topblog Ivoire blogs

29 septembre 2012

Katinan "interpellé abusivement" par Interpol à ACCRA. Pourquoi cet acharnement de ADO ?

 Alassane Dramane Ouatarra, Justin Koné Katinan, Steve Beko, Interpol, BNI, ONU, Joy News, Patrick Sogbodjor, ACCRA, claudus Kouadio, le blog de Claudus, laurent Gbagbo, LMP, FPI, RDR, FRCI

L'information a fait cette nuit l'effet d'une bombe à minuterie. Il apparaissait évident que Alassane Dramane Ouatarra réagirait face au pied de nez de la justice Ghanéenne suite à la libération sous caution du Ministre Katinan ce mardi 25 Septembre. Abonné aux manières peu orthodoxes et à la fourberie, il vient de sortir un nouveau tour de passe passe de sa gibecière pour "capturer" le Ministre Justin Koné Katinan.

Steve Beko un Blogueur et activiste du web exilé au Ghana nous rapporte les faits: "Le ministre Koné Katinan vient encore d’échapper à un enlèvement par les agents d'Interpol Ghana alors qu'il revenait de la DST ghanéenne ou il s’était rendu avec son avocat pour des formalités d’usage. A la sortie du bureau de la BNI, il est accosté par un agent d’Interpol Ghana qui lui explique que leur patron veut le voir. Le ministre se rend donc sereinement au bureau de celui-ci et se voit dire qu'il y avait une autre procédure contre lui initiée par le régime Ouattara non plus pour crimes économiques mais crimes de sang et qu’il compte utiliser une procédure plus simplifiée "d’Interpol à Interpol". Heureusement, l’avocat s’oppose et les autorités ghanéennes sont immédiatement alertées. Celles-ci rassurent donc tous les responsables des exilés ivoiriens dans leur pays en leur promettant que cette énième fourberie ne saurait seulement prospérer sur leur territoire. [...]L'on peut dire que c'est une deuxième tentative d'enlèvement qui est en cours d'être déjoué."

De toute évidence, Le Ministre KATINAN vient d'être ainsi interpellé pour des fadaises de l'imposture militarisée qui sévit en Côte d'Ivoire. Une véritable tentative d’enlèvement manquée du pouvoir Ouattara qui tente ainsi d’outrepasser les législations Ghanéennes avec l’illusion que le caractère international d'Interpol surpasse la constitution de l'état Ghanéen. Certainement pour lui un bis repetita de la certification d’élections frauduleuses par  l'Onu qui avait abusivement enterré la constitution Ivoirienne pour installer le candidat non élu de l'étranger. 

Selon Joy News [site Internet et radio d’Accra] "L’avocat de Justin Koné Katinan est profondément perturbé par la décision de la police de l’arrêter à nouveau. Katinan a bénéficié de la liberté sous caution mercredi après que les procureurs aient échoué à commencer les procédures d’extradition contre lui ainsi que le tribunal le leur avait demandé.[...] Son avocat, Patrick Sogbodjor, qui a confirmé son arrestation dans la soirée de vendredi, a dit qu’il est choqué par ces développements parce qu’ils violent très clairement la décision de la Cour."

Le Ministre Katinan qui est en garde à vue cette nuit, devrait subir un interrogatoire demain à 08h UTC pour les nouvelles accusations portées contre lui par le régime ubuesque de Ouattara.

Les thuriféraires du régime Ouattara parlent déjà d'une possible "procédure accélérée d’extradition" de Katinan vers la Côte d'Ivoire suite à cette autre interpellation. Ce qui n'est pas plausible et rationnel vu que la justice Ghanéenne a déjà en cours un procès sur le même sujet et dont la prochaine audience est prévu pour le 11 Octobre 2012 en accord avec les deux parties. Toutefois, personne ne peut empêcher les fantasmes de Alassane Dramane Ouattara et ses sbires.

Ce qu'il convient de mettre en exergue, c'est cette flagrante violation des termes de la liberté provisoire et sous caution du Ministre Katinan par Interpol Ghana. Les autorités Ghanéennes doivent se résoudre à jouer franc jeu et arrêter de nous servir des lois Vuvuzela face l'acharnement de Alassane Dramane Ouattara.

