topblog Ivoire blogs

15 mai 2011

Alassane Ouattara investi Président NON ELU: FAUX ET USAGE DE FAUX POUR FAIRE DU VRAI

Yao.jpg

La dernière déclaration officielle du Président du Conseil Constitutionnel est aussi grotesque que rocambolesque au vue des délibérations précédentes du scrutin Présidentiel Ivoirien. Se muant en virtuose de l’alpinisme du non-droit, il a tenté de légitimer le coup d’état militaire du chef de guerre Alassane Ouattara. Chose quasi impossible face à la violence de la vérité.

Cette prétendue investiture de Ouattara est un FAUX ET USAGE DE FAUX POUR FAIRE DU VRAI. La complicité flagrante de l’ONU confirme la thèse du complot internationale dénoncé par le Président Laurent Gbagbo.

Livrons nous à l’exercice suivant ; Confrontons le « courrier transmis par le Président du Conseil Constitutionnel au candidat malheureux des dernières élections » et la déclaration qui vient par la suite proclamer ce dernier « Président de la République » MAIS Président NON ELU.

Paul fin.jpg

Courrier transmis par le Président du Conseil Constitutionnel à Ouattara : "Cliquez pour Agrandir"

Nous vous livrons des morceaux du texte de la déclaration du Professeur Yao N’dré qui fait du chef rebelle Alassane Ouattara le nouveau Président Ivoirien.

« […] Vu les résultats PROVISOIRES du deuxième tour de l`élection présidentielle proclamé par la Commission électorale indépendante le 2 décembre 2010

(Courrier du CC à Ado : La Commission électorale Indépendante n’ayant pu donner les résultats provisoires du scrutin, elle s’est retrouvée légalement dessaisie de ses pouvoirs en la matière)

[…] Considérant qu`au terme des articles 32 et 94 de la Constitution, le Conseil constitutionnel contrôle la régularité des opérations du président de la République, statue sur les contestations y relatives et en proclame les résultats définitifs.

Considérant que, conformément à l`article 59 du code électoral nouveau du code électoral, la Commission électorale indépendante a, le 2 décembre 2010, proclamé les résultats PROVISOIRES du second tour du scrutin et désignait M. Alassane Ouattara vainqueur dudit scrutin (Courrier du CC à Ado : Les résultats provisoires donnés de façon solitaire, en l’absence des membres de la commission électorale et des représentants des candidats, par le président de la Commission électorale indépendante le jeudi 2 Décembre 2010, portent gravement atteinte aux dispositions du Code électoral)

CONSIDERANT QUE LE 3 DECEMBRE 2010, PAR DECISION N° CI 2010- EP 340312 CC SG, LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A PROCLAME LES RESULTATS DEFINITIFS DU SCRUTIN PRESIDENTIEL DU 28 DECEMBRE 2010 ET DESIGNE M. LAURENT GBAGBO, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE COTE D`IVOIRE

Considérant en outre que le 3 décembre 2010, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d`Ivoire a certifié les résultats PROVISOIRES du second tour de l`élection présidentielle tels que proclamés par le président de la Commission électorale indépendante le 2 décembre 2010 désignant M. Alassane Ouattara vainqueur de l`élection présidentielle
(Courrier du CC à Ado : Quand bien même ils auraient étés certifiés par le Représentant spéciale du Secrétaire générale de l’Organisation des Nations unis, cette certification ne doit, EN AUCUN CAS, être confondue avec la validation et la proclamation des résultats définitifs du scrutin, qui, elles, relèvent de la seule compétence du Conseil Constitutionnel)

Considérant que suite à ces proclamations contraires, une crise post- électorale s`est élevée sur les résultats du scrutin du 28 novembre 2010.

