topblog Ivoire blogs

20 janvier 2011

Que pouvions-nous espérer de la « médiation ? » de Raila Odinga ?

 

Le 17 Décembre  2010,  Raila Odinga - Premier Ministre du Kenya proclame : « L’Union africaine doit se préparer à utiliser la force contre M. Gbagbo pour préserver la démocratie »

Mais contre toute attente, le 3 Janvier 2010 Raila Odinga qui avait déjà pris position en faveur du chef de guerre Alassane Ouattara, vient en Côte d’Ivoire en tant que médiateur entre Le Président Gbagbo et le locataire du Golf Hôtel d’Abidjan. Il accompagnait une mission de la Cedeao composée de trois chefs d’Etat, Yayi Boni (Bénin), Pedro Pires (Cap-Vert) et Ernest Koroma (Sierra Leone).

Après son second passage à Abidjan au cours de cette semaine, Odinga n’est pas arrivé à faire évoluer positivement la situation, bien au contraire. Il quitte précipitamment Abidjan sur un constat d'échec ce mercredi 19 janvier Abidjan, au terme d'une mission de 48 heures au lieu d’une semaine comme annoncé.

La raison principale mis en avant par Odinga est que le Président  Gbagbo n'avait pas selon lui honoré sa promesse de mettre fin au blocus de l'hôtel du Golf où Alassane Ouattara s’est retranché avec ses 900 rebelles lourdement armée.

Que devait faire Ouattara pour répondre à cette ouverture ? Rentrer chez lui ou lancée une nouvelle offensive comme ce fut la cas le 16 décembre 2010 ?

Rebelle du RDR dans le QG de Alassane Ouattara

La réaction du Ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Côte d’Ivoire ne s’est pas fait attendre. Alcide Djédjé à déclaré: « M. Odinga a failli à sa mission et nous ne sommes plus prêts à le recevoir ici en Côte d'Ivoire. Nous récusons M. Odinga ». Il Ajoute à titre d’explication que «Odinga prend partie pour M. Ouattara. Nous pensons qu'il est DEVENU un acteur dans la crise ivoirienne et il ne peut plus être envoyé spécial de l'Union africaine ».

Alcide Djédjé - Ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Côte d’Ivoire

Odinga n’est pas DEVENU un acteur dans la crise ivoirienne ce mercredi 19 Janvier  2010, mais il l’était depuis le 17 Décembre 2010 et avait clairement affiché sa position.  Il apparait clairement que les dés étaient pipés et que cette « pseudo » médiation à sens unique allait droit dans un mur en béton.

Le gouvernement Ivoirien a-t-il été trop diplomatique ou naïf au point d’espérer une avancée notable avec l’intervention de Odinga dans la crise Ivoirienne ?

 

Commentaires

vous les ivoiriens vous aimez trop rêver !!!! le sieur odinga puisque c de lui qu'il s'agit est le premier ministre du Kenya.
je vous pose une question. comment il est devenu premier ministre ? c'est le même schéma que sarkozy et obama on utilisé pour vouloir mettre ouattara au pouvoir ici en côte d'ivoire.
quand il y'a eu des élections au kenya, ce sont les chaines étrangères qui ont annoncé que monsieur odinga avait gagné pendant c'etait tout a fait faux.alors, ils ont activé leur reseaux pour faire croire à la communauté international que leur candidat avait gagné et faire pression sur le président emilio mwai kibaki afin d'accepté ces faux resultat fabrique toute pièce. finalement a cause de l'intervention de l'afrique du sud le president kibaki a accepté de coupé la poire en deux, regardé aujourd'hui ce president n'est plus que l'ombre de lui même depuis que mbéki est parti. pareil aux zimbabwe. c'est même schema.
comment vous avez pus croire un instant que cet monsieur venait pour nous apporté quelque chose puisque lui même a fait pareil que ouattara pour se voir bombarder premier ministre avec plein pouvoir dans son pays. vous pensé tout de même pas que le fruit peut voir dans une direction contraire à celle l'arbre qui le produit et qui le tient ? autrement dit monsieur odinga peut il aller contre le système qui le fait ?
soyons un peu sérieux !!!!!!!!!!!!!!!! chers ivoirien !!!!!

