topblog Ivoire blogs

07 juin 2012

CPI : PAS PRÊT POUR LE 18 JUIN, La défense de Gbagbo demande le report de la confirmation des charges.

LA HAYE, CPI, Laurent Gbagbo,  Emmanuel Altit , procès 18 juin

LA HAYE - La défense de [...] Laurent Gbagbo, soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité, a demandé jeudi un report de l'audience de confirmation des charges qui doit se tenir le 18 juin, a indiqué la cour.

La défense demande à la CPI d'ordonner que l'audience de confirmation des charges soit repoussée à la date qu'il plaira à la chambre préliminaire de fixer, postérieurement au 18 juin 2012", a écrit Emmanuel Altit, le conseil français de M. Gbagbo, dans un document officiel rendu public jeudi dans sa version expurgée.

L'audience de confirmation des charges doit permettre aux juges de déterminer si les éléments de preuve rassemblés par l'accusation sont assez solides pour permettre la tenue d'un procès.

M. Altit a assuré que M."Gbagbo serait victime d'une violation de son droit à un procès équitable" si l'audience avait lieu à la date prévue.

L'accusation et l'équipe de la défense ne disposent pas "de l'égalité des armes" selon l'avocat, qui évoque une "disproportion flagrante" des ressources financières et humaines.

Le conseil de M. Gbagbo, qui bénéficie de l'aide judiciaire, a également affirmé être en butte à "un environnement hostile" en Côte d'Ivoire, quand son équipe se rend dans le pays pour mener à bien ses enquêtes.

Premier ex-chef d'Etat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, 67 ans, est soupçonné par la CPI d'être "coauteur indirect" de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011.

[...] 

© AFP

06 juin 2012

Moïse Lida Kouassi arrêté à Lomé (puis extradé vers Abidjan): La chasse à l'homme continue

Sal temps pour les exilés.

Alassane Ouattara, Lomé , Moïse Lida Kouassi, FRCI, Laurent Gbagbo, gendarmerie Togolaise, Toussaint Alain, DST, Claudus Kouadio, le blog de Claudus

Alassane Ouattara à Lomé (Togo), aujourd'hui pour le sommet des Chefs d'Etat de l'UEMOA... 

ET

- Moïse Lida Kouassi l’ancien Ministre de la Défense du Président Laurent Gbagbo en exil à Lomé est arrêté par la gendarmerie Togolaise et remis à des gendarmes FRCI présents en ce moment à Lomé.

Selon Toussaint Alain, "Une source bien informée a confirmé l'arrestation, à Lomé (Togo), de Moïse Lida Kouassi. L'ancien Ministre de la Défense du Président Laurent Gbagbo a été interpellé mercredi matin par une trentaine de gendarmes togolais, visiblement venus exécuter un mandat d'arrêt international émis par le Gouvernement [...] Ouattara. Il a été conduit à la Gendarmerie centrale de Lomé où l'attendaient des... gendarmes ivoiriens du régime de Ouattara, en visite ce jour même chez son homologue togolais. Son ordinateur a été saisi et fouillé. Lida Kouassi, arrêté sans aucun mandat de la justice locale, est actuellement auditionné par les gendarmes venus de Côte d'Ivoire."

         alassane ouattara, HCR, Joseph Koffigoh, lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus à 20H43 Gmt

"LOME (TOGO). FIN DE L'AUDITION DU MINISTRE LIDA KOUASSI. L'interrogatoire de Moïse Lida Kouassi par les services secrets ivoiriens et les gendarmes togolais n'a rien donné. L'ancien Ministre de la Défense du Président Gbagbo est actuellement dans les locaux de la Gendarmerie centrale de Lomé où son avocat, Me Joseph Koffigoh, ancien Premier ministre du Togo, s'apprête à faire une déclaration à la presse. Les commanditaires de cette scandaleuse interpellation, Alassane Ouattara et son ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko, sont rentrés bredouilles à Abidjan mercredi soir, emportant l'ordinateur et les trois téléphones portables de Lida Kouassi, réfugié politique connu du HCR." Toussaint Alain

       alassane ouattara, HCR, Joseph Koffigoh, lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus à 22H00 Gmt

Le Ministre Moïse Lida Kouassi arrêté à Lomé ce matin vient d'être finalement extradé vers Abidjan.

moïse lida kouassi arrêté à lomé,alassane ouattara,hcr,joseph koffigoh,lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus

moïse lida kouassi arrêté à lomé,alassane ouattara,hcr,joseph koffigoh,lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus

 alassane ouattara, HCR, Joseph Koffigoh, lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus 7 Juin  

tvt, Matieyendou Mompion, moïse lida kouassi arrêté à lomé,alassane ouattara,hcr,joseph koffigoh,lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus

LA COMÉDIE CONTINUE...Moïse Lida Kouassi arrêté au Togo, extradé à Abidjan et accusé d'"activités subversives""

M. Moïse Lida Kouassi est accusé de vol en réunion à mains armées, commis avec violence et effraction, détournement de deniers publics, concussion, atteinte à l'économie publique, pillage et complicité desdites infractions commises lors de la crise née des élections présidentielles de novembre 2010 en Côte d'Ivoire. La perquisition effectuée à son domicile a permis la saisie de certains documents révélant l'existence d'activités subversives tendant à la déstabilisation du régime en place en Côte d'Ivoire" 

(Colonel Matieyendou Mompion, Directeur de la Police Togolaise, dans un Communiqué lu à la Télévision Nationale Togolaise)

tvt, Matieyendou Mompion, moïse lida kouassi arrêté à lomé,alassane ouattara,hcr,joseph koffigoh,lomé,moïse lida kouassi,frci,laurent gbagbo,gendarmerie togolaise,toussaint alain,dst,claudus kouadio,le blog de claudus

PATRIOTES IVOIRIENS, suite à l'arrestation de Ministre Lida au Togo puis son extradition vers à Abidjan, continuons de manifester notre légitime indignation: toutefois sachons raison garder... et dans nos propos et actions, faisons la part des choses en évitant tout amalgames malencontreux ENTRE l'action des "Autorités Togolaises" et le "Peuple Togolais" qui LUI MÊME n'est pas en phase avec le pouvoir FAURE. 

#Ovajab 

14 mai 2012

Cure d'austérité sur l’énergie: La descente aux enfers du coût de la vie en Côte d’ivoire.

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

Loin du culte « bling-bling » de Dramane Ouattara et ses courtisans, la majorité des Ivoiriens survivent  dans une situation précaire. Même les couches modestes tendent inexorablement vers une pauvreté certaine. Avec la rareté des investissements, les licenciements de masse et l’inexistante de perspectives crédibles d’emplois, l’ascenseur social est enraillé et les marches de l’immeuble de progrès pour tous ont étés démontés. Les Ivoiriens ont du mal à se nourrir convenablement ; le panier de la ménagère n’existe plus et pire, son sachet bleu du marché a été remplacé par un petit sachet noir qu’elle n’arrive pas à remplir tant le prix des denrées alimentaires a flambé en l’espace d’un ans. L’inertie des autorités est très préoccupante au vue de cette situation qui évolue de mal en pis.

Comment se loger ? Comment payer ses frais de transport ? Comment scolariser sa progéniture ? Comment se nourrir ? Comment se soigner ? Tant de questions qui constituent à ce jour un casse tête quotidien pour ces millions d’Ivoiriens stoppés par le mur de l’incompétente du pouvoir Ouattara.

Le chapelet de lacunes de ce régime a contaminé tous les aspects de la vie à Abidjan, et dans toute la Côte d’Ivoire.

 

Que font ils pour tenter de sortir de ce cercle vicieux dans lequel il ont en connaissance de cause empêtré ce pays ?

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

Ils jettent de la poudre aux yeux de ceux qui veulent bien se laisser duper par le verbe facile et démagogique dont le contraste avec l’intenable réalité du quotidien est éblouissant.

Aucun programme de relance économique sur la base du potentiel national ne se profil à l’horizon, aucun nouvel investisseur étranger ne s’hasarde dans ce pays de non droit gangrené par la corruption et l’insécurité qui croit de manière exponentielle. L’endettement public de l’état Ivoirien est l’unique alternative qu’ils ont trouvé pour redonner du souffle à cette autocratie sans vision aucune et sans alternative crédible face à cette situation dont ils sont les seuls responsables.

 

Le pouvoir Ouattara n’a eu de cesse de faire le tour des capitales de certains pays étrangers à la recherche de capitaux via les marchés financiers pour renflouer sa machine sectaire de grande gabegie. Le besoin urgent de fonds nécessaires pour amorcer le développement de notre pays est l’argument de choix placardé pour porter au crédit des générations futurs les montants faramineux de ces endettements à répétition. De quelle développement nous parle t’on ?