"L'acharnement et la soif de vengeance contre ce pays qui le vomit chaque jour un peu plus depuis 1990": voilà ce qui ronge Alassane Dramane Ouattara jusqu’à la moelle. Voilà ce qui explique son déferlement de violence contre tous ce qui le contredit. Voilà e qui explique l'océan de mensonge sur lequel il navigue à la recherche de l'atlantide.

Restons mobilisés et suivons sereinement la suite de cette affaire dotée de nombreux organes préhenseurs que sont les puzzles et autres couloirs sombres de la diplomatie souterraine très alambiquée.

Claudus Kouadio

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 29 Septembre

Interpellé hier par les agents d’Interpol Ghana alors qu’il quittait les locaux du Bureau national des Renseignements (BNI) en compagnie de son avocat Me Patrick Sogbojor, le Ministre Koné Katinan a passé hier sa première nuit dans les locaux de cette organisation pour le motif que le régime Ouattara aurait intenté une autre procédure contre lui pour crimes de sang cette fois ci.

Dans la nuit d’hier, les policiers ivoiriens dépêchés par Ouattara tentent de convaincre leurs
homologues ghanéens de leur remettre l’infortuné afin qu’il soit interrogé en Cote d’Ivoire. Ferme opposition des autorités ghanéennes qui exigent que la police de leur pays assiste à la confrontation étant donné que le Ministre Katinan jouissant d’un statut de réfugié bénéficie d’un certain nombre de prérogatives. La pression des ghanéens finit par avoir raison de la suspecte précipitation des ivoiriens et rendez vous est pris ce matin à 08h dans les locaux d’Interpol pour le grand interrogatoire.

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, les policiers ivoiriens qui hier, tentaient d’accélérer la procédure ne se présenteront pas au lieu convenu. Relancés à plusieurs reprises par les ghanéens, ils finissent par avouer à 11 H ne pas être prêt et demande un report de l’interrogatoire au lundi 01 Septembre à la même heure. Les responsables d’Interpol Ghana accèdent à la requête des policiers ivoiriens et après concertation, l’interrogatoire est reporté à la date précitée.

Il faut noter que selon des indiscrétions recueillies auprès de certaines personnes, pendant que le policier interpellait le ministre Katinan, certains de ses collègues lui reprochaient en Twi, langue locale de faire l’opération juste devant le service.

L’on s’aperçoit donc que certains policiers indélicats ghanéens certainement corrompus par le régime d’Abidjan ont tenté ce qui s’apparente à un enlèvement.
Car comment expliquer tout d’abord que les policiers ivoiriens veuillent extrader le ministre Katinan sans l’entendre dans son pays hôte. De surcroit, comment comprendre encore qu’après un si long voyage d’Abidjan à Accra, ils ne soient pas à mesure de fournir les preuves de leurs accusations aux autorités ghanéennes ?

La conclusion à laquelle tout esprit cartésien aboutit est que nous assistons à une scène où le régime Ouattara tente par tous les moyens de contourner la justice tandis que les ghanéens l’y ramènent continuellement.
Les réfugiés et exilés ivoiriens tout en étant déçus du fait que le porte parole du président Gbagbo soit de nouveau contraint de passer une nuit supplémentaire en dehors de sa maison, restent déterminés et confiants car les fourberies et harcèlements abjects de Ouattara ne sauraient avoir raison de la justice ghanéenne.

Steve Beko

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 1er Octobre

ATTENDUS AU BUREAU D’INTERPOL, LES POLICIERS DE OUATTARA NE SE SONT PAS PRÉSENTÉS

Comme annoncé le samedi, policiers ivoiriens que Dramane avait envoyés au Ghana pour procéder à l’extradition du ministre Katinan étaient attendus ce jour au bureau d’Interpol Ghana pour justifier la nouvelle procédure pour crime de sang intentée contre le porte parole du président Gbagbo.

A la stupeur générale, ceux-ci ne se sont pas présentés ce matin arguant qu’ayant saisit Interpol Ghana pour une affaire criminelle et non politique, cette organisation devrait simplement procéder à l’extradition sans confrontation devant la justice.

