topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08 avril 2011

Alassane Ouattara et le business du Cacao au prix du sang des Ivoiriens

Ouattara, un homme sans coeur qui rêve de la Présidence de la République par la voie de l'imposture.

Le président de la communauté internationale, la marionnette Ouattara, se fait de l'argent sur le sang des ivoiriens. Le cacao de nos pauvres parents paysans objet de spéculation de ce chef de guerre.

Que ceux qui ont des oreilles écoutent bien

 

07 avril 2011

Comment Sarko et des barbouzes ont préparé l’offensive contre la Côte d'Ivoire

sarkozy3_600_300.jpg

L’entrée en guerre de la France contre la Côte d'Ivoire, le 04 avril, a sonné comme une   revanche personnelle de Sarkozy. Avec la bénédiction de l’Onu, Paris n’a  laissé à personne d’autre le soin de bombarder la présidence ivoirienne  ainsi qu’un camp militaire qui abritait   aussi des familles. Depuis plusieurs semaines, en Conseil des  ministres comme en privé, le chef de l’Etat ne décolérait pas contre  Gbagbo, « le dictateur sanglant de Côte d’Ivoire ». Au point de   s’avouer, le 5 avril, « à bout de patience ».

L'empereur  Sarkozy en veut personnellement au président Gbagbo dépuis que  celui-ci, en décembre 2010, après   la victoire, proclamée par l’ONU, de son ami Ouattara, le président  français, impérial, avait ignoré royalement son ultimatum donné quarante  huit heures pour quitter le pouvoir. Cela fait plus de   quatre mois qu'il est toujours au pouvoir.

Or Sarko avait beaucoup misé sur ce scrutin pour rehausser une cote fort dévaluée sur le continent.

N’était-il pas accusé de perpétuer la « Francafrique », ce système affairiste favorisant des groupes amis tels que Bouygues, Boloré, Veolia ?

Mais, après l’échec de son ultimatum ivoirien, le Président révise subitement ses positions et adopte un profil bas. Affirmant à la presse que « l’ancienne puissance coloniale n’était pas la mieux placée » pour intervenir.

En janvier, devant l’Union africaine, il ose même affirmer : « La France ne veut donner de leçons à personne ». Il faut dire que les événements de Tunisie, d’Egypte ou de Syrie n’ont guère fait briller la diplomatie tricolore.

La  campagne (aérienne) de Libye, pour laquelle Sarko a obtenu le droit  d’ouvrir le feu le premier, a   réveillé ses ardeurs belliqueuses. Selon plusieurs témoignages  d’officiers supérieurs au « Canard », la France a appuyé la conquête du  sud du pays par les forces de Ouattara. L’un d’eux, proche de   l’Elysée, se félicite de « notre efficacité dans l’organisation de la  descente sur Abidjan ».

Il  est vrai qu’en moins de quatre jours, les forces républicaines de Côte  d’Ivoire (FRCI) ont parcouru, sans grande résistance, la moitié du pays. Un autre galonné, membre  des services de renseignement, confie : « On a fourni des conseils  tactiques au Frci », mais aussi « des munitions et des Famas (fusils d’assaut). »

BARBOUZES AUX PREMIERES LOGES

abidjan-soldats-francais-force-licorne-10437095hcivq_1713_600_300.jpg

De  son côté, le contingent militaire français est porté , le 04 avril à  1700 hommes. Les 900 hommes du   dispositif permanent Licorne ont été notamment renforcés par des Rambo  de la Direction des opérations (ex-Service action) de la DGSE et des  Forces spéciales.

Quelques-uns,  parmi ces derniers, se sont retrouvés en contact direct avec  l’entourage de Ouattara. A   19H30, quatre hélicos Puma, soutenus par des MI24 de l’Onuci,  commencent leur pilonnage, frappant au passage des objectifs aussi  "stratégiques" que le CHU de cocody et de treichville et un supermarché du quartier de Cocody.