Le samedi 9 octobre 2010 à son investiture comme candidat de LMP pour les élections présidentielles, Laurent Gbagbo disait à juste titre:  « On développe un pays avec sa politique économique et non l'argent des autres. [...] Le FMI et la banque mondiale peuvent nous aider à sortir d'une crise mais jamais nous aider à développer notre pays. C'est à nous, à nous de le faire. Donnez moi un exemple de pays que le FMI a développé ? » 

 

De toute évidence, sa vision était juste. Et tant que Président, bien que malmené par une crise politico-militaire sans précédent lancée contre lui par le même Alassane Ouattara, avec son premier gouvernement il aura eu le mérite d’expérimenté avec succès cette théorie. Qui ne se rappel pas « le budget sécurisé » et tous ce qui allait avec en terme de projection vers une totale souveraineté économique ?

Même la partition du pays en deux et la perte des ressources économique du Nord du pays qui en résultait, même le sabotage continuel des ministres de la mouvance politique de Ouattara entrés au gouvernement au nom des accords de paix n’auront pas eu raison des plans de gestion économique mis en place par les hommes du Président Laurent Gbagbo.  

 

En dépit de l’existant et du travail abattu pour en arriver à cette stabilité économique, Alassane Ouattara le Docteur en économie n'a toujours pas compris ou simplement veut il liquider notre pays en faisant de lui un esclave de l’oppressif system bancaire international.

 

En effet il s'apprête à ENCORE livrer la Côte d'Ivoire au FMI comme entre 1990 et 1993. Cet ancien fonctionnaire de cette institution international n’est pas sans connaître le coté pervers des relations entre le FMI et les pays qu’il étrangle carrément. Au fil des années le FMI n’a fait que rendre les pays pauvres encore plus pauvres.

Et cette fois, dans ses nouvelles relations avec Alassane Ouattara et la Côte d’Ivoire, la population Ivoirienne risque fort de boire le calice jusqu'à la lie avec cette demande du FMI concernant  « la fin des subventions sur le prix du carburant » (donc hausse du prix du carburant à la pompe) et « des hausses du tarif de l’électricité » pour pouvoir bénéficier de nouveaux crédits pour l’« investissement si nécessaire dans de nouvelles capacités de production ».

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

En somme, dans sa « quête du plus simple » via l’endettement rapide chez « ses amis » du FMI, la Côte d’Ivoire vient de se voir imposer une cure d'austérité avec une probable hausse du coût de l'électricité et du carburant pour la population qui va encore trinquer sous le poids de la démission du pouvoir Ouattara face aux responsabilités qu’il a voulu porter.

 

Claudus Kouadio

03 mai 2012

Convention ordinaire du FPI: MOTION SPECIALE SUR LA LIBERATION DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

 miaka ouréto, convention du fpi, le nouveau courrier, saint-claver oula, laurent gbagbo, pascal affi n’guessan, simone gbagbo, bernard b. dadié, fpi, claudus kouadio, le blog de claudus

MOTION N° 1:

MOTION SPECIALE SUR LA LIBERATION DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

-Considérant les très hautes qualités de Laurent Gbagbo, notamment son sens élevé du devoir, son courage exemplaire, son intégrité sans faille, sa soif ardente de justice, de vérité et de paix pour une Côte d’ivoire souveraine, démocratique, libre, prospère et solidaire;

-Considérant que pendant toute la durée de sa magistrature de 2000 à 2010, il a montré sa grande capacité de bâtisseur et d’humaniste par la mise en œuvre de projets institutionnels, économiques et sociaux, porteurs d’un véritable espoir pour le développement de la Côte d’Ivoire ;

-Considérant que pour toutes ces raisons, le FPI l’a investi de toute sa confiance en le désignant comme son candidat à l’élection présidentielle, le mettant ainsi en mission pour poursuivre et parachever la refondation de la Côte d’ivoire ;

-Considérant qu’il est sorti victorieux du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010 au vu des résultats proclamés par le Conseil Constitutionnel de la République de Côte d’Ivoire, mais que les forces coalisées des armées française, Onusienne et rebelle l’ont contraint, sous les bombes, à quitter le pouvoir pour y installer le vaincu ;

-Constatant que pour couvrir leur ignominieuse besogne et masquer l’intangible vérité, il a été injustement et cyniquement accusé de crimes économiques et crimes contre l’humanité, emprisonné dans un ″ goulag ″ à Korhogo, au nord de la Côte d’ivoire puis déporté lâchement dans la Prison de la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye au Pays-Bas ;

-Considérant que cette grave crise résultant des ingérences internationales inacceptables en vue de recoloniser notre pays, a totalement altéré le tissu social ivoirien ;

La Convention Ordinaire du Front Populaire Ivoirien réunie le dimanche 29 avril 2012, à l’hôtel ″Belle Côte″ de la Riviera – Cocody à Abidjan, 

1.Dénonce avec la dernière énergie, le honteux, ignoble et violent coup d’Etat perpétré par l’armée française en Côte d’Ivoire pour arracher le pouvoir que le Peuple a confié le 28 novembre 2010 au Président Laurent Gbagbo; 

2.Stigmatise toutes les exactions, humiliations morales inutiles et les injustices qu’il a subies et qu’il continue de subir ;

3.Salue en lui l’intrépide défenseur des libertés et des droits de l’Homme ;

4.Loue fortement le courage, la lucidité, le sens élevé de la justice et la dignité dont il a fait preuve, à la 1ère audience à la CPI à La Haye, en dénonçant la pleine et entière responsabilité de l’armée française qui l’a livré aux rebelles après le bombardement sauvage de la résidence présidentielle, le 11 avril 2011 ;

5.Lui apporte son ferme et inébranlable soutien dans le juste combat qu’il mène pour la manifestation de la verité, qui du reste commence déjà à se faire jour, combat largement soutenu par les démocrates d’Afrique et du monde entier ;

6.Exige sa libération immédiate et sans condition de la prison de la CPI à La Haye.

Fait à Abidjan, le 29 avril 2012

La Convention 

01 mai 2012

LA MOBILISATION CONTINUE !

patriotes Ivoiriens, Laurent Gbagbo, ovajab, CPI, TPI, réfugiés ivoiriens, Nicolas Sarkozy, alassane Ouattara, Korogho, claudus kouadio, le blog de claudus, frci, dozo

Les patriotes Ivoiriens sont « formidables ». Cette assertion devrait même être décuplé à la lecture de l’admiration qu’ils continuent de susciter dans le monde pour leur engagement continue et sans faille au chevet de la Côte d’Ivoire en déroute depuis le coup de boutoir porté à la vérité démocratique dans leur pays en la tristement célèbre date du 11 avril 2011. Ils entendent porter l’estocade à la forfaiture et rehausser la vérité Ivoirienne sur l’hôtel de la démocratie acquise pacifiquement par Laurent Gbagbo, après deux décennies d’une lutte jalonnée de dures épreuves. 

Tout ou presque est à refaire tant les institutions, socle de notre république, ont été dépouillés et vidés de leur sève nourricière ; l’imposture propulsé à grand renfort des médias caporalisés en Côte d’Ivoire ou « achetés » en occident, a fini par se substituer en alternative crédible et conforter par la force du droit. Mais à l’évidence, ce parangon de vertu n’a pas obnubilé ces millions d’ivoiriens acteurs ou observateurs avertis de l’histoire récente et vivante de la Côte d’ivoire, au point de les détourner de cette vérité historique à laquelle ils ont pris part ou assisté en première ligne. 

Laurent Gbagbo le leader idéologique et politique de toute une génération d’ivoiriens et de démocrates d’Afrique a été enlevé en violation flagrante de toutes le règles de droit et autres préceptes de bienséance, emprisonné injustement à Korogho dans le Nord de la Côte d’Ivoire, puis déporté en catimini à la Haye en Hollande pour soit disant être jugé par le Tribunal Pénal International.  

Bien avant, mettant a exécution son nouveau credo qu’est « la justice des vainqueurs » de cette guerre absurde et inopportune imposée au Président Gbagbo par Nicolas Sarkozy et son alter ego Alassane Dramane Ouattara, le pouvoir imposé en Côte d’Ivoire avec le soutien des Usa et de l’Onu, a mené une véritable chasse à l’homme qui a connu un aboutissement fructueux ; emprisonnement sans justificatif plausible ou la « fuite » en exil de nombreux cadres ou sympathisants de la mouvance politique conduite par le Président Gbagbo, sans compter les dizaines de milliers d’Ivoiriens réfugiés au Libéria, au Ghana, au Togo et au Bénin pour fuir la folie meurtrière de l’armée rebelle de Ouattara. 

Ces faits majeurs et inhabituels de triste gravité ont été difficiles à concevoir par ces Ivoiriens encore et toujours attachés à nos honorables valeurs de démocratie apaisée dans le respect et la valorisation de la dignité humaine. Acculés, pourchassés et déboussolés, les Patriotes Ivoiriens sont restés mobilisés en Côte d’Ivoire et un peu partout au niveau des Ivoiriens de la diaspora ; principalement en France où ils n'ont eu de cesse d’organiser toutes sortes de manifestations pour rester en alerte face à la propagande contre Laurent Gbagbo et crier leur indignation à la face du monde dans leur quête sans fin de propagation de la vérité. 

patriotes Ivoiriens, Laurent Gbagbo, ovajab, CPI, TPI, réfugiés ivoiriens, Nicolas Sarkozy, alassane Ouattara, Korogho, claudus kouadio, le blog de claudus, frci, dozo

Ils entendent « résister » en restant mobilisé pour la cause d’une Côte d’ivoire totalement libre et durablement souveraine, résister face à cette ambition d’implantation durable du faux et usage de faux au sommet de notre état, résister face à la résurgence de l’impérialisme occidental en Afrique, résister pour contraindre le Tribunal de la Haye à « dire le droit » et rendre sa liberté au Président Laurent Gbagbo. 

