topblog Ivoire blogs

19 janvier 2012

Avenir de Laurent Gbagbo, du FPI, de LMP et du CNRD : La guerre de positionnement a « déjà » commencé !

1134456027.jpg

Les chevaux « favoris » de l’écurie de La Majorité Présidentielle conduite par le FPI sont encore enfermés au fond d’étables dispersées entre la Côte d’Ivoire et la Haye en Hollande. De ces hommes traités comme des bêtes de foire par le régime brutal de Dramane Ouattara, certains ont réussi à prendre la clé des champs en quittant la Côte d’Ivoire devenu pour eux une prison à ciel ouvert ; et pourtant ils ne sont pas pour ainsi dire véritablement sorti de l’ornière car toujours traqués à travers les quatre coins du globe puisque  considérés comme des « mustangs » qui une fois revenus sur les pistes du jeu démocratique, pourraient être de véritables « outsiders » imprévisibles.

Dans le même temps, nombreux sont les « jockeys » du FPI, de LMP et du CNRD déjà positionnés sur les pistes de « l’hippodrome » du jeu politique Ivoirien. S’affublant de leurs combinaisons en coton de mauvaise qualité, ils se précipitent déjà sur le champ de course avant même d’avoir sorti les chevaux qu’ils devront prendre le temps de soigner et ferrer avant d’espérer les monter pour la compétition qui s’annonce rude face à un adversaire qui se montre le moins malléable possible tel le cheval le plus rétif qui existe.  Tentent-ils de garder sous le boisseau les leaders politiques pour qui ils « prétendent » se battre en se marchant ainsi sur les pieds ?

D’Abidjan à Paris en passant par Accra, le spectacle auquel il nous ait donné d’assister est autant affligeant que désespérant.  Plus un mois ne passe sans qu’un conflit interne ne fasse les choux gras du web et de la presse Ivoirienne qui raffolent de cette guéguerre à répétition dont les conséquences pourraient être irréversibles tant les positions sont aussi radicales que tranchées : des blocs se créent et s’affrontent en sourdine ou par médias interposées en oubliant « l’adversaire » commun qui les considèrent tous comme des « ennemis » et les traitent ainsi quand l’occasion lui ait donné.  Dans cette sorte de conclave où s’exposent de nouveaux matamores, chacun met en avant sa gloriole et revendique la place de Khalife à la place de Laurent Gbagbo lui-même. L’héritage du père de la démocratie Ivoirienne est ainsi proposé à vil prix à des enchères ouvertes à tous, même à de probables déstabilisateurs encore volontairement sous l’éteignoir, et cela du vivant de Laurent Gbagbo qui n’a pas encore tiré sa révérence de la scène politique.

Fete_liberte2010.jpg

Ils sont nombreux les pourfendeurs de l’attitude de ceux qui sont censés mener en première ligne la lutte pour la libération des cadres de la Majorité Présidentielle et la restauration de la démocratie et la paix sociale en Côte d’Ivoire. Ils sont encore plus nombreux ceux qui commencent à douter de la possibilité de pouvoir y parvenir avec des leaders qui n’ont apparemment d’enjeu que leurs ambitions égocentriques. Partant de ce constat peu reluisant, la question qui se pose dès lors est de savoir les objectifs de cette lutte dont on ne connait plus les véritables enjeux et objectifs tant ceux affichés sont dévoyés au profit d’une lutte de positionnement interne où les leaders se combattent  comme des chiffonniers à tous les niveaux.

Où en sommes-nous ? Mais d’abord, savons nous vers où nous avions entrepris d’aller ? Où allons nous maintenant et avec qui ? A trop faire un excès répété de zèle, certains, considérés jusque là comme des valeurs sûrs et des têtes de fil, ont plus fait de tort que de bien à eux-mêmes ainsi qu’a l’élan de mobilisation d’ensemble, en prenant des position jugées exsangues et fort mal à propos. Contre eux et implicitement contre la vitale cohésion, des actions de déstabilisation et de diabolisation sont minutieusement organisées et perpétrées dans le but de les mettre hors jeu. Ces pratiques bien que condamnables à plusieurs titres, trouvent des adeptes acharnés, qui oubliant les véritables adversaires que sont la diplomatie Française et le pourvoir préfectorale de Ouattara, concentrent toute leur énergie à prétendument débusquer et détruire des taupes dans leurs rangs au profit du camp qu’ils soutiennent entre les protagonistes se réclamants tous d’être pour la cause du Président Gbagbo et de ses camarades de parti incarcérés en violation flagrantes des lois Ivoirienne.