Pour la seconde fois en sept ans, « l’ancienne puissance coloniale » bombardait des soldats et des populations civiles ivoiriennes.

ARMEMENT A PRIX D’OR

licorne_539_300.jpg

Cet héroïque canardage, qui selon l’Elysée, laissait entrevoir une reddition rapide de Gbagbo, risque   pourtant de laisser des traces profondes. Et une situation difficilement gérable à Abidjan.

D’abord parce que Ouattara pourrait pâtir, dans cette ville majoritairement acquise à Gbagbo, de son image de protégé de la France et des pays riches.

L’armement de ses troupes, son équipement tout neuf ont suscité l’étonnement des ivoiriens.

Si  l’aide du Burkina et du Nigeria est reconnue, d’autres pistes de  financement apparaissent. Selon des     témoignages et des documents obtenus par le « Canard », des proches  de Ouattara ont monnayé, en 2009 et en 2010, d’importantes quantités  d’or volées des mines du Nord.

Plusieurs tonnes ont été acheminées au Ghana voisin sous couvert de véhicules de l’Onu. Puis envoyées, par petites quantités, à Anvers (Belgique) pour y être transformées.

A l’état de poudre, cet or a été négocié à plus de 15000€ le kilo.

L’image  du camp Ouattara – présenté par certains comme l’axe du bien – restera  également entachée par les     massacres commis ces derniers jours. A Duekoué, par exemple,  plusieurs centaines de morts seraient, selon l’ONU et diverses  organisations, surtout imputables aux FRCI, les forces rebelles de Ouattara.

En  contact téléphonique permanent avec Ouattara, Sarkozy, qui prétendait  le soutenir au nom de la protection des civils, devra ramer dur pour faire oublier les exploits de certains chefs de guerre. Et pour transformer cette  intrusion meurtrière en victoire démocratique.

Jean-François Julliard

Source: Le canard enchaîné

02 avril 2011

Côte d'Ivoire: Qui a tué le Français Philippe Rémond ? Pourquoi ?

mort.jpg

« YAMOUSSOUKRO – Philippe Rémond, ressortissant français jugé proche du Président Laurent Gbagbo, a été retrouvé assassiné vendredi dans sa chambre d’hôtel à Yamoussoukro, tombé sous le contrôle des forces d’Alassane Ouattara mercredi.

Selon certaines indiscrétions, il aurait été assassiné jeudi. Professeur à l’Institut National Polytechnique-Félix Houphouèt Boigny (INP-HB) de la ville, il était connu pour ses prises de positions panafricanistes en général mais surtout pour son soutien au Président Laurent Gbagbo. Il avait d’ailleurs proposé son aide au gouvernement Ivoirien en vue de la mise sur pieds de l’éventuelle nouvelle monnaie ivoirienne » nous rapporte le site web DirectScoop.net

La vidéo ci-dessous, tirée de son intervention sur la Télévision Nationale Ivoirienne en 2004 suite à la brutale agression des soldats Français qui ont lâchement tué soixante quatre (64) Ivoiriens l'atteste.

Suite à l’annonce de ce crime, et bien que sachant que ce sont les rebelles armées aux ordres du chef de guerre Alassane Ouattara qui occupent et contrôlent en ce moment l’endroit où il a été « exécuté », les médias Français aux ordres de l’Elysée tentent de donner une autre couleur aux faits en tergiversant pour « peut être » tenter d’imputer ce crime au Président Ivoirien Laurent Gbagbo qui est en ce moment un véritable « punching ball » que la presse Française matraque à satiété l’accusant de tous les péchés du monde.

Mais avant que la presse Française ne puisse trouver une brèche pour asséner un nouveau coup dure au Président Gbagbo, cette vidéo, comme un vilain poil, tombe du ciel et se fixe dans la bonne soupe à la crème Fraiche de ceux-ci : Quel soulagement pour les Ivoiriens épris de vérité !!! Quel coup dure pour ces journalistes et Nicolas Sarkozy le Président du Fan Club du chef de guerre Ouattara !!!

