topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

07 juillet 2008

Les prix du carburant et du gaz s'envolent...

a63e8862862da04538f37d53d2cc5d33.jpg
Sachons raison garder...
Je vis au pays alors cette situation est loin d'être en ma faveur. Cependant partons sur la base du fait que c'est une crise mondiale et que même les pays dits industrialisés et/ou développés subissent le même phénomène. C'est la triste réalité du moment.
D'aucun dirait qu'on ne devrait plus exporter de pétrole.
Mais on n'a que la SIR comme raffinerie, alors ce n'est pas une bonne idée de stocker du pétrole en masse alors qu'on peut le vendre pour nourrir notre peuple qui a faim en attendant de trouver des solutions à long terme.
£n outre la plupart des stations d'hydrocarbures au pays appartiennent à de puissantes holdings qui se ravitaillent via leurs propres structures qui n'ont pas d'accointances fortes avec l'état: elles appliquent la loi du marché.
Comme l'a souligné le Président Gbagbo lors d'un entretien télévisé: «La Côte d'Ivoire n'est pas encore le Qatar".
Le plus inquiétant doit ce situé au niveau du caractère quelquefois irréversible de ce genre de situation dans nos pays même après une accalmie au niveau de l'augmentation du prix du baril de pétrole sur les marchés internationaux.
Les salaires n'allant surement pas connaître de hausses, les répercussions de cette situation vont très vite se faire sentir dans les foyers.
Gardons le calme, un calme propice à une profonde cogitation. En mon sens, il est insensé & nul de vouloir faire de la récupération politique et espérer susciter une fronde populaire contre le pouvoir en place qui déjà, a beaucoup de mal à s’en sortir avec tous les problèmes existants.
Vous voulez diriger la Côte d’Ivoire, vous nous promettez des lendemains meilleurs avec vous à la tête du pays : Puisse Dieu exaucer votre rêve pour que vous puissiez nous proposez mieux. Cependant, il serait plus avantageux de préserver les acquis, aussi négligeable soient ils, pour ne pas avoir à tous recommencer.
eb2d610ed4e8bdd492b19e04053b4efe.jpg

30 juin 2008

SOS pour l'école Ivoirienne

1c01e32b9f0e798771a74ea70ef4a536.jpg

Monsieur le Ministre de l'éducation Nationale

Les vacances scolaires s’annonce déjà pour les lycéens aux portes des universités et grandes écoles, avec la fin ce Vendredi 27 Juin 2008, des différentes épreuves de l’examen de fin de cycle qu’est le Baccalauréat.
Pour ceux-ci, c’est aussi la période stressante d’attente des résultats avec son corollaire d’inquiétude, de calculs et de projections de toutes sortes en cas de succès ou non.
Cependant, les nouveaux et heureux détenteurs de ce nouveau sésame sont depuis quelques longues années en Afrique noir sub-saharienne, des laissés pour compte confrontés à des difficultés non négligeables tendant à les ralentir voir mettre un terme à leurs cursus universitaire.
L’école en Afrique Noir est malade, à l’agonie on pourrait dire par manque d’infrastructures et de personnel. Cependant les spots sont dirigés ailleurs, loin de cette jeunesse scolaire et estudiantine censés tenir les rênes de nos nations et les conduire sur les sentiers du développement et du progrès tous azimuts.

Dans un pays comme la Côte d'Ivoire par exemple:
Comment peut-on prévoir 3 à 4.000 places chaque année dans les universités pour plus de 145.000 candidats au BAC (145.826 candidats cette année) dont approximativement un peu plus de 10.000 nouveaux bacheliers ?
Comment peut on être admis au BAC et ne pas être orienté ni dans une université, ni dans une grande école ? (On fait quoi si on n'a pas de quoi s'inscrire dans le privé pour pouvoir continuer ses études)
Comment peut-on commencer une année universitaire avec plus d'un an et demie de retard ?
Pourquoi oblige-t-on des étudiants à faire cours à l'air libre ?
Pourquoi des étudiants sont-ils quelques fois obligés de passer leurs nuits dans des escaliers des bâtiments universitaires alors que des non-étudiants occupent des chambres dans les cités universitaires ?
Cherchez-vous à comprendre pourquoi un grand nombre d’étudiantes vivant dans les cités universitaires est quasiment obligé de s’adonner au plus vieux métier du monde pour arriver à s’en sortir en attendant de finir les études ?
Donnez-moi des esquisses de réponses...

