topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17 mars 2012

La Presse Ivoirienne à l'heure du web

La Presse Ivoirienne  est de plus en plus à l'heure du web et des bloggeurs !

voie.jpg

Bravo au quotidien "Notre Voie" qui nous suit visiblement

13 mars 2012

Gribouillage au sommet d'un état en miettes : Nouvelles assemblés Nationale, "Nouveau ?" gouvernement

Gribouillage au sommet d'un état en miettes : Jeannot Ahoussou Kouadio et Guillaume Kigbafori Soro, "le PACTE deux en un"

PARTAGE DU GATEAU "COTE D'IVOIRE"

grib.jpg

Yamoussoukro: Lundi 12 Mars 2012 (Part de la rebellion armée et du MPCI)

Le Chef rebelle Guillaume Kigbafori Soro NOMMÉE à la tête de l’Assemblée Nationale par Alassane Dramane Ouattara en violation flagrante de notre constitution.

Madame Sako Sarah Fadiga NOMMÉE première vice présidente de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire.

"Vive la forfaiture, vive le rattrapage ethnique pour que survive la charte du Nord"

-

Abidjan: Mardi 13 mars 2012  (Part du PDCI-RDA et de Henry Konan Bédié)

Le piètre Ministre de la Justice Jeannot Ahoussou Kouadio est le nouveau premier ministre de la Côte d'Ivoire".

La Comédie Continue et MICHEL GBAGBO EST EN PRISON PARCE QUE C'EST LE FILS DE SON PÈRE.

Sans titre 1.jpg
x.jpg

Nouveau gouvernement: TOUS LES MEMBRES DE L’ANCIEN GOUVERNEMENT RECONDUITS.
- Le Président de la République est ministre de la Défense, chef suprême des armées.
- Ahoussou Jeannot cumule les fonctions de Premier ministre, Ministre de la Justice et des libertés publiques.

Sur proposition du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Président de la République a signé le décret n° 2012-242 du 13 mars 2012 portant nomination des Membres du Gouvernement. Sont nommés :

Premier Ministre, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice :  M. Jeannot Kouadio AHOUSSOU

Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur : M. Hamed BAKAYOKO

Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères : M. Daniel Kablan DUNCAN

Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Solidarité : M. Gilbert Koné KAFANA

Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement : M. Albert Toikeusse MABRI

Ministre d’Etat, Ministre de l’Industrie : M. Moussa DOSSO

Ministre de l’Economie et des Finances : M. Charles Koffi DIBY

Ministre des Infrastructures Economiques : M. Patrick ACHI

Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie : M. Adama TOUNGARA

Ministre de la Santé et de la Lutte contre le SIDA : Mme Thérèse Aya N’DRI-YOMAN

Ministre de l’Education Nationale : Mme Kandia KAMISSOKO CAMARA

Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative : M. Konan GNAMIEN

Ministre de l’Artisanat et de la Promotion des PME : M. Sidiki KONATE

Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : M. Ibrahima CISSE BACONGO

Ministre des Ressources Animales et Halieutiques : M. Kobena Kouassi ADJOUMANI

Ministre de l’Agriculture : M. Mamadou Sangafowa COULIBALY

Ministre du Commerce : M. Dagobert BANZIO

Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle : M. Albert FLINDE

Ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques : M. Gnénéma Mamadou COULIBALY

Ministre de la Culture et de la Francophonie : M. Maurice Kouakou BANDAMAN

Ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Porte-parole Adjoint du Gouvernement : Mme Raymonde GOUDOU COFFIE

Ministre de la Communication : M. Souleïmane Coty DIAKITE

Ministre de l’Environnement et du Développement durable : M. Rémi Allah KOUADIO

Ministre du Tourisme : M. Charles Aké ATCHIMON

Ministre de la Construction, de l’Assainissement et de l’Urbanisme : M. Mamadou SANOGO

Ministre des Sports et Loisirs : M. Philippe LEGRE

Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement : M. Bruno Nabagné KONE

Ministre des Transports : M. Gaoussou TOURE

Ministre des Eaux et Forêts : M. Clément Boueka NABO

Ministre  de l’Intégration Africaine : M. Adama BICTOGO

Ministre de la Promotion de la Jeunesse et du Service Civique : M. Alain Michel LOBOGNON

Ministre de la Promotion du Logement : Mme Nialé KABA

Ministre des Ex-combattants et des Victimes de Guerre : M. Mathieu Babaud DARRET

Ministre de la Salubrité Urbaine : Mme Anne Désirée OULOTO

Ministre délégué auprès du Premier Ministre, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, chargé de la Justice : Mme Loma CISSE MATTO.

