topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21 mars 2012

La CDVR en panne. Banny impose 'le dialogue' à Ouattara face aux revendications du FPI

dialogue.jpg
Finalement, Ouattara se résout peut être à mettre fin à son monologue de vachard.
Je disais dans cet article du 11 Octobre 2011:
« Face à toutes ces tractations en contradiction sans équivoque d’un véritable désir de réconcilier les Ivoiriens selon une analyse impartiale des revendications des deux camps, on ne peut qu’être lunatique et craindre les conséquences de l’échec de la CDVR qui ne pourrait réussir sa mission même avec la meilleure dose de bonne foi tant que Alassane Dramane Ouattara s’obstinera dans son monologue lors duquel la seule réponse au Pro-Gbagbo, réponse très vacharde d’ailleurs, a été « Les chiens aboies, la caravane passe ».
Tel un roitelet tétanisé par la contradiction, Alassane Dramane Ouattara a décidé de s’assoir seul à la table des discussions auxquelles il est participant, jury, modérateur et juge. Cette SOLUTION que même les érudits de la réconciliation ne sauraient expliquer, n’est pas idoine dans une telle SITUATION puisque ne pouvant rien résoudre.
L’ivresse du pouvoir ne devrait pas conduire à une telle radicalité car en toute sincérité, la réconciliation et la paix véritable ne se décrètent pas. « Libérez Gbagbo » pour ouvrir un véritable dialogue social en vue de faire éclater la vérité : le pardon et la réconciliation nationale suivront sans aucun doute. »

Aujourd'hui ils se rendent à l'évidence. Ils ont échoué lamentablement au pied du désordre qu'ils ont crée en Côte d'Ivoire. Ouattara et ses sous fifres se perdent en conjectures: alors, ils regardent enfin vers l'autre Côte d'Ivoire; cette Côte d'Ivoire assassinée, emprisonnée, humiliée et bafouée sur l’hôtel du "rattrapage ethnique"

Le 9 mars 2012 j'écrivais
"Le peuple de Côte d’Ivoire peut se permettre de dire qu’il est intelligent. Il reconnaîtra certainement avoir commis des erreurs dont il a visiblement minimisé la teneur ; des errements politiques d’une frange de notre population, mais qui constituent en ce moment une ultime douleur nationale sur laquelle ce pays profondément divisé s’accorde, nonobstant ces considérations tribales, religieuses et politiques instrumentalisés à grand renfort médiatique depuis des années, et qui ont fini par dégradé le tissu social."

Bien vrai que "ce pays profondément divisé s’accorde" aussi sur la réalité de la vitale réconciliation nationale, pour qu'elle soit vraie et durable, nous devons prendre et respecter chacun des engagements précis pour y parvenir !

Dans un premier temps, en qualité de Patriotes Ivoiriens et militants/sympathisants du FPI et de La Majorité Présidentielle, quelles doivent être NOS conditions pour "envisager" ce dialogue SELON VOUS ?

Commentaires

Article passionnant ! Comme d'habitude.

Écrit par : mutuelles animal | 12 avril 2012

Les commentaires sont fermés.