topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

28 septembre 2010

Sympathisants et militants FPI, au travail

 

Cette fois-ci c’est la bonne. Le rêve est en train de prendre forme pour devenir une réalité. La date du 31 Octobre 2010 n’est plus une utopie. Elle est belle et bien celle des élections maintes fois rejetées.

A moins qu’on ne réveille les vieux démons de la haine et de l’anarchie, plus rien ne semble entraver notre longue marche vers ces fameuses élections. Les quartiers généraux des partis politiques engagés dans la course sont en train de peaufiner leurs dernières stratégies. Mais en même temps la peur gagne de plus en plus l’ensemble des Ivoiriens. Car si une chose est d’aller aux élections, une autre est d’en accepter les résultats. Et Dieu sait combien de fois les conflits post-électoraux ont décimés des populations sur notre continent.

A analyser de plus près les déclarations des principaux candidats, lesquels se proclament vainqueurs avant même le début desdits élections, même les politologues les plus aguerris ne peuvent que retenir leur souffle. Les schémas de ce genre sont récurrents. La Côte d’Ivoire peut/doit cependant faire l’exception pour ne pas en rajouter à nos maux.

Toute victoire doit être méritoire et le soir du 31 Octobre 2010 doit consacrer la victoire du meilleur et non du plus disant. C’est la raison pour laquelle je me permets de m’adresser à la famille politique dont le candidat m’a totalement convaincu : le Front Populaire Ivoirien (FPI).

 

62530_1469631653055_1001497155_31061532_7921197_n.jpg

Ce n’est pas seulement pour son programme de développement économique et social empreint de pragmatisme mais surtout pour son idéal de société qui prône une valeur essentiel : LA LIBERTE, ce qui est fondamental.

 

22136_1224271239198_1001497155_30528245_637670_n.jpg

En effet, il est démontré qu’en politique, une position acquise n’est jamais définitive et l’on ne saurait tenir pour valeur absolue, les résultats d’un quelconque sondage et rester cloitrer dans les salons feutrés et douillets en espérant une évidente victoire dont le socle serait le simple fait de marteler un slogan qui est tout aussi prétentieux que flatteur : ON GAGNE OU ON GAGNE !!!

Plusieurs exemples pourraient étayer mes propos mais permettez moi de ne citer que le cas rocambolesque du socialiste Français Lionel Jospin qui vendant la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’est vu damé le pion par un candidat que personne n’attendait au premier  tour des élections présidentielles Françaises en 2002.

Rien n’est gagné d’avance cher camarade, tout est à conquérir et nous devons y travailler sans répit. Nous  devons parcourir les huttes et les hameaux les plus reculés, là où personne ne peut espérer  nous voir pour prêcher le bon programme, le seul qui soit longuement pensé, murit et écrit pour une Côte d’Ivoire meilleureNotre candidat à de la ressource et ne pas le porter au pouvoir présenterait le symbole d’une symphonie inachevée. Ce serait un gâchis non seulement pour la Côte d’Ivoire, mais pour l’Afrique toute entière. Cette Afrique qui espère un jour se départir de ces néo-colonialistes  aux abois, pour enfin recouvrer une liberté vraie, solide donc durable. Ce serait un trop grand gâchis pour cette Afrique dont rêvait Félix Houphouët Boigny, Patrice Lumumba, Ruben Um Nyobé, Amilcar Lopes Cabral, Sekou Ahmed Touré, Doudou Gueye, Daniel Ouezzin Coulibaly, Kwamé N’Krumah pour ne citer que ceux là.

Tous ces dignes fils d’Afrique rêvaient de liberté mais ils n’ont obtenu qu’un semblant d’indépendance politique. Il appartient donc à notre génération d’aller à la conquête de cette liberté et l’heure à sonné.

 

60417_1469630973038_1001497155_31061531_1703634_n.jpg

Patrice Emery Lumunba, dans une note adressée à ses enfants quelques heures seulement avant sa mort écrivait ceci : « Vous direz à mes enfants que je suis arrivé cinquante ans plus tôt ». Et cinquante ans plus tard, la lutte émancipatrice de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique à trouvé un leader en la personne de « Laurent Gbagbo ».

