topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30 mars 2012

L’avocat de Simone Gbagbo disparaît a l’aéroport d’ Abidjan

Maître Dadjé Ange Rodrigue, avocat conseil de Simone Ehivet Gbagbo a été très probablement arrêté par la DST depuis l’après- midi de ce jeudi 29 mars 2012, 15 H, heure d’Abidjan.

Rodrigue_Dadje.jpg
Parti en mission en France avant le dénouement tragique de la crise post-électorale d’ Avril 2011, cet avocat du barreau d’ Abidjan affecté à la défense exclusive des intérêts de la première dame de Côte d’ Ivoire, Mme Simone Ehivet GBAGBO, n’ avait pas remis les pieds en Côte d’Ivoire bien que ne faisant l’objet d’aucune poursuite officielle.

Il se trouve qu’à l’occasion du débat suscité par le ( vrai-faux) transfèrement de sa cliente au TPI, Maître  Dadjé après avoir reçu toutes les assurances du procureur KOUADIO SIMPLICE avait pris sur lui de se rendre à Odienné en vue de participer effectivement à l’action de terrain du pool d’avocats commis pour la tâche. En provenance de Paris, il effectuera une escale de quelques jours à Lomé d’ où il embarquera ce jour même, à bord d’un vol direct de la compagnie ASKY, départ Lomé , 13h 20. Pour un vol d’une heure environ.

Cependant, les amis de Lomé qui l’ont accompagné à l’aéroport ainsi que ceux d’ Abidjan venus l’accueillir sont jusqu’ à cette heure tardive sans nouvelle aucune. Alors même que de l’avion il avait bien pris le soin de prévenir tout le monde qu’il avait embarqué sans problème.
La seule hypothèse à cette heure tardive pour comprendre cette disparition singulière de l’homme de droit est celle d’une interpellation de la DST dont les agents gardent jusqu’à cette heure- ci un silence bizarre.

Maître Dadje avait entre autres, permis à sa cliente de gagner devant le tribunal de Nanterre le procès dit des Escadrons de la Mort qui opposait Simone Ehivet GBAGBO au journal Paris Match.
Ce journal, qui avait sans fondement aucun, la première dame d’être à la base des Escadrons de la Mort à Abidjan avait été condamné par une décision de justice en faveur de Simone GBAGBO.
Il est à noter que sur la question de son transfèrement, le pouvoir Ouattara vient de reculer, nous ramenant tous à la case départ après avoir agité le marigot politico-judiciaire de la Côte d’ Ivoire.
Comme nous l’écrivions hier seulement, le pouvoir Ouattara se trouve devant l’impossibilité technique de procéder à la déportation de son illustre prisonnière. Encore une fois, SACREE SIMONE.

Une correspondance de "Mélanie DEBREST

Les commentaires sont fermés.