Dans l’optique d’éviter le pire et des défections gravement handicapantes, il revient à la direction intérimaire du FPI en exercice en Côte d’Ivoire de remettre les pendules à l’heure et de réaffirmer sa position incontestable de proue et de porte flambeau. Courageusement et avec des paroles conciliantes, la Direction du FPI doit parer à ce qui est à l’heure actuelle le plus urgent : « sonner le rassemblement de tous les Patriotes Ivoiriens où qu’ils soient»  autour de valeurs et d’une ligne de conduite commune qu’il lui revient de dicter et d’imposer à tous pour qu’ensemble nous puissions agir de manière plus efficiente.

Que chacun connaisse ses responsabilités, les limites desdites responsabilités, mais surtout, que chacun prenne résolument les responsabilités qui lui incombent et s’y consacre pleinement et avec dévotion.

Hauts les Cœurs !

Claudus Kouadio – Bloggeur – Président des facebookers pour Gbagbo

21 novembre 2011

Le Franc CFA POURRAIT être dévalué dès Janvier 2012

cfca-1000-b.gif

Selon des infos en notre possession:
"Les malheurs continuent sous Ouattara, Le Franc CFA dévalué le 1er janvier 2012.
C’est une information exclusive.
Les pays membres de la zone CFA n’ont pas fini de souffrir. Cette fois, c’est le noir qu’ils vont commencer à broyer.
Si rien ne vient entre temps changer la donne, dès le 1er janvier 2012, c’est-à-dire dans 40 jours, le FCFA sera dévalué à nouveau.

La parité fixe qui jusque-là était de 1 euro=655,59 FCFA, passera à 1 euro=1.000FCFA.

Selon un diplomate européen, c’est pour apporter cette information aux chefs d’Etat de l’Uemoa qu’Alassane Dramne Ouattara a fait le tour de la sous-région la semaine dernière. Il a été mandaté, selon le diplomate, par le président français Nicolas Sarkozy.
«En Afrique centrale, c’est à Denis Sassou Nguesso que la mission a été confiée d’informer ses homologues de la CEMAC mais aussi des Comores», ajoute notre source.

PRIONS pour que cela n'arrive pas ! même s'il y a de bonne chance pour que l'économiste Ouattara conduise pour la deuxième la Côte d'Ivoire et le  F.CFA (Francs des Colonie Française d'Afrique) vers une terrible dévaluation.

16 novembre 2011

Réfugiés Ivoiriens au Togo : Ouattara, Faure et le HCR signent un Accord tripartite pour leur RAPATRIEMENT en Côte d’Ivoire.

ADO_Togo_refugies (6).JPG

"[...] Alassane Ouattara a saisi l’occasion pour exhorter ses compatriotes se trouvant encore sur le sol togolais du fait de la crise, à regagner, dans la sérénité et en toute confiance, leur pays. A cet effet, il a été procédé à la signature d’un Accord tripartite entre le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Gouvernement de la République togolaise et le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), relatif au RAPATRIEMENT VOLONTAIRE (Volontaire ? NON) des réfugiés ivoiriens vivant au Togo".
---
Le 06.09.2011 dans l'article "Réfugiés Ivoiriens à Lomé : Le Camp de AVEPEZO, symbole du Mal être Ivoirien." je disais : "« L’assistance aux réfugiés Ivoiriens n’était utile que pendant la période d’urgence. “Cette période d’urgence a pris fin” » OUI, selon le HCR de l’ONU qui est l’un des pions essentiel du malheur de ces 7.000 réfugiés Ivoiriens du Togo, « la période d’urgence a pris fin » depuis que Ouattara a été investi Président: CECI ETANT, LES REFUGIES QUI NE PARTIRONT PAS DE AVEPEZO SERONT BIENTOT LIVRES A EUX MEME DANS CE CAMP DE LA DESOLATION.
[...]
Alors pourquoi ne prennent t’ils pas le chemin du retour vers la Côte d’Ivoire ? Il suffit de discuter avec eux pour y voir clair :
- la plupart d’entre eux sont encore traumatisés et n’ont eu aucun suivi psychologique,
- d’autres ont vue leurs proches se faire tuer et n’ont pas encore surmonté la peur de revivre ce cauchemar pour ensuite arriver à faire leur deuil,
- certains ont perdus tous leurs biens suites aux pillages des FRCI et n’envisage pas un retour vers l’inconnu au risque de continuer à souffrir dans ce camp,
- encore plus attendent une sécurité acceptable en Côte d’Ivoire,
- il y a aussi ceux qui craignent des représailles des rebelles encore présents.