A l’évidence, les hommes de Ouattara le poulain de Sarkozy viennent d’assassiner un ressortissant Français après l'avoir déjà ménacé pour ses prises de positions en faveur d'une Côte d'Ivoire souveraine selon la vision du Président Laurent Gbagbo.

Alors DILEMME !!! Comment faire avaler la pilule à l’opinion Française déjà alerté à grand renfort médiatique de ce fait macabre opéré dans le pays de Gbagbo ?

Pendant qu’ils cherchent quoi dire, cette vidéo est diffusée un peu partout sur le profil Twitter de plusieurs agences de Presse Françaises et sur facebook.

Alors la France de Sarkozy et les médias de L’Elysée vont devoir mentir prenant le risque de se couvrir du sombre voile de l’opprobre.

Sur la chaine d’Info LCI par exemple, il est CONFIRME QUE Mr Philippe Rémond est connu pour être UN FERVENT DÉFENSEUR DE GBAGBO. Bien. Mais pour ne pas accuser les rebelles de Ouattara, l’Elysée par voie de presse fait dire aux journalistes que, sa mort relève d’un CRIME CRAPULEUX. Aussi simple que cela…et on passe à autre chose ; fin de l’histoire.

Cette réaction inhabituel des autorités Française me fait cogiter profondément et m’emmène à me poser un tas de question :

- d’abord à qui profite le crime dans le contexte actuel en Côte d’Ivoire ? Evidemment pas au Président Gbagbo.

- a qui AURAIT profiter le crime si on n’avait pu l’imputer à Gbagbo ? Même pas à Alassane Ouattara de prime abord mais plutôt à Nicolas Sarkozy qui AURAIT trouver UN prétexte fantoche pour convaincre l’ONU à donner une mission avec une marche de manœuvre plus large aux soldats Français sur le terrain en Côte d’Ivoire pour ainsi lui permettre de mieux aider les rebelles de son ami Ouattara dans la guerre qu’il a imposer à ce pays.

Je suis maintenant convaincu que Philippe Rémond le Président des ressortissants européens pour la cote d’ivoire a été exécuté sur ordre de Paris pour un dessein bien précis : incriminer le Président Laurent Gbagbo puis le pousser à la sortie par un coup d’état militaire piloté par l’administration Française.

01 avril 2011

Le Senateur Americain J. INHOFE invite les Etats-Unis à changer de position sur la crise en Cote d'Ivoire

Inhofe.jpg

Dans la crise post-électorale qui menace de créer une guerre civile en Côte-d'Ivoire, le sénateur Americain Jim Inhofe (R-Okla), un membre influant du Comité de Forces armées de Sénat (SASC) et un membre du Comité de Relations avec l'étranger de Sénat (SFRC), a invité hier le Secrétaire D'État Hillary Clinton à planifier une nouvelle position américaine qui exige de nouvelles élections en Côte-d'Ivoire pour aller à la paix.

Inhofe, qui a voyagé largement sur le continent Africain pendant les quinze ans passés, y compris neuf voyages en Côte-d'Ivoire, a écrit pour la deuxième fois à Clinton quant à cette question.

Par sa lettre à Clinton, Inhofe a dit, "Je suis conscient que ma position diffère de celui de l'Administration d'Obama, qui a reconnu Alassane Ouattara comme le gagnant. Je demande, cependant, QUE VOUS CHANGEZ VOTRE POSITION DANS LA LUMIERE DE L'EVIDENCE QUE J'AI FOURNI ET QUE VOUS APPELEZ A UNE NOUVELLE ELECTION. Un tel changement ne serait pas vu comme contradictoire, mais une réévaluation sage dans la lumière de nouvelle preuve présentée. C'est aussi compatible avec notre dédicace américaine au principe que des œuvres de la démocratie le mieux quand cela des œuvres pour tout et pas pour certains. Je suis convaincu que c'est seulement par une nouvelle élection que le peuple de la Côte-d'Ivoire mettra fin au carnage croissant et empêchera une autre guerre civile en assurant des élections libres et justes."

