topblog Ivoire blogs

30 août 2013

Ghana: JUSTIN KATINAN KONÉ gagne son procès face à Alassane Dramane Ouattara

 fpi, alphonse douaty, kone katinan, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus, Osu Court , Accra , Fier Ivoirien

Le ministre JUSTIN KATINAN KONÉ vient de remporter son procès à Osu Court (Accra) face aux avocats de l'imposture de pouvoir dictatorial qui règne en Cote d'Ivoire.
Le ministre Koné Katinan en conférence de presse improvisée a dédié sa victoire au président Laurent Gbagbo et a remercié la justice Ghanéenne.
[ Compilation du Compte rendu du Camarade Fier Ivoirien ]

- Nous y reviendrons pour plus de détails.

08 octobre 2012

AFFAIRE Rfi et le prétendu rapport de l'ONU: " Ouattara VEUT à tout prix le Ministre Katinan"

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi

ACTE 1: Rfi annonce détenir un rapport de l'Onu qui met en lumière une collusion certaine entre certains leaders politiques Pro-Gbagbo exilés au Ghana et:
1 - les 'terroristes' du Nord Mali que sont les membres de Ansar Dine une branche de AL QAIDA.
2 - Le capitaine Sanogo, ex-chef de la junte Malienne.
Ces leaders politiques du FPI en exil (Kone Katinan, Ble Goude, Damana Pickass, Marcel Gossio, ect...) seraient en train de préparer un plan de déstabilisation du régime Ouattara avec les deux protagonistes de la crise malienne: quel exploit !

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi


TIMIDEMENT, sur la Radio BBC Afrique (journal de 12h du 6 Octobre 2012), Madame Sylvie Van Den WILDENBERG de l'ONU en Cote d'Ivoire dément cette information... qui continue de faire le Buzz dans certains milieux.
Il s'agirait en réalité du rapport d'un groupe de personnes indépendantes; rapport "pré-payé" qui n'engage en rien l'ONU.


ACTE 2: Le régime en place en Cote d'Ivoire qui avait fermé les frontières avec le Ghana suite à une attaque conduite depuis ce pays selon Ouattara, vient de les rouvrir.
POURQUOI cette tentative de décrispation entre les deux pays pendant que la presse à la solde de ce régime crie à la tentative de déstabilisation par des actions terroristes ? POURQUOI DONC ?

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,john dramani mahama,interpol,onu,accra,claudus kouadio,laurent gbagbo,ble goude,damana pickass,marcel gossio,ansar dine,al qaida,capitaine sanogo,bbc afrique,madame sylvie van den wildenberg,fpi


ACTE 3: En même temps que la réouverture des frontières, deux Ivoiriens 'prétendus' acheteurs d'armes de guerre arrêtés à Cape Coast au Ghana (dans des conditions dignes d'une mise en scène de série de seconde zone), sont extradés vers Abidjan par avec l'accord des autorités Ghanéenne.


ACTE A SUIVRE: Que nous servira le tout puissant "loubard" Hamed Bakayoko (ou Koffi Koffi Paul) lors de son prochain "One Man Show" sur les antennes de la RTI (Télévision Nationale de Côte d'Ivoire) ?
A partir d'un simple raisonnement par déduction et en prenant pour acquis les données des précédentes interventions de Hamed Bakayoko (Ministre de l’intérieur) et Koffi Koffi Paul (Ministre délégué à la défense), il est plus que probable que ces deux " infortunés extradés" ou "mercenaires du pouvoir en fin de mission" feront des aveux. DES AVEUX sous contrainte ou une parodie de mea culpa pour accuser principalement le Ministre Justin Kone Katinan d’être le financier d'une hypothétique opération d'achat d'armes pour la déstabilisation du régime Ouattara par les exilés Ivoiriens vivant au Ghana. 


Après maintes atermoiements dans sa quête de preuves crédibles pour accuser le Ministre Katinan en vue de son extradition vers la Cote d'Ivoire, le régime Ouattara semble avoir trouvé l'alchimie parfaite avec du faux.
Dans cette histoire, Rfi et France 24 n’auront été que de simples catalyseurs visant à produire une réaction en chaine pour accélérer le processus de diffusion de cette information qui n'est autre qu'une fadaise devant être présenté comme preuve au procès du Ministre Kone Katinan ce 11 Octobre 2012 à Accra, dans le but d'obtenir légalement son extradition pour action séditieuse contre l’état de Cote d'Ivoire.


