topblog Ivoire blogs

17 septembre 2010

AKWABA SAINT CLAIR DU JOURNAL LE « NOUVEAU–REVEIL »…ou QUAND LE JOURNALISME DEVIENT IMMORALITE, ET MENSONGE.

 

Affaire « Achat d’armes de guerre par le Conseiller Militaire du Ministre de la défense » : Akwaba Saint-Clair revient encore à la charge après s'être rendu célèbre en insultant Thérèse Houphouet Boigny .

Lire l'article 'Comment le PDCI banalise Maman Marie Thérèse Houphouet Boigny'

St Clair.jpg

De quelles armes de guerre acquises par « des voies détournées » parle ce journaliste-mercenaire ?

C'est après validation d'une demande d’allégement de l’embargo sur les armes que subit la Côte d’Ivoire  que l'état (pas le FPI ni Gbagbo) avec l’accord du Conseil de Sécurité de l'ONU, a entreprit en toute légalité l’achat des ses armes pour permettre aux forces de police et de gendarmerie de remplir leurs missions habituelles de sécurisation des personnes et des biens.

Le Colonel Yao N’Guessan était en mission officielle  au nom de l’état de Côte d’Ivoire et il convient de le souligner et non travestir la réalité des faits.

LA QUESTION EST DE SAVOIR POURQUOI/COMMENT  IL A ETE ARRETE PAR L’ADMINISTRATION AMERICAINE.

La demande qui a été accepté par l’ONU concernait 4.000 pistolets automatiques, 200.000 munitions 9 mn et 50.000 GRENADES LACRYMOGENES. Grenades, grenades, grenades… dit il  juste pour faire peur aux Ivoiriens en annonçant une escalade de la violence projeté par le FPI de Laurent Gbagbo.

Comment sécuriser les élections sans ces armes ?

Hier Akwaba Saint-Clair fini  son article en disant (Nouveau Réveil N°2622 page 3) « Ces 50.000 grenades à Abidjan, on imagine les dégâts que cela allait causer ». Sait il que ce sont des GRENADES LACRYMOGENES ou est ce une volonté délibéré de rependre un mensonge en vue de porter le discrédit sur sa cible de tous les jours ?

 

25 mai 2010

Mon Hôpital Public se meurt. Que faut il faire ?

Comment la corruption "forcée" et les abus du corps médical visant le profit pécuniaire étouffent les pauvres patients...

Cela est malheureusement connu de tous : la majorité des agents des services publics de l’état Côte d’Ivoire ne sont pas des as du travail fait, bien fait avec amour et sens de la responsabilité… Pour qu’on s’occupe de vous il faut payer, pour passer il faut payer, pour avoir un rendez-vous il faut payer, pour avoir son « papier » signé il faut payer, pour avoir son « papier signé à temps» il faut payer plus… bref, les abus et la corruption en tout genre sont entrain d’atteindre des sommets
Cependant, comme le disait Aimé Césaire : « il en est qui ont plus de devoirs que d’autres ». Alors face à nos centres de santé qui sont devenus de véritable supermarchés pour les uns, voir des casinos pour d’autres, je considère comme l’extrême infamie le fait que des enfants d'hypocrate se comporte en commerçants sans foi ni loi

Malade dans un état grave nécessitant des soins en urgences mais sans premiers soinsparce que…, accidentés de la route qui meurent sans premiers soins parce que…, malades agonisants dans des couloirs d’hôpitaux parce que…, malades bloqués dans des hôpitaux et sans soins parce que…, femme enceinte malade et en cours de traitement obligé de retirer elle-même sa perfusion et fuir l’hôpital parce ce que… (oui, j’ai personnellement assisté impuissant à cette scène après le cri de cœur de cette jeune Maman que l’hôpital a ruiné avec un tas de traitement approximatif pendant 3 jours …pour un mal de tête qui selon elle était passé)… !!! POURQUOI ?

Que fait le ministère de la santé pour rappeler au corps médical son rôle premier ? Qu’est ce qui ne va pas au cœur du système médical ivoirien ?
blog.jpg

30 avril 2010

Comment le PDCI banalise Maman Marie Thérèse Houphouet Boigny


Dans son édition du Jeudi 29 Avril 2010, le « Nouveau Réveil » placarde à sa Une un titre qui ne peut laisser indifférent : Gbagbo à Thérèse Houphouet-Boigny dans ‘Soir Info’ « Ton prix est mon prix ! » -Comment Gbagbo banalise l’épouse du président Houphouet-

L’article qui accompagne ce titre est libellé comme suit :
00611.jpg
Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