Écrit par : meite ismael | 20 janvier 2011

Le gouvernement ivoirien a plutot fait preuve d'une strategie remarquable! Claudus, comme tu le rappelle si bien, le "mediateur" Kenya avait deja pris position dans la crise le 17 decembre 2010. Alors le gouvernement ivoirien savait tres bien que cette "mediation" irait dans un cul de sac! nous gagnons le temps pour mieux organiser notre defense...quand on leur dit que la politique est un metier...

Écrit par : Marius Clinton-Zoua | 20 janvier 2011

on devais s'attendre a un echec kes ki nous reste a faire vu l'echec de cette mediation

Écrit par : georges | 20 janvier 2011

Il me semble que le gouvernement Ivoirien a été extrêmement diplomate au point d'accepter cette médiation douteuse menée par ces messieurs qui ont le soutien du FMI, de l'ONU, des médias, des USA, de la France, bref de tous les acteurs qui, au nom des intérêts de la France, s'activent pour déloger Laurent GBAGBO de la présidence ivoirienne.

Cela montre l'habileté politique de Laurent GBAGBO qui a tout intérêt à laisser faire afin que le temps passe. En effet, le temps est père de la vérité, laquelle commence à s'imposer doucement dans les médias occidentaux.

Lorsque la vérité éclatera au grand jour, Ouattara n'aura plus qu'à rejoindre son appartement et méditer sur sa tentative ratée de coup d'état en Côte d'ivoire ...

Monsieur Laurent GBAGBO : RESPECT ! de la part d'un petit blanc français ...

Écrit par : Pascal | 20 janvier 2011

écoutez il n'ya plus milles solutions la survient une seule fois alors que le peuple ivoiriens accepte de mourir que de donner la gouvernance de notre pays à ouatara . ceci s'adresse à la cedeao : Mr odinga I would want with all the respect which the Ivory Coast people have for the ANGOLAN people then know that your millitaires which you would bring in in quotation of ivory no soint not no immortal and it would be the first time when African countries decident to attack(affect) another African country because the people refuse to the access to the power of alassane how want you advanced(moved) with these behavior. Mr odinga all the Ivory Coast people knew dejà your position but take care otherwise your death will come from your home in your own country.
That god benisse my very expensively quotation of ivory

Écrit par : naki natali | 20 janvier 2011

OUI, nous le pensions et nous savions bien que ce Raila Odinga fait partie de la bande de marionette que la france a mis en place et cela ne nous surprend guere.
Ce que nous pouvons nous autres ivoiriens et les vrais; c'est qu'ils ont fait leur calcul sans nous.
je ne parle pas de "patiote" puisqu'ils ont fini par attibuet ce mot au partisant de son excellence M.GBAGBO, je ne dis pas que je n'en suis pas un mais en plus d'etre militant FPI depuis environs 10 ans et patriote.
Aujourd'hui depuis cette crise post électorale je suis de ceux qui ont decidé de defendre par tous les moyens la cote d'ivoire.
Comme la si bien dit Claude marc key : le tombeau s'ouvrira sous mes piéds mais pour la cote d'ivoire j'avancerai contre la meute affamée de chiens de francais et de le communauté internationale.

Écrit par : sharen | 20 janvier 2011

Je suis consterné quand on évoque la démocratie dans le conflit de Côte d’Ivoire, étant donné que précisément cette démocratie a été empêchée et galvaudée. En effet, il est acquis qu’il y a eu des fraudes massives dans les régions contrôlées par les Forces armées des Forces nouvelles (FAFN). De nombreuses personnes ont attesté cela par l’intermédiaire de blogs, de réseaux sociaux, de vidéos, d’émissions de radio et de télévision, d’articles de presse, en plus des procès-verbaux de bureaux de vote qui ont été raturés et falsifiés. La démocratie n’a pas fonctionné au deuxième tour de l’élection présidentielle de Côte d’Ivoire, c’est indéniable, et cela pour un ensemble de raisons, parmi lesquelles le non-désarmement des FAFN et une Commission électorale indépendante contrôlée par l’opposition. Et le pire est que l’on traite Laurent Gbagbo de dictateur : si c’était le cas, il aurait remporté l’élection dès le premier tour avec plus de 90 % des suffrages comme tous les dictateurs, et Alassane Ouattara ainsi que Guillaume Soro seraient emprisonnés. Soyons réalistes et libérons-nous de l’aveuglement que nous inflige cette désinformation quotidienne savamment organisée. Il est évident que Laurent Gbagbo est bel et bien victime d’un complot depuis des années et dont le truquage de cette élection n’est que l’épilogue. Mais c’est David contre Goliath, voilà le problème. L’ONU s’apprête à prendre militairement le contrôle du pays pour installer Alassane Ouattara à la présidence : c’est la nouvelle gouvernance mondiale.