Malgré les gages donnés le samedi, c’est toute honte bue que les preuves qui dit-on surabondent contre le ministre Katinan et qui étaient attendues par la justice ghanéenne se sont volatilisées.

Cette fuite en avant confirme que c’est bel et bien une tentative d’enlèvement du porte parole du président Gbagbo qui vient d’être déjouée grâce à la vigilance de son avocat et des exilés ivoiriens au Ghana.

Me Patrick Sobodjor et le conseil des avocats du ministre Katinan saisiront dans les minutes qui suivent la Haute cour de justice Ghanéenne pour démontrer à Interpol non seulement le caractère politique de cette affaire mais aussi dénoncer le fait que Ouattara veuille snober la justice d’un pays libre et souverain comme le Ghana dans une affaire qui est pourtant pendante devant le Tribunal du District de Ossou Accra.
Une affaire présentée au départ comme un crime économique et pour laquelle Katinan est en Liberté provisoire et qui se transforme subitement pour les besoins de la cause en crime de sang et meurtre.

Une conférence de presse animée par les avocats est prévue à cet effet dans les heures qui suivent.

AFFAIRE KATINAN, ÉPILOGUE DE CETTE JOURNÉE
LES POLICIERS DE OUATTARA RENTRENT BREDOUILLES D’ACCRA

Cette journée folle en ce qui concerne l’affaire Katinan vient de connaitre un premier épilogue ce soir dans la capitale ghanéenne et le moins que l’on puisse dire est qu’une fois encore la justice de ce pays a eu raison de la volonté des autorités ivoiriennes de fouler au pied les règles élémentaires de justices.

Récapitulons :
Attendus par Me Patrick Sobodjor avec les preuve
s de l’accusation de crimes de sang portée contre son client, les policiers ivoiriens dépêchés par le régime d’Abidjan ne se présentent pas à l’heure et au lieu indiqués. L’avocat quitte donc le bureau d’Interpol Ghana pour aller saisir la haute cour de justice ghanéenne sur le caractère politique donc illégale de la détention de son client par cette organisation.

En son absence, les policiers ivoiriens accourent et présentent un document au ministre Katinan dans lequel ils l’accusent du meurtre de deux personnes et lui demandent de signer l’acte d’accusation. Ce qu’il refuse de faire bien entendu en l’absence de son avocat leur demandant du meurtre de qui il était accusé. C’est à ce moment qu’ils précisent qu’il s’agit de Kamagate Sedou, 83 ans, un soudeur et le 29 mars, Diabaté Drissa, 37 ans, un négociant de Port Bouet. Le ministre a alors rétorqué qu’il ne se reconnaissait pas dans de telles accusations et qu’il ne dirait rien avant d’avoir parlé à un avocat.

Les policiers d’Abidjan eux tentent le tout pour tout afin d’obtenir l’extradition cette nuit du lundi 01. Ce à quoi s’oppose naturellement la justice ghanéenne qui récupère l’affaire et exige de mener des enquêtes avant de déterminer si le statu de réfugié du mis en cause doit lui être retiré ou pas.

Le juge devant lequel est ensuite présenté le valeureux porte-parole estime que n’étant pas en possession de toutes les preuves requises, la justice ghanéenne se donnait deux semaines pour mener des investigations supplémentaires pour se prononcer sur cette autre accusation de crimes de sang.

Malgré l’insistance des autorités ivoiriennes, la justice du pays de N’Nkrumah maintiendra fermement sa position.

En conclusion, notons que le ministre Katinan ne sera pas extradé, en tout cas pas avant les deux semaines d’enquêtes requises par la justice ghanéenne et qu’une fois encore la loi a fait barrage aux exigences illégitimes de Ouattara et de ses soutiens malgré les sommes importantes investies dans ce projet.