« Une histoire qui ne fait pas certainement plaisir à ceux qui ont aimé et adoré le président Félix Houphouet-Boigny.
Comment l'épouse d'un homme d'une telle envergure, qui a marqué de son sceau indélébile l'histoire de ce grand pays qu'est la Côte d'Ivoire peut-elle poser l'acte qui lui a fait perdre ce bijou immobiliser qu'est sa résidence privée de la Riviera II. On comprend aujourd'hui le sens de ce bout de phrase qui avait scandalisé toute la Côte d'Ivoire il y a quelque temps. "Gbagbo m'a fait revivre" avait, en effet, déclaré madame Houphouet pour traduire tout le bonheur que lui procurait le rachat de cette résidence qu'elle avait bradée dans les jeux de casino. On ne peut pas être fier de "notre mère à tous", de maman Thérèse. Et quand on pense à son époux, cela fait doublement mal. Et cela est même choquant. Pour le bon sens.
Opportuniste politique, Gbagbo a sauté sur l'occasion pour déclarer son "amour" à madame Thérèse Houphouët. "Votre prix est mon prix" tel est le prix d'achat de cet "amour" qui était loin d'être désintéressé. Parce que le chef de l'Etat, en cassant la tirelire pour racheter cette résidence et l'offrir à madame Thérèse, escomptait des dividendes politiques. Sinon cet acte n'aurait jamais été porté à la connaissance de l'opinion publique nationale et internationale avec force détails. Qui, en effet, a organisé la fuite d'une telle information qui ne faisait ni honneur à madame Houphouët encore moins à son illustre époux ? Qui avait intérêt à ce qu'une telle histoire soit divulguée ? Gbagbo, bien entendu. Et notre confrère ne trahit point cet état de fait lorsqu'au talon de son papier, il chute en rappelant comment Bédié s'était brouillé avec madame Houphouët parce que ce dernier aurait mis la main sur les biens immobiliers de la famille Boigny. La fin justifie vraiment tous les moyens. AKWABA SAINT CLAIR » Fin
Lire l'article en ligne...

S'il y a père de la Nation, c'est qu'il y a mère de la Nation. 
Le grand respect pour notre père bâtisseur ne peut avoir de sens, de hauteur ni de crédibilité si nous n'arrivons pas à respecter celle que lui même a chérie toute sa vie.

"Maman Marie Thérèse est le fanion que nous a laissé Houphouët Boigny. 
Si le vent, la pluie ou la poussière la touche au point de lui porter atteinte, c’est à nous enfant de Côte d’Ivoire de la récupérer, de la restaurer dans la dignité et de la réhabilité car nous l’aimons.
" disait Olivier Shaw

"Thérèse a fui tous les potins, loin du brouhaha politique" disait Alpha Blondy dans sa chanson 'Les Larmes De Thérèse'. Je me rends compte qu'elle avait bien raison.
J’ai mal quand certains prétendus disciples de Houphouët Boigny, en plus d’avoir quasiment laisser cette grande dame sur la paille, se permettent aujourd’hui de lui tenir de tels propos pour des considérations électoralistes. Je me pose un tas de questions dont la principale est de savoir ce que le PDCI New Look est près a sacrifié pour le pouvoir…
"Briser l'anathème de ses grands yeux, ses grands yeux de diadème, TOTEM, TOTEM, TOTEM [...]" dixit Alpha Blondy: le PDCI-RDA vient de profaner l'un des totems les plus mythiques de la Côte d’ Ivoire.

Maman Marie Thérèse ne mérite pas cela, surtout venant du PDCI-RDA de son défunt marie. Le journaliste Akwaba Saint-Clair devrait avoir honte, les cadres du PDCI aussi…
S'il s’avérait que les faits se sont passés comme décris dans le journal Soir-Info (faits que je m’interdis de commenter car n’ayant aucune certitude sur le sujet), où est la mal que le Président Gbagbo aurait fait à cette grande dame ?
Dans son article, Akwaba Saint-Clair décrit le "prétendu" geste de Gbagbo comme étant de l'opportunisme PolitiqueSi éviter que Maman Thérèse tombe dans la mouise est de l'opportunisme Politique, moi je suis pour.
Le plus embêtant dans cette histoire c’est le fait que nul ne peut dire avec certitude que le Président Gbagbo a tenu les propos qui lui sont imputés. Celui qui en parle (avec beaucoup de réserves) c'est le journaliste Armand B. Depeyla dans l'édition de Soir-Info du mercredi 28 avril 2010. Il dit entre autres […] « Ton prix est mon prix » lui AURAIT lancé le chef de l’Etat…[…]
Quoi qu'il en soit, Mr Akwaba Saint-Clair qui certainement en sait plus que nous a jugé bon de s'attaquer à notre Maman à tous pour faire plaisir à son parti le PDCI. Certainement, pour lui cette histoire est vérifié alors il doit taper sur Maman Marie Thérèse... C'est honteux de sa part et j'espère qu'il sera rappelé à l'ordre par sa hiérarchie.

En entendant le vacarme inopportun fait autour de sa personne, j'ai honte quand je pense à la "possible" frustration de Maman N'daya International, cette dame au grand coeur .
La Côte d'Ivoire l'avait abandonné à la mort de Houphouet Boigny et je me dis qu'elle nous a peut être pardonné en revenant sur la scène publique.
Alors, nous n'avons pas le droit de la décevoir, pas encore une fois.