Alassane Dramane Ouattara VEUT à tout prix le Ministre Justin Kone Katinan. Après l’échec des deux tentatives d’enlèvements et suite au fiasco de la tentative d’ingérence de Interpol Ghana, le pouvoir Ivoirien joue de nouvelles cartes encore plus sordides. Ce pouvoir souffre d'une grave perversion psychique qui avec le temps acquiert les caractéristiques d'une grave pathologie: LE MENSONGE ÉHONTÉ

04 octobre 2012

Affaire Justin Katinan Kone: Le Président du Ghana met Ouattara en garde

alassane dramane ouatarra, justin koné katinan, John Dramani MAHAMA, interpol, bni, onu, patrick sogbodjor, accra, claudus kouadio, le blog de claudus, laurent gbagbo, lmp, fpi, rdr, frci

Revenu de la 67ème Assemblée Générale de l’ONU, le Président du Ghana SEM John Dramani MAHAMA a réagi sur l’affaire KATINAN, à sa descente d’avion à l’Aéroport International de KOTOKA d’Accra, hier dimanche 30 septembre 2012.
"Je ne suis pas en charge du dossier. Je ne suis pas juriste, je suis historien et communicateur de formation. Ce que je souhaite est que l´on laisse la justice de mon pays faire son travail. Cette affaire relève de la justice ghanéenne et tous ceux qui veulent la ramener sur le terrain politique auraient dû se rendre à l’Assemblée Générale des Nations Unies où nous avons parlé de l’Etat de droit. Je pense qu'ils auraient beaucoup appris" a déclaré SEM John D. MAHAMA indexant directement Ouattara qui magouille avec les services de Interpol Ghana pour extrader le Ministre KATINAN.

29 septembre 2012

Katinan "interpellé abusivement" par Interpol à ACCRA. Pourquoi cet acharnement de ADO ?

 Alassane Dramane Ouatarra, Justin Koné Katinan, Steve Beko, Interpol, BNI, ONU, Joy News, Patrick Sogbodjor, ACCRA, claudus Kouadio, le blog de Claudus, laurent Gbagbo, LMP, FPI, RDR, FRCI

L'information a fait cette nuit l'effet d'une bombe à minuterie. Il apparaissait évident que Alassane Dramane Ouatarra réagirait face au pied de nez de la justice Ghanéenne suite à la libération sous caution du Ministre Katinan ce mardi 25 Septembre. Abonné aux manières peu orthodoxes et à la fourberie, il vient de sortir un nouveau tour de passe passe de sa gibecière pour "capturer" le Ministre Justin Koné Katinan.

Steve Beko un Blogueur et activiste du web exilé au Ghana nous rapporte les faits: "Le ministre Koné Katinan vient encore d’échapper à un enlèvement par les agents d'Interpol Ghana alors qu'il revenait de la DST ghanéenne ou il s’était rendu avec son avocat pour des formalités d’usage. A la sortie du bureau de la BNI, il est accosté par un agent d’Interpol Ghana qui lui explique que leur patron veut le voir. Le ministre se rend donc sereinement au bureau de celui-ci et se voit dire qu'il y avait une autre procédure contre lui initiée par le régime Ouattara non plus pour crimes économiques mais crimes de sang et qu’il compte utiliser une procédure plus simplifiée "d’Interpol à Interpol". Heureusement, l’avocat s’oppose et les autorités ghanéennes sont immédiatement alertées. Celles-ci rassurent donc tous les responsables des exilés ivoiriens dans leur pays en leur promettant que cette énième fourberie ne saurait seulement prospérer sur leur territoire. [...]L'on peut dire que c'est une deuxième tentative d'enlèvement qui est en cours d'être déjoué."

De toute évidence, Le Ministre KATINAN vient d'être ainsi interpellé pour des fadaises de l'imposture militarisée qui sévit en Côte d'Ivoire. Une véritable tentative d’enlèvement manquée du pouvoir Ouattara qui tente ainsi d’outrepasser les législations Ghanéennes avec l’illusion que le caractère international d'Interpol surpasse la constitution de l'état Ghanéen. Certainement pour lui un bis repetita de la certification d’élections frauduleuses par  l'Onu qui avait abusivement enterré la constitution Ivoirienne pour installer le candidat non élu de l'étranger. 