Considérant qu`en raison de la gravité de cette crise, la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`ouest (Cedeao) s`est saisie du dossier ivoirien et a décidé entre autres, qu`au vu des éléments en sa possession (Quels éléments ???), M. Alassane Ouattara DEVRAIT (Pourquoi ???) être considéré comme le président élu de Côte d`Ivoire

[…]

Considérant que les normes et dispositions internationales (Quelles normes et dispositions internationales ???), acceptées par les organes nationaux compétents ont une autorité supérieure à celle des lois et aux décisions juridictionnelles internes sous réserve de leur application par l`autre partie.

[…]

Décide :

Article 1er : le Conseil constitutionnel fait siennes les décisions du Conseil de paix et de sécurité de l`Union africaine sur le règlement de la crise en Côte d`Ivoire

Article 2 : proclame M. Alassane Ouattara président de la République de Côte d`Ivoire (PAS Président élu)

Article 3 : en raison des circonstances exceptionnelles, le Conseil constitutionnel, prend acte des décisions prises par M Alassane Ouattara, président de la République de Côte d`Ivoire et les déclare valides. Le Conseil constitutionnel invite le président Alassane Ouattara à prêter serment en audience solennelle dans les meilleurs délais (Courrier du CC à Ado : Il ressort de tous ce qui précède que seul le Président élu à l’issue du scrutin du 28 Novembre 2010, en l’occurrence Mr Gbagbo Laurent, est habileté à prêté serment)

[…]

Paul Yao N’dré - Président du Conseil constitutionnel »

Il apparait evident que depuis l’enlèvement du Président Gbagbo par les forces Française, cette frénésie de déclarations des « faiseurs de Roi » n’est qu’une comédie, une véritable mascarade d’étrangleurs du bon droit. En vérité la Côte d’Ivoire vient de subir un nouveau coup d’état militaire perpétré par la Coalition « Rebelle de Ouattara-Forces Française-Forces Onusiennes » en mission pour Nicolas Sarkozy et Barack Obama.

Alassane Ouattara tente simplement fuir le chef de guerre et putschiste qu’il a toujours été dans le paysage politique Ivoirien qu’il a transformé en champ de guerre et de désolation.

Usant de violence, de menace, d’intimidation, de séquestration et d’emprisonnement, Ouattara est arrivé à obliger de grands juristes à tordre le cou au droit pour tenter de donner une face reluisante à son imposture. MAIS...

  • "Même s’il est provisoirement bafoué, le bon droit sera plus fort que le mal triomphant.

    Je crois que, même au milieu du fracas des mortiers et du sifflement des balles, il y a place pour l’espoir de lendemains plus lumineux. Je crois que la justice blessée, gisant inerte dans les rues ensanglantées de nos nations, couverte de poussière et de honte, peut encore être relevée pour régner en souveraine suprême sur les enfants des hommes."

    Martin Luther King

15 décembre 2010

Houphouétistes ? (Par Jean-Baptiste Akrou)

hp.jpg

Houphouet-Gbagbo : même combat ? Le samedi 10 avril dernier, nous avons rapporté, dans Fraternité Matin, la profession de foi de l'Union des Houphouétistes pour le dialogue (Uhd). Laquelle considère que le Président Laurent Gbagbo s'inscrit dans la philosophie de développement de son illustre prédécesseur. Nous avons annoncé que cela allait provoquer l'ire des gardiens du temple du Pdci ; qu'ils allaient crier au blasphème, au sacrilège. Les réactions, disproportionnées, n'ont pas manqué.
Alors que tous considèrent la cérémonie de Yamoussoukro comme un non-évènement, des leaders du Rhdp, indignés, ont crié haro sur le baudet. «C'est une mascarade. C'est une escroquerie. C'est une profanation de la mémoire de Boigny. C'est une moquerie...»
Au regard des appels à l'exclusion et des anathèmes divers jetés sur, tous ceux qui «prétendent être Houphouétistes et qui soutiennent, dans le même temps, Laurent Gbagbo», la question d'actualité est la suivante : qui peut se prévaloir de l'houphouétisme ? C'est quoi l'houphouétisme ? En dépit des dénégations et blâmes de ceux qui se considèrent comme ayant un droit d'auteur sur l'appellation contrôlée «houphouétiste», ils sont nombreux les Ivoiriens qui, par-delà leurs obédiences politiques, continuent d'avoir un amour filial pour Félix Houphouet Boigny: le poster de ce grand homme continue de trôner dans de nombreux bureaux et salons, dix-sept ans après sa disparition, à côté de la photo de l'actuel Président de la République. C'est un cas. d'école, rare en Afrique, où l'on cherche toujours à effacer la mémoire des disparus.