Comme dans toute lutte de ce genre, les adversités ne manqueront pas tant au plan national qu’international. On dressera des Africains contre leurs frères. Mais rien ne peut ébranler la détermination d’un peuple qui regarde dans la même direction, à recouvrer SA liberté. C’est une affaire de cœur et à cœur vaillant, rien n’est impossible.

La liberté précède le développement durable et ce ne sont pas les dragons de l’Asie du Sud-Est qui nous diront le contraire. Leur exemple es t édifiant d’autant plus qu’ils ont conquis leurs indépendances.

 

62774_1469624252870_1001497155_31061529_7894569_n.jpg

Laurent Gbagbo est le porte-étendard de cette lutte dans cette Afrique qui doit repartir sur de nouvelles bases. Et il n’est pas question que par  faute d’avoir été trop suffisant et laxiste, que par des querelles intestines, que par des problèmes d’égo surdimensionnés nous le conduisions vers l’échec. Un échec qui sera une grande victoire pour cette France réactionnaire et ses suppôts Ivoiriens.

Ils ont vite fait de qualifier Laurent Gbagbo de dangereux personnage, ennemi de la France donc ennemi des Ivoiriens et de leur bonheur qui serait inhérent à l’humeur de l’ancien colonisateur. Piètre rhétorique s’il en est.

Laurent Gbagbo est l’ennemi de la France ? Mais de quelle France est-il question ? S’il s’agit de cette diplomatie Française pour laquelle l’Ivoirien est un être taillable et corvéable à merci, de cette France qui aspire à une mainmise sur la vie politique et économique de notre pays, alors il n’y a pas que Gbagbo qui en soit l’ennemi mais bien plus, un parterre d’Ivoiriens dont moi. Nous réitérons à la France que nous sommes une nation souveraine et nous ne demandons qu’à être traité comme tel dans les rapports qui nous lient.

Nous sommes capables de décider de notre avenir politique et économique et nous n’attendons recevoir d’ordre de personne fut-il  le maitre Français d’hier.

Pour mieux assoir leur hégémonie sur notre pays, ils ont tenté de porter au pouvoir un de leurs affidés. Pour ce faire, ils ont décimés des familles innocentes et mis le pays tout entier à genoux. Mais pour la mémoire de nos morts de la guerre commencée le  19 Septembre 2002, nous avons le devoir moral de ne pas laisser le pouvoir échoir à nos bourreaux qui aujourd’hui s’évertuent au mépris de l’intelligence collective, à s’ériger en victimes.

Plus jamais l’imposture ne devrait avoir droit de citer dans notre pays. Et cela doit commencer par le plébiscite de Laurent Gbagbo lors des prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Alors Sympathisant et militant FPI, au travail car nous avons un chef d’état à faire réélire pour rattraper le temps perdu depuis 2002. La Côte d’Ivoire, l’Afrique et le monde nous observent. Nous n’avons pas droit à l’erreur.

Vive Laurent Gbagbo pour que revive la Côte d’Ivoire !!!

 

22 septembre 2010

Communiqué final du 7ème Cadre Permanent de Concertation (Laurent Gbagbo - Blaise Compaoré - Henry Konan Bédié - Soro - ADO)

 

cpc.jpg

1. A l’invitation de Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Burkina Faso, Facilitateur du Dialogue direct inter ivoirien, la Septième Réunion du Cadre Permanent de Concertation (CPC) de l’Accord Politique de Ouagadougou (APO) s’est tenue à Ouagadougou, le mardi 21 septembre 2010.

 

2. Ont participé à cette rencontre, outre le Facilitateur, tous les membres du CPC, à savoir :

- Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO, Président de la République de Côte d’Ivoire ;

- Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Premier Ministre ;

- Monsieur Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA ;

- Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, Président du RDR.

3. La réunion a été ouverte par une cérémonie officielle à laquelle ont pris part les membres de toutes les délégations, suivie par les travaux à huis-clos des membres du CPC.