Selon Joy News [site Internet et radio d’Accra] "L’avocat de Justin Koné Katinan est profondément perturbé par la décision de la police de l’arrêter à nouveau. Katinan a bénéficié de la liberté sous caution mercredi après que les procureurs aient échoué à commencer les procédures d’extradition contre lui ainsi que le tribunal le leur avait demandé.[...] Son avocat, Patrick Sogbodjor, qui a confirmé son arrestation dans la soirée de vendredi, a dit qu’il est choqué par ces développements parce qu’ils violent très clairement la décision de la Cour."

Le Ministre Katinan qui est en garde à vue cette nuit, devrait subir un interrogatoire demain à 08h UTC pour les nouvelles accusations portées contre lui par le régime ubuesque de Ouattara.

Les thuriféraires du régime Ouattara parlent déjà d'une possible "procédure accélérée d’extradition" de Katinan vers la Côte d'Ivoire suite à cette autre interpellation. Ce qui n'est pas plausible et rationnel vu que la justice Ghanéenne a déjà en cours un procès sur le même sujet et dont la prochaine audience est prévu pour le 11 Octobre 2012 en accord avec les deux parties. Toutefois, personne ne peut empêcher les fantasmes de Alassane Dramane Ouattara et ses sbires.

Ce qu'il convient de mettre en exergue, c'est cette flagrante violation des termes de la liberté provisoire et sous caution du Ministre Katinan par Interpol Ghana. Les autorités Ghanéennes doivent se résoudre à jouer franc jeu et arrêter de nous servir des lois Vuvuzela face l'acharnement de Alassane Dramane Ouattara.

"L'acharnement et la soif de vengeance contre ce pays qui le vomit chaque jour un peu plus depuis 1990": voilà ce qui ronge Alassane Dramane Ouattara jusqu’à la moelle. Voilà ce qui explique son déferlement de violence contre tous ce qui le contredit. Voilà e qui explique l'océan de mensonge sur lequel il navigue à la recherche de l'atlantide.

Restons mobilisés et suivons sereinement la suite de cette affaire dotée de nombreux organes préhenseurs que sont les puzzles et autres couloirs sombres de la diplomatie souterraine très alambiquée.

Claudus Kouadio

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 29 Septembre

Interpellé hier par les agents d’Interpol Ghana alors qu’il quittait les locaux du Bureau national des Renseignements (BNI) en compagnie de son avocat Me Patrick Sogbojor, le Ministre Koné Katinan a passé hier sa première nuit dans les locaux de cette organisation pour le motif que le régime Ouattara aurait intenté une autre procédure contre lui pour crimes de sang cette fois ci.

Dans la nuit d’hier, les policiers ivoiriens dépêchés par Ouattara tentent de convaincre leurs
homologues ghanéens de leur remettre l’infortuné afin qu’il soit interrogé en Cote d’Ivoire. Ferme opposition des autorités ghanéennes qui exigent que la police de leur pays assiste à la confrontation étant donné que le Ministre Katinan jouissant d’un statut de réfugié bénéficie d’un certain nombre de prérogatives. La pression des ghanéens finit par avoir raison de la suspecte précipitation des ivoiriens et rendez vous est pris ce matin à 08h dans les locaux d’Interpol pour le grand interrogatoire.

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, les policiers ivoiriens qui hier, tentaient d’accélérer la procédure ne se présenteront pas au lieu convenu. Relancés à plusieurs reprises par les ghanéens, ils finissent par avouer à 11 H ne pas être prêt et demande un report de l’interrogatoire au lundi 01 Septembre à la même heure. Les responsables d’Interpol Ghana accèdent à la requête des policiers ivoiriens et après concertation, l’interrogatoire est reporté à la date précitée.

Il faut noter que selon des indiscrétions recueillies auprès de certaines personnes, pendant que le policier interpellait le ministre Katinan, certains de ses collègues lui reprochaient en Twi, langue locale de faire l’opération juste devant le service.