Ces «houphouétistes» appartiennent à la société civile ou militent dans un parti politique autre que le Pdci. La stature de Félix Houphouet-Boigny a dépassé les frontières ivoiriennes. On compte ainsi des houphouétistes au Burkina, au Togo, au Gabon... bref, partout en Afrique et dans le monde. Au nombre des admirateurs et de ceux qui épousent son idéal, l'on compte des, Chefs d'État et des leaders politiques d'envergure. Ces personnalités ne se réclament pas du Pdci-Rda, sa formation politique.
C'est quoi l'houphouétisme et qui est donc houphouétiste ? Citons Me Jean Konan Banny qui, dans une interview parue le jeudi 2 juin 2005 dans Fraternité Matin, a abordé cette épineuse question en parlant du Rassemblement des houphouétistes. «L'houphouétisme, ce n'est pas un outil servant à élire des gens. L'houphouétisme, c'est toute une pensée, une philosophie, une action qui s'inscrit dans une certaine éthique. Or, je ne crois pas que ce soit à cause de cela que les gens se sont rassemblés». Abordant le sujet délicat de savoir si tous les membres du Rassemblement des houphouétistes sont... houphouétistes, il a fait un long développement que nous reproduisons. «Écoutez, je ne suis pas celui qui délivre le certificat de l'houphouétisme. Il y a des gens qui disent qu'un tel est un militant du Pdci et un tel est houphouétiste.
Je ne suis pas là pour délivrer le certificat de l'houphouétisme, mais je dis :lorsque l'on veut se réunir parce que l'on participe de la pensée et de la philosophie de Houphouet-Boigny, on n 'attend pas de se retrouver pratiquement acculé pour le faire. On le fait à tête reposée, on ne le fait pas surtout parce qu'il faut combattre quelqu'un. C'est ce que moi je dis. Je vais vous donner un exemple.
Lorsqu'après le 19 septembre 2002 [tentative de coup d'État et début de la rébellion], nos deux dirigeants avaient été obligés de se réfugier dans les ambassades d'Allemagne puis de France, en ce qui concerne Alassane Ouattara, et l'ambassade de Belgique en ce qui concerne notre frère Bédié, nous avons été les premiers à faire une déclaration pour condamner le coup d'État. Et nous avions alors demandé, puisque personne ne se sentait responsable et en collusion avec la rébellion, que Bédié et Alassane Ouattara fassent une déclaration commune. J'avais suggéré à l'époque que ces deux dirigeants et éventuellement avec Gbagbo, aillent à la Télévision pour faire une déclaration pour condamner le coup d'État afin que la paix revienne. Je le faisais d'autant plus que les rebelles réunis à Bouaké, étaient en train de scander : «Ado président ! Ado président !». J'ai interpellé la secrétaire générale du Rdr pour lui dire : vous prétendez n'avoir aucun lien avec la rébellion, mais voici que les jeunes gens clans la rue crient a Bouaké pour proclamer Ado président. Si vous dites que vous n'êtes pas avec eux, accepteriez-vous de faire une déclaration commune avec le président Henri Konan Bédié ?
Le Premier ministre Alassane Ouattara m'a fait répondre, par Henriette Diabaté, que sa déclaration était prête et qu'il la ferait. Mais laquelle ?