Écrit par : Stéphane GAYET | 20 janvier 2011

Absolument rien que la diplommatie protocolaire Africaine. Ne rien faire mais se donner l´importance d´être envoyer par l´UA.

Écrit par : GL.Gervais | 20 janvier 2011

Je suis désolé pour ce que ton profil facebook ai été supprimé. Mais quant à ce touriste (Raila Odinga) qui est venu sur les cotes abidjanaise faudrait qu'il sache qu'ici en CI on porte pas le nom de virus informatique.Pour ce qui est de sa médiation je trouve que cela une fois encore montre que la plupart des dirigeants africains n'ont rien encore compris de ce qui est de la manipulation des occidentaux. Et c'esy pitoyable au liue d'attaquer le fond des^problèmes il ne parle que de blocus qui est une conséquence de la présence de ces voyous au Golf hôtel. Il est prevenu on ne veut plus de sa médiation;

Écrit par : Franck | 21 janvier 2011

Au contraire, les dirigeants africains ont très bien compris, pour la plupart, les manipulations des occidentaux. Ils ont même tellement compris qu'ils en profitent avantageusement : dictatures installées à vie par la France, résultats des élections tronqués pour les installer ou les maintenir au pouvoir, comptes bancaires grassement dotés, soutien de l'armée française et des casques bleus, assassinat de leurs opposants politiques, richesses du sous-sol bradées, etc.
Ces dirigeants africains, dont fait partie Ouattara, sont responsables du sous-développement du continent africain. Ils sont complices des puissances colonisatrices. Leur rôle est encore plus scandaleux que celui des politiques occidentaux.
Les africains ne doivent pas se contenter de critiquer l'ONUCI, le FMI, la France ou les USA, mais ils doivent apporter leur soutien total à des personnages comme GBAGBO. Si ce n'est pas le cas, il y aura encore de nombreux Patrice LUMUMBA ...

Écrit par : Pascal | 21 janvier 2011

Notre pays la Côte d'Ivoire traverse des temps difficiles, car tous les démons coloniaux sont dressées contre elle, pour une simple élection à l'issu de laquelle il y a eu deux présidents. Un président constitutionnellement reconnu et un autre président internationalement reconnu. Vraiment absurde!!, comment la communauté internationale peut elle substituer l'organe suprême d'un état souverain? Encore dites moi, pour un problème d'élection quelle est la solution la plus pertinente entre, le recomptage des voix et l'option militaire pour installer l'un des deux présidents, juste parce qu'il est celui reconnu par "une ou deux puissances de la communauté internationale"? Mais diantre! ont il évaluer le nombre de mort qu'il peut y avoir? ou ces morts importent peu à leurs yeux, le plus important c'est Voir Alassane Président de la république. S.V.P, Répondez moi: Qu'est ce que les Ivoiriens ont pu faire à Alassane et à la France, pour qu'ils puissent oser mettre la vie du peuple de Côte d'Ivoire en danger jusqu'à ce point? Une chose est sure, le peuple ivoirien est plus que jamais déterminé à défendre son sol jusqu'au dernier, pour sa souveraineté!

PRIONS TOUS DIEU, En tout lieu, en tout moment et en tout temps, pour qu'il libère la Côte d'Ivoire de ses détracteurs. Quelque soit qui vous soyez, quelques soit où vous soyez, quelque soit ce que vous seriez en train de faire, à partir d'aujourd'hui priez Dieu chaque jour pour notre pays. S.V.P faites-le et Dieu agira pour la Côte d'Ivoire !!!!!!!!