L’on s’aperçoit donc que certains policiers indélicats ghanéens certainement corrompus par le régime d’Abidjan ont tenté ce qui s’apparente à un enlèvement.
Car comment expliquer tout d’abord que les policiers ivoiriens veuillent extrader le ministre Katinan sans l’entendre dans son pays hôte. De surcroit, comment comprendre encore qu’après un si long voyage d’Abidjan à Accra, ils ne soient pas à mesure de fournir les preuves de leurs accusations aux autorités ghanéennes ?

La conclusion à laquelle tout esprit cartésien aboutit est que nous assistons à une scène où le régime Ouattara tente par tous les moyens de contourner la justice tandis que les ghanéens l’y ramènent continuellement.
Les réfugiés et exilés ivoiriens tout en étant déçus du fait que le porte parole du président Gbagbo soit de nouveau contraint de passer une nuit supplémentaire en dehors de sa maison, restent déterminés et confiants car les fourberies et harcèlements abjects de Ouattara ne sauraient avoir raison de la justice ghanéenne.

Steve Beko

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 1er Octobre

ATTENDUS AU BUREAU D’INTERPOL, LES POLICIERS DE OUATTARA NE SE SONT PAS PRÉSENTÉS

Comme annoncé le samedi, policiers ivoiriens que Dramane avait envoyés au Ghana pour procéder à l’extradition du ministre Katinan étaient attendus ce jour au bureau d’Interpol Ghana pour justifier la nouvelle procédure pour crime de sang intentée contre le porte parole du président Gbagbo.

A la stupeur générale, ceux-ci ne se sont pas présentés ce matin arguant qu’ayant saisit Interpol Ghana pour une affaire criminelle et non politique, cette organisation devrait simplement procéder à l’extradition sans confrontation devant la justice.

Malgré les gages donnés le samedi, c’est toute honte bue que les preuves qui dit-on surabondent contre le ministre Katinan et qui étaient attendues par la justice ghanéenne se sont volatilisées.

Cette fuite en avant confirme que c’est bel et bien une tentative d’enlèvement du porte parole du président Gbagbo qui vient d’être déjouée grâce à la vigilance de son avocat et des exilés ivoiriens au Ghana.

Me Patrick Sobodjor et le conseil des avocats du ministre Katinan saisiront dans les minutes qui suivent la Haute cour de justice Ghanéenne pour démontrer à Interpol non seulement le caractère politique de cette affaire mais aussi dénoncer le fait que Ouattara veuille snober la justice d’un pays libre et souverain comme le Ghana dans une affaire qui est pourtant pendante devant le Tribunal du District de Ossou Accra.
Une affaire présentée au départ comme un crime économique et pour laquelle Katinan est en Liberté provisoire et qui se transforme subitement pour les besoins de la cause en crime de sang et meurtre.

Une conférence de presse animée par les avocats est prévue à cet effet dans les heures qui suivent.

AFFAIRE KATINAN, ÉPILOGUE DE CETTE JOURNÉE
LES POLICIERS DE OUATTARA RENTRENT BREDOUILLES D’ACCRA

Cette journée folle en ce qui concerne l’affaire Katinan vient de connaitre un premier épilogue ce soir dans la capitale ghanéenne et le moins que l’on puisse dire est qu’une fois encore la justice de ce pays a eu raison de la volonté des autorités ivoiriennes de fouler au pied les règles élémentaires de justices.

Récapitulons :
Attendus par Me Patrick Sobodjor avec les preuve
s de l’accusation de crimes de sang portée contre son client, les policiers ivoiriens dépêchés par le régime d’Abidjan ne se présentent pas à l’heure et au lieu indiqués. L’avocat quitte donc le bureau d’Interpol Ghana pour aller saisir la haute cour de justice ghanéenne sur le caractère politique donc illégale de la détention de son client par cette organisation.

En son absence, les policiers ivoiriens accourent et présentent un document au ministre Katinan dans lequel ils l’accusent du meurtre de deux personnes et lui demandent de signer l’acte d’accusation. Ce qu’il refuse de faire bien entendu en l’absence de son avocat leur demandant du meurtre de qui il était accusé. C’est à ce moment qu’ils précisent qu’il s’agit de Kamagate Sedou, 83 ans, un soudeur et le 29 mars, Diabaté Drissa, 37 ans, un négociant de Port Bouet. Le ministre a alors rétorqué qu’il ne se reconnaissait pas dans de telles accusations et qu’il ne dirait rien avant d’avoir parlé à un avocat.

