topblog Ivoire blogs

29 septembre 2012

Katinan "interpellé abusivement" par Interpol à ACCRA. Pourquoi cet acharnement de ADO ?

 Alassane Dramane Ouatarra, Justin Koné Katinan, Steve Beko, Interpol, BNI, ONU, Joy News, Patrick Sogbodjor, ACCRA, claudus Kouadio, le blog de Claudus, laurent Gbagbo, LMP, FPI, RDR, FRCI

L'information a fait cette nuit l'effet d'une bombe à minuterie. Il apparaissait évident que Alassane Dramane Ouatarra réagirait face au pied de nez de la justice Ghanéenne suite à la libération sous caution du Ministre Katinan ce mardi 25 Septembre. Abonné aux manières peu orthodoxes et à la fourberie, il vient de sortir un nouveau tour de passe passe de sa gibecière pour "capturer" le Ministre Justin Koné Katinan.

Steve Beko un Blogueur et activiste du web exilé au Ghana nous rapporte les faits: "Le ministre Koné Katinan vient encore d’échapper à un enlèvement par les agents d'Interpol Ghana alors qu'il revenait de la DST ghanéenne ou il s’était rendu avec son avocat pour des formalités d’usage. A la sortie du bureau de la BNI, il est accosté par un agent d’Interpol Ghana qui lui explique que leur patron veut le voir. Le ministre se rend donc sereinement au bureau de celui-ci et se voit dire qu'il y avait une autre procédure contre lui initiée par le régime Ouattara non plus pour crimes économiques mais crimes de sang et qu’il compte utiliser une procédure plus simplifiée "d’Interpol à Interpol". Heureusement, l’avocat s’oppose et les autorités ghanéennes sont immédiatement alertées. Celles-ci rassurent donc tous les responsables des exilés ivoiriens dans leur pays en leur promettant que cette énième fourberie ne saurait seulement prospérer sur leur territoire. [...]L'on peut dire que c'est une deuxième tentative d'enlèvement qui est en cours d'être déjoué."

De toute évidence, Le Ministre KATINAN vient d'être ainsi interpellé pour des fadaises de l'imposture militarisée qui sévit en Côte d'Ivoire. Une véritable tentative d’enlèvement manquée du pouvoir Ouattara qui tente ainsi d’outrepasser les législations Ghanéennes avec l’illusion que le caractère international d'Interpol surpasse la constitution de l'état Ghanéen. Certainement pour lui un bis repetita de la certification d’élections frauduleuses par  l'Onu qui avait abusivement enterré la constitution Ivoirienne pour installer le candidat non élu de l'étranger. 

Selon Joy News [site Internet et radio d’Accra] "L’avocat de Justin Koné Katinan est profondément perturbé par la décision de la police de l’arrêter à nouveau. Katinan a bénéficié de la liberté sous caution mercredi après que les procureurs aient échoué à commencer les procédures d’extradition contre lui ainsi que le tribunal le leur avait demandé.[...] Son avocat, Patrick Sogbodjor, qui a confirmé son arrestation dans la soirée de vendredi, a dit qu’il est choqué par ces développements parce qu’ils violent très clairement la décision de la Cour."

Le Ministre Katinan qui est en garde à vue cette nuit, devrait subir un interrogatoire demain à 08h UTC pour les nouvelles accusations portées contre lui par le régime ubuesque de Ouattara.

Les thuriféraires du régime Ouattara parlent déjà d'une possible "procédure accélérée d’extradition" de Katinan vers la Côte d'Ivoire suite à cette autre interpellation. Ce qui n'est pas plausible et rationnel vu que la justice Ghanéenne a déjà en cours un procès sur le même sujet et dont la prochaine audience est prévu pour le 11 Octobre 2012 en accord avec les deux parties. Toutefois, personne ne peut empêcher les fantasmes de Alassane Dramane Ouattara et ses sbires.

Ce qu'il convient de mettre en exergue, c'est cette flagrante violation des termes de la liberté provisoire et sous caution du Ministre Katinan par Interpol Ghana. Les autorités Ghanéennes doivent se résoudre à jouer franc jeu et arrêter de nous servir des lois Vuvuzela face l'acharnement de Alassane Dramane Ouattara.