Mission de la Nasa sur la lune : Un jeune ivoirien associé à la recherche

085b9507b6c88b8836969ede04167125.jpg


Parti aux Etats Unis après trois années passées à l'Institut national polytechnique Houphouet-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro, N'Guessan Hartmann fait honneur à la Côte d'Ivoire à travers ses résultats scolaires à l'université de Lamar, à Beaumont, au Texas ( Etats-Unis). Il vient d'être coopté par son professeur, Docteur Jim Jordan, pour être son assistant sur un projet sous supervision NASA, portant sur la prochaine mission sur la lune.
Etudiant au département "Earth And Space Science", c'est-à-dire le département de la terre et de l'étude de l'espace, il suit des cours de géologie, pétrole et d'études de l'espace. Il est à sa dernière année du bachelor (maîtrise).
Hartmann se sent honoré par cet éminent chercheur. "Il m'a fait confiance au regard de mes résultats académiques qui, dans la grille d'appréciation de l'université de Lamar, sont assez éloquents. Mon professeur, le Docteur Jordan, qui m'a pris dans la matière "Space Science" ou Science spatiale, a jugé que j'étais apte, parmi ses étudiants, à être associé à cette étude concernant la prochaine mission de la NASA sur la lune ". En fait, le choix de Dr Jim Jordan a surtout été guidé les résultats de N'Guessan Hartmann dans la matière "orbital and celestial mechanics", dispensé par docteur Lee Allen Coggins qui, lui, travaille aussi à la Nasa. " J'ai eu une moyenne de 20 sur 20 dans sa matière", indique ce jeune ivoirien. Qui nous apprend que les scientifiques pensent qu'il y a de la glace au pôle sud de la lune. Si cela est vérifié, on pourra en déduire une possibilité de vie humaine sur la lune.
A l'extension, vu que la lune n'a pas d'atmosphère, cette base lunaire pourrait permettre une lutte contre l'actuelle crise d'énergie à travers l'obtention d'Hélium 3.


Ce projet scientifique a donc pour but d'apporter une réponse plus claire à la question. Sa contribution à cette recherche en tant qu'assistant ? " Je travaille sur le spectromètre à neutron, un appareil qui permet de déterminer le flux d'hydrogène dans un environnement donné. En l'occurrence pour cette étude, ce travail doit déterminer avec une meilleure résolution, le flux d'hydrogène présent en différents points du pôle sud de la lune. Cet appareil travaille, en parallèle, avec le spectromètre de masse sur lequel bosse le Docteur Jim Jordan, et qui permet de déterminer les isotopes, dont l'un des avantages est de donner une idée de la provenance des éléments mesurés. Ce jeune de 23 ans qui séjourne actuellement en Côte d'Ivoire fait partie des doués au regard de ses performances scolaires qui l'ont hissé à la fois sur la "dean list " et la " president's list ".
Au vu de ces résultats, il a été proposé comme membre de la société d'honneur Phi Kappa Phi qui est une organisation regroupant les élites. Pour ce qui est des critères globaux, il a obtenu un "cumulate grade point average" (GPA) ou moyenne générale de 19,20 sur 20.. Bénéficiant des prix "Renfro and stirling" obtenus dans le cadre d'un concours organisé par l'entreprise pétrolière Haliburton à l'intention des étudiants, cette société participe au tiers de ses frais de scolarité sur deux semestres.
De quoi soulager ses parents. Mais pour un tel modèle d'étudiant, l'apport de l'Etat au financement des frais d'écolage ne serait pas un gâchis.

Gooré Bi Hué
Source : FratMat

19 juin 2008

REMOUS DANS LA FILIERE CAFE-CACAO: TAPE KOULOU VEUT PROFITER DE LA « CHASSE AUX SORCIERES »

ff0c2f1cc9c99ac1d97bb4d5f70b6e00.jpg
Cette opération de nettoyage au niveau de certaines institutions Ivoirienne est la bienvenue et mon souhait serait qu’elle s’étende et dure dans le temps pour espérer éradiquer cette gangrène qu’est la corruption jusqu'à la racine.

Que le Président Gbagbo l’utilise comme atout pour sa campagne électorale ou non, je n’y vois pas un inconvénient particulier au niveau du quotidien des individus vivant sur le territoire Ivoirien ou y possédant des intérêts.

150906bc067d192f85a7446df7807b5f.jpg

Concernant ce veinard et fanfaron qu’est Tapé Koulou, ce n’est qu’un parvenu de la période de guerre.
Ayant su avec ruse, profiter de certaines largesses à plusieurs niveaux (à cause de sa pseudo lutte patriotique) pour se constituer une petite fortune, la guerre tirant vers la fin, son journal de propagande tombé aux oubliettes et surtout n’ayant plus d’autre « fond de commerce» il essaya de se rabattre sur la très lucrative filière Café-Cacao nouvellement libéralisé alors que ne possédant même pas un pied de ces produits.
Il essuya un terrible revers et alors de soit disant « patriote dévoué » il passa à contestataire virulent car ne percevant plus sa rente de patriote et n’ayant pas pu se faire sa place au niveau du lobby du cacao.