 

4. Au cours de la cérémonie d’ouverture, le Facilitateur a souhaité la bienvenue aux membres du CPC et s’est réjoui des récents progrès réalisés dans le processus de paix en Côte d’Ivoire, notamment avec la validation de la liste électorale et la fixation de la date du premier tour de l’élection présidentielle au 31 octobre 2010. Il a adressé ses félicitations aux acteurs ivoiriens pour les avancées importantes enregistrées dans l’exécution des différents programmes de sortie de crise. Le Facilitateur a, en outre, encouragé tous les acteurs à poursuivre leurs efforts dans le dialogue et dans un esprit consensuel, afin de réaliser les dernières étapes du processus électoral devant aboutir à l’organisation du premier tour de l’élection présidentielle. Considérant que la présente réunion se tient à un moment crucial du processus de paix en Côte d’Ivoire, il a souhaité qu’elle soit axée sur la mise en œuvre du chronogramme électoral et sur la réalisation des tâches ultimes en vue de la réunification du pays. Enfin, il a souhaité que cette réunion du CPC soit un moment propice pour un sursaut collectif dans le processus de paix en Côte d’Ivoire.

 

5. Les échanges entre les membres du CPC se sont déroulés dans une atmosphère de fraternité et de franche collaboration et ont porté sur l’évaluation de la mise en œuvre de l’Accord politique de Ouagadougou et de ses accords complémentaires, le déroulement du chronogramme des opérations électorales et les conditions à réunir pour l’organisation d’élections libres, transparentes et démocratiques en Côte d’Ivoire.

 

6. A cet effet, les membres du CPC ont suivi la présentation du rapport sur l’évaluation globale de la mise en œuvre de l’Accord Politique de Ouagadougou et du Quatrième Accord Complémentaire faite par le Premier Ministre, Monsieur Guillaume SORO. Ils ont également entendu l’exposé du Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Monsieur Youssouf BAKAYOKO, sur les dernières avancées du processus électoral, notamment les résultats du contentieux de l’inscription sur la liste électorale qui ont abouti à la consolidation et à la validation de la liste électorale définitive avec 5 725 720 inscrits et sur les différentes étapes du chronogramme.

7. A la lumière des différents exposés, les membres du CPC se sont félicités des importants acquis enregistrés par le processus électoral et ont pris acte des décisions suivantes déjà entérinées par les acteurs politiques ivoiriens, à savoir :

· La fixation par le Gouvernement, sur proposition de la CEI , de la date du premier tour de l’élection présidentielle au 31 octobre 2010 ;

· L’adoption par la CEI du chronogramme des étapes clés du processus électoral ;

· La validation de la liste électorale définitive par la CEI et la signature par le Président de la République du décret autorisant la délivrance de la carte nationale d’identité aux 5 725 720 personnes inscrites sur ladite liste.

8. Au regard des défis restant à relever avant la tenue du scrutin présidentiel, les membres du CPC ont lancé un appel pressant au Gouvernement, à la CEI et à tous les acteurs concernés afin que soient réalisées dans les meilleures conditions et dans les délais requis toutes les étapes clés du chronogramme électoral, notamment LA PUBLICATION DE LA CARTOGRAPHIE ELECTORALE, L’AFFICHAGE DE LA LISTE ELECTORALE, LA PRODUCTION ET LA DISTRIBUTION DES CARTES NATIONALES D’IDENTITE ET DES CARTES D’ELECTEUR, LE TRANSPORT ET LA REPARTITION DU MATERIEL ET DES DOCUMENTS ELECTORAUX, LE RECRUTEMENT ET LA FORMATION DES AGENTS ELECTORAUX, LA SENSIBILISATION ET L’EDUCATION CIVIQUE DE LA POPULATION AVEC LA CONTRIBUTION DE LA SOCIETE CIVILE, LA SECURISATION DU SCRUTIN PAR LE CENTRE DE COMMANDEMENT INTEGRE (CCI) AVEC L’APPUI, EN CAS DE BESOIN, DES FORCES IMPARTIALES.