Les policiers d’Abidjan eux tentent le tout pour tout afin d’obtenir l’extradition cette nuit du lundi 01. Ce à quoi s’oppose naturellement la justice ghanéenne qui récupère l’affaire et exige de mener des enquêtes avant de déterminer si le statu de réfugié du mis en cause doit lui être retiré ou pas.

Le juge devant lequel est ensuite présenté le valeureux porte-parole estime que n’étant pas en possession de toutes les preuves requises, la justice ghanéenne se donnait deux semaines pour mener des investigations supplémentaires pour se prononcer sur cette autre accusation de crimes de sang.

Malgré l’insistance des autorités ivoiriennes, la justice du pays de N’Nkrumah maintiendra fermement sa position.

En conclusion, notons que le ministre Katinan ne sera pas extradé, en tout cas pas avant les deux semaines d’enquêtes requises par la justice ghanéenne et qu’une fois encore la loi a fait barrage aux exigences illégitimes de Ouattara et de ses soutiens malgré les sommes importantes investies dans ce projet.

Steve Beko

12 septembre 2012

Affaire "Tsikata": Quand Hamed Bakayoko et Dramane Ouattara jouent à "Sherlock Holmes et Dr Watson" pour un "faux complot" contre la CI.

POUR LES ACCUSER DE FOMENTER "UN COUP D’ÉTAT" CONTRE SON REGIME ET LES FAIRE ARRÊTER, VOICI COMMENT LE PION D'AHMED BAKAYOKO OPERAIT POUR OUATTARA AUPRES DE CERTAINS EXILES IVOIRIENS AU GHANA...

---------------

 lida kouassi moïse, Prosper Tao Tsikata, hamed bakayoko, arrestation lida, laurent akoun, fpi, alassane ouattara, koaci.com, Tsikata, Accra, affaire Katinan, faux complot, claudus kouadio, le blog de claudus

GHANA : Un fossoyeur des exilés ivoiriens arrêté pour tentative de coup d’État en Côte d’Ivoire

La rédaction de Koaci.com Accra, a appris ce mardi auprès du journal Daily Graphic qu’après des rapports citant le nommé Prosper Tao Tsikata, le Bureau National des Investigations (BNI) a procédé à son arrestation le 13 juillet dernier pour avoir orchestré un faux coup d'Etat au compte des exilés ivoiriens qui vivent au Ghana pour son propre intérêt.

Selon Daily Graphic, Tsikata, l’auteur du montage du faux coup d’État lequel est aussi connu sous le pseudonyme ‘‘419’’ pour être réputé dans la fraude, a réussi à convaincre les autorités ivoiriennes d’arrêter les exilés qui sont censés être impliqués dans le coup.

Des révélations qui se font jour, il s’avère que Tsikata un nigérian installé à Accra et qui a usurpé le titre de ghanéen, a été arrêté par le BNI pour son implication dans le complot qui visait à renverser le pouvoir du Président Alassane Ouattara.

Pour détromper la méfiance des exilés ivoiriens et les avoir, l’auteur du montage du faux coup s’est servi du nom Tsikata, lequel est assez connu dans la classe politique ghanéenne. Il s’est fait passer sous le titre d’un Officier de l’Armée à la retraite qui gère sa propre agence de sécurité.

A ce titre, il se serait affiché comme le Capitaine à la retraite, Kojo Tsikata, celui qui était l’ancien chef de la sécurité ghanéenne.

A la suite un agent anonyme de service secret français est arrivé au Ghana pour pister les exilés et au cas échéant les exposer comme des comploteurs de coup à perpétrer en Cote d’Ivoire.

En se référant à la parution du journal la Voie du 25 juin 2012, cet agent secret a cité Tsikata comme le cerveau du coup lequel a conduit à l’arrestation du Colonel Kate Gnatoa et de Moise Lida Kouassi, deux pro Gbagbo, qui étaient en exile au Togo voisin.

En dévoilant les dessous de ce complot à nos confrères de Daily Guide, Samuel Okudzeto Ablakwa, le vice-ministre ghanéen de l’Information a révélé que Tsikata a convaincu quelques soldats exilés, proches de Gbagbo que non seulement il est capable mais aussi qu’il peut les aider à renverser le gouvernement Ouattara par le biais d’un pré-financement de l’opération avec de l'argent nécessaire, les armes, les véhicules et autres moyens logistiques.