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République : M. Amadou Gon COULIBALY ;

Ministre,  Directeur de Cabinet du Président de la République: M. Marcel AMON-TANOH ;

Ministre chargé des Affaires Présidentielles : M. Tené Birahima OUATTARA ;

Ministre auprès du Président de la République, chargé de la Défense : M. Paul Koffi KOFFI ;

Ministre auprès du Président de la République, chargé des Relations avec les Institutions de la République : M. Albert AGGREY.

FIN

En devenant Ministre de la Défense, le Chef de guerre Alassane Ouattara endosse enfin fièrement son titre de rebelle et CHEF des Dozos et autres FRCI.
Bravo L’artiste ! et merci de m'avoir ENFIN répondu !
---
29 Juillet 2010 - Je disais dans "SORO éjecté de la tête du MPCI: Enfin le RDR prend officiellement la tête de sa rébellion armée"
« Quand la tête est là, le genou ne porte pas le chapeau » nous dit l’adage. Transposée dans le contexte de la crise politico-militaire que subit la Côte d’Ivoire depuis le 18-19 Septembre 2002, cette assertion confirme l’erreur qui est à la base des échecs successifs dans les tentatives de sortie de crise; le Président Laurent Gbagbo et la Côte d’Ivoire ne se sont jamais directement adressé au bon interlocuteur et père de la rébellion armée mais plutôt à ses subalternes ou à des gens qui n’y comprenaient pas grand-chose et qui se sont fourvoyés en espérant jouer des pions qu’ils n’avaient pas.
[...] "Le caïman sorti de notre pipi ne peut pas nous effrayer », disait Amadou Gon Coulibaly le Directeur National de Campagne de ADO en parlant implicitement de Soro."
[...] "Maintenant que « le chapeau a été retiré du genou », que nous réserve le RDR et Alassane Dramane Ouattara ? Vont-ils ENFIN « porter le chapeau de cette crise sur la tête [...] ?» "
IL VIENT DE LE FAIRE...

Aussi, derrière cette mise en scène il se cache autre chose: Les Français Ministre dans la République de Côte d'Ivoire

Le véritable Ministre de la Défense de la République de Côte d'Ivoire est le Français "Claude Réglat". Le véritable Ministre auprès du Président de Ouattara, chargé de la Défense est l'autre Français Marc Paitier.

107568324.jpg


Des explications !
Dans La lettre du continent N° 618: "[...]Deux ex-officiers de la Direction du renseignement militaire (DRM) françaises s’occupent des écoutes dans les sous-sols du palais présidentiel, le domaine de la défense est placé sous la responsabilité de Claude Réglat. Ce général quatre étoiles, ancien commandant des forces françaises au Gabon (FFG), accompagne ADO dans la délicate reforme de l’armée, au terme de laquelle, 10.000 «rebelles » devront rentrer dans les rangs. Bon Courage ! De son coté, le colonel Français Marc Paitier vient d’être rattaché au ministre de la défense, qui n’est (n'était) autre que Guillaume Soro [...]""

Lire sur mon blog l'article en entier pour comprendre que des postes de ministres sont dirigés par des Français qui ont pour paravents des ministres Ivoiriens de façade mais sans véritable implication. Ainsi donc, les cumuls de Ouattara en tant que Ministre de la Défense, et de Ahoussou en tant que Ministre de la Justice, cachent cette triste réalité.

In Abidjan a sa « Tour Eiffel »: Serey Eiffel brille dans l’ombre d’Alassane Dramane Ouattara.

En vérité, il faut aussi souligner que le véritable Ministre de la Justice de la République de Côte d'Ivoire est certainement le Français Yannick Prost.
La lettre du Continent l’avait annoncé :
« Concernant les réformes de l'administration et de la justice, Nicolas Sarkozy recherche actuellement la personnalité idoine pour remplir le job. Ce serait Yannick Prost, chargé de mission au sein de la cellule Union pour la Méditerranée (UPM) de l'Elysée », révèle le confrère

- Ces hommes sont des éléments de Serey Eiffel.
Je concluait alors:
"COMMENTAIRE : « Un vice-président, un premier ministre bis en quelques sortes…», telle est la description qu’on nous donne de Eiffel. En réalité, Eiffel vient de bâtir une autre tour du même nom en terre Ivoirienne – mais cette fois au dessus de la « Tour d’Ivoire » dans laquelle la France a installé Alassane Dramane Ouattara.

