topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

14 mars 2013

ASSASSINAT DU FRANÇAIS PHILLIPE REMOND EN COTE D’IVOIRE : Un autre crime impuni du triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane Ouattara - Nicolas Sarkozy

31 mars 2011 - Yamoussoukro – Cote d’Ivoire. Philippe Rémond Gabriel Hervé, ressortissant français jugé proche du Président Laurent Gbagbo, est retrouvé assassiné (égorgé) dans sa chambre d’hôtel à Yamoussoukro, ville tombée sous le contrôle des forces rebelles d’Alassane Dramane Ouattara trois jours auparavant.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Professeur agrégé en Sciences industrielles à l’Institut National Polytechnique - Félix Houphouët Boigny (INP-HB) de la ville, il était connu pour ses prises de positions panafricanistes en général mais surtout pour son soutien au Président Laurent Gbagbo.

Il se fait connaître du grand public suite à son intervention sur la Télévision Nationale Ivoirienne en 2004 après la brutale agression des soldats Français qui ont lâchement tué soixante quatre (64) Ivoiriens. Ils manifestaient les mains nues contre l’armée Française derrière des fils de fer barbelés en face de l’hôtel Ivoire d’Abidjan.


Le Professeur Philippe Rémond avait ensuite proposé son aide au gouvernement Ivoirien en vue de la mise sur pieds de l’éventuelle nouvelle monnaie ivoirienne. Pour lui, c’est un moyen pour la Côte d’Ivoire de s’affranchir, non seulement de la «tutelle étrangère», mais également d’être «maître» de sa souveraineté selon une analyse du journal gouvernemental Ivoirien « Fraternité Matin » paru début 2011.

«Le CFA est une moquerie. Dites-vous bien que cette monnaie, qui est frappée et imprimée à Chamalières, la ville du président Valérie Giscard D’Estain, n’est pas reconnue en France. Ceux qui voyagent le savent très bien. Il est impossible de changer le Cfa dans une banque en France. Pour parler crûment, c’est une monnaie de singe. […] A travers la monnaie, la France continue d’exercer une tutelle sur des pays auxquels elle a, soi-disant, donné l’indépendance. […] Houphouët-Boigny avait dit qu’il battrait monnaie si jamais le Cfa était dévalué. Mais bizarrement, la dévaluation est intervenue deux mois après sa mort. Tout ça pour dire que, pour sortir de la tutelle étrangère, il faut une monnaie ivoirienne », a-t-il  indiqué au même journal.

Parlant au contraire des Ex-colonies anglaises et portugaises il ajoute : « Là-dessus, je vais être très clair. Les anciennes colonies anglaises ont chacune, sa propre monnaie. Idem pour les anciennes colonies portugaises, pour ne citer que celles-là ; et même pour les îles du Cap Vert qui ont eu leur indépendance en 1973. A part le Maghreb, les anciennes colonies françaises ont une monnaie assujettie à la monnaie française, et maintenant européenne. C’est une manière qu’a la France de conserver une mainmise sur l’économie de ses anciennes colonies »

Continuant sa croisade contre le néocolonialisme, Philippe Rémond intervient début janvier 2011 sur les antennes de la RTI pour fustiger l’ingérence de la France et des USA dans le dénouement du contentieux électoral consécutif aux élections présidentielles de Novembre 2010 en Cote d’Ivoire.


