topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17 octobre 2011

La soldatesque de Hamed Bakayoko face au FPI à la Place CP1 : "On a voté Gbagbo, tuez nous"

15 Octobre 2011 – Debout comme un seul homme, les « indignés » du monde réclament une «Véritable démocratie globale » pour les états ayant fait le choix cette ligne politique qui malheureusement n’est pas toujours appliquée en respectant les points qui en caractérisent la vertu. Sur le continent Noir-Africain, un pays qui n’en est plus vraiment un, a entreprit courageusement de proclamer son indignation par la voix de ses dignes patriotes ; en Côte d’Ivoire devenue une sorte de nouvelle préfecture Française depuis l’enlèvement par l’armée Française de Laurent Gbagbo son Président élu, la jeunesse du FPI (Front Populaire Ivoirien) a entreprit de réclamer la libération de son leader et de tous les prisonniers politique issus de la Majorité présidentielle lors d’un meeting organisé à Abidjan dans la commune de Yopougon.

Bien qu’officiellement autorisé avec contrariété par le pouvoir iconoclaste imposé par la Nicolas Sarkozy, ce simple meeting de la place CP1 de Yopougon va se heurter à la fébrilité de cette dictature en consolidation qui vient d’ajouter une autre pièce à son chapelet de privation et de violence gratuite. Ce rassemblement pacifique va être brutalement réprimé dans le sang par les nervis du loubard Hamed Bakayoko auréolé de son titre de Ministre de l’intérieur dont il s’affuble. Au menu ; grenades lacrymogènes, bastonnades et tirs de Kalachnikovs pour empêcher l’accès au stade censé être le lieu du rassemblement.

317295_189674391108595_119142914828410_429207_15534189_n.jpg
314772_189674421108592_119142914828410_429209_1449572305_n.jpg

Face au risque de devoir assister impuissant au meurtre programmé de certains militants par les FRCI, la direction de la jeunesse du FPI décide de surseoir illico à la tenue effective du rassemblement prévu pour 14 H. Cependant, l’information faisant état de l’annulation du meeting est donnée autour de 13H GMT et ne parvient pas à tous les patriotes Ivoiriens qui déferlent déjà en direction de la place CP1. C’est dans le sang que les jeunes du FPI vont être réprimés par les soldats rebelles de Hamed Bakayoko postés armes aux poings à toutes les encablures du lieu du meeting qu’il avait autorisé.

Toutefois, « Yopougon la joie » est aussi « Yopougon la courageuse » - et l’antre de la résistance Ivoirienne n’entendait pas se laisser éternellement privé de ses libertés élémentaires. Bravant les armes et la violence impétueuse imposée par la soldatesque du « Golden Boy » de la préfecture Française de Côte d’Ivoire, la digne jeunesse du FPI a donné sa chaire et son sang pour proclamer sa liberté et revendiquer son attachement sans bornes à son leader injustement emprisonné ; « On a voté Gbagbo, tuez nous » scandaient ils face à l’artillerie impressionnante déployé pour les dissuadés de se rendre à la place CP1.

Bien que le meeting ait été avorté, les jeunes militants du FPI ont brisé l’infect et paralysant cycle de la peur en arborant fièrement des T-shirts et autres gadgets à l’effigie de Laurent Gbagbo et du FPI.

« Nous gagnerons la bataille de l’avenir et de la LIBERTE » disait Laurent Gbagbo – et cette idée novatrice, les patriotes Ivoiriens n’en démordent pas même dans l’adversité. Avec abnégation, détermination et foi, ils continueront nombreux à se battre pour cet idéal. Aussi, la pire intransigeance du pouvoir en place n’arrêtera cette marche vers la démocratie à restaurer et la liberté retrouvée.

Commentaires

On naît une fois comme on meurt aussi une fois. Le PR GBAGBO n'a jamais reculé devant la mort ni les ordres injustes (conf. 1992/11 avril 2011). C'est comme ça que l'on défend ses libertés. Merci aux manifestants de Yop Place CP1. Et à vous Claudius que relatez l'évènement.

Écrit par : GOBA Zogo Toussaint | 18 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.