"L'acharnement et la soif de vengeance contre ce pays qui le vomit chaque jour un peu plus depuis 1990": voilà ce qui ronge Alassane Dramane Ouattara jusqu’à la moelle. Voilà ce qui explique son déferlement de violence contre tous ce qui le contredit. Voilà e qui explique l'océan de mensonge sur lequel il navigue à la recherche de l'atlantide.

Restons mobilisés et suivons sereinement la suite de cette affaire dotée de nombreux organes préhenseurs que sont les puzzles et autres couloirs sombres de la diplomatie souterraine très alambiquée.

Claudus Kouadio

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 29 Septembre

Interpellé hier par les agents d’Interpol Ghana alors qu’il quittait les locaux du Bureau national des Renseignements (BNI) en compagnie de son avocat Me Patrick Sogbojor, le Ministre Koné Katinan a passé hier sa première nuit dans les locaux de cette organisation pour le motif que le régime Ouattara aurait intenté une autre procédure contre lui pour crimes de sang cette fois ci.

Dans la nuit d’hier, les policiers ivoiriens dépêchés par Ouattara tentent de convaincre leurs
homologues ghanéens de leur remettre l’infortuné afin qu’il soit interrogé en Cote d’Ivoire. Ferme opposition des autorités ghanéennes qui exigent que la police de leur pays assiste à la confrontation étant donné que le Ministre Katinan jouissant d’un statut de réfugié bénéficie d’un certain nombre de prérogatives. La pression des ghanéens finit par avoir raison de la suspecte précipitation des ivoiriens et rendez vous est pris ce matin à 08h dans les locaux d’Interpol pour le grand interrogatoire.

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, les policiers ivoiriens qui hier, tentaient d’accélérer la procédure ne se présenteront pas au lieu convenu. Relancés à plusieurs reprises par les ghanéens, ils finissent par avouer à 11 H ne pas être prêt et demande un report de l’interrogatoire au lundi 01 Septembre à la même heure. Les responsables d’Interpol Ghana accèdent à la requête des policiers ivoiriens et après concertation, l’interrogatoire est reporté à la date précitée.

Il faut noter que selon des indiscrétions recueillies auprès de certaines personnes, pendant que le policier interpellait le ministre Katinan, certains de ses collègues lui reprochaient en Twi, langue locale de faire l’opération juste devant le service.

L’on s’aperçoit donc que certains policiers indélicats ghanéens certainement corrompus par le régime d’Abidjan ont tenté ce qui s’apparente à un enlèvement.
Car comment expliquer tout d’abord que les policiers ivoiriens veuillent extrader le ministre Katinan sans l’entendre dans son pays hôte. De surcroit, comment comprendre encore qu’après un si long voyage d’Abidjan à Accra, ils ne soient pas à mesure de fournir les preuves de leurs accusations aux autorités ghanéennes ?

La conclusion à laquelle tout esprit cartésien aboutit est que nous assistons à une scène où le régime Ouattara tente par tous les moyens de contourner la justice tandis que les ghanéens l’y ramènent continuellement.
Les réfugiés et exilés ivoiriens tout en étant déçus du fait que le porte parole du président Gbagbo soit de nouveau contraint de passer une nuit supplémentaire en dehors de sa maison, restent déterminés et confiants car les fourberies et harcèlements abjects de Ouattara ne sauraient avoir raison de la justice ghanéenne.

Steve Beko

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 1er Octobre

ATTENDUS AU BUREAU D’INTERPOL, LES POLICIERS DE OUATTARA NE SE SONT PAS PRÉSENTÉS

Comme annoncé le samedi, policiers ivoiriens que Dramane avait envoyés au Ghana pour procéder à l’extradition du ministre Katinan étaient attendus ce jour au bureau d’Interpol Ghana pour justifier la nouvelle procédure pour crime de sang intentée contre le porte parole du président Gbagbo.

A la stupeur générale, ceux-ci ne se sont pas présentés ce matin arguant qu’ayant saisit Interpol Ghana pour une affaire criminelle et non politique, cette organisation devrait simplement procéder à l’extradition sans confrontation devant la justice.

Malgré les gages donnés le samedi, c’est toute honte bue que les preuves qui dit-on surabondent contre le ministre Katinan et qui étaient attendues par la justice ghanéenne se sont volatilisées.