Cela lui vaudra des menaces qui lui indiquaient que son intégrité physique était dorénavant en danger. Pour expliquer sa nouvelle posture de paria pour certains, il disait en substance : « C’est vrai que depuis mon passage à la télé, je suis la cible de gens qui n’ont pas aimé mes vérités sur l’attitude colonialiste de la France. Je trouve que ce n’est pas digne de se comporter comme ils le font. Chacun, dans un débat ouvert et aussi important que celui qui a lieu sur la situation en Côte d’Ivoire, est libre de ses opinions. Et force doit rester aux arguments. Mais ce ne sont pas ces menaces qui vont me détourner de la vérité. Je répète que la France, l’Onu et les autres Occidentaux se comportent de façon arbitraire en s’ingérant maladroitement dans les affaires ivoiriennes. Laurent Gbagbo a été proclamé Président de la République de Côte d’Ivoire par le Conseil constitutionnel, conformément à la Constitution ivoirienne. Et j’ai pris la décision de solliciter Sem Laurent Gbagbo pour qu’il m’accorde par sa signature, et non pas celle d’un autre qui a perdu l’élection, la nationalité ivoirienne. Cela dit, je condamne l’attitude inacceptable de la France en Côte d’Ivoire. »

Se sachant activement poursuivi et recherché, Philippe Rémond quitte son domicile et  se « cache » dans un hôtel de Yamoussoukro en attendant que l’armée rebelle de Ouattara quitte la ville. Mais il est enlevé, torturé et égorgé par les rebelles de Alassane Dramane Ouattara qui l’ont exécuté sur ordre de la hiérarchie : le triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane OuattaraNicolas Sarkozy.

Apres l’annonce de ce crime, bien que sachant ce que sont les rebelles armés de Alassane Ouattara qui occupaient et contrôlaient en alors le lieu de son exécution sauvage, les médias Français aux ordres de l’Elysée ont tentés de donner une autre explication aux faits en en cherchant malicieusement à trouver les moyens d’imputer ce crime au Président Ivoirien Laurent Gbagbo.

Le chef de l’état Ivoirien ce temps là, était l’objet d’une violente diabolisation par cette même presse française.

Mais avant que la presse Française ne puisse trouver une brèche pour asséner le coup de grâce  au Président Laurent Gbagbo, ces vidéos, comme un grain de sable, est tombé du ciel et s’est fixé dans leur bonne sauce à la crème Fraiche: Quel soulagement pour les Ivoiriens épris de vérité !!! Quel coup dur pour ces journalistes et Nicolas Sarkozy le Président du Fan Club du chef de guerre Alassane Dramane Ouattara !!!

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

A l’évidence, les hommes du poulain de Sarkozy venaient d’assassiner un ressortissant Français après l'avoir menacé pour ses prises de positions en faveur d'une Côte d'Ivoire souveraine selon la vision du Président Laurent Gbagbo.

Alors dilemme !!! Comment faire avaler la pilule à l’opinion Française déjà alertée à grand renfort médiatique à propos de crime opéré dans le pays de Laurent Gbagbo ?

Pendant qu’ils cherchaient que dire, ces vidéos sont diffusées un peu partout sur le profil Twitter de plusieurs agences de Presse Françaises et sur facebook.

La France de Sarkozy et les médias de L’Elysée allaient  devoir mentir au monde, prenant le risque de se couvrir de ridicule.

Sur la chaine d’Info LCI par exemple, il est confirme que Mr Philippe Rémond est connu pour être un fervent défenseur de Gbagbo. Bien. Mais pour ne pas accuser les rebelles de Ouattara, l’Elysée par voie de presse fait dire aux journalistes que, sa mort relève d’un crime crapuleux. Aussi simple que cela… et on passe à autre chose ; fin de l’histoire.

Cette réaction inhabituelle des autorités Françaises me fait réfléchir  profondément et m’emmène à me poser un tas de questions :

- d’abord à qui profitait le crime dans le contexte actuel de la Côte d’Ivoire ? Evidemment pas au Président Gbagbo.

- à qui AURAIT profité le crime si on n’avait pu l’imputer à Gbagbo ? Même pas à Alassane Ouattara de prime abord mais plutôt à Nicolas Sarkozy qui AURAIT trouvé UN prétexte fantaisiste pour convaincre l’ONU de donner une mission avec une marge de manœuvre plus large aux soldats Français sur le terrain en Côte d’Ivoire pour ainsi lui permettre de mieux aider les rebelles de son ami Ouattara dans la guerre qu’il a imposée à ce pays.