A l’évidence, la Côte d’Ivoire n’est plus notre. Notre pays n’est plus un « Etat-Nation » et ce pouvoir non souverain et illégitime s’efforce de ne jamais exprimer nos aspirations. Pourquoi ? Du fait que ce paravent de régime exposé à grand renfort de publicités mensongères comme étant le choix du peuple de Côte d’Ivoire, cache derrière lui cette réalité choquante ! C’est à se demander « Où sont passés les dits ‘technocrates’ du RDR ? » Aussi, les velléités de rétractation interne de Guillaume Soro face à cette invasion Française en Côte d’Ivoire traduisent l’ampleur de l’hégémonie en consolidation à nos dépens.

Bien qu’excessif, ce schéma est logique : l’occupant a imposé à la Côte d’ivoire des « gouvernants » et aux gouvernants il impose des « gouvernails » qu’il tient d’une main solide et ferme. Le prochain stationnement sur nos terres de 300 militaires Français rebaptisés «éléments français de Côte d’Ivoire » sur la base de Port-Bouêt à Abidjan n’est que la confirmation du retour en force du néocolonialisme : il faut bien que la France protège ses intérêts sur son nouveau territoire d’outre mer qu’on devrait rebaptiser « Côte de Coq »."

28 septembre 2010

Sympathisants et militants FPI, au travail

 

Cette fois-ci c’est la bonne. Le rêve est en train de prendre forme pour devenir une réalité. La date du 31 Octobre 2010 n’est plus une utopie. Elle est belle et bien celle des élections maintes fois rejetées.

A moins qu’on ne réveille les vieux démons de la haine et de l’anarchie, plus rien ne semble entraver notre longue marche vers ces fameuses élections. Les quartiers généraux des partis politiques engagés dans la course sont en train de peaufiner leurs dernières stratégies. Mais en même temps la peur gagne de plus en plus l’ensemble des Ivoiriens. Car si une chose est d’aller aux élections, une autre est d’en accepter les résultats. Et Dieu sait combien de fois les conflits post-électoraux ont décimés des populations sur notre continent.

A analyser de plus près les déclarations des principaux candidats, lesquels se proclament vainqueurs avant même le début desdits élections, même les politologues les plus aguerris ne peuvent que retenir leur souffle. Les schémas de ce genre sont récurrents. La Côte d’Ivoire peut/doit cependant faire l’exception pour ne pas en rajouter à nos maux.

Toute victoire doit être méritoire et le soir du 31 Octobre 2010 doit consacrer la victoire du meilleur et non du plus disant. C’est la raison pour laquelle je me permets de m’adresser à la famille politique dont le candidat m’a totalement convaincu : le Front Populaire Ivoirien (FPI).

 

62530_1469631653055_1001497155_31061532_7921197_n.jpg

Ce n’est pas seulement pour son programme de développement économique et social empreint de pragmatisme mais surtout pour son idéal de société qui prône une valeur essentiel : LA LIBERTE, ce qui est fondamental.

 

22136_1224271239198_1001497155_30528245_637670_n.jpg

En effet, il est démontré qu’en politique, une position acquise n’est jamais définitive et l’on ne saurait tenir pour valeur absolue, les résultats d’un quelconque sondage et rester cloitrer dans les salons feutrés et douillets en espérant une évidente victoire dont le socle serait le simple fait de marteler un slogan qui est tout aussi prétentieux que flatteur : ON GAGNE OU ON GAGNE !!!

Plusieurs exemples pourraient étayer mes propos mais permettez moi de ne citer que le cas rocambolesque du socialiste Français Lionel Jospin qui vendant la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’est vu damé le pion par un candidat que personne n’attendait au premier  tour des élections présidentielles Françaises en 2002.

Rien n’est gagné d’avance cher camarade, tout est à conquérir et nous devons y travailler sans répit. Nous  devons parcourir les huttes et les hameaux les plus reculés, là où personne ne peut espérer  nous voir pour prêcher le bon programme, le seul qui soit longuement pensé, murit et écrit pour une Côte d’Ivoire meilleureNotre candidat à de la ressource et ne pas le porter au pouvoir présenterait le symbole d’une symphonie inachevée. Ce serait un gâchis non seulement pour la Côte d’Ivoire, mais pour l’Afrique toute entière. Cette Afrique qui espère un jour se départir de ces néo-colonialistes  aux abois, pour enfin recouvrer une liberté vraie, solide donc durable. Ce serait un trop grand gâchis pour cette Afrique dont rêvait Félix Houphouët Boigny, Patrice Lumumba, Ruben Um Nyobé, Amilcar Lopes Cabral, Sekou Ahmed Touré, Doudou Gueye, Daniel Ouezzin Coulibaly, Kwamé N’Krumah pour ne citer que ceux là.

