topblog Ivoire blogs

11 mars 2011

CRISE POST ÉLECTORAL EN COTE D'IVOIRE: "PROPOSITIONS" DU PANEL DE L'UNION AFRICAINE. COMMUNIQUE DE LA 265 ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

 

 

ua-logo.jpg

 

 

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

UNIÃO AFRICANA

P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia,   Tel.: (251‐11) 551 38 22     Fax: (251‐11) 551 93 21

Email: situationroom@africa‐union.org

CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

265 EME REUNION

10 MARS 2011 ADDIS ABEBA, ETHIOPIE

 

 

PSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

COMMUNIQUEPSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

 

COMMUNIQUE

 

make_peace_happen.gif


 

Page 1

COMMUNIQUE DE LA 265 ème

REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

 

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 265ème réunion,tenue le 10 mars 2011, au niveau des chefs d’Etat et de Gouvernement, a adopté la décision qui suit sur la situation en Côte d’Ivoire :

Le Conseil,

1. Prend note du rapport du Groupe de haut niveau pour le règlement de la crise en Côte d’Ivoire, créé aux termes du paragraphe 6 du communiqué PSC/AHG/COMM(CCLIX) adopté lors de sa 259ème réunion tenue le 28 janvier 2011 [Document PSC/AHG/2(CCLXV)].

Le Conseil prend également note des déclarations faites par le Président Alassane Dramane Ouattara, ainsi que par le représentant de S.E. Laurent Gbagbo ;

2. Réaffirme l’ensemble de ses décisions antérieures sur la crise postélectorale que connaît la Côte d’Ivoire depuis le 2ème tour de l’élection présidentielle, le 28 novembre 2010, reconnaissant l’élection de M. Alassane Dramane Ouattara en qualité de Président de la République de Côte d’Ivoire;

3. Félicite le Groupe de haut niveau pour son engagement et  les efforts soutenus qu’il a déployés dans la recherche d’un règlement pacifique à la crise actuelle en Côte d’Ivoire. A cet égard, le Conseil rend hommage aux Présidents Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie, Jacob Zuma d’Afrique du Sud, Blaise Compaoré du Burkina Faso, Jakaya Kikwete de Tanzanie et Idriss Déby Itno du Tchad, ainsi qu’aux Présidents des Commissions de l’UA et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Dr. Jean Ping et M. James Victor Gbeho, pour leur contribution à la recherche d’une solution à la crise actuelle en Côte d’Ivoire. Le Conseil félicite également tous ceux qui ont apporté leur coopération au Groupe de haut niveau dans l’accomplissement de son mandat. Le Conseil exprime son appréciation au Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki‐moon, pour l’appui apporté au Groupe, à travers son Représentant spécial en Afrique de l’Ouest, Said Djinnit ;

4. Exprime sa grave préoccupation face à la détérioration rapide de la situation sécuritaire et humanitaire, depuis la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle. Le Conseil note que, faute d’une solution rapide à la crise actuelle, la Côte d’Ivoire risque de sombrer dans une violence généralisée aux conséquences incalculables pour ce pays, ainsi que pour la région et l’ensemble du continent ;

5. Réitère sa ferme condamnation de toutes les exactions et autres violations des droits de l’homme, menaces et   actes d’intimidation, ainsi que des actes d’obstruction de l’action de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), et déplore profondément les pertes en vies humaines et actes de destruction de biens intervenus dans certaines parties de la Côte d’Ivoire;   PSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

Page 2

6. Réaffirme sa conviction que la crise postélectorale en Côte d’Ivoire requiert une solution politique d’ensemble qui permette de préserver la démocratie et la paix, et favorise une réconciliation durable entre tous les Ivoiriens ;

7. Fait siennes les recommandations du Groupe   de haut niveau telles que contenues dans le rapport du Groupe de haut niveau et entérine les propositions faites en vue d’une solution politique d’ensemble à la crise en Côte d’Ivoire, qui offrent une base viable pour une sortie de crise permettant de concilier le respect de la démocratie et la quête de la paix.

A cet égard, le Conseil rappelle les dispositions du paragraphe 6 (c) du communiqué de sa 259 ème réunion affirmant que les conclusions du Groupe, telles qu’elles seront entérinées par le Conseil, seront  contraignantes pour toutes les parties ivoiriennes;

8. Demande au Président de la Commission de nommer un Haut Représentant chargé de la mise en œuvre de la solution politique d’ensemble, telle qu’entérinée par le Conseil, et de mener à bien le processus de sortie de crise selon les modalités ci‐après :

(i) tenue, sous l’égide de l’UA et de la CEDEAO, dans un délai de deux semaines maximum, de négociations entre les parties ivoiriennes afin d’élaborer un schéma de mise en œuvre des propositions du Groupe de haut niveau telles qu’entérinées par le Conseil, avec l’octroi de toutes les garanties nécessaires pour tous les acteurs concernés, en particulier le Président sortant, S.E. Laurent Gbagbo,

(ii) mobilisation de l’appui des partenaires de l’UA en vue de la conclusion rapide de l’Accord de sortie de crise, et