Cette fuite en avant confirme que c’est bel et bien une tentative d’enlèvement du porte parole du président Gbagbo qui vient d’être déjouée grâce à la vigilance de son avocat et des exilés ivoiriens au Ghana.

Me Patrick Sobodjor et le conseil des avocats du ministre Katinan saisiront dans les minutes qui suivent la Haute cour de justice Ghanéenne pour démontrer à Interpol non seulement le caractère politique de cette affaire mais aussi dénoncer le fait que Ouattara veuille snober la justice d’un pays libre et souverain comme le Ghana dans une affaire qui est pourtant pendante devant le Tribunal du District de Ossou Accra.
Une affaire présentée au départ comme un crime économique et pour laquelle Katinan est en Liberté provisoire et qui se transforme subitement pour les besoins de la cause en crime de sang et meurtre.

Une conférence de presse animée par les avocats est prévue à cet effet dans les heures qui suivent.

AFFAIRE KATINAN, ÉPILOGUE DE CETTE JOURNÉE
LES POLICIERS DE OUATTARA RENTRENT BREDOUILLES D’ACCRA

Cette journée folle en ce qui concerne l’affaire Katinan vient de connaitre un premier épilogue ce soir dans la capitale ghanéenne et le moins que l’on puisse dire est qu’une fois encore la justice de ce pays a eu raison de la volonté des autorités ivoiriennes de fouler au pied les règles élémentaires de justices.

Récapitulons :
Attendus par Me Patrick Sobodjor avec les preuve
s de l’accusation de crimes de sang portée contre son client, les policiers ivoiriens dépêchés par le régime d’Abidjan ne se présentent pas à l’heure et au lieu indiqués. L’avocat quitte donc le bureau d’Interpol Ghana pour aller saisir la haute cour de justice ghanéenne sur le caractère politique donc illégale de la détention de son client par cette organisation.

En son absence, les policiers ivoiriens accourent et présentent un document au ministre Katinan dans lequel ils l’accusent du meurtre de deux personnes et lui demandent de signer l’acte d’accusation. Ce qu’il refuse de faire bien entendu en l’absence de son avocat leur demandant du meurtre de qui il était accusé. C’est à ce moment qu’ils précisent qu’il s’agit de Kamagate Sedou, 83 ans, un soudeur et le 29 mars, Diabaté Drissa, 37 ans, un négociant de Port Bouet. Le ministre a alors rétorqué qu’il ne se reconnaissait pas dans de telles accusations et qu’il ne dirait rien avant d’avoir parlé à un avocat.

Les policiers d’Abidjan eux tentent le tout pour tout afin d’obtenir l’extradition cette nuit du lundi 01. Ce à quoi s’oppose naturellement la justice ghanéenne qui récupère l’affaire et exige de mener des enquêtes avant de déterminer si le statu de réfugié du mis en cause doit lui être retiré ou pas.

Le juge devant lequel est ensuite présenté le valeureux porte-parole estime que n’étant pas en possession de toutes les preuves requises, la justice ghanéenne se donnait deux semaines pour mener des investigations supplémentaires pour se prononcer sur cette autre accusation de crimes de sang.

Malgré l’insistance des autorités ivoiriennes, la justice du pays de N’Nkrumah maintiendra fermement sa position.

En conclusion, notons que le ministre Katinan ne sera pas extradé, en tout cas pas avant les deux semaines d’enquêtes requises par la justice ghanéenne et qu’une fois encore la loi a fait barrage aux exigences illégitimes de Ouattara et de ses soutiens malgré les sommes importantes investies dans ce projet.

Steve Beko

27 septembre 2012

EXCLUSIF : A voir le debat de l’émission "le club de la presse" sur la rebellion de 2002 censurée par la RTI

L'éléphant Déchaîné, Emmanuel Grattié Lavry, Assalé Tiémoko, Saint Claver Oula, Eddy Pehé, Le Club de la presse, CDVR, le blog de Claudus, Claudus Kouadio

Le dimanche 23 septembre, à 18 heures 8 minutes, sur la RTI1, une bande déroulante a annoncé la non diffusion du CLUB DE LA PRESSE pour des "raisons techniques". Interrogé par "L'éléphant Déchaîné", Emmanuel Grattié Lavry, le présentateur de l'émission a déclaré qu'il avait été lui-même informé dans la soirée que l'émission ne sera pas diffusée pour des raisons techniques, sans plus de précisions. En réalité, cette émission, enregistrée le vendredi 21 septembre ne sera jamais diffusée et pas à cause de raisons techniques. Elle a été purement et simplement censurée.

Il y avait comme invités: Assalé Tiémoko (Directeur général et gérant de l'éléphant Déchaîné"), Saint Claver Oula (rédacteur en chef de le nouveau courrier), Eddy Pehé (directeur de publication de le nouveau réveil), Célestin Gnonzion (enseignant-chercheur, spécialiste de l'éthique de la presse). Les thèmes débattus étaient la rébellion de 2002 (bilan, financement), les rencontres de la CDVR, l'enquête sur la mort de Guéi, la drogue dans les écoles, le conseil des ministres (le code de déontologie des fonctionnaires et agents de l'Etat), l'attaque du commissariat à Port-bouet, la suspension de la sanction contre les journaux bleus. 

Eh bien les vérités qui ont été dites au cours de l'enregistrement de l'émission n'ont pas semble-t-il, fait plaisir en haut lieu. L'émission a été purement et simplement censurée.

CEPENDANT GRACE A LA DEXTERITE DE LA WEBOSPHERE POLITIQUE IVOIRIENNE CETTE EMISSION EST DESORMAIS DISPONIBLE SUR LE NET. A VOIR ET A PARTAGER !

Source : Mohamed Radwan

Première Partie

Deuxième Partie 

Troisième Partie 

 

24 septembre 2012

Joyeux anniversaire Michel Gbagbo - Le message de Jacqueline Chamois sa mère.

michel gbagbo,jacqueline chamois,rfi,prison bouna,laurent gbagbo,liberez michel gbagbo,claudus kouadio,le blog de claudus

Ce Lundi 24 Septembre marque un autre anniversaire de Michel Gbagbo fils du Président Laurent Gbagbo. Ce Lundi 24 Septembre marque éternellement un deuxième anniversaire qu'il devra passer dans les geôles de Alassane Dramane Ouattara pour le simple crime d'être "un Gbagbo".

Un anniversaire au gout d'une triste commémoration: mais notre devoir sera de donner à ce jour les joyeuses valeurs qui caractérisent la célébration d'une naissance.

Nous avons toutes les raisons d'être triste pour notre Camarade de lutte, notre ami, notre frère. Mais nous avons encore plus de raisons de célébrer ce fils digne et ce patriote engagé depuis toujours pour une cause en laquelle il croit et qui lui vaut en ce moment son deuxième séjour en Prison après la Maca suite à la marche historique du 18 Février 1992...

PRIONS, revendiquons, indignons nous, RÉSISTONS pour que son prochain anniversaire soit célébré autrement.

michel gbagbo,jacqueline chamois,rfi,prison bouna,laurent gbagbo,liberez michel gbagbo,claudus kouadio,le blog de claudus

JOYEUX ANNIVERSAIRE MICHEL...Puisse Dieu te fortifier et te couvrir de son voile protecteur.

Claudus Kouadio

Le message de Jacqueline Chamois à son fils, Michel Gbagbo

Michel Gbagbo fête son 43ème anniversaire en prison. Le fils de Laurent Gbagbo est toujours en détention à Bouna dans le nord du pays dans l'attente de son procès. Il avait été arrêté le 11 avril 2011 alors qu'il était aux côtés de son père. Transféré à Abidjan le 7 mars 2012 en raison d'un gros problème de santé, pour une hospitalisation à la polyclinique internationale, il a été depuis renvoyé à Bouna. A l'occasion de son anniversaire, sa mère, la Française Jacqueline Chamois publie sur le web un message vidéo qui lui est destiné. Une sorte de bouteille à la mer. 

Jacqueline Chamois (Mère de Michel Gbagbo) sur RFI ce matin

podcast

21 septembre 2012

SIMONE GBAGBO EST UNE SORCIÈRE... les patriotes Ivoiriens aussi.