La mobilisation continue et continuera « Jusqu'au Bout » avec la libération de tous nos prisonniers politiques, et la restauration de la démocratie véritable en Côte d’Ivoire. 

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et ses dignes Patriotes ! 

Claudus Kouadio

29 avril 2012

Convention du FPI à Abidjan – Miaka Ouréto dit « non » au « dialogue républicain » du régime

 Par  de "Le Nouveau Courrier" le 29/04/12 à 4:36

Miaka Ouréto, Convention du FPI, Le Nouveau Courrier, Saint-Claver Oula, Laurent Gbagbo, Pascal Affi N’Guessan, Simone Gbagbo, Bernard B. Dadié, FPI, claudus Kouadio, le blog de claudus

Les deux salles grandes salles de l’hôtel Belle Côte sis à Cocody (Riviera-Palmeraie) ont été prises d’assaut par les délégations arrivées de l’intérieur du pays, y compris les militants du Front populaire ivoirien (Fpi) venus de pays voisins où ils sont refugiés depuis la crise post-électorale. Pour le président du comité d’organisation, Alphonse Douati, cette convention du parti de Laurent Gbagbo, dont le thème est : «Quel Fpi pour la reconquête des droits et des libertés démocratiques ?», vise à remobiliser les militants et à leur donner des rudiments nécessaires pour reprendre le combat politique. Elle est l’occasion, a-t-il relevé, de faire l’état des lieux suite à la traque des militants de son parti. 

Face aux structures spécialisées de son parti, aux représentants d’autres partis politiques venus soutenir le Fpi, notamment l’Aird de de Eric Kahé, le Rpp de Laurent Dona Fologo, le Cnrd avec à sa tête Bernard B. Dadié, Miaka Ouréto a demandé aux militants de son parti de ne pas se laisser distraire par des commentaires et des analyses démobilisants. Il a rappelé que le Fpi dont il est le président intérimaire ne saurait «remplacer des icônes telles que Pascal Affi N’Guessan, Simone Gbagbo». «Il ne peut donc s’agir, comme il nous revient, d’un moyen d’écarter nos camarades en prison ou en exil. Nous resterons soudés», a-t-il affirmé. 

 La priorité sur laquelle il faut surtout mettre l’accent, selon lui, c’est la lutte pour l’obtention de la libération des prisonniers politiques, notamment le président Laurent Gbagbo (sa réhabilitation politique), et le retour sans condition des exilés politiques. Miaka Ouréto n’a pas éludé la question de la participation de son parti au dialogue politique. «Nos biens ont été pillés, nous sommes dispersés, nous sommes sans repères, nous souffrons et on nous demande d’aller discuter. Nous disons non», a déclaré le président par intérim du Fpi. Qui dit avoir noté que «les gens d’en face commencent à avoir un ton apaisé. Cela veut dire que notre combat commence à porter et que la victoire n’est plus loin.» La convention dont la cérémonie d’ouverture a eu lieu ce dimanche 29 avril rendra ses conclusions ce même jour après les travaux en atelier.    

Saint-Claver Oula

Miaka Ouréto, Convention du FPI, Le Nouveau Courrier, Saint-Claver Oula, Laurent Gbagbo, Pascal Affi N’Guessan, Simone Gbagbo, Bernard B. Dadié, FPI, claudus Kouadio, le blog de claudus

Mise à jour:

[Le FPI dit « NON » au « dialogue (monologue en réalité) républicain » du régime Dramane]
- Miaka Oureto - Président du FPI lors de la Convention ordinaire du Fpi :
"Quand on dit qu’il faut aller au dialogue républicain et qu’on dit que le FPI est gonflé, moi je dis : je ne peux pas passer mon temps à jouer aux billes avec vous, pendant que celui-là, qui est mon père (Laurent Gbagbo), souffre là-bas. 
Non ! Si vous voulez qu’on s’amuse, il faut que tout le monde soit là pour qu’on s’amuse. Moi, je dors à la belle étoile, parce que ma maison est occupée par n’importe qui, je souffre et tu dis : viens, oublie l’autre, on va jouer. Ah non ! JAMAIS"