Tous ces dignes fils d’Afrique rêvaient de liberté mais ils n’ont obtenu qu’un semblant d’indépendance politique. Il appartient donc à notre génération d’aller à la conquête de cette liberté et l’heure à sonné.

 

60417_1469630973038_1001497155_31061531_1703634_n.jpg

Patrice Emery Lumunba, dans une note adressée à ses enfants quelques heures seulement avant sa mort écrivait ceci : « Vous direz à mes enfants que je suis arrivé cinquante ans plus tôt ». Et cinquante ans plus tard, la lutte émancipatrice de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique à trouvé un leader en la personne de « Laurent Gbagbo ».

Comme dans toute lutte de ce genre, les adversités ne manqueront pas tant au plan national qu’international. On dressera des Africains contre leurs frères. Mais rien ne peut ébranler la détermination d’un peuple qui regarde dans la même direction, à recouvrer SA liberté. C’est une affaire de cœur et à cœur vaillant, rien n’est impossible.

La liberté précède le développement durable et ce ne sont pas les dragons de l’Asie du Sud-Est qui nous diront le contraire. Leur exemple es t édifiant d’autant plus qu’ils ont conquis leurs indépendances.

 

62774_1469624252870_1001497155_31061529_7894569_n.jpg

Laurent Gbagbo est le porte-étendard de cette lutte dans cette Afrique qui doit repartir sur de nouvelles bases. Et il n’est pas question que par  faute d’avoir été trop suffisant et laxiste, que par des querelles intestines, que par des problèmes d’égo surdimensionnés nous le conduisions vers l’échec. Un échec qui sera une grande victoire pour cette France réactionnaire et ses suppôts Ivoiriens.

Ils ont vite fait de qualifier Laurent Gbagbo de dangereux personnage, ennemi de la France donc ennemi des Ivoiriens et de leur bonheur qui serait inhérent à l’humeur de l’ancien colonisateur. Piètre rhétorique s’il en est.

Laurent Gbagbo est l’ennemi de la France ? Mais de quelle France est-il question ? S’il s’agit de cette diplomatie Française pour laquelle l’Ivoirien est un être taillable et corvéable à merci, de cette France qui aspire à une mainmise sur la vie politique et économique de notre pays, alors il n’y a pas que Gbagbo qui en soit l’ennemi mais bien plus, un parterre d’Ivoiriens dont moi. Nous réitérons à la France que nous sommes une nation souveraine et nous ne demandons qu’à être traité comme tel dans les rapports qui nous lient.

Nous sommes capables de décider de notre avenir politique et économique et nous n’attendons recevoir d’ordre de personne fut-il  le maitre Français d’hier.

Pour mieux assoir leur hégémonie sur notre pays, ils ont tenté de porter au pouvoir un de leurs affidés. Pour ce faire, ils ont décimés des familles innocentes et mis le pays tout entier à genoux. Mais pour la mémoire de nos morts de la guerre commencée le  19 Septembre 2002, nous avons le devoir moral de ne pas laisser le pouvoir échoir à nos bourreaux qui aujourd’hui s’évertuent au mépris de l’intelligence collective, à s’ériger en victimes.

Plus jamais l’imposture ne devrait avoir droit de citer dans notre pays. Et cela doit commencer par le plébiscite de Laurent Gbagbo lors des prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Alors Sympathisant et militant FPI, au travail car nous avons un chef d’état à faire réélire pour rattraper le temps perdu depuis 2002. La Côte d’Ivoire, l’Afrique et le monde nous observent. Nous n’avons pas droit à l’erreur.

Vive Laurent Gbagbo pour que revive la Côte d’Ivoire !!!

 

07 juillet 2010

Et si Mamadou Koulibaly démissionnait du FPI ?

34206_1381658933792_1001497155_30864670_3153031_n.jpg
L’affaire dite « Mamadou Koulibaly Contre Désiré Tagro » semble tourner à l’avantage du Président de l’Assemblée Nationale. Comme il le demandait, le Président de la République a saisit le Procureur pour une enquête.

