topblog Ivoire blogs

29 juillet 2009

SOS POUR L'ECOLE IVOIRIENNE (ACTE 2)

 

Baccalauréat 2009 : Catastrophique ! • 20,27%...

Examen_Bac (2) (Large).JPG

 

C’est le facteur commun à la une de presque tous les journaux Ivoirien ce matin. D’aucun dirais que les élèves de Côte d’Ivoire sont nuls…

Peut être bien !!!

Mais très sincèrement, me basant sur le vrai fonctionnement de notre institution éducative, je conclue que le problème est ailleurs.

N’allons pas chercher midi à quatorze heures mais référons nous à la réalité.

Partons de ce résultat dit CA-TAS-TRO-PHIQUE : 28.487 Admis / 140.545 Candidats c’est un résultat minable.

Cependant il est certains que le nombre de place disponible dans les universités et grandes écoles pour l’année universitaire à venir est largement inférieur au nombres d’admis. (Vérifier auprès de sources plus indiquées et vous serez stupéfait)

Alors imaginé vous si par absurