topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26 août 2011

IL FAUT BLANCHIR LE 'PV' D'Aly Coulibaly. Sarkozy et Ouattara au secours de l'Ambassadeur ?

aly-coulibaly.jpg
Dans l'Affaire "Aly Coulibaly et Une Mineure de 17 ans"... le journal l'Inter se rétracte et accuse le site web ivoirebusiness.net de l'avoir induit en erreur.
Dans sa puration de ce Vendredi 26 Aout 2011, le journal l'Inter fait ce méa culpa approximatif:

POLITIQUE

Mille excuses !!!!
Publié le vendredi 26 aout 2011   |  L'Inter
Avec le concept de journaliste citoyen qui permet à tout citoyen de s'ériger en journaliste, Internet est devenu un véritable casse-tête pour le journaliste professionnel. Dans notre parution d'hier, nous avons relayé une information parue sur un site Internet ivoirien basé en France, sans que cet article ait été recoupé avec tout le professionnalisme possible.
A la vérité, jamais le départ de SE Aly Coulibaly n'a été à l'ordre du jour.
Et jamais, ce collaborateur proche du président Ouattara n'a trempé dans une sordide histoire de mœurs en France, tel que ce site l'a fait croire. Pour notre part, des mesures disciplinaires appropriées ont été prises contre le journaliste concerné, et au nom du journal «L'inter», qui œuvre au quotidien pour se tailler une cote de crédibilité dans le paysage médiatique ivoirien. C'est pourquoi, en toute humilité, la direction de ''L'inter'' se confond entièrement en excuses et présente ses sincères regrets à SE Aly Coulibaly pour tous les désagréments que cet article a pu lui causer hier, lui et sa famille. A commencer par sa famille biologique, notamment ses enfants qui nous ont joint pour marquer leur indignation à ce qu'ils considèrent comme une infamie pour leur père, ensuite à sa famille politique du RDR et du RHDP, qui ne peuvent être épargnés par les effets d'un tel incident. A la grande famille des diplomates à laquelle ils appartient, qui hier encore s'interrogeait sur ce qui s'était passé, toutes nos excuses. Enfin, à la communauté Djimini de Dabakala, qui aussitôt s'est sentie interpellée et nous a joint pour comprendre, la rédaction de ''L'inter'' se plie en excuses. La publication de l'information a une exigence de qualité. C'est vers quoi nous tendons chaque jour à ''L'inter''. Mille excuses à tous nos lecteurs.

JMK AHOUSSOU
Directeur de la Publication

En somme, les journalistes DITS Professionnelles qui accusent ceux qu'ils appelent "journalistes citoyens" n'auraient aucune "source sur place DANS la capitale française, qui semble bien introduite DANS la chancellerie" et qui les auraient "joint il y a quelques jours pour donner l’information.
Je trouve cela limite surtout venant de "L'Inter un quotidien Ivoirien toujours apprécié pour sa neutralité politique" comme je le soulignait avec soin. L'Inter serait il en train de se retracter face au Regime en place qui "emprisonne" les journalistes qui font BIEN leur travail ?

J'y mettais un point d'honneur dans ma premiere publication en soulignant que le 17 août, à 16:04 lorsque Toussaint Alain publiait son info voulu flou, il ne donnait pas plus de précision sur le sujet encore moins sur l'identité du mis en cause. Pudeur et prudence oblige, on n'osa pas en rajouter nous autres bloggeurs et journalistes citoyen. Surtout au vu de la délicatesse du sujet, L'Inter aurait commis cette erreur que meme les amateurs n'ont pas commis ?

Permettez moi d'en douter, de ne pas y croire finalement, et d'être certains que LE JOURNALISME D'INVESTIGATION EST MORT EN COTE D'IVOIRE.

Les commentaires sont fermés.