Steve Beko

27 septembre 2012

EXCLUSIF : A voir le debat de l’émission "le club de la presse" sur la rebellion de 2002 censurée par la RTI

L'éléphant Déchaîné, Emmanuel Grattié Lavry, Assalé Tiémoko, Saint Claver Oula, Eddy Pehé, Le Club de la presse, CDVR, le blog de Claudus, Claudus Kouadio

Le dimanche 23 septembre, à 18 heures 8 minutes, sur la RTI1, une bande déroulante a annoncé la non diffusion du CLUB DE LA PRESSE pour des "raisons techniques". Interrogé par "L'éléphant Déchaîné", Emmanuel Grattié Lavry, le présentateur de l'émission a déclaré qu'il avait été lui-même informé dans la soirée que l'émission ne sera pas diffusée pour des raisons techniques, sans plus de précisions. En réalité, cette émission, enregistrée le vendredi 21 septembre ne sera jamais diffusée et pas à cause de raisons techniques. Elle a été purement et simplement censurée.

Il y avait comme invités: Assalé Tiémoko (Directeur général et gérant de l'éléphant Déchaîné"), Saint Claver Oula (rédacteur en chef de le nouveau courrier), Eddy Pehé (directeur de publication de le nouveau réveil), Célestin Gnonzion (enseignant-chercheur, spécialiste de l'éthique de la presse). Les thèmes débattus étaient la rébellion de 2002 (bilan, financement), les rencontres de la CDVR, l'enquête sur la mort de Guéi, la drogue dans les écoles, le conseil des ministres (le code de déontologie des fonctionnaires et agents de l'Etat), l'attaque du commissariat à Port-bouet, la suspension de la sanction contre les journaux bleus. 

Eh bien les vérités qui ont été dites au cours de l'enregistrement de l'émission n'ont pas semble-t-il, fait plaisir en haut lieu. L'émission a été purement et simplement censurée.

CEPENDANT GRACE A LA DEXTERITE DE LA WEBOSPHERE POLITIQUE IVOIRIENNE CETTE EMISSION EST DESORMAIS DISPONIBLE SUR LE NET. A VOIR ET A PARTAGER !

Source : Mohamed Radwan

Première Partie

Deuxième Partie 

Troisième Partie 

 

26 septembre 2012

(Mise à Jour) ACCRA-AFFAIRE KATINAN : Après maintes reports du procès, la liberté provisoire accordée

5 Septembre 2012: Compte rendu de  Idriss Ouattara, Président des Agoras & Parlement de CI - En Exil au Ghana.

PROCES DE KONE KATINA. Le Juge se déclare incompétent pour l'extradition et juge légale la procédure d'arrestation de KATINA. L'affaire renvoyée à demain: Tous les détails.

Idriss Ouattara, fpi, alphonse douaty, kone katinan, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus

Le procès du Ministre Kone Katina vient de s'achever[...]. Comme la premiere fois j'y étais au nombre des 5 persones autorisées à y assister comme soutien à Katinan.

Sur le dossier, le juge devait se prononcer sur 2 points: la légalité de l'arrestation et l'extradition.

Sur le 1er point, l'avocat de Katinan a d’entrée dénoncé l’illégalité de la procedure et demande la libération provisoire de son client. Mais le procureur ghaneen a estimé que cette arrestation était plutôt légale. Au vu des pièces fournies par le procureur le juge a suivi la partie plaignante. Monsieur Katinan sera maintenu jusqu'a la fin du procès à moins qu'une demande de libération sous caution ne soit introduite.

Sur le 2eme point le juge s'est déclaré incompetent et a renvoyé l'affaire devant un juge spécialisé en matière d'extradition dans une autre juridiction dans le District d'OSSOU. Le procès sur l'extradition tant attendue aura finalement lieu demain.

Aux patriotes, nous demandons de rester sereins car le coeur du proces c'est l'extradition et non la legalite de la détention. Apres la position sans ambage du Président Ghanéen hier qui a definitivement trancher cette affaire nous sommes tous convaincus de l'issue heureuse de ce procès.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 6 Septembre 2012

PROCÈS DE KONE KATINA A NOUVEAU REPORTE AU 13 SEPTEMBRE: LES DÉTAILS

Ce matin de 9h30 a 10h40 nous avons assiste comme prévu au procès de Katinan.