LOME - TOGO: Hier soir je mangeais avec un ami: dans un "kiosque" en bordure de route. D'autres clients sont là et ensemble on écoute du Zouglou Ivoirien que j'ai passé au propriétaire du commerce. 

Forcement à un moment les conversations s'orientent sur mon pays... j'entends surtout de véritables inepties: "Simone Gbagbo n'a pas d'enfant, Laurent Gbagbo a une femme Libanaise avec qui il est à la Haye à sa demande personnelle, Blé Goudé vient être arrêté" ! Bref... jusque là je me marre et je ne dis rien ! J'attends.

J'ATTENDS sans intérêt particulier lorsqu'un Monsieur lance: "SIMONE GBAGBO EST UNE SORCIÈRE" !

 la haye, cpi, laurent gbagbo, Simone gbagbo, report de l'audience laurent gbagbo, le blog de claudus, claudus kouadio, santé simone Gbagbo, fofié

Son ami lui fait signe, tente de freiner son élan en lui disant que je suis pour le "camp" de Gbagbo et que je risque de ne pas aimer.

Ce Mr Costaud accoudé à son véhicule de type 4X4 me demande alors: "Ami, tu es pour Wattara ou pour Gbagbo"

Je lui réponds que je suis un être humain, et qu'alors je ne peux être que pour un être humain qui en plus est un idéologue, un visionnaire politique et le Président de mon pays bien qu'enlevé, torturé puis bâillonné dans une prison internationale en Hollande. 

Je lui précise que même les mains liées, six pieds sous terre, mon âme qui se veut juste, refusera les crimes, les mensonges et l'imposture de Dramane Ouattara. Là il semble avoir compris...

Puis à son étonnement, je lui dit qu'il a raison sur notre Première Dame Simone Gbagbo: OUI SIMONE GBAGBO EST UNE SORCIÈRE... pour ces personnes obnubilés par sa poigne et son caractère trempé dans la vérité qui très souvent dérange. 

Simone Gbagbo ne peut être qu'une sorcière pour ces personnes qui la méconnaissant, et étant en déphasage avec la cause de son engagement politique, ne peuvent comprendre que cette femme soit resté en sa résidence avec son époux, sa famille, ses proches et collègues malgré les bombes Françaises qui pleuvaient de partout. 

Il rétorque que seul Simone Gbagbo pouvait convaincre son époux de "fuir" et ainsi éviter la prison: elle ne l'aurait pas fait selon lui et c'est entre autre ce qui fait d'elle une sorcière.

Là je rigole vraiment ! et je lui explique que si c'est c'est cela qui motive son jugement, qu'il sache que Gbagbo lui même est le chef de la confrérie de Sorcier dont Simone est membre. Cette confrérie renferme plus de la moitié des Ivoiriens. Cette confrérie c'est la Côte d'Ivoire digne et ses Patriotes. 

Si faire front à l'adversité, refuser l'assujettissement, revendiquer son auto-détermination et sa véritable souveraineté c'est être un SORCIER, alors je revendique cette sorcellerie là autant que notre Première Dame Simone Ehivet Gbagbo. 

Le plus extraordinaire, c'est qu'il venait ainsi de me donner une heure de conférence. Une heure non stop au bout de laquelle il a fini par en vouloir à la diplomatie Française, à la Françafrique, à Houphouet Boigny mais encore plus à "Wattara" quand j'eu fini l'historique de la rébellion de 2002. 

"Donc nos états sont des 'états moutons' face aux intérêts de la France ?" a t'il conclue. 

Une heure au bout de laquelle certains qui ne disaient rien s'affichaient enfin comme ami de Gbagbo le fier Africain après avoir longtemps évité de se confronter à ce Mr "respectable" qui venait de recouvrer la vue sur la véritable situation de la Côte d'Ivoire. 

Camarades Patriotes, fiers Ivoiriens, continuons d'être les ambassadeurs de notre noble cause où que nous nous trouvions. 

La couleur de la vérité est universelle, dites là et elle finira par se savoir partout et dans toutes les langues. PARLEZ, votre bouche de vérité trouvera les mots justes. 

#Ovajab SORCIERS et SORCIÈRES.

14 septembre 2012

TOGO: Affaire Bodjona contre L'Emirati ou quand la "prétendue" fortune cachée de Feu Robert Guei divise Faure et son peuple.