(iii) soumission, à une réunion du Conseil, d’un rapport exhaustif sur les résultats de ses efforts ;

9. Demande aux parties ivoiriennes d’apporter leur entière coopération à la mise en œuvre effective,  dans les délais impartis, des propositions du Groupe, ainsi que de s’abstenir de toute action de nature à compliquer la situation et le processus de sortie de crise ;

10. Souligne sa détermination à prendre, à la lumière des résultats des négociations visées au paragraphe 8 (i) du présent communiqué, et    sur la base des instruments pertinents de l’UA, toutes les mesures que la situation appellerait ;

11. Demande au Président de la Commission de transmettre la présente décision au Conseil de sécurité des Nations unies, à la CEDEAO et aux autres partenaires de l’UA;

12. Décide de rester activement saisi de la question.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FOUTAISE !!!

On attendait RIEN du Panel de l'UA et on avait bien raison... Entre Blaise Compaoré le COMPLICATEUR VENDU, Idriss Deby le chef rebelle maintenant en costume cravatte qu'on vient de prendre avec 30 conteneurs d'armes en partance du Tchad pour être livré à l'Onuci à San Pédro, le Tanzanien Jakaya Kikwete dont la france vient d'annuler la dette il y a trois jours juste pour ACHETER SON SILENCE, VOUS ESPÉRIEZ QUOI ? RIEN...

On a vu le GTI (Groupe de travail International) de l'ONU faire pire dans notre pays en proposant même la dissolution pure et simple de notre Assemblée Nationale. Résultat ? Il n'en a rien été et la Côte d'Ivoire a continuer sa marche difficile mais vers l'avant... EN AVANT donc !!!

Ces mafieux veulent nous imposer à la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara leur homme de patte à modeler: malléable à souhait. Nous devons dire NON.
Ils qualifient leur PROPOSITION/décision farfelu de CONTRAIGNANTE: que sera la nature de cette contrainte si ce n'est que de faire une guerre injuste et sans fondement vrai à un pays LIBRE qui se veux totalement souverain pour acquérir la plénitude de sa dignité bafoué par des décennies d'exploitations abusives ?


 

10 mars 2011

Crise post électoral: le camp Gbagbo rejette les propositions du panel de l'UA

Les émissaires de Laurent Gbagbo, Pascal Affi N'guessan et Alcide Djédjé, ont rejeté les propositions des membres du panel de l’UA pour résoudre la crise ivoirienne. Non rendues publiques pour l’instant, celles-ci réaffirment vraissemblablement la position de l’UA selon laquelle le président sortant doit quitter le pouvoir. Une reprise de la guerre civile paraît de plus en plus inévitable.

aff.jpg

C’était attendu : les émissaires de Laurent Gbagbo à Addis Abeba ont rejeté en bloc les propositions du panel de chef d’État de l’UA visant à résoudre la crise ivoirienne, en faisant clairement référence à une reprise de la guerre civile dans le pays.

« Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable », a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, à l'issue de la consultation avec les membres du panel, qui n'a pas rendu publique ses conclusions censées être « contraignantes » pour les parties.

"Fuite en avant"

« MALHEUREUSEMENT, NOUS AVONS CONSTATE QUE LE PANEL DE HAUT-NIVEAU S'EST CONTENTE DE REPRENDRE CE QUE NOUS SAVONS DEJA. LE PANEL EST DANS L'INCAPACITE DE NOUS DONNER LES ARGUMENTS QUI FONDENT CETTE DECISION, a affirmé Affi Nguessan. (...) Nous continuons la fuite en avant. TOUT LE MONDE S'APPUIE SUR L'ANNONCE DU HAUT-REPRESENTANT DE L'ONU » EN COTE D'IVOIRE, CHOI YOUNG-JIN, QUI A DECLARE OUATTARA VAINQUEUR DE LA PRESIDENTIELLE DU 28 NOVEMBRE DERNIER.

« MAIS SI CET ELEMENT ETAIT FAUX ? S'IL NE REFLETAIT PAS LA REALITE ? », a-t-il ajouté, sans apporter aucune preuve à ses dires. « Si cette initiative ne débouche pas sur des propositions pertinentes et irréfutables, suffisamment convaincantes, nous craignons que l'UA contribue en quelque sorte à parachever le coup d'État entamé en 2002, et qui s'est mué en coup d'État électoral à travers les dernières élections présidentielles », a poursuivi l'ancien Premier ministre ivoirien.

Ouattara silencieux

« Nous craignons qu'en accompagnant ce coup d'État là, l'Afrique, l'Union Africaine ne contribuent à aggraver la situation et être comptables d'une éventuelle guerre civile qui pourrait avoir lieu parce que la population n'aurait pas été convaincue de la pertinence de ce choix », a-t-il menacé, en oubliant fort opportunément la majorité d’Ivoiriens qui ont voté en faveur de Ouattara.

De son côté, ce dernier n’a fait aucun commentaire sur les propositions du panel de l'UA. Celui-ci doit désormais présenter ses conclusions au Conseil de paix et de sécurité (CSP) de l'organisation continentale, qui réunit 15 pays africains, dont six représentés jeudi par leur président. 

Source: Jeune Afrique