L' avocat de Katina a demande la liberté sous caution refusée par le juge sous prétexte que le temps de détention de Katinan (14 jours) n’était pas irraisonnable eu égard a la gravite des faits qui lui sont reproches.

Sur le fond de l'extradition le débat n'a pas eu lieu ce jour. La partie plaignante a demande un report parce qu'elle n’était pas pas prête aujourd'hui à débattre sur la procédure d'extradition. Le juge a accédé à a la requête et a reporte le procès au 13 septembre. Toutefois le juge a mis en garde l'accusation que si le 13 septembre elle n’était toujours pas prête il libérera Kone Katinan parce qu'il n'entend pas le détenir encore plus longtemps.

Aux patriotes nous voulons les rassurer que Katinan sera libéré a la fin de ce procès. Mais nous sommes en droit et les procédures sont parfois complexes. C'est pourquoi nous leur demandons un peu de patience et de la sérénité. c'est le résultat final qui compte dans ce procès.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 13 Septembre 2012

LE PROCES ENCORE REPORTE AU 25 SEPTEMBRE: LES DETAILS 

L'accusation a dit au juge qu'elle n'est pas encore prête au niveau des documents à exploiter contre Katinan. Selon elle c'est seulement hier qu'elle a recu les documents ( preuves) du gouvernement ivoirien accusant Katinan et qu'elle n'a pas pu traduire en anglais. Elle a donc demandé à nouveau un report accepté par le juge. Le procès a été très bref. 

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 25 Septembre 2012

TOUS LES DETAILS DE LA MISE EN LIBERTE DE KONE KATINAN COMME SI VOUS Y ETIEZ.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus

Dès l'entame du procès le juge a demandé à l'accusation de fournir enfin les preuves contre Katinan. A la surprise générale celle ci répond qu'elle n'est pas prête parce qu'elle n'a "toujours pas pu traduire les documents". Le magistrat réagit en dénonçant la lenteur de la traduction qui bloque le procès. 

Comment on peut accuser quelqu'un depuis un mois sans être en mesure de fournir les preuves s’étonne le juge. Il passe aussitot la parole à l'avocat de Katinan qui lui estime qu'en vérité l'accusation n'a pas de preuves contre son client et demande en conséquence sa libération. 

Le juge redonne la parole cette fois à l'accusation et lui demande de dire exactement quand elle pourra finir la traduction des documents de sorte à ne pas encore dire ce jour là qu'elle n'est pas prête. L'accusation avance la date du 11 Octobre comme date raisonnable pour elle. Le juge maintient cette date comme celle de la prochaine séance tout en la mettant en la garde "pour la derniere fois". Il fait aussi droit à la demande de liberté sous caution demandée par l'avocat de Katina. Le juge accède à la requete et fixe la caution a 50 thousands Ghana cedis  à laquelle quelqu'un devra "simplement" se porter garant. 

Katinan doit une fois par mois se presenter dans les locaux de la DST jusqu'a la fin du procès. 

Remarque du jour: Le proces n'a duré qu'une trentaine de minutes environ. 

Le juge Ghanéen à notre surprise se debrouille bien en Francais et a même beaucoup taquiné Katinan. A present je suis avec Katinan et nous sommes en train de remplir les formalités administratives afin qu'il regagne son domicile en début d'apres midi. 

Merci Dieu pour le triomphe de la verite.

Compte rendu de  Idriss Ouattara, Président des Agoras & Parlement de CI - En Exil au Ghana.

24 septembre 2012

AFFAIRE Facebook publie vos messages privés: fausse alerte ?

S’agit-il du plus gros scandale de vie privée depuis le lancement de Facebook ?

Facebook publie vos messages privés, messages privés facebook,inbox, timeline facebook, LeMonde.fr, Metro France,

Lundi 24 septembre, depuis le début d’après-midi en France, sur certains comptes Facebook, les messages privés (lisibles en théorie uniquement par l’envoyeur et le destinataire) des utilisateurs datant de 2007, 2008 et 2009 apparaissent directement sur leur Timeline, qui est lisible par un nombre variable de personnes, en fonction du paramétrage de chaque compte.