Depuis le 1 Septembre 2012, une affaire trouble impliquant le nom de Feu le Président Robert Guei est devenue le point culminant de l'actualité politico-judiciaire au Togo.  

Ce jour là, Pascal Bodjona l'ancien numéro deux du régime Faure Gnassingbé est arrêté par les services de renseignements et d'investigation du Togo. Il est accusé par l'Emirati Abass Al Youssef d'être le complice de Mr Agba Bertin qui l'aurait escroqué. 

TOGO, Affaire Bodjona, Pascal Bodjona, Agba Bertin, Abass Al Youssef, Robert Guei, Faure Gnassingbé Eyadema, Gerry Taama, Claudus Kouadio, le blog de claudus, Lomé

De quelle escroquerie s'agit il en réalité ? 

En fait, l'Emirati aurait versé des milliards pour s'approprier d'une présumée fortune de feu le Président Robert Guei qui se trouverait dans une banque domiciliée au Togo.

DÉTAILS:

Abass Al Youssef réclame 48 Millions de Dollars après avoir selon lui investi dans ce "bussiness" la somme astronomique de 25 Milliards de FCFA pour récupérer la présumée fortune de Feu Robert Guei. 

TOGO, Affaire Bodjona, Pascal Bodjona, Agba Bertin, Abass Al Youssef, Robert Guei, Faure Gnassingbé Eyadema, Gerry Taama, Claudus Kouadio, le blog de claudus, Lomé

Pour plusieurs raisons endogènes, cette affaire a ravivé les tensions politiques et la grogne du peuple Togolais

Pour le politicien et opposant Togolais Gerry Taama du NET (Nouvel Engagement Togolais) , Faure a réussi à Unir les Togolais, mais contre lui. 

Il dit en substance: "Sans doute pour la toute première fois dans l'histoire du Togo, un chef d'Etat a réussi à liguer toute la population, toutes tendances politiques et ethniques confondues, contre lui. L'affaire Bodjona ne scandalise pas parce que c'est Bodjona (que nous combattions il a longtemps) ou parce qu'on le triche (nous le vivons au quotidien). Ce qui est intolérable pour le Togolais Rpétiste comme Ancilien ou Nétois, pour le Kabyè, losso ou guin, pour le gardien de nuit, le jeune cadre ou le PDG de grande société, c'est à mon sens l'ingratitude de Faure Gnassingbé. 

Bodjona s'est battu comme un beau diable pour maintenir Faure au pouvoir. La contrepartie de cet engagement, c'est justement de pouvoir compter sur son ami en cas de soucis. 

Même si Bodjona était réellement coupable, le peuple aurait compris que Faure fasse tout pour le tirer de là. Lorsque Nicolas Lawson a eu ses soucis au Ghana et que le bruit a couru que Faure lui a tendu la main, le geste a paru élégant. 

Que Bodjona tombe aujourd'hui pour une sombre affaire d'escrocs qui se règlent leurs problèmes va à l'encore de nos valeurs traditionnelles. 

Dans l'affaire Kpatcha, on disait que Cain voulait tuer son frère Abel, et le poids du lien familial dans notre société a joué plutôt pour le frère, car nombreux sont ceux qui ont condamné la tentative de coup de force. Mais dans ce cas-ci, on n'accuse même pas Bodjona de détournement de biens publics, il n'a pas tenté de tuer quelqu'un. Il aurait trempé dans un affaire d'escroquerie internationale, et son ami ne lève pas le petit doigt pour lui venir au secours. C'est sans doute cette ingratitude qui révolte les Togolais, et qui justifie cette quasi unanimité de soutien à Bodjona.[...]"

Le constat dans les rues de Lomé est sans appel: les Togolais sont encore plus choqués par l'arrogance de Abass Al Youssef et étonnés que personne en Côte d'Ivoire ne s’intéresse officiellement à cette affaire impliquant Robert Guei

- Si l'histoire de l'Emirati Abass Al Youssef est fondée, comment expliquer que feu le Président Robert Guei ait pu "gagner" plus de 48 Millions de Dollars ? 

