topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08 novembre 2010

Présidentielle ivoirienne: Bédié appelle à voter Ouattara au 2e tour : LA TRAPPE A SOURIS du RDR vient de se refermer sur lui

222.jpg

Jusqu'à une date récente, j’étais foncièrement attaché aux idéo du PDCI.  Mais grande fut la déception et l’incompréhension de prime abord lorsqu’aux lendemains de l’avènement de la rébellion sanglante mené par RDR par sa filiale armée le MPCI, Bédié décida d’en faire son cheval de Troie.

Cette stratégie nous l’avons décrié et nous étions fort conscients qu’a un moment ou un autre, elle éclabousserait le visage de Bédié. Car Alassane Dramane Ouattara au regard des ses ambitions fantasmagoriques se refuserait d’être l’appât au profit d’un quelconque candidat fut il son grand frère Bédié. D’ailleurs, si tel devrait être le cas, à quoi auraient servi les années de tueries dont il est le principal comptable ?

Bref, il se peut toujours que notre ADO, en acceptant cette belle offre de Bédié, avait déjà aiguisé sa stratégie.

C’est de bonne guerre dans la mesure où dans cette configuration, le premier tour des élections devenait des primaires au sein de l’alliance exceptionnelle et circonstancielle (non une union comme dans la Majorité Présidentielle) du rHdp.

Pour le RDR, l’adversaire n’était donc plus le Majorité Présidentielle conduite par Laurent Gbagbo mais le PDCI qui n’avait plus aucun point de repère viable depuis son éjection manu militaire du pourvoir d’Etat  en 1999 par un coup de force mené par les même soldats qui sévissent depuis 2002 en Côte d’Ivoire. Surtout qu’un accord arithmétique factice stipulait que les autres membres du rassemblement devraient DONNER leurs voix au candidat le mieux loti au premier tour des élections présidentielles.

Premier tour des élections le 31 Octobre 2010 : Le PDCI de Aimé Henri Konan Bédié est 3ème derrière Laurent Gbagbo (1er) et Alassane DRAMANE Ouattara (2e). Du coup, la trappe à souris s’est refermé sur le PDCI qui se débat avec véhémence pour se frayer une porte de sorti honorable au vue de ce qu’il représentait dans le paysage politique Ivoirien.

Pour Henri Konan Bédié c’est la fin. Il tire sa révérence du paysage politique Ivoirien. En effet, il confiait dans l’hebdomadaire Jeune Afrique N°2596 du 10 au 16 Octobre 2010 : «Si je ne suis pas élu, je trouverai une autre forme d'existence mais pas dans l'arène publique »

20101011_JeuneAfrique_2596.jpg
Toutefois, au nom de l’alliance conjoncturelle faite dans le cadre du rHdp, il APELLE le PDCI à voter Alassane DRAMANE Ouattara au second tour des élections face à Laurent Gbagbo. Quoi de plus normale POUR LUI qui s’en va !!! Mais là décision finale appartient à ceux qui sont encore là.

En outre il y a un hic… plusieurs hic même : Que deviendra le PDCI-RDA en cas de victoire du RDR ? PDCI-RDR ? Certainement pas. Quelques postes de ministres et de Président d’institutions et retour 50 ans en arrière pendant que le RDR consolide son assise en effaçant petit à petit le PDCI d’Houphouet Boigny qu’il a frappé et fait tombé en 1999.

Alors que doivent faire les MILITANTS et JEUNES CADRES du PDCI pour la pérennité du parti puisque visiblement le PDCI-RDA est à la croisé des chemins ?

Il existe plusieurs stratégies et visions qui se présentent comme des choix entre mauvaises propositions: mais la plus mauvaise est de vouloir mordicus convaincre les militants et sympathisants du PDCI de voter ADO avec qui ils n’ont aucune affinité pour la majeur parti d’entre eux.

D’abord contrairement aux dirigeants du PDCI qui voient là unmoyen de subsister « financièrement » pendant les cinq prochaines années en cas de victoire du RDR, les militants n’ont pas encore oublié ADO et son action en Côte d’Ivoire depuis son arrivé sur la scène politique: (1.200 milliards de F.CFA de dette intérieure et 18 Milliards de Dollars US de dette extérieure à son départ de la Primature en 1993 (9.200 milliards de F CFA de dette en tous pour le Monsieur qui dit avoir redresser l’économie entre 1990-1993), un coup d’état en 1999 et une rébellion armée en 2002) Loin de là.

S’il on regardé la mort dans l’âme, leur leader aller tous droit dans le mur, ils ne sont pas TOUS prêt à l’y accompagner. Alors ce calcul n’aura pas forcement d’impact réel sur les militants et les sondages le démontrent.

Le PDCI a de la ressource et peut reconquérir le pouvoir dans 5 ans, d’autant plus que LE DEMOCRATE Laurent Gbagbo sera à son dernier mandat.

Mais si le pouvoir échoue entre les mains du RDR de ADO, il le monopolisera le plus longtemps possible après avoir modifié la constitution. Extrait d’une interview donné par ADO dans l’hebdomadaire Jeune Afrique N°2595 du 3 au 9 Octobre 2010 :

Le mandat présidentiel est de cinq ans. Cela vous semble t’il suffisant ?

La  Constitution prévoit un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Je ne vois pas de raison de remettre cela en cause, contrairement à d’autres dispositions qui me semblent être sources de conflit…

Lesquelles ?

Toutes celles qui sont de nature à diviser les Ivoiriens. Il est grand temps, de donner plus de garantie aux minorités. (De quelles MINORITES parle ADO ?)

Cela signifie que vous envisagez de modifier la constitution ?

TOUT A FAIT.

20101004_JeuneAfrique_2595.jpg

Je me rappelle encore qu’en 2000, Alassane DRAMANE Ouattara a appelé à voter OUI au référendum devant valider l’application de cette même constitution. Il dit qu’il ne touchera pas au mandat de 5 ans renouvelable une fois : son père spirituel et conseillé Abdoulaye Wade disait la même chose. On sait ce qu’il en ait à ce jour.

Une chose est quasi certaine : Le PDCI ne sera pas au pouvoir pendant les cinq années à venir. Il lui faut choisir entre être un parti d’opposition en reconstruction avec Gbagbo comme chef d’état ou un parti d’opposition en lambeaux, vidé de ses partisans et militants à cause des tergiversations frénétiques de ses leaders DEALERS qui s’ils ne se ressaisissent pas, vont finir par se faire phagocyter par un groupe d’anarchistes réuni au sein du RDR.

20101018_JeuneAfrique_2597.jpg

Les commentaires sont fermés.