Après avoir réussi à convaincre certains exilés par opposition à d’autres toujours méfiants, Tsikata a proposé l'idée de faire un enregistrement vidéo devant servir comme la déclaration de l’annonce du coup d’Etat. Sur la bande vidéo, il y avait le Colonel Gnatoa, qui a lu le message et était entouré de six autres soldats ivoiriens en exil, tous en uniformes militaires et des bottes fournies par Tsikata.

Du lieu où la vidéo a été enregistrée, le ministre a déclaré que des investigations ont conclu que c’était à la résidence de Tsikata à Haatso à Accra.

Tsikata s’est alors rendu à Abidjan pour avertir le pouvoir ivoirien précisément Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de l'Intérieur que certains ivoiriens exilés au Ghana se préparaient à renverser le gouvernement Ouattara.

De retour au Ghana, le faux comploteur a informé Gnatoa que les préparatifs pour le coup à Abidjan étaient prêts pour créer une confusion et la prise du pouvoir par les pro Gbagbo.

En vue d’obtenir la vidéo enregistrée pour ses propres fins, Tsikata a promis à Gnotoa qu’il sera le Président si le coup réussissait. Une fois la vidéo reçue, Tsikata s’en est servi auprès du ministre Bakayoko comme une preuve de l’existence d’un complot. Après ce service, Tsikata recevra une somme 200,000 dollars des 12 millions qu’il avait demandé aux autorités ivoiriennes.

De retour au Ghana, toujours selon le ministre ghanéen, Tsikata attirera d’abord Gnatoa vers une cachette à Abidjan avant de procéder à son arrestation par des hommes armés.

Par Mensah, 11 Septembre 2012 - (Source : KOACI.COM ACCRA)

EN GROS, le prétendu Coup d'état qui a valu au Ministre Lida Kouassi Moise un enlèvement puis son extradition du Togo vers la Côte d'Ivoire est un GROS tissu de mensonges dont l'unique catalyseur est Hamed BAKAYOKO et son désir d’impressionner son nuisible maitre Dramane Ouattara.


- Cette affaire CONFIRME que les prétendus aveux de Lida Kouassi Moise ont été obtenus sous contrainte et que sa détention est illégale.


Hamed Bakayoko et Dramane Ouattara ont juste dilapidé des millions et des millions du contribuable Ivoirien en jouant à "Sherlock Holmes et le Dr Watson": IL N'Y A JAMAIS EU DE TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT CONTRE CES REBELLES QUI USURPENT LE POUVOIR D’ÉTAT EN COTE D'IVOIRE.

07 octobre 2011

Alassane DRAMANE Ouattara demande à Accra d`arrêter des Ivoiriens réfugiés au Ghana.

a.jpg

Publié le jeudi 6 octobre 2011 | AFP

ACCRA - [...] Alassane Ouattara a demandé jeudi aux autorités d`Accra de donner suite aux mandats d`arrêt émis contre des Ivoiriens exilés au Ghana depuis la sanglante crise post-électorale ivoirienne, selon un communiqué conjoint.

M. Ouattara était jeudi en visite officielle au Ghana où il a notamment eu un entretien avec son homologue John Atta Mills.

"[...] Ouattara a demandé au Ghana d`envisager la mise en oeuvre du mandat (prévoyant) le gel des comptes et l`application des mandats d`arrêt émis contre des personnes présumées coupables d`actes criminels commis durant la crise", selon le communiqué des deux chefs d`Etat.

Le Ghana, voisin de la Côte d`Ivoire, a accepté d`étudier cette requête, ajoute le texte, et une réunion entre responsables de la sécurité des deux pays devrait bientôt se tenir à Abidjan.

Des milliers d`Ivoiriens se sont réfugiés au Ghana et parmi eux figurent de nombreux partisans du président [...] Laurent Gbagbo. La Côte d`Ivoire se remet d`une crise [...] qui a fait quelque 3.000 morts selon l`ONU.

John Atta-Mills a assuré lors d`une conférence de presse: "nous ne permettrons à personne d`utiliser notre territoire pour destabiliser la Côte d`Ivoire".

Arrivé dans la matinée, M. Ouattara devait repartir en début de soirée au terme de son premier voyage officiel au Ghana près de six mois après la fin de la crise.
Fin.

VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE...