topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17 août 2010

Régulation de la circulation à Abidjan - La BRMC est née

Circuler avec un engin motorisé à plus de deux roues à Abidjan n'est pas une tâche aisée. Et pour cause, le nombre sans cesse croissant de voitures en circulation et surtout le comportement peu orthodoxe de certains chauffeurs au volant qui très souvent occasionnent des embouteillages monstre sur certains axes au heure de pointe en générale. 

Les autorités Ivoiriennes semblent avoir pris la mesure du problème et commencent à agir et bien agir en vue de tenter de résoudre le problème.

Après l’installation de nouveaux panneaux de code de la route et des panneaux d'affichage d'orientation dans les communes d’Abidjan, c’est la Brigade Motorisée de Circulation et de Régulation (BMCR) qui vient de voir le jour. 
Cette unité de la Police Nationale composé exclusivement de jeunes femmes aura la lourde tâche de veiller au respect du code de la route et du rétablissement de la fluidité de la circulation en cas bouchon sur une voie.

1.JPG
100_3420.JPG
Equipées de motos flambant neuves type Scooter, il sera plus facile à ces motardes de circuler et de détecter les possibles formations de bouchons qu’elles devront désamorcer pour empêcher un engorgement du trafic routier.


Cette louable entreprise doit être soutenue par les usagers de la route qui devront respecter les consignes de ces jeunes policiers dans l’intérêt de tous quand on sait tous les désagréments que peuvent engendrer un ralentissement forcé ou une paralysie pure et simple de la circulation.

Loin d’être pessimiste mais tous simplement refusant d’ignorer le revers de la médaille, j’ose espérer que la Brigade Motorisée de Circulation et de Régulation (BMCR) ne deviendra pas la Brigade Motorisée de [Continuité, Confirmation, Certification] du Racket.

15 août 2010

AFFAIRE PROCUREUR KIMOU CONTRE "LE NOUVEAU COURRIER": LES JOURNALISTES SONT LIBRES. C’EST QUOI LA SUITE ?

 

Suite3.jpg

AFFAIRE PROCUREUR KIMOU CONTRE "LE NOUVEAU COURRIER": LES JOURNALISTES SONT LIBRES.

C’EST QUOI LA SUITE ?


LIBRES !!! Oui
Théophile Kouamouo, Stéphane Bahi et Oula Saint Claver les trois journalistes du quotidien "Le Nouveau Courrier" arrêtés depuis le mardi 13 juillet 2010 sont LIBRES. Pour rappel ils étaient accusés de 
• « diffusion d'information sur un dossier judiciaire non encore évoqué à l'audience publique »,
• « révélation d'un document couvert par le secret »
après la publication par leur journal de la première partie des conclusions de l’enquête sur la filière Café-Cacao en Côte d’Ivoire. 
Normalement le Procureur de la république qui a intenté une action en justice contre ces journalistes ne pouvait les accuser au pire que d’être coupable d’un « délit de presse ». Et comme en Côte d'Ivoire les peines d'emprisonnement sont exclues des délits de presse depuis 2004, et que sous la contrainte de l'éthique et de la déontologie journalistique les mis en cause refusaient de « livrer » leur source d’information, le Procureur Kimou qui acceptait mal cette situation en sa défaveur, accuse en sus les infortunés journalistes de « vol de document administratif » après un tourniquer extraordinaire digne d'un jeu d'échec.

Le VOL étant un délit de droit commun et donc sortant du cadre des délits de presse, ces journalistes de valeur devaient être jugés comme de vulgaires malfrats

Après un procès marathon aux multiples rebondissements, le tribunal a finalement jugé que « le vol n’était pas constitué ». Dénouement heureux même si le Nouveau Courrier devra payer 5 millions de francs CFA en plus d’une suspension de 15 jours.


On peut se permettre de dire sans fioriture aucune que le journalisme d'investigation vient de remporter sa plus grande victoire en Afrique Noir grâce à ces 3 journalistes valeureux qui sont devenus de vrai héros pour plus d’un. Les privations, les menaces et autres tentatives d'intimidation n'ont pas eu raison de la détermination des ces hommes qui sont restés fidèles aux préceptes de base de leur corps de métier. 

Le droit a été dit et bien dit et la justice Ivoirienne sort grandit de cette épreuve. Vive la Côte d'Ivoire !!! Vive le journalisme VRAI et les journalistes DIGNES.
…………….

MAINTENANT C’EST QUOI LA SUITE ?

La suspension de 15 jours du journal est arrivée à terme et le Nouveau Courrier sera à nouveau disponible dans les kiosques à journaux dès demain matin.

Le Nouveau Courrier DOIT/PEUT il publier la suite du dossier (Le livre Noir de la filière Café-Cacao) ?