topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13 août 2013

DECLARATION DE LA COALITION DES PATRIOTES IVOIRIENS EN EXIL (CO.P.I.E)SUITE A LA LIBERATION DE 12 PRISONNIERS POLITIQUES PROCHES DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

* La CO.P.I.E prend acte de la libération des prisonniers politiques

Damana Adia Pickass, COPIE, hamed bakayoko, laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo, CO.P.I.E

C’est avec une grande surprise que nous avons appris la libération de douze (12) prisonniers politiques, dont le Premier ministre Pascal AFFI N’Guessan, président du FPI, SANGARE Aboudramane, vice président du FPI, et Madame Généviève Bro Gregbé, leader des femmes patriotes, injustement incarcérés depuis plus de deux ans (pour la plupart) dans les goulags du régime d’Abidjan.

Nos premières pensées vont bien évidemment vers les familles biologiques, politiques et idéologiques des ex-détenus ; à leurs parents respectifs, aux militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI), et de la LMP, ainsi qu’aux amis de la démocratie et adeptes des valeurs républicaines.

La CO.P.I.E prend acte de cette libération et félicite les camarades qui ont su faire preuve de dignité, de droiture, d’exemplarité, d’intégrité et de courage durant tout le temps de leur détention, malgré l’adversité, l’humiliation et les tentatives de corruption et de marchandages.

Nos Camarades retrouvent donc provisoirement la liberté après un long et pénible séjour carcéral, sans qu’aucune preuve n’ait été apportée par le régime, quant à leur culpabilité sur tous les chefs d’inculpation. La CO.P.I.E s’insurge donc contres ces détentions arbitraires qui violent incontestablement les droits de l’homme et les principes démocratiques.

Nous souhaitons à ces dignes camarades le traditionnel AKWABA, et leur réitérons tous nos vœux de bonheur pour la poursuite du combat.

C’est là l’occasion pour nous de saluer tous ceux qui ont lutté pour leur libération. Nous pensons particulièrement à la direction intérimaire du FPI, sous la conduite du camarade MIAKA Oureto, à tous les militants du FPI, de la LMP, aux résistants et patriotes ivoiriens (Diaspora, Cyber-activistes, Juristes, Journalistes, personnalités politiques et mouvements associatifs, anonymes, etc.), aux amis de la Côte d’Ivoire digne, épris de paix et de justice, qui ont battu le pavé, nuit et jour, en occident, en Côte d’Ivoire et partout ailleurs, afin que la vérité de la crise ivoirienne soit connue de tous, mais surtout pour l’instauration d’un Etat de droit.

Aussi, lançons-nous un vibrant appel à la vigilance, à la mobilisation et à la détermination de tous jusqu’à leur libération totale et sans condition. Cette décision sous pression intérieure et extérieure, du gouvernement Ouattara de libérer subitement des personnalités proches du Président Laurent GBAGBO, constitue un formidable point d’appui pour continuer la lutte pour la libération de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires avec à leur tête, le président Laurent GBAGBO. Libérations sans lesquelles, la paix et la réconciliation ne sont possibles en Côte d’Ivoire.

* La mobilisation populaire et organisée paye toujours.

Au vu de ce qui précède, L’heure est plus que jamais venue, chers camarades et compagnons de lutte, d’affuter nos armes et de partir en ordre de bataille. Le Front Populaire Ivoirien qui constitue la colonne vertébrale de notre combat, reste «présent et entend prendre part à la restauration de la Côte d’Ivoire» comme l’a annoncé le chef de file de ce parti, le Président Pascal Affi N’Guessan, juste à sa sortie de prison.

Aussi, invitons-nous la Communauté Internationale à avoir un regard plus objectif, juste et impartial sur la situation sociopolitique de la Côte D’Ivoire. Le peuple de Côte d’Ivoire aspire à la cohésion entre ses filles et ses fils; Pourtant, le nombre important d’exilés ivoiriens, les violations constantes et flagrantes des droits de l’homme et des principes démocratiques, la confiscation de la liberté d’expression et le règne de la justice des vainqueurs, sont de nature à compromettre indéfiniment le retour à la normalité en Côte d’Ivoire. 

C’est pourquoi, la CO.P.I.E appel le régime à entendre la voix de la raison en traitant avec diligence et justesse les questions importantes et pendantes relative au retour à la normalité et à la paix sociale, à savoir la libération totale et sans conditions de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires, le vote d’une loi d’amnistie générale, le retour sécurisé et apaisé des exilés, le dégel des avoirs, l’instauration d’un climat de paix et le retour d’un état de droit.

Enfin, la CO.P.I.E appel le peuple Ivoirien à redoubler d’ardeur dans la mobilisation, car c’est à ce prix que nous pourront restaurer la démocratie et l’état de droit.

En avant pour la Liberté de tous les Ivoiriens ! En avant pour la démocratie !

Vive la Côte d’Ivoire !

 

Fait le 9 aout 2013

Pour le B.E de la CO.P.I.E


Le Président

Damana Adia Pickass

12 août 2013

Hamed Bakayoko menace le ministre Lida Kouassi Moïse.

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

"Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."
- Lors de leur ressent passage au parquet d'Abidjan le mardi dernier avant leur libération provisoire, les 12 prisonniers politiques partisans du président Laurent Gbagbo ont reçu la visite du loubard en charge de la sécurité Ivoirienne (Ministère de l'intérieur), Ahmed Bakayoko. Ce dernier a déclaré ceci au ministre Lida Kouassi  "Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

A vous de juger...
Un "ministre de la sécurité" qui menace des hommes politiques, des civiles, alors nous nous posons plusieurs questions. Sommes-nous réellement en sécurité en CI ?
Le ministre Lida n’a t’il pas de parents parmi les forces de l’ordre pouvant lui rendre visite? Devons nous donc comprendre que tous les corps habillés (policiers, gendarmes, militaires, etc...) parents, amis ne doivent en aucun cas s’approcher de lui ? Combien d'ivoiriens sont ils victimes de ces abus de pouvoir ?

Voila le vrai visage de la nouvelle Cote d'ivoire sous Dramane Ouattara. Un monde où les meurtriers sont en liberté, violant a tort les règles de droit à chaque carrefour sans que la justice ne soit appliquée véritablement.

Si quelques choses arrivent à Mr Lida, nous vous tenons pour responsable très cher loubard Ahmed Bakayoko...Sachez que vos crimes ne resteront pas impunis, car un jour vous regretterez d'avoir choisi la violence comme arme de communication.
~ Une Correspondance de Fatou Kone

06 août 2013

Apres 27 mois de détention arbitraire, 12 Pro-Gbagbo libérés.

[ COTE D'IVOIRE - Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo ]

Montages.jpg

Pour la Cote d'Ivoire, Pour les Patriotes Ivoiriens, Pour le FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN, Pour La Majorité Présidentielle Gbagbo je suis très heureux de la mise en liberté provisoire de certains Pro-Gbagbo otages du régime brutal et illégitime de Ouattara‬.
- Aussi, je suis encore plus inquiet pour mon pays car par cet acte, ALASSANE DRAMANE OUATTARA confirme au monde le fait que la Cote d'Ivoire soit un État de Non Droit, une vraie République Bananière.
Sinon comment expliquer que sans procès aucun on puisse mettre en liberté même d'une minute des personnes présentées comme de grands criminels ayant porté pour certains 'atteinte à la sureté de l’État ? COMMENT ?
L’évidence est que la prison avait pour seul et unique but de les museler et tenter de nous briser à travers la "souffrance" des nôtres. Mais ILS ONT TENU. Même au fond du gouffre, la tête haute ILS ONT TENU - ils nous donnent là une belle leçon, celle de la force de la conviction.

Le 18 juin 2012 à la Haye, le Président LAURENT GBAGBO a dit:
«Je tiens, j'ai le moral. ... Et que tant que Sangaré Abdoudrahamane tiendra, je tiendrai. [...] Si vous tenez, je tiendrai»
TENONS comme Sangaré Abdoudrahamane, comme Laurent Gbagbo, comme Simone Ehivet GBAGBO.

- Qui a gagné les élections Présidentielles de 2010 en Cote d'Ivoire ? POURQUOI avoir emprisonné ces personnes ? La réponse à ces questions est la preuve de l'imposture dictatoriale de ALASSANE DRAMANE OUATTARA.
#‎Ovajab‬ donc Patriotes. Chacun à son niveau, la bataille continue.

Pour avoir rendu leur liberté dite provisoire à 12 responsables du ‪#‎FPI‬ et proches du Président Gbagbo‬, l'imposture de pouvoir ‪‎Ouattara‬ espère et attends le 'Merci' des Patriotes et démocrates Ivoiriens. Aux autres exilés et réfugiés ou encore innocents brimés dans leurs geôles, ce pourvoir démagogique demande de l'HUMILITÉ qui devrait les conduire à demander PARDON pour prétendre à la liberation.
Qu'ils fassent la difference entre humilité et compromission.
Pardon aux 'voyous' qui ont mis le feu à notre pays ? Merci aux rebelles qui continuent de tuer nos mères ? Je dis NON. Ce n'est pas de l'humilité mais la pire indignité.

~ Plus de photos sur facebook:

- Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo

- Accueil des prisonniers de la haine. PHOTOS: Gueye Fiavi Dekpeya

- MACA=> Parquet => QG, La Sortie des Héros du 6 Aout

19 janvier 2012

Avenir de Laurent Gbagbo, du FPI, de LMP et du CNRD : La guerre de positionnement a « déjà » commencé !

1134456027.jpg

Les chevaux « favoris » de l’écurie de La Majorité Présidentielle conduite par le FPI sont encore enfermés au fond d’étables dispersées entre la Côte d’Ivoire et la Haye en Hollande. De ces hommes traités comme des bêtes de foire par le régime brutal de Dramane Ouattara, certains ont réussi à prendre la clé des champs en quittant la Côte d’Ivoire devenu pour eux une prison à ciel ouvert ; et pourtant ils ne sont pas pour ainsi dire véritablement sorti de l’ornière car toujours traqués à travers les quatre coins du globe puisque  considérés comme des « mustangs » qui une fois revenus sur les pistes du jeu démocratique, pourraient être de véritables « outsiders » imprévisibles.

Dans le même temps, nombreux sont les « jockeys » du FPI, de LMP et du CNRD déjà positionnés sur les pistes de « l’hippodrome » du jeu politique Ivoirien. S’affublant de leurs combinaisons en coton de mauvaise qualité, ils se précipitent déjà sur le champ de course avant même d’avoir sorti les chevaux qu’ils devront prendre le temps de soigner et ferrer avant d’espérer les monter pour la compétition qui s’annonce rude face à un adversaire qui se montre le moins malléable possible tel le cheval le plus rétif qui existe.  Tentent-ils de garder sous le boisseau les leaders politiques pour qui ils « prétendent » se battre en se marchant ainsi sur les pieds ?

D’Abidjan à Paris en passant par Accra, le spectacle auquel il nous ait donné d’assister est autant affligeant que désespérant.  Plus un mois ne passe sans qu’un conflit interne ne fasse les choux gras du web et de la presse Ivoirienne qui raffolent de cette guéguerre à répétition dont les conséquences pourraient être irréversibles tant les positions sont aussi radicales que tranchées : des blocs se créent et s’affrontent en sourdine ou par médias interposées en oubliant « l’adversaire » commun qui les considèrent tous comme des « ennemis » et les traitent ainsi quand l’occasion lui ait donné.  Dans cette sorte de conclave où s’exposent de nouveaux matamores, chacun met en avant sa gloriole et revendique la place de Khalife à la place de Laurent Gbagbo lui-même. L’héritage du père de la démocratie Ivoirienne est ainsi proposé à vil prix à des enchères ouvertes à tous, même à de probables déstabilisateurs encore volontairement sous l’éteignoir, et cela du vivant de Laurent Gbagbo qui n’a pas encore tiré sa révérence de la scène politique.

Fete_liberte2010.jpg

Ils sont nombreux les pourfendeurs de l’attitude de ceux qui sont censés mener en première ligne la lutte pour la libération des cadres de la Majorité Présidentielle et la restauration de la démocratie et la paix sociale en Côte d’Ivoire. Ils sont encore plus nombreux ceux qui commencent à douter de la possibilité de pouvoir y parvenir avec des leaders qui n’ont apparemment d’enjeu que leurs ambitions égocentriques. Partant de ce constat peu reluisant, la question qui se pose dès lors est de savoir les objectifs de cette lutte dont on ne connait plus les véritables enjeux et objectifs tant ceux affichés sont dévoyés au profit d’une lutte de positionnement interne où les leaders se combattent  comme des chiffonniers à tous les niveaux.