 

9. Réitérant la recommandation adoptée lors de la 6è Réunion du CPC et relative à la situation des pétitionnaires concernés par les erreurs matérielles consécutives à leur enrôlement, les membres du CPC recommandent que les pétitionnaires, au nombre de 55 000 environ, ajournés de la liste électorale définitive suite à l’opération de vérification par l’état civil de la liste électorale provisoire, puissent faire l’objet, après l’élection présidentielle, d’un examen minutieux de leur statut par un Comité technique ad hoc en même temps que tous les cas de doublons et autres catégories d’erreurs.

 

10. CONCERNANT LA DISTRIBUTION DES CARTES NATIONALES D’IDENTITE ET DES CARTES D’ELECTEUR, LES MEMBRES DU CPC ONT RECONNU LA NECESSITE DU COUPLAGE DE CETTE OPERATION ET RECOMMANDE AU PREMIER MINISTRE DE PRENDRE TOUTES LES DISPOSITIONS UTILES EN Y ASSOCIANT TOUTES LES STRUCTURES COMPETENTES, A SAVOIR LA CEI , LA CNSI, L’INS, LA SAGEM ET L’ONI QUI DEVRONT COLLABORER EN BONNE SYNERGIE POUR LA REUSSITE DE L’OPERATION.

 

11. Soucieux du bon déroulement de l’élection présidentielle le 31 octobre 2010, les membres du CPC invitent les partis politiques et les candidats au strict respect du Code de bonne conduite signé le 24 avril 2008Ils les engagent à mener une campagne électorale dans un climat apaisé. Ils ont particulièrement insisté sur la nécessité pour la CEI de veiller au respect de l’équité et de l’égalité d’accès de tous les candidats aux médias d’Etat pendant la période de précampagne et de campagne électorale. Par ailleurs, ils en appellent au sens patriotique et à l’esprit de fair-play des candidats, et de leurs partisans pour le respect par tous du verdict des urnes à l’issue du scrutin.

 

12. Examinant les questions liées à la réunification de la Côte d’Ivoire, les membres du CPC ont noté avec satisfaction le bon déroulement, depuis le 15 juin 2010, des opérations d’encasernement des 5000 éléments FAFN volontaires pour l’armée nouvelle (VAN) au sein de quatre groupements d’instruction (GI) installés à cet effet, dans les localités de Korhogo, Séguéla, Bouaké et Man. Ils ont, par ailleurs, salué les progrès majeurs accomplis dans le rétablissement de l’unicité de caisse de l’Etat en zone CNO avec l’installation effective de brigades mixtes de douanes notamment à Pogo, Ouangolodougou, Ferkessédougou, Korhogo, Bouaké, Man. Ils exhortent les parties signataires à parachever les mesures prévues par le Quatrième accord complémentaire à l’APO afin de consolider davantage la réunification de la Côte d’Ivoire.

 

13. Les membres du CPC ont loué les efforts respectifs de l’Etat de Côte d’Ivoire et des partenaires extérieurs qui ont permis la mobilisation des ressources financières nécessaires à l’exécution des différentes opérations, et en particulier du processus électoral. Ils les encouragent à maintenir la même dynamique et à déployer les ultimes efforts attendus pour le financement des dernières opérations du processus.

 

14. Au terme de leurs travaux, les membres du CPC ont rendu un hommage appuyé à Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Burkina Faso, Facilitateur du Dialogue direct inter ivoirien, pour l’action constante, efficace et déterminante qu’il n’a de cesse de mener dans le cadre de son mandat en vue d’une sortie de crise réussie en Côte d’Ivoire, à travers l’organisation d’élections justes, libres et transparentes.

 

15. Le CPC a décidé de tenir sa prochaine réunion après l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire pour faire le bilan du processus de sortie de crise.

 

17 septembre 2010

AKWABA SAINT CLAIR DU JOURNAL LE « NOUVEAU–REVEIL »…ou QUAND LE JOURNALISME DEVIENT IMMORALITE, ET MENSONGE.

 

Affaire « Achat d’armes de guerre par le Conseiller Militaire du Ministre de la défense » : Akwaba Saint-Clair revient encore à la charge après s'être rendu célèbre en insultant Thérèse Houphouet Boigny .

Lire l'article 'Comment le PDCI banalise Maman Marie Thérèse Houphouet Boigny'

St Clair.jpg

De quelles armes de guerre acquises par « des voies détournées » parle ce journaliste-mercenaire ?