Moment choisi alors pour se jeter de pleins pieds dans l’arène politique avec son parti politique méconnu le « Front pour l’initiative démocratique (Fnid) ».
Ne connaissant rien à la politique et cherchant une autre porte de sorti pour s’afficher, cette « chasse aux sorcières » au niveau de la filière Café-Cacao qu’il voulait s’approprier lui donne le mirage de sa seconde chance au niveau de ce secteur juteux.
Alors il commence à faire des révélations et à porter des accusations pour s’attirer certaines faveurs.
Si celles-ci sont vraies et prouvables alors qu’il se mette à la disposition de l’état dans le cadre formel de la justice et de manière désintéressé afin de faire avancer l’enquête au lieu de vociférer de possible affabulation dans le presse juste pour faire le beau.
La Côte d'Ivoire n'a plus besoin de ce genre d'énergumène qui ne sert que sa propre et unique cause en parasitant ses congénères.

Cliquez Ici, Pour lire les soit disant secrets livrés par Tapé Koulou Laurent

16 avril 2008

Policiers Racketeurs et auteurs de violence gratuite: Situons les responsabilités.

7b7b3af5a3f265e9acf589c69c2d8a15.jpg
La fronde du peuple contre les forces de l’ordre en générale et plus particulièrement la police Nationale de Côte d’Ivoire est imminente…
Je n’en suis pas l’instigateur même si je suis pour, cependant, il suffit d’écouter les individus vivant sur le territoire ivoirien. Tous le monde en a marre.
Via les bavures et agressions sur les personnes vivant en Côte d’Ivoire, les policiers Ivoiriens ont gravis à mon avis tous les echelons de la bétise «inhumaine » en prenant plaisir à passer à tabac des gens, du quidam le plus insignifiant à une gloire mondial telle que notre Papa Nationale Laurent Pokou. Ce qui est le plus choquant pour moi est la futilité des causes de ces actes ignobles, dignes d’êtres incultes. C’est triste de constater que les gens à Abidjan par exemple, à la vue d’un barrage de police, au lieu de se sentir en sécurité, deviennent systématiquement anxieux, ne sachant la prochaine invention des policiers pour les faire ch…. en s’amusant à leurs faire perdre du temps, beaucoup de temps pour une misère.
Le plus ahurissant est le fait que cela ne semble point émouvoir les hommes à la tête des institutions dont dépendent ces veinards. A tel point que je me demande si le mal n’est pas plus profond que l’on ne le pense ?
Comment sont ils selectionnés ? Comment sont ils formés ? Quel est leur cahier de charges sur le terrain ?
Le code de déontologie de la Police Nationale est explicite. Je conclue donc que, si les policiers continuent à racketer et à humilier les citoyens de ce pays, c’est qu’ils savent qu’ils ne seront pas inquiètés. Pourquoi ?

LE CODE DE DEONTOLOGIE DE LA POLICE NATIONALE
Titre Préliminaire

Article 1 : La police nationale concourt, sur l'ensemble du territoire, à la garantie des libertés et à la défense des institutions de la République, au maintien de la paix et de l'ordre public et à la protection des personnes et des biens.

Article 2 : La police nationale s'acquitte de ses missions dans le respect de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de la Constitution, des conventions internationales et des lois.

Article 3 : La police nationale est ouverte à tout citoyen français satisfaisant aux conditions fixées par les lois et règlements.

Article 4 : La police nationale est organisée hiérarchiquement. Sous réserve des règles posées par le code de procédure pénale en ce qui concerne les missions de police judiciaire, elle est placée sous l'autorité du ministre de l'Intérieur.

Article 5 : Le présent code de déontologie s'applique aux fonctionnaires de la Police Nationale et aux personnes légalement appelées à participer à ses missions.

Article 6 : Tout manquement aux devoirs définis par le présent code expose son auteur à une sanction disciplinaire, sans préjudice, le cas échéant, des peines prévues par la loi pénale.

Titre 1er : Devoirs Généraux des fonctionnaires de la Police Nationale

Article 7 : Le fonctionnaire de la Police Nationale est loyal envers les institutions républicaines. Il est intègre et impartial ; il ne se départit de sa dignité en aucune circonstance. Placé au service du public, le fonctionnaire de police se comporte envers celui-ci d'une manière exemplaire. Il a le respect absolu des personnes, quelles que soient leur nationalité ou leur origine, leur condition sociale ou leurs convictions politiques, religieuses ou philosophiques.