Quant au Pdci, Sangaré (Sékou Sangaré, ancien secrétaire général national du Pdci chargé de la sécurité) aujourd'hui décédé, et Guikahué (Maurice Kacou Guikahué, secrétaire général adjoint du Pdci chargé de l'organisation et de la mobilisation), notre frère qui est là, présent, se sont violemment élévés contre cela. Disant qu'à aucun moment, ils ne concevaient que Bédié puisse se tenir à côté d'Alassane [Ouattara], pour faire des déclarations communes. Donc si aujourd'hui ces mêmes individus estiment que c'est faire un grand progrès que de parler avec Alassane, je ne peux que m'en réjouir.»
Peut-on dénier aujourd'hui à MM. Dona-Fologo, Séri Gnoléba, Boni Claverie, N'Dri Koffi Appolinaire et bien d'autres d'être houphouétistes quand le RHDP regroupe des personnalités qui sont allés véritablement à l'encontre des idées, principes et philosophie de Félix Houphouet-Boigny ? A la faveur des dernières marches du Rhdp, ponctuées de casses et d'incendies de biens publics, deux membres de la famille biologique du Président Houphouet nous ont demandé d'interpeller et de dénoncer l'antinomie entre Houphouet et les casses. En quoi un militant du Rdr ou de l'Udpci est-il plus houphouétiste qu'un autre se réclamant du Rpp ? En quoi Anaky Kobena est-il aujourd'hui plus houphouétiste que Gnamien Yao ou N'Zi Paul David ?
Le tohu-bohu, qui a suivi la création de l'Union des houphouétistes pour le dialogue, a profondément travesti le débat. Gbagbo est-il houphouétiste ? Non ! Il a toujours eu le courage et l'honnêteté de dire qu'il n'est pas houphouétiste. A Yamoussoukro, il a parlé des similitudes, des points de convergence au plan politique. Il a parlé plutôt de ce qui le rapprochait de Félix Houphouet-Boigny. Le Président Gbagbo reconnaît en Houphouet-Boigny un combattant de la liberté, de la dignité. Peut-on, honnêtement, renier son long combat à lui en faveur de la liberté ? Étudiant, enseignant, syndicaliste ou leader politique, il a eu le courage de ses opinions. Sachant dire non quand il n'était pas d'accord. Comme Félix Houphouet-Boigny, Gbagbo a vécu en homme de conviction. L'avènement de la démocratie en Côte d'Ivoire est un combat qu'il a mené avec beaucoup de ses camarades de gauche.
Arrivé au pouvoir d'Etat, il s'est engagé dans des réformes hardies ; il a pris l'âme d'un bâtisseur avec le transfert de la capitale ; le prolongement de l'autoroute du Nord jusqu'à Yamoussoukro ; l'extension du terminal à conteneurs ; la réalisation du pont de Jacqueville ;- la réhabilitation de l'hôtel Ivoire ; la construction du 3° pont...
Doit-on dire que ces infrastructures ne sont pas de grand intérêt, parce qu'elles n'ont pas été réalisées par des houphouétistes ? Peut-on vraisemblablement penser qu'il les destine uniquement aux militants de La majorité présidentielle ?

C'est pour toutes ces raisons que des personnes, se réclamant du Pdci et d'Houphouet, appellent à voter Gbagbo. Pour dire les choses de façon nette, la continuité de l'État fait que chaque Président est le continuateur de l'œuvre de son prédécesseur. Bédié a assuré la continuité de l'œuvre d'Houphouet. Il est venu avec son programme ambitieux des douze travaux de l'Éléphant d'Afrique. Guéi a assuré juste une transition mouvementée et de courte durée. Mener le combat contre le sous-développement, l'analphabétisme, les disparités régionales, la pauvreté fait partie du programme minimal de gouvernement de tout Président de la République.
Toutes les réalisations de Houphouet et de Bédié hier sont à mettre au patrimoine de l'Etat. Au même titre que celles de Gbagbo aujourd'hui. Normalement, en conformité avec la règle d'or des générations, chacun doit s'efforcer de renforcer et de continuer l'action de son prédécesseur en l'amplifiant, voire en cherchant à le dépasser.

 

499128933.jpeg

Fraternité Matin / Lundi 19 Avril 2010. Editorial de Jean-Baptiste Akrou