En d’autres termes, des conversations privées se retrouvent potentiellement lisibles par de nombreuses connaissances des utilisateurs sans que ceux-ci n’aient donné leur accord.

Un comble quand on se souvient que la Timeline de Facebook, mise en place en décembre 2011, a été conçue notamment pour permettre aux utilisateurs de gommer leur passé sur le réseau social plus facilement.

A la rédaction de Slate.fr, nous avons effectivement constaté le «bug» (ou la faille de sécurité, impossible de le savoir pour le moment), sur au moins trois comptes Facebook. Le Huffington Post a également constaté le problème:

«Dans une case à droite vous devriez voir “XX de ses amis ont publié dans le journal de XX”. Cette liste de messages comporte des publications d'amis sur votre mur mais aussi des messages qui auraient dû rester privés.»

Metro France a contacté Facebook, qui «enquête sur la question mais n'a pas encore donné d'explication».

 Une hallucination collective ?

Facebook a répondu par mail aux journalistes de TechCrunch:

«Un nombre réduit d’utilisateurs ont fait entendre leur inquiétude après que ce qu’ils pensaient être des messages privés soient apparus sur leur Timeline. Nos ingénieurs ont enquêté sur ces informations et sont arrivés à la conclusion que les messages étaient des messages postés sur le mur qui avaient toujours été visibles sur les pages profil des utilisateurs. Facebook est convaincu qu’il n’y a pas eu d’atteinte à la vie privée des utilisateurs.»

Cela rejoint une hypothèse circulant notamment sur Twitter: les utilisateurs français (et italiens notamment) auraient eu une sorte d'hallucination collective, confondant des messages privés et des échanges publics sur les murs.

Si le problème est largement rapporté sur les sites d’information français, il n’en est encore presque pas question aux Etats-Unis. Circule une hypothèse notamment sur Twitter: les utilisateurs français (et italiens notamment) auraient eu une sorte d'hallucination collective, confondant des messages privés et des échanges publics sur les murs.

A la rédaction de Slate.fr, nous avons effectivement constaté le «bug» (ou la faille de sécurité, impossible de le savoir pour le moment), sur au moins trois comptes Facebook. Le Huffington Post a également constaté le problème:

«Dans une case à droite vous devriez voir “XX de ses amis ont publié dans le journal de XX”. Cette liste de messages comporte des publications d'amis sur votre mur mais aussi des messages qui auraient dû rester privés.»

Metro France a contacté Facebook, qui «enquête sur la question mais n'a pas encore donné d'explication».

Confirmé par TechCrunch

Si le problème est largement rapporté sur les sites d’information français, il n’en est encore presque pas question aux Etats-Unis.

Néanmoins, une journaliste du site spécialisé américain Techcrunch a confirmé dans un billet paru à 19h46 heure française avoir fait elle-même l’expérience du problème sur son compte Facebook.

Que faire ?

La première solution à avoir circulé est celle proposée par un utilisateur cité par Metro France: cliquer sur les années 2007, 2008 ou 2009 sur sa Timeline, appuyer sur le crayon qui apparaît en haut à droite de l’onglet où apparaissent les messages et appuyer sur l’option«ne pas afficher dans le journal». Mais cela n'enlève pas tous les message de la Timeline, et ceux-ci peuvent rester affichés sur le mur des autres interlocuteurs présents dans les conversations privées en question.

La meilleure solution semble pour le moment être celle rapportée par LeMonde.fr:

«Pour empêcher que vos "amis" voient vos messages privés: Cliquer sur la petite flèche à côté d’accueil --> Paramètres de confidentialité --> journal et identification --> dans le détail mettre ces paramètres: 1re ligne: personne, 2e ligne: moi uniquement, 4e ligne: moi uniquement.»

Enfin, la solution la plus drastique reste de désactiver temporairement son compte. FranceTV Info vous explique la marche à suivre pour ce suicide temporaire.

Le problème ne semble pas systématique et ne concerne que certains comptes.

