topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06 mai 2011

L’Ivoirien Nouveau, Voyageur de la LIBERTE

Qu’il se mue en « voyageur de la liberté » et qu’il comprenne pourquoi il doit le faire. S’il ne défoule pas, par des voies non violentes, ses émotions réprimées, celles-ci s’exprimeront par la violence ; ce n’est pas une menace mais un fait historique.

« Martin Luther King » dans sa célèbre lettre écrite le 16 Avril 1963 depuis la geôle de Birmingham.

cote-d-ivoire-photo-du-jour.jpg
De partout dans le monde, ils sont nombreux ces voyageurs de la liberté. Depuis l’assaut final de la rébellion internationale contre la Côte d’Ivoire, ils ont été encore plus nombreux a jeté du revers de la main gauche, le carcan que l’ONU, par l’entremise de l’armée Française et des rebelles du chef de Guerre Ouattara, tentait de couvrir leur vœux d’émancipation vrai, de souveraineté confirmé et de liberté.

Dans leur désir fou de faire respecter la dignité humaine et leur vote, ils sont tombés par centaines sous les bombes assassines de l’armée Française et des troupes Onusiennes. Pour leur refus de plier l’échine face cette idéologie importée portant à faire croire que Alassane Ouattara est l’homme qu’il faut à notre pays, ils ont été brulés vifs, massacrés à coups de machette ou de rafale de Kalachnikovs. Face à leur intransigeance vis-à-vis de l’essence de leur combat, au regard de leur refus de violer leur conscience, ils ont été emprisonnés sans raison établie ; mais ils ont acceptés ce traitement et sont allés en prison pour être en phase avec leur âme et leur conscience.

D’autres sont partis, mais ils n’ont pas pour autant quitté la Côte d’Ivoire. Ils ont juste quittés ce bourgeon de dictature très militarisé cloné dans les loges de la Franc-maçonneries, et remis entre les mains ensanglantés du pion Alassane Ouattara, pour finir leur mission contre le peuple de Côte d’Ivoire. Ils ont certainement quittés la laideur purulente de la politique d’épuration ethnique instaurée par celui que la Côte d’Ivoire appelle maintenant « le boucher de Sindou ». D’autres ont dit NON à la fin avérée de la liberté d’expression dans notre pays où depuis l’enlèvement du Président Laurent Gbagbo par les services secrets Français, le chantre de la pensée unique ayant opéré la destruction des locaux de tous les organes de presse qu’il ne contrôle pas, les médias nationaux (Presse écrite, radio, Télé) existant sont tous à la solde du chef de guerre Alassane Ouattara. Certains ont été contraints de quitter le pays face à la chasse à l’homme lancée sur le territoire Ivoirien pour anéantir l’opinion contraire mais surtout, le bouillonnant, lourd et effrayant silence des justes.

Que la Côte d’Ivoire continue d’y croire. Ces filles et ses fils ne seront pas tous des félons. Sur la terre de leurs ancêtres, certains continuent de subir les humeurs morbides de la rebellion internationale piloté par Ouattara Alassane. Pendant cette tempête qui ravage la différence sur son passage, d’autres ont fait allégeance à la rébellion armée pour profiter d’un semblant de sécurité anesthésiante et d’espèces sonnantes et trébuchantes souillées par le sang, les larmes et la sueur du contribuable Ivoiriens. Sèche tes larmes mon beau pays, enterre tes enfants morts pour toi dans la terre de nos pères, fait ton deuil de manière honorable. Prie ton Dieu pour qu’il te bénisse.

Il reviendra le beau temps où, les voyageurs de la liberté reviendront en terre d’Eburnie, avec une panacée contre Alassane Ouattara le mal incurable qui gangrène la Côte d’Ivoire, pour enfin hisser notre drapeau, sur le sommet de la démocratie triomphante.

Comme pour reprendre une chanson des Noirs Américains pendant la lutte contre la ségrégation Raciale en Géorgie, je dirai : « Me voici, j’arrive/ Et j’baisse pas la tête bien bas/ J’me tiens tout raide, j’cause très haut / J’suis l’Ivoirien Nouveau »

IMG00217-20101229-1312.jpg

Vive le combat du Président Laurent Gbagbo, Vive la Nation Ivoirienne

Les commentaires sont fermés.