Partant de là, nous étions convaincus que Philippe Rémond le Président des ressortissants européens pour la cote d’ivoire a été exécuté sur ordre de Paris pour une raison bien précise : incriminer le Président Laurent Gbagbo puis le pousser vers la sortie par un coup d’état militaire piloté par l’administration Française.

LE DEUX POIDS DEUX MESURES DE LA FRANCE

La France a été le pays qui a accueilli la réunion d’adoption de la déclaration universelle des droits de l'homme le 10 Décembre 1948 à Paris. Ce pays s’est toujours prévalu d’être incontestablement le garant des droits humains et des libertés. « Liberté, Égalité, Fraternité » est la devise de la République française. Mais ce pays respecte-t’il ce qui est censé être l’essence même de ses textes fondateurs ? A la lecture du traitement infligé à Philippe Rémond ce fils de la Nation Française, il revient de manière plus qu’évidente que cette devise est de la mauvaise poudre aux yeux, un leitmotiv dévoyé depuis la base et cela depuis des décennies.

Sinon comment expliquer que pour sa liberté de penser et de dire, Philippe Rémond puisse être traité comme le pire des pestiférés ? Comment les Français  arriveront-ils à faire passer sous silence l’inégalité de traitement entre les dépouilles de Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel et même le cas Guy André Kieffer qui juridiquement est considéré simplement « disparu » ?  Où sont donc les limites de la fraternité concitoyenne prôné par la « grande France » ?

Le 21 Octobre 2003, le journaliste Jean Hélène correspondant de la radio Française RFI, est tué à Abidjan en Côte d'Ivoire par un policier pour des raisons jusque là inexpliquées. Le coupable de ce meurtre de sang froid sera arrêté et condamné par la justice Ivoirienne. Légitimement, c’est toute la France qui est en émoi. Malgré la lourde peine de l’assassin de Jean Hélène, l’administration Gbagbo a continué pendant des années de subir le courroux de la France.   

Le 16 avril 2004, Guy André Kieffer un « journaliste » Franco-Canadien au Curriculum Vitae trouble, disparait à Abidjan. C’est à grand renfort de propagande anti « régime Gbagbo » et de multiples procédures judiciaires maladroites que la France meuble l’actualité Ivoirienne à ce sujet  jusqu’à ce jour. Le bouc émissaire parfait dans cette sombre affaire aura vite été trouvé : « Les Gbagbo » qui l’auraient tué pour des raisons que même les accusateurs n’arrivent pas à s’expliquer. Toujours est il que, la France aura bon an, mal an maintenu une pression injustifiée sur la Cote d’Ivoire même après « l’enlèvement » du Président Gbagbo le 11 Avril 2011. 

Le 4 Avril 2011 alors que les combats font rage dans la ville d’Abidjan entre les rebelles de Alassane Dramane Ouattara et l’armée régulière Ivoirienne, Yves Lambelin et Stéphane Frantz Di Rippel (ainsi que deux autres personnes) sont enlevés à l’hôtel Novotel d’Abidjan où ils avaient trouvé refuge.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Yves Lambelin est retrouvé mort le 2 Juin de la même année. Une enquête est rapidement diligentée et neuf personnes sont inculpées pour "enlèvement, séquestration et assassinat" sans véritable procès. Mais la France semble satisfaite de l’issue de cette affaire. Pendant le mois de juillet 2011, un hommage national est même rendu à Yves Lambelin lors d’une cérémonie d’adieux à Abidjan en présence de Jeannot Kouadio Ahoussou le Ministre de la Justice de Alassane Dramane Ouattara. Yves Lambelin, sera ensuite décoré à titre posthume par Alassane Dramane Ouattara.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer


Une plaque en mémoire de Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel et leurs deux collaborateurs disparus a même été inaugurée à Abidjan par le Premier Ministre Français Francois Fillon en personne le 15 juillet 2011.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Mais que s’est-il passé après le meurtre de Philippe Rémond ? Rien, hormis de nouvelles humiliations. Aucune enquête diligentée en Cote d’Ivoire encore moins en France. Aucune sorte de procédure judicaire n’a été ouverte nulle part. Même pas une plainte contre X n’aura été déposée. Comme un « mouton sacrificiel », Philippe Rémond a simplement été égorgé sur le sanguinolent autel de la Françafrique par le simple vouloir de Nicolas Sarkozy qui a trouvé en lui un homme à abattre.    