Source: Slate.

ps: Le titre est de la rédaction du Blog de Claudus

Joyeux anniversaire Michel Gbagbo - Le message de Jacqueline Chamois sa mère.

michel gbagbo,jacqueline chamois,rfi,prison bouna,laurent gbagbo,liberez michel gbagbo,claudus kouadio,le blog de claudus

Ce Lundi 24 Septembre marque un autre anniversaire de Michel Gbagbo fils du Président Laurent Gbagbo. Ce Lundi 24 Septembre marque éternellement un deuxième anniversaire qu'il devra passer dans les geôles de Alassane Dramane Ouattara pour le simple crime d'être "un Gbagbo".

Un anniversaire au gout d'une triste commémoration: mais notre devoir sera de donner à ce jour les joyeuses valeurs qui caractérisent la célébration d'une naissance.

Nous avons toutes les raisons d'être triste pour notre Camarade de lutte, notre ami, notre frère. Mais nous avons encore plus de raisons de célébrer ce fils digne et ce patriote engagé depuis toujours pour une cause en laquelle il croit et qui lui vaut en ce moment son deuxième séjour en Prison après la Maca suite à la marche historique du 18 Février 1992...

PRIONS, revendiquons, indignons nous, RÉSISTONS pour que son prochain anniversaire soit célébré autrement.

michel gbagbo,jacqueline chamois,rfi,prison bouna,laurent gbagbo,liberez michel gbagbo,claudus kouadio,le blog de claudus

JOYEUX ANNIVERSAIRE MICHEL...Puisse Dieu te fortifier et te couvrir de son voile protecteur.

Claudus Kouadio

Le message de Jacqueline Chamois à son fils, Michel Gbagbo

Michel Gbagbo fête son 43ème anniversaire en prison. Le fils de Laurent Gbagbo est toujours en détention à Bouna dans le nord du pays dans l'attente de son procès. Il avait été arrêté le 11 avril 2011 alors qu'il était aux côtés de son père. Transféré à Abidjan le 7 mars 2012 en raison d'un gros problème de santé, pour une hospitalisation à la polyclinique internationale, il a été depuis renvoyé à Bouna. A l'occasion de son anniversaire, sa mère, la Française Jacqueline Chamois publie sur le web un message vidéo qui lui est destiné. Une sorte de bouteille à la mer. 

Jacqueline Chamois (Mère de Michel Gbagbo) sur RFI ce matin

podcast

Fermeture des frontières avec le Ghana: Ouattara étale son zozotement politique, diplomatique et économique.

#civ2010, #ci225, noe, frci, ghana, pro-gbagbo, pro-ouattara, alain lobognon, guillaume soro, fermeture frontieres Ghana, Elubo, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, FPI, RDR

Dans la nuit du vendredi 21 Septembre 2012 et ce jusqu'en matinée, les positions des FRCI (soldats rebelles de Alassane Dramane Ouattara devenus Forces Républicaine de Côte d'Ivoire après le coup de force militaire du 11 Avril 2011 contre le Président Laurent Gbagbo) sont attaquées par des individus non identifiés. Dans la foulée, le "tout puissant Président" Ouattara auto auréolé de son titre de "Ministre de la défense" dont il s'affuble, prend une décision expéditive et autant grotesque qu'inesxplicable à la lecture de certains enjeux qu'il semble ne point considérer. 

En effet, le même jour lors de l'édition de 20h du journal de la chaine de Télévision Nationale,  par la voix de Paul Koffi Koffi son ministre délégué à la défense, Alassane Dramane Ouattara décide de la fermeture des frontières terrestres, navales et aériennes entre la Côte d'Ivoire et le Ghana "jusqu'à nouvelle ordre" et cela avec effet immédiat. Et pour cause, "selon lui", les "assaillants" seraient venus du GHANA et se seraient repliés vers ce pays voisin après avoir semé la mort dans les rangs de sa soldatesque. Cette fois c'est quasiment le Ghana qui est accusé avant même les "fameux " gens du FPI au dos large et bouc émissaire idéal et cela en dépit du fait que le "lieutenant" Sampayo commandant des FRCI à Noé affirme ne pas avoir vu les assaillants venir du Ghana

A la lecture de cette décision rédhibitoire à plusieurs égards, les observateurs de l'actualité politique Ivoirienne n'ont eu de cesse de s'interroger, surtout en prenant en compte le fait que Ouattara n'a donné aucun élément probant pour attester de la véracité de ses graves accusations contre ce pays et que malgré les nombreuses attaques du genre à la frontière Ivoiro-Liberienne, jamais il n'avait pris une décision aussi radicale mais surtout inapropriée. Alors pourquoi cette exception Ghanéenne ? 