Source

28 mars 2011

Côte d'Ivoire: Pour qui se prend Obama ?

Obam.jpg

QUI EST BARACK OBAMA ? Rien qu’un pantin, pâle copie de l’impérialiste blanc le plus minable.

Le nouveau perroquet Y'a bon Banania de la WHITE House va très vite s’engluer dans le débat politique Ivoirien avec ses vaines et piteuses tentatives d’exécuter le cahier de charges de leur « nouvel ordre mondial » : Imposer le chef de guerre Alassane Dramane Ouattara comme Président de la République Ivoirienne bien que non élu lors des élections Présidentielles.

Le peuple de Côte d’Ivoire dit NON au Néo-colonialisme et à l’impérialisme qui piétine la dignité humaine. Si vraiment « le monde a les yeux braqués sur la Côte d'Ivoire » comme l’affirme Barack Obama dans sa complainte insultante qu’il appelle message à la Côte d’Ivoire, le monde devrait voir la réalité Ivoirienne et surtout, respecter la Côte d’ivoire, ses institutions et son Président Laurent Gbagbo.

jc.jpg

Pour qui se prend Obama ? Soit le Monsieur est ultra présomptueux dans son rôle qu’il s’est assigné, soit il est trop inculte pour comprendre qu’il ne pourra rien imposer à notre Côte d’ivoire qui est un état digne et souverain qui ne fait pas l’aumône pour nourrir ses enfants.

Face à l’intransigeance d’un peuple debout qui aspire à son indépendance totale et à une liberté vrai, Obama MENT : « L’élection, l’an dernier, a été LIBRE et HONNETE, et le président Alassane Ouattara est le chef démocratiquement élu de la nation »

Election LIBRE avec les rebelles de Ouattara en armes lors du scrutin dans les zones Centre-Nord-Ouest ; rebelles qui ont congédiés et violentés des représentants de LMP dans les bureaux de votes tuant celui de Korogho, rebelles qui ont été coupables d’empêchement de vote sur de nombreux militants jugés pro-Gbagbo.

C’est quoi un scrutin LIBRE Mr Obama ?

Election HONNETE avec des urnes emportés et des bourrages constatés sur plus de 2.000 procès verbaux ?

C’est quoi un scrutin HONNETE Mr Obama ?

Le plus grave, Obama MENT encore et MENACE : « A présent la Côte d’Ivoire est à une croisée de chemins, et deux voies se présentent.

L’une est celle où Laurent Gbagbo et ses partisans s’accrochent au pouvoir, ce qui ne mènera qu’à plus de violence, à plus de civils innocents blessés et tués et à un plus grand isolement diplomatique et économique.

[…]Vous méritez des chefs comme le président Ouattara […].

VOUS MERITEZ LA CHANCE DE DETERMINER VOTRE DESTIN […]

Jusqu'à quand nos nations Noires Africaines seront infantilisés ? Le peuple Ivoirien n’est il pas suffisamment mature pour savoir ce à quoi il aspire ?

Dans un article précédent, je notais : « Ne perdons plus de temps dans cette querelle qualifiée de « post électoral » qui n’est qu’un prétexte fallacieux crée de toutes pièces par une minable et bordélique assemblée d’opportunistes mesquins que sont Nicolas Sarkozy 1er Roi de France version 2011BARACK OBAMA le Black serviteur de la White House et leur pion sur le terrain Youn-jin CHOI de l’ONUCI : voilà la face hideuse de l’adversaire/l’ennemi/l’agresseur néocolonialiste qui veut marquer « son territoire » et conforter son hégémonie en perte de vitesse face à la politique de NOTRE Président Laurent Gbagbo jugée trop rigide pour LEURS intérêts qui selon eux, doivent passer avant celui de notre pays. »

Aujourd’hui plus qu’hier, je suis convaincu de la justesse et la pertinence de mon analyse.