C'est après validation d'une demande d’allégement de l’embargo sur les armes que subit la Côte d’Ivoire  que l'état (pas le FPI ni Gbagbo) avec l’accord du Conseil de Sécurité de l'ONU, a entreprit en toute légalité l’achat des ses armes pour permettre aux forces de police et de gendarmerie de remplir leurs missions habituelles de sécurisation des personnes et des biens.

Le Colonel Yao N’Guessan était en mission officielle  au nom de l’état de Côte d’Ivoire et il convient de le souligner et non travestir la réalité des faits.

LA QUESTION EST DE SAVOIR POURQUOI/COMMENT  IL A ETE ARRETE PAR L’ADMINISTRATION AMERICAINE.

La demande qui a été accepté par l’ONU concernait 4.000 pistolets automatiques, 200.000 munitions 9 mn et 50.000 GRENADES LACRYMOGENES. Grenades, grenades, grenades… dit il  juste pour faire peur aux Ivoiriens en annonçant une escalade de la violence projeté par le FPI de Laurent Gbagbo.

Comment sécuriser les élections sans ces armes ?

Hier Akwaba Saint-Clair fini  son article en disant (Nouveau Réveil N°2622 page 3) « Ces 50.000 grenades à Abidjan, on imagine les dégâts que cela allait causer ». Sait il que ce sont des GRENADES LACRYMOGENES ou est ce une volonté délibéré de rependre un mensonge en vue de porter le discrédit sur sa cible de tous les jours ?

 

10 septembre 2010

LANCEMENT DU GROUPE DES « FACEBOOKERS POUR GBAGBO ». Grande Première réussie

Du beau monde à l’Hôtel du district de la commune du Plateau d’Abidjan dans la nuit du Jeudi 9 Septembre 2010 lors de la cérémonie de lancement du groupe des « facebookers pour Gbagbo ».

Initié par Mr Abel Naki créateur du groupe et parrainé par Mr Eben-Ezer Guébo Dja dont l’apport fut primordial et inestimable, cette cérémonie a largement répondu aux attentes des organisateurs.

 

Début de la cérémonie

 

Il est important de noter et de marquer d’une pierre blanche  le caractère historique  et novateur de ce lancement qui est le premier du genre dans la vie politique de notre pays et peut être même en Afrique.

Sans grand moyens, sans spot radio ni télé, sans affiche ni flyers, sans relais de la presse écrite, sans moyens de transport mis à disposition gratuitement, la  conviction et la foi des ces facebookers en un idéal commun  a payé.

 

Nous sommes fières de cette cérémonie au cours de laquelle tout ces facebookers bénévoles et volontaires ont  donné gratuitement de leur  temps pour la cause d'une Côte d’Ivoire meilleure à travers la vision politique et le programme de gouvernement du Candidat Laurent Gbagbo.

 

Le Fondateur de "Facebookers pour Gbagbo" et le parrain Eben-Ezer Guebo Dja

 

 

 

« Je suis volontaire pour Gbagbo. Et toi ? » Tel est le slogan de ce groupe qui en en appelle à l’esprit citoyen de tous les Ivoiriens pour le plébiscite du Candidat Laurent Gbagbo aux élections présidentielles à venir. La mission qu’ils se sont assignés est celle d’être les « ambassadeurs de la Côte d’Ivoire et de son Président Laurent Gbagbo » à travers toutes les plates formes virtuelles existantes.

Merci à tous les facebookers qui ont répondu présent pour la cérémonie de  lancement des « facebookers pour Gbagbo ».

 

Claudus Kouadio

Président National des « facebookers pour Gbagbo »

 

Claudus Kouadio
"Président National des Facebookers pour Gbagbo"

 

.......................................

Des photos de la cérémonie:

 

 

 

Le Polo offert au parrain Eben-Ezer Guebo Dja

 

 

 

 

 

 

Mr Abel Naki, initiateur du groupe

 

 

Avec le parrain Eben-Ezer Guebo Dja

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du Polo Officiel par le parrain Eben-Ezer Guebo Dja

 

 

Mes frèrrrrrres... Merci