Tous porte à croire qu'en créent ainsi cet incident diplomatique, Ouattara tente de booster sa chasse aux réfugiés et exilés Ivoiriens sur le territoire Ghanéen en obligeant insidieusement les autorités politiques de ce pays à en livrer certains pour éviter ce genre de quiproquos. Les accusations proférées par des personnalités politiques du RDR contre le Ghana pour une certaine connivence avec les assaillants et autres responsables du FPI en exil au pays de John D. Mahama sont là pour en attester.

Mais la question que l'Ivoirien lamba se pose est de savoir si dans sa lubie d'illuminé Ouattara a pensé UN INSTANT aux voyageurs et SURTOUT au flux commerciale entre la Côte d'Ivoire et le Ghana-Togo-Benin-Nigeria à partir de cette frontière terrestre de Noe ? Toutefois, très vite cette réalité est en train de rattraper Ouattara l'alpiniste en décisions et actes peu recommandables. 

En effet, moins de 48h après cette décision impulsive, Ouattara vient de faire un volte-face express en annonçant la réouverture de la "frontière aérienne" entre la Côte d'Ivoire et le Ghana dès ce lundi 24 Septembre. Pourquoi ce revirement tonitruant ?

Prenant en considération le fait que le procès du Ministre JUSTIN KATINAN KONÉ (dont le pouvoir Ouattara demande l'extradition vers la Côte d'Ivoire) reprend ce mardi 25 Septembre à Accra au Ghana, ont pourrait de prime abord penser que Dramane Ouattara ouvre juste la "frontière aérienne" entre la Côte d'Ivoire et le Ghana dans l'espoir que ce pays qu'il accuse de couvrir la déstabilisation de son pouvoir, lui livre le Ministre Katinan qui sera dans ce cas extradé vers la Côte d'Ivoire par avion. Cette approche bien que logique, n'est pas totalement rationnelle et pourrait édulcorer l'élément capital qui a fait plier Ouattara qui par ses errements s'est attiré les foudres de plus d'un au délà de nos frontières. 

Le fait est que par sa décision de "blocus" total, "l'économiste" Ouattara a totalement crée un capharnaüm invraisemblable dans le programme des compagnies aériennes avec un chamboulement du trajet des vols internationaux vue que près de 90% de ces vols qui finissent leur course à l'Aéroport International d'Abidjan en Côte d'Ivoire transitent  par Accra la capitale du Ghana. En outre, il n'existe par exemple pas de vol direct  entre la Côte d'Ivoire et les USA sans oublier que les vols en provenance des USA pour la Côte d'Ivoire ont presque toujours pour destination finale la ville d'Accra au Ghana. Pour faire simple malgré l'enorme manque à gagner, certaines compagnie ont purement et simplement annulées leurs vols à destination de la Côte d'Ivoire dès l'annonce de cette décision. Il aura fallu cela et certainement quelques pressions des chancelleries pour indiquer à Alassane Dramane Ouattara que cette décision infantile n'avait pas lieu d'être. 

Le feuilleton de la fermeture des frontières entre la Côte d'Ivoire et le Ghana commence à peine. Avec ce revirement de Ouattara et la réouverture de l'espace aérien entre les deux pays, nous n'assistons qu'au premier épisode ou Dramane Ouattara a clairement étalé son amateurisme par ce zozotement politique, diplomatique et économique à la face du monde.

C'est quoi la suite du film ?

Déjà, des deux cotés de la frontière les nombreux commerçants bloqués grognent. Et très vite, d'une manière ou d'une autre, une certaine pénurie et la flambée des prix de certaines marchandises se ressentira sur les marchés Ivoiriens si Ouattara persiste à "jouer" à la chasse à l'homme. 

Wait And See !