Où en sommes-nous ? Mais d’abord, savons nous vers où nous avions entrepris d’aller ? Où allons nous maintenant et avec qui ? A trop faire un excès répété de zèle, certains, considérés jusque là comme des valeurs sûrs et des têtes de fil, ont plus fait de tort que de bien à eux-mêmes ainsi qu’a l’élan de mobilisation d’ensemble, en prenant des position jugées exsangues et fort mal à propos. Contre eux et implicitement contre la vitale cohésion, des actions de déstabilisation et de diabolisation sont minutieusement organisées et perpétrées dans le but de les mettre hors jeu. Ces pratiques bien que condamnables à plusieurs titres, trouvent des adeptes acharnés, qui oubliant les véritables adversaires que sont la diplomatie Française et le pourvoir préfectorale de Ouattara, concentrent toute leur énergie à prétendument débusquer et détruire des taupes dans leurs rangs au profit du camp qu’ils soutiennent entre les protagonistes se réclamants tous d’être pour la cause du Président Gbagbo et de ses camarades de parti incarcérés en violation flagrantes des lois Ivoirienne.

Dans l’optique d’éviter le pire et des défections gravement handicapantes, il revient à la direction intérimaire du FPI en exercice en Côte d’Ivoire de remettre les pendules à l’heure et de réaffirmer sa position incontestable de proue et de porte flambeau. Courageusement et avec des paroles conciliantes, la Direction du FPI doit parer à ce qui est à l’heure actuelle le plus urgent : « sonner le rassemblement de tous les Patriotes Ivoiriens où qu’ils soient»  autour de valeurs et d’une ligne de conduite commune qu’il lui revient de dicter et d’imposer à tous pour qu’ensemble nous puissions agir de manière plus efficiente.

Que chacun connaisse ses responsabilités, les limites desdites responsabilités, mais surtout, que chacun prenne résolument les responsabilités qui lui incombent et s’y consacre pleinement et avec dévotion.

Hauts les Cœurs !

Claudus Kouadio – Bloggeur – Président des facebookers pour Gbagbo

03 décembre 2011

Attention aux montages photo: AUCUNE image du Président Gbagbo à la Haye

Depuis ce matin une photo circulant sur facebook et un peu partout sur internet est décrite comme étant: "l'une des premières images du Président GBAGBO Laurent à la HAYE."

FAUX !
C'est juste un montage approximatif qui vient d'être mis à jour par un internaute (Désiré Irié) qui a attiré notre attention sur le fait que cette photo de Gbagbo est ancienne. En effet il s'agit de la photo du Président Gbagbo à son arrivée à Korhogo...

DEMONSTRATION:

390506_327436127282667_100000488476558_1398296_970300047_n.jpg

Ici là photo décrite comme étant une photo prise par une Caméra de surveillance de son lieu de detention... De dos, c'est effectivement le Président Gbagbo. OK ! Mais revenons en arrière...

9064987-large.jpg
Ici la photo du Sheriff Marlin Gusman utilisé aussi comme deuxième photo devant être une cellule au sein du TPI (Merci Terrance Freeman qui m'a fait découvrir cette photo)

Ajoutons y le même effet lumineux que sur la photo dite truqué >>>

9064987-large2.jpg
Poursuivons...
LG-ONUCI-2-12-04.jpg

Ici la photo du Président Laurent Gbagbo à son arrivé à Korhogo suite à son enlevement par la France qui l'a mis entre les mains des rebelles.

Pivotons cette photo à l'horizontale>>>

2.jpg

Ajoutons y le même effet lumineux que sur la photo dite truqué >>>

3.jpg

Découpage puis superposition - Et voilà, le tour est joué: c'est un grossier Montage. Qui l'a réalisé et dans quel but ? Tel est la question qui se pose.

Cette photo a induit plus d'un en erreur: même les quotidiens Ivoirien "Notre Voie" et "Le Nouveau Courrier" ont été floués et ont publié cette photo à la Une de leurs parutions de ce Samedi 3 Décembre 2011.

20111203_notrevoie_3999.jpg
20111203-04_LNC_382.jpg
de même que "L’intelligent d'Abidjan" qui l'a publié e Page 7 de sa parution de ce jour.
Sans titre 1.jpg

02 décembre 2011

Haye : Le Procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo quitte son poste

Luis_Moreno_Ocampo.jpg

Luis Moreno Ocampo quitte son poste ! après avoir aidé Dramane Ouattara à déporter le Président Gbagbo vers la Hollande en violation même de la procédure du CPI.

"Avant de pouvoir, sérieusement, lancer le moindre mandat d'arrêt valable, légal et recevable de la CPI contre Laurent Gbagbo, il aurait fallu que la chambre des requêtes de cette même CPI ait statué... or ce n'est pas le cas. Ocampo, pour complaire à Ouattara et pour respecter les injonctions de l'Elysée, est passé en force" avant de céder la place à la magistrate gambienne, Fatou Bensouda: une Africaine à qui ont demandera ENCORE de finir la sale besogne.