec de la mise en pratique de la vision negritudienne. Nous, en tant qu'Africain, sommes responsables de notre actuelle d'assisté.
Moi, je crois que le combat de la sensibilisation doit se faire en symphonie ( en même temps)avec un debut de mise en pratique.

Si seulement les théoriciens de la Negritude s'étaient arretés à la théorisation.

Bien dit Diarrassouba.

Écrit par : Krathos | 22 avril 2009

Cher Claudius, être intellectuel implique une succession d’instants d’optimisme et de pessimisme profond. La voie du combat est inexorablement douloureuse. Vous êtes aujourd’hui triste. Votre analyse est certes pertinente et vraie mais efforçons nous de regarder ce qui est plus lumineux car c’est cette lueur qui nous ferra avancer. Nous devons intégrer la pénombre mais regarder le clair-obscure. La personnalité des peuples noirs reste encore aujourd’hui marquée par des siècles de domination et d’humiliation ce qui entraîne un complexe d’infériorité qui empêche d’oser se construire. L’Afrique francophone n’est « indépendante » que depuis 50 ans. L’Amérique Latine a mis 200 ans pour se construire et a connu la même pression de la part des Etats-Unis. Les dirigeants les plus charismatiques ont été assassinés et remplacés par des dictateurs. Les pays Sud américains se sont vus dominés par les institutions de Bretton woods. Aujourd’hui pourtant, ils lèvent la tête et se construisent avec des programmes sociaux, une banque du sud, un commerce intra régional dynamique. Je pense que l’Afrique ne mettra pas 200 ans à se construire. Toutes les richesses sont là et les compétences humaines aussi.

La crise mondiale actuelle peut être un contexte extrêmement favorable à l’édification d’un nouveau modèle de développement autocentré et pérenne. Le monde est déboussolé et à Londres des banques sont nationalisées ! Constatant l’échec du modèle occidental en occident, l’échec du modèle imposé à l’Afrique par l’occident, les Africains devraient enfin oser écrire et appliquer les mesures nécessaires au recul de la pauvreté ! C’est à travers les blogs, les écris, la musique, le théâtre que la force du changement s’imposera aux populations comme aux dirigeants. Le combat commence dans notre cour et la première victoire et de s’être convaincu soi-même que le modèle de l’assistance et de l’humiliation n’est pas sans issue et qu’il y a d’autres voies à oser. .

«être libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. »Jean-Paul Sartre

Écrit par : gisele | 22 avril 2009

C'est vrai Gisele. Comme on le dit, l'espoir fait vivre...
J'ose croire en votre manière de voir les choses, qui est pleine de bon sens.
Je ne suis pas un Afro-pessimiste, mais plutôt un Afro-Réaliste.
Cependant je crois sincèrement que votre approche est celle qu'il faut mettre en avant, mais seulement après avoir mis les noirs devant la réalité, leur réalité.
Surtout que depuis l'élection de Obama à la tête des USA, les noirs pensent avoir conquit le monde.
Il faut d'abord les faire redescendre sur terre et les incités à oeuvrer pour ce renouveau que nous voulons tous.

Écrit par : Claudus | 24 avril 2009

Je te remercie Claudus pour cet article d'une triste réalité. Je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi l'Afrique, avec toutes les richesses dont elle regorge, reste toujours à la traine du developpement. Alors que les pays d'Asie qui ont net moins de richesse naturelle sont pour certains des pays dévelopés, d'autres ont amorcé leur développement. A cette interrogation, une seule reponse me vient à l'esprit: LA COLONISATION qui a fait des Africains des irresponsables, des éternels assistés, des gens incapables de voler de leur propres ailes.

Écrit par : Abelkassi | 27 avril 2009

J'espère que par notre esprit conscience,noius partiperons à l'éveil et au réveil de l'Afrique,des noirs et des nègres.Ce problème est beaucoup plus un problème de noirs que d'Africains.A moins de penser que tous les noirs sont africains.
Aujourd'hui,tous les noirs ne sont pas africains,mème s'ils sont probabilement d'origine africaine.
J'ai visité,heureusement l'Afriqiue du Nord,à domination blanche arabe.Il faut appeler les choses par leurs noms.Il y'a du retard là-bas sur le schéma du progrès et du développement.Mais,mème si l'Afrique Blanche s'arrètait de progresser pendant un siècle,je dis bien pendant 100 ans,l'Afrique noire ne pourrait pas la rattrapper.et Pourquoi? °A cause de notre nègre-attitude.
Honnètement,je ne suis pas fier de moi en écrivant ces choses sur moi-mème,sur ma race et sur mon continent.Mais ai-je vraiment le choix fàce à ce constat amer,corrompu et désolant et fait de violations permanentes des Droits Humains par nos élites et nos gouvernants?merde!Merci.
Par DAKS.
à Livorno,en ITALIE.
Email: masseniseko@yahoo.fr

Écrit par : DIARRASSOUBA Abdoul Khader Stéphane | 27 avril 2009

Vous qui parlez si bien la langue de Moliére, vous refusez aux Mahorais le droit d'en faire de même ? Il ne faut pas mes "fréres" que vous confondiez négritude et nationalité française. Vous autres intellectuels noirs qui avez fréquenté les meilleurs écoles et qui faites partie de la diaspora, vous qui envoyez vos enfants dans les plus grandes écoles en France, vous voulez sans doute que les pauvres petits négres restés "au pays" se battent à votre place et sur la terre que vous avez quitté ....

Écrit par : Kondzo | 21 septembre 2009

D'abord je n'ai pas d'enfant.
Le pauvre petit nègre c'est moi: moi qui n'est fréquenté que les écoles publics de mon pays, moi qui ne cherche pas coute que coute à fuir la terre de mes ancêtres ,moi qui n'est pas l'intention de vendre mon âme, mon honneur et ma dignité pour une nouvelle nationalité qui pourrait m'assurer des privilèges matériels de seconde zone.
Vous ne savez pas grand chose de moi...

Etes vous Mahorais Kondzo ?

Écrit par : Claudus | 22 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.