Si tel est le cas, comme s'interroge ce journaliste Togolais: "Est-ce-que Abass Al Youssef est un héritier de feu Robert Guei pour mettre en jeu 25 milliards de nos Francs avec l'intension de récupérer la fortune de ce dernier cachée dans une banque au Togo ?"

Dans un cas ou l'autre, comment expliquer que cet escroc notoire ou "brouteur international" soit en liberté ? 

TOGO, Affaire Bodjona, Pascal Bodjona, Agba Bertin, Abass Al Youssef, Robert Guei, Faure Gnassingbé Eyadema, Gerry Taama, Claudus Kouadio, le blog de claudus, Lomé

TOGO, Affaire Bodjona, Pascal Bodjona, Agba Bertin, Abass Al Youssef, Robert Guei, Faure Gnassingbé Eyadema, Gerry Taama, Claudus Kouadio, le blog de claudus, Lomé

togo,Loïk Le Floch-Prigent, affaire bodjona,pascal bodjona,agba bertin,abass al youssef,robert guei,faure gnassingbé eyadema,gerry taama,claudus kouadio,le blog de claudus,lomé

REBONDISSEMENT dans cette affaire: Cité par l'Emirati Abass Al Youssef, L'ex-PDG du géant pétrolier français ElF, Loïk Le Floch-Prigent, arrêté à Abidjan dans le cadre d'un mandat d'arrêt international délivré par la justice togolaise dans cette affaire d'escroquerie, a été transféré samedi soir vers le Togo.

togo,Loïk Le Floch-Prigent, affaire bodjona,pascal bodjona,agba bertin,abass al youssef,robert guei,faure gnassingbé eyadema,gerry taama,claudus kouadio,le blog de claudus,lomé

13 septembre 2012

Via le CNP, Dramane Ouattara suspend tous les journaux de l’opposition.

Apres la suspension abusive du quotidien "Notre Voie", "C'est officiel. Le Nouveau Courrier est suspendu au même titre que tous les journaux "bleus" pour six jours. En dehors de L'Alternative qui est suspendu pour douze jours." nous apprend Théophile Kouamouo ce mercredi soir.

Pour avoir publié le motif pour lequel le journal d'opposition " NOTRE VOIE " a été suspendu, Ouattara et Lakpé font suspendre tous les journaux bleus (tous les journaux d'opposition).

Notre Voie, Le Nouveau Courrier, Théophile Kouamouo, Raphael Lakpé, Pro-Gbagbo, journaux bleus , liberté de la presse, reporters sans frontières, claudus Kouadio, le blog de claudus

Ils suspendent ces journaux pour 6 parutions parce qu'ils respectent la légalité: WHAT ELSE ?

Par cette tentative de négation du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo, le régime ubuesque du démagogue Dramane Ouattara tente de se donner "une" légitimité via sa tentacule qu'est le CNP (Conseil National de la presse).

Notre Voie, CNP, Le Nouveau Courrier, Théophile Kouamouo, Raphael Lakpé, Pro-Gbagbo, journaux bleus , liberté de la presse, reporters sans frontières, claudus Kouadio, le blog de claudus, Conseil National de la presse

- Partant de ce raccourci intellectuellement/juridiquement/historiquement malhonnête, ils tentent de mettre sous le boisseau le fait qu'après avoir perdu les élections présidentielles ils se sont accaparés le pouvoir d'état par la force des armes d'une coalition de rebelles et mercenaires Ivoiriens, Burkinabés et Français.

notre voie,cnp,le nouveau courrier,théophile kouamouo,raphael lakpé,pro-gbagbo,journaux bleus,liberté de la presse,reporters sans frontières,claudus kouadio,le blog de claudus,conseil national de la presse

CE MENSONGE NE PASSERA PAS... et si vous arrivez à museler tous les médias dits "Pro-Gbagbo", même le silence des justes se ferra entendre partout d'une manière ou d'une autre.

Cette tyrannie qui s’effrite déjà, s’effondrera bientôt !

#Ovajab

[Patriotes Ivoiriens, abonnez-vous au format pdf du Nouveau Courrier pour aider notre presse libre et juste]

notre voie,cnp,le nouveau courrier,théophile kouamouo,raphael lakpé,pro-gbagbo,journaux bleus,liberté de la presse,reporters sans frontières,claudus kouadio,le blog de claudus,conseil national de la presse