« VOUS MERITEZ LA CHANCE DE DETERMINER VOTRE DESTIN » dixit Obama. Mais qu’il sache que la Côte d’Ivoire n’a pas attendu son discours pour s’en rendre compte et s’autodéterminé au niveau de la politique nationale et internationale. Pour cinq ans, nous venons de confier la gestion de notre pays à MR LAURENT GBAGBO le Président que nous avons élu.

Obama nous menace de « PLUS DE VIOLENCE, PLUS DE CIVILS INNOCENTS BLESSES ET TUES, D’UN PLUS GRAND ISOLEMENT DIPLOMATIQUE ET ECONOMIQUE » mais comme le disait Leonard de Vinci : « La menace ne sert d’armes qu’aux menacés ». Alors, que ce colosse aux pieds d’argile sache qu’il aura du pain sur la planche dans son désir de faire passer une grosse imposture pour vérité irréfutable.

PERSONNE ne décidera à notre place, fut-il le GRAND Oncle Sam.

24 mars 2011

La Cédéao demande un mandat de l'Onu pour la Côte d'Ivoire

Les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) se sont mis d'accord pour demander aux Nations unies un mandat pour une intervention militaire "en dernier recours" en Côte d'Ivoire, a annoncé jeudi le président de la commission de la Cédéao.

"Les dirigeants sont convenus de s'adresser à l'Onu pour un mandat sur une intervention militaire en dernier recours", a déclaré James Victor Gbeho à la presse, en marge d'un sommet de l'organisation régionale.

ADO_Gbeho (9).JPG

Legende: Mercredi 5 janvier 2011 « Il ne fait aucun doute que la position de la Cedeao est que, si l`exploitation de la voie pacifique est infructueuse, alors l`option militaire peut aussi être considérée comme un moyen de résoudre de façon durable la crise en Côte d`Ivoire », a précisé M. Gbeho

 

Mais, face à la détérioration de la situation dans le pays, qui semble glisser vers une guerre civile, la pression s'accentue sur les Nations unies pour qu'elles agissent avec plus de fermeté en Côte d'Ivoire.

Rencontrant jeudi matin des journalistes à Paris, Alain Juppé a appelé les casques bleus à "jouer leur rôle".

"Ils ont le droit d'utiliser la force non seulement pour se défendre mais pour arrêter les combats et je demande au secrétaire général des Nations unies, comme je l'ai demandé au directeur des opération militaires de l'Onu, de faire en sorte que l'Onuci joue son rôle", a dit le ministre français des Affaires étrangères .

Les casques bleus de l'Onuci assurent la protection d'Alassane Ouattara, qui a remporté le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre au vu des résultats certifiés par l'Onu .

La mission de l'Onu a accusé les forces du président [...] Laurent Gbagbo, confirmé dans ses fonctions par un Conseil constitutionnel constitué de proches, d'avoir utilisé des armes lourdes contre les civils.

Guillaume N'Gefa, représentant de l'Onu pour les droits de l'homme à Abidjan, a affirmé jeudi que les forces loyales à Gbabgo avaient bombardé des quartiers considérés comme pro-Ouattara. Au cours de la semaine passée, a-t-il dit, ils auraient fait 50 morts, portant le bilan total du conflit en cours à 462 morts.

Le gouvernement de Gbagbo rejette ces accusations et accuse l'Onuci et les représentants de l'Onu de prendre fait et cause pour les "rebelles" qui, affirme-t-il, tentent de le renverser.

Kwasi Kpodo, avec Tim Cocks à Abidjan et Elizabeth Pineau à Paris, Jean-Loup Fiévet et Henri-Pierre André pour le service français

Par Reuters