Au sein du FPI (Front Populaire Ivoirien) cela est perçu par certains comme une trahison de Mamadou Koulibaly envers sa famille politique et une situation inconfortable imposé au Président Gbagbo. 

De ce fait certains sont prêts à la clouer au pilori pendant que d’autres qui voient en son action les prémices d’une guerre de succession (au vue de certains piques lancés à Affi N’Guessan Président du FPI) demandent sa démission pure et simple pour ne pas mettre à mal la cohésion au sein du parti. 

Et si (raisonnement par absurde) Mamadou Koulibaly démissionnait du FPI dont il est le N°3 ?

AMADOU GON et la « MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE »

ATTAQUES REPETEES DE AMADOU GON (DIRECTEUR NATIONAL DE CAMPAGNE D’ALASSANE OUATTARA) CONTRE LE PRESIDENT GBAGBO SUITE AU SOUCI DE « MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE » EN COTE D’ IVOIRE INITIE PAR LE CHEF DE L’ETAT.

Pourquoi tant d’excitation chez l’ancien ministre de la l’Agriculture cité dans le scandale de la filière café-cacao? Privé du parapluie gouvernemental, Amadou Gon est désormais à la merci de la justice au cas où le tribunal voudrait l’entendre dans le scandale de la filière café-cacao. S’il devait être à nouveau convoqué par le juge d’instruction en charge du dossier, il aura beaucoup de mal à se dérober à sa convocation comme il l’a fait le 28 septembre 2009 quand il détenait encore le portefeuille de l’Agriculture.

C’est certainement conscient qu’il est plus vulnérable aujourd’hui, que l’ancien ministre de l’Agriculture a choisi de l’OUVRIR grand pour tenter de faire diversion.
QU’EN PENSEZ-VOUS ?

37223_1380233778164_1001497155_30859352_2343977_n.jpg

21 juin 2010

Concours de police, organisation du Hadj, déchets toxiques, Sagem Sécurity : Gbagbo saisit le Procureur pour une enquête.

Gervais COULIBALY

Ivoiriennes, Ivoiriens, populations vivant en Côte d’Ivoire, Le 2 juin 2010, au cours du Colloque qui s’est tenu à l’Assemblée Nationale sur les 20 ans du multipartisme en Côte d’Ivoire, Monsieur Mamadou Koulibaly, Président de l’Assemblée Nationale, a accusé Monsieur Désiré Tagro, Ministre de l’Intérieur, d’avoir recruté massivement à l’Ecole Nationale de Police, les ressortissants de sa tribu d’origine et d’avoir négocié l’Accord Politique de Ouagadougou qui aurait échoué. Dans la foulée de ces déclarations, certains organes de presse, reprenant ces accusations, ont en outre accusé le Ministre de l’Intérieur d’avoir détourné pour son compte les sommes allouées à l’organisation du Hadj ainsi qu’une partie de celles versées par la Société TRAFIGURA, dans le cadre de l’indemnisation des victimes des déchets toxiques. 

Face à toutes ces accusations, le Président de la République vient de saisir ce jour, Monsieur Tchimou Raymond, Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau, à l’effet d’ouvrir une enquête sur les faits précis suivants : 
1. Quel est le nombre d’admis au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de Police, Session 2007, 2008 et 2009 qui sont originaires des sous-préfectures de Saioua et Nahio, tous Corps confondus ? Vérifier également si le Ministre de l’Intérieur a directement ou indirectement marchandé les places mises au concours ou s’il a fait obstruction aux poursuites engagées contre une personne qui les aurait marchandées. 
2. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il détourné pour son compte ou pour le compte d’autrui les sommes d’argent mises à la disposition des éditions 2007, 2008,2009 du Hadj et à quel montant s’élèvent ces détournements ? 
3. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il détourné les sommes payées à l’Etat de Côte d’Ivoire par la Société TRAFIGURA pour l’indemnisation des victimes des déchets toxiques ?
4. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il perçu seul ou avec autrui (notamment le Premier Ministre), la somme de dix milliards de francs CFA qui lui auraient été versée à titre de commission par la société S.A.G.E.M. Sécurité. Le Procureur de la République devra dans un délai d’un mois, à compter de ce jour, dresser rapport de ses investigations 

Fait à Abidjan, le 20 juin 2010 
Le Porte-parole 
Gervais COULIBALY