Et pourtant en France, même des morts Français dits anonymes sont honorés chaque année depuis 1920. La tombe du soldat inconnu est un symbole fort de cette France qui n’oublie ses pas morts. Tout soldat non identifié mais reconnu Français est ainsi honoré. Coopérant Français pour le compte de son pays en Côte d’Ivoire, Philippe Rémond était comme un ambassadeur de son pays. Sa dépouille a été quasiment jetée quelque part dans la brousse de Yamoussoukro (Capitale Politique de la Côte d’Ivoire) loin des yeux rieurs du Consul de France présent à la cérémonie de levée de corps pour assurer le service minimum. Pourquoi tant de mépris pour ce Français en Mission de coopération pour son pays ? 

La faute mortelle de Philippe Rémond aura été de s’opposer aux désidératas de la diplomatie Française dans sa reconquête de la Cote d’Ivoire. Son indignation et l’expression de celle-ci lui aura coûté une mort atroce digne de l’âge de pierre. Il n'y a qu'un seul responsable de ce qui s'est passé : le triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane Ouattara – mais surtout Nicolas Sarkozy sans la décision de qui rien de cela n’aurait été possible.                                                                             

Il est grand temps de déposer plainte au nom de Philippe Rémond dont l’âme en peine continuera de hanter la Côte d’ivoire. Ce crime horrible ne devra pas être couvert encore longtemps.

Des « Philippe Rémond», il y en a des milliers en Cote d’Ivoire. Ceux là n’auront jamais un soupçon d’espoir de voir la justice couvrir leurs tombes d’un peu de dignité. Nous en appelons aux humanistes, aux organisations de droits de l’homme, aux leaders d’opinion ; saisissez vous de cette affaire et que la vérité soit dite enfin. Rendez justice à Phillipe Rémond dont le délit aura été de vouloir porter la voix des sans voix - vous aurez rendu justice à des milliers d’ivoiriens et Africains ainsi sacrifiés chaque jour.

Claudus Kouadio – Bloggeur

A LIRE AUSSI EN FORMAT PAPIER Dans Le Nouveau Courrier ~ N°749 Du Mercredi 13 mars 2013

philippe rémond,inp-hb,nicolas sarkozy,médias français,lci,rfi,tf1,guillaume soro,alassane dramane ouattara,jean hélène,yves lambelin,stéphane frantz di rippel,guy andré kieffer,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,yamoussoukro,frci,dozo,cote d'ivoire

Commentaires

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Sarkozy , Ouattara et Soro doivent passés devant la justice !

Écrit par : demaelfa | 17 mars 2013

Il sont pas les seuls alliot marie,sakozy ado soro wattao et j,en passe

Écrit par : Auric kouassi | 06 avril 2013

J'ai oublier le prermier d,entre eux jacques chirac

Écrit par : Auric kouassi | 06 avril 2013

Meme la mort de Yves Lambellin et son collegue Stephane Frantz n est pas clair. N oublions pas que cet homme d affaire et industriel avait decide de continuer de payer les taxes et impots a l administration Gbagbo. La encore, comment le president Gbagbo pouvait-il faire assassiner un de ces supporteurs. Ces deux hommes d affare ne sont pas passe a la tele pour exprimer publiquement leur soutien a Gbagbo et donc pour eux la manipulation est plus facile. Des temoignagnes concordant tendent a prouver que ce sont kles memes qui ont assassinne Phillippe Remond qui sen sont charges.

Écrit par : Taitus | 25 avril 2013

Les commentaires sont fermés.