Alors la question est de savoir pour qui travail le Haut Commissariat aux Réfugiés ? Pour la cause des réfugiés ou pour l’image de Alassane Ouattara ? UN DRAME A CIEL OUVERT VA BIENTOT SE JOUER DANS CE CAMP DE REFUGIES SI RIEN N’EST FAIT POUR METTRE L’ONU ET LE HCR AU DEVANT DE LEURS IRRESPONSABILITES. DES VIEILLARDS, DES FEMMES ET LEURS ENFANTS EN BAS AGES VONT AUSSI SUBIR L’INACTION DU HCR QUI A VISIBLEMENT CHOISI DE FAIRE OUVERTEMENT DE LA POLITIQUE AU MEPRIS DE LA VIE DE MILLIERS DE PERSONNES DANS LE BESOIN. INDIGNEZ-VOUS !!!"

Ce message n'a pas été suivit - l'indignation collective espéré n'a jamais été observée: des milliers de réfugiés Ivoiriens sont pris au piège de Ouattara !

212180335529879.jpg
212181348863111.jpg

09 novembre 2011

A-HU-RI-SSANT !!! Dette Publique de la Côte d'Ivoire

La carte du monde des dettes d'État

A-HU-RI-SSANT !!!
Dette Publique de la Côte d'Ivoire:

1999: 111% de la dette / PIB... Bédié l'Économiste

2000: 109 % de la dette / PIB... Quand Laurent Gbagbo l'Historien vient aux affaires
2010:   67% de la dette / PIB... Gbagbo l'Historien est "enlevé" du pouvoir


2011: 93% de la dette / PIB... Dramane le Docteur En Économie

Dette.JPG
Source : Le Figaro

07 octobre 2011

Alassane DRAMANE Ouattara demande à Accra d`arrêter des Ivoiriens réfugiés au Ghana.

a.jpg

Publié le jeudi 6 octobre 2011 | AFP

ACCRA - [...] Alassane Ouattara a demandé jeudi aux autorités d`Accra de donner suite aux mandats d`arrêt émis contre des Ivoiriens exilés au Ghana depuis la sanglante crise post-électorale ivoirienne, selon un communiqué conjoint.

M. Ouattara était jeudi en visite officielle au Ghana où il a notamment eu un entretien avec son homologue John Atta Mills.

"[...] Ouattara a demandé au Ghana d`envisager la mise en oeuvre du mandat (prévoyant) le gel des comptes et l`application des mandats d`arrêt émis contre des personnes présumées coupables d`actes criminels commis durant la crise", selon le communiqué des deux chefs d`Etat.

Le Ghana, voisin de la Côte d`Ivoire, a accepté d`étudier cette requête, ajoute le texte, et une réunion entre responsables de la sécurité des deux pays devrait bientôt se tenir à Abidjan.

Des milliers d`Ivoiriens se sont réfugiés au Ghana et parmi eux figurent de nombreux partisans du président [...] Laurent Gbagbo. La Côte d`Ivoire se remet d`une crise [...] qui a fait quelque 3.000 morts selon l`ONU.

John Atta-Mills a assuré lors d`une conférence de presse: "nous ne permettrons à personne d`utiliser notre territoire pour destabiliser la Côte d`Ivoire".

Arrivé dans la matinée, M. Ouattara devait repartir en début de soirée au terme de son premier voyage officiel au Ghana près de six mois après la fin de la crise.
Fin.

VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE...

04 octobre 2011

Cour Pénale Internationale en Côte d'Ivoire - "Ocampo, it's a joke !"

"A partir d'aujourd'hui, l'accusation va collecter des preuves de manière IMPARTIALE et INDÉPENDANTE, et dès que possible, nous présenterons nos dossiers devant les juges, qui décideront QUI doit être jugé", a déclaré M. Moreno-Ocampo dans un communiqué.

Luis-Ocampo.jpg

Que ceux qui donnent un minimum de crédibilité à ce tribunal dans la crise Ivoirienne arrêtent de rêver !!!
Une Chose est certaine: malgré tous ses crimes, Dramane Ouattara ne sera JAMAIS jugé si ce n'est que par Dieu. 

La question est de savoir quoi/comment faire pour empêcher cette parodie de justice de juger et condamner injustement le Président Gbagbo Laurent, son épouse et les autres cadres de LMP déjà emprisonnés. 

Arrêtez de croire un instant à cette plaisanterie de mauvais gout qui se joue comme un opéra buffa. Ne laissons pas le ridicule tuer encore une fois chez nous.




Comme le soulignait Jean Ping Le Président de la Commission de l'Union Africaine: "On demande simplement à OCAMPO de dire le droit, non pas de faire de la politique: LUI IL FAIT DE LA POLITIQUE"... et la politique de Ocampo est une autre marionnette dont les ficelles sont tirées par les même néo-colons qui tentent de nous imposer Dramane Ouattara et sa suite de rebelles qui continuent de tuer et piller en toute impunité.