Article 8 : Le fonctionnaire de la Police Nationale est tenu, même lorsqu'il n'est pas en service, d'intervenir de sa propre initiative pour porter assistance à toute personne en danger, pour prévenir ou réprimer tout acte de nature à troubler l'ordre public et protéger l'individu et la collectivité contre les atteintes aux personnes et aux biens.

Article 9 : Lorsqu'il est autorisé par la loi à utiliser la force et, en particulier, à se servir de ses armes, le fonctionnaire de police ne peut en faire qu'un usage strictement nécessaire et proportionné au but à atteindre.

Article 10 : Toute personne appréhendée est placée sous la responsabilité et la protection de la police ; elle ne doit subir, de la part des fonctionnaires de police ou de tiers, aucune violence ni aucun traitement inhumain ou dégradant .
Le fonctionnaire de police qui serait témoin d'agissements prohibés par le présent article engage sa responsabilité disciplinaire s'il n'entreprend rien pour les faire cesser ou s'il néglige de les porter à la connaissance de l'autorité compétente.
Le fonctionnaire de police ayant la garde d'une personne dont l'état nécessite des soins spéciaux doit faire appel au personnel médical et, le cas échéant, prendre des mesures pour protéger la vie et la santé de cette personne.

Article 11 : Les fonctionnaires de police peuvent s'exprimer librement dans les limites résultant de l'obligation de réserve à laquelle ils sont tenus et des règles relatives à la discrétion et au secret professionnel.

Article 12 : Le ministre de l'Intérieur défend les fonctionnaires de la Police Nationale contre les menaces, les violences, les voies de fait, les injures, diffamations ou outrages dont ils sont victimes dans l'exercice ou à l'occasion de leurs fonctions.

Titre II : Droits et Devoirs Respectifs des fonctionnaires de Police et des Autorités de commandement.

Article 13 : L'autorité investie du pouvoir hiérarchique exerce les fonctions de commandement. A ce titre, elle prend les décisions et les fait appliquer ; elle les traduit par des ordres qui doivent être précis et assortis des explications nécessaires à leur bonne exécution.

Article 14 : L'autorité de commandement est responsable des ordres qu'elle donne, de leur exécution et de leurs conséquences. Lorsqu'elle charge un de ses subordonnés d'agir en ses lieu et place, sa responsabilité demeure entière et s'étend aux actes que le subordonné accomplit régulièrement dans le cadre de ses fonctions et des ordres reçus.
Le fonctionnaire de police doit exécuter loyalement les ordres qui lui sont donnés par l'autorité de commandement. Il est responsable de leur exécution ou des conséquences de leur inexécution.

Article 15 : L'autorité de commandement transmet ses ordres par la voie hiérarchique. Si l'urgence ne permet pas de suivre cette voie, les échelons intermédiaires en sont informés sans délai.

Article 16 : Hors le cas de réquisition, aucun ordre ne peut être donné à un fonctionnaire de police qui ne relève pas de l'autorité fonctionnelle de son auteur, si ce n'est pour faire appliquer les règles générales de la discipline.

Article 17 :
Le subordonné est tenu de se conformer aux instructions de l'autorité, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. Si le subordonné croit se trouver en présence d'un tel ordre, il a le devoir de faire part de ses objections à l'autorité qui l'a donné, en indiquant expressément la signification illégale qu'il attache à l'ordre litigieux.
Si l'ordre est maintenu et si, malgré les explications ou l'interprétation qui lui en ont été données, le subordonné persiste dans sa contestation, il en réfère à la première autorité supérieure qu'il a la possibilité de joindre. Il doit être pris acte de son opposition.
Tout refus d'exécuter un ordre qui ne répondrait pas aux conditions ci-dessus engage la responsabilité de l'intéressé.

Article 18 : Tout fonctionnaire de Police a le devoir de rendre compte à l'autorité de commandement de l'exécution des missions qu'il en a reçues, ou, le cas échéant, des raisons qui ont rendu leur exécution impossible.

Titre III : Du contrôle de la Police

Article 19 : Outre le contrôle de la chambre d'accusation, qui s'impose à eux lorsqu'ils accomplissent des actes de Police Judiciaire, les personnels de la Police Nationale et les autorités administratives qui les commandent sont soumis au contrôle hiérarchique et au contrôle de l'Inspection Générale de l'Administration et, s'agissant des seuls personnels de la Police Nationale, également à celui de l'Inspection Générale de la Police Nationale.