Écrit par : Leonce | 21 janvier 2011

Notre pays la Côte d'Ivoire traverse des temps difficiles, car tous les démons coloniaux sont dressées contre elle, pour une simple élection à l'issu de laquelle il y a eu deux présidents. Un président constitutionnellement reconnu et un autre président internationalement reconnu. Vraiment absurde!!, comment la communauté internationale peut elle substituer l'organe suprême d'un état souverain? Encore dites moi, pour un problème d'élection quelle est la solution la plus pertinente entre, le recomptage des voix et l'option militaire pour installer l'un des deux présidents, juste parce qu'il est celui reconnu par "une ou deux puissances de la communauté internationale"? Mais diantre! ont il évaluer le nombre de mort qu'il peut y avoir? ou ces morts importent peu à leurs yeux, le plus important c'est Voir Alassane Président de la république. S.V.P, Répondez moi: Qu'est ce que les Ivoiriens ont pu faire à Alassane et à la France, pour qu'ils puissent oser mettre la vie du peuple de Côte d'Ivoire en danger jusqu'à ce point? Une chose est sure, le peuple ivoirien est plus que jamais déterminé à défendre son sol jusqu'au dernier, pour sa souveraineté!

PRIONS TOUS DIEU, En tout lieu, en tout moment et en tout temps, pour qu'il libère la Côte d'Ivoire de ses détracteurs. Quelque soit qui vous soyez, quelques soit où vous soyez, quelque soit ce que vous seriez en train de faire, à partir d'aujourd'hui priez Dieu chaque jour pour notre pays. S.V.P faites-le et Dieu agira pour la Côte d'Ivoire !!!!!!!!

Écrit par : Leonce | 21 janvier 2011

Vous savez, il ne suffit pas de voir un défilé de médiateurs pour croire que les choses s'arrangent pour la Côte d'Ivoire; que les gens vont finir par reconnaître la force de nos institutions, non!!!
qu'est-ce qu'un médiateur? un médiateur, à côté du fait qu'il nous permet de recueillir les positions des parties belligérantes, il est - et cela est bien de le préciser - un enquêteur. c'est dire qu'il vient normalement dans le pays en conflit pour récueillir les informations afin de mieux instruire les curieux. il est donc évident que le monde (la communauté internatinale surtout) attend beaucoup de lui. mais ce que les gens semblent oublier, c'est que ce dernier est sans doute un de ces nombreux "clowns" envoyés par l'ancienne puissance coloniale (la FRANCE dans ce cas)... Alors, je dirai au Président Laurent Gbagbo de prendre, avec son équipe, de prendre toutes les informations sur tous les éventuels médiateurs qui frapperont à nos portes. N'oublions que tout ce que cette communauté dite internationale recherche, c'est un argument solide pour envahir la Côte d'Ivoire.

Écrit par : Joseph Yapi | 22 janvier 2011

Le gouvernement ivoirien n'était pas dupe. Chacun sait que Raila Odinga est un assassin, un bourreau, un agitateur sanguinaire ayant attisé les haines tribales comme toute la haute classe politique kenyane, à la solde de l'impérialisme anglosaxon mais où chacun aspire à devenir le chef (en vertu de ce genre de pseudo-démocratie majoritaire imposée par l'Occident où celui qui gagne remporte toute la mise, au lieu de prendre, p.ex., le modèle helvétique beaucoup plus apaisé et civilisé). A la fin il fut poussé à la primature par les puissances coloniales, désireuses de voir leurs larbins kényans rabibochés.
A Abidjan on le savait. Mais la diplomatie a ses raisons que la fougue ne connaît pas. Il fallait attendre le moment opportun pour congédier Mr Odinga; il fallait qu'il dépasse un certain seuil d'agressivité à l'égard du pouvoir constitutionnel ivoirien. Ce suil atteint et dépassé, on lui a montré la porte.
Probablement la même chose va se répéter avec le nouveau quinquet, en dépit de la participation de Zuma, le seul qui peut y introduire un peu de sagesse et d'impartialité. Il faudra les recevoir avec courtoisie et patienter. Du reste l'essentiel c'est de diffuser des arguments de par le monde afin de détromper l'opinion publique, obnubilée par la propagande impérialiste. C'est sur ce point que l'action du gouvernement ivoirien s'est jusqu'ici montrée très insuffisante. Pourtant ce n'est pas que la CI manque de talents, loin de là.

Écrit par : Lorenzo Peña | 04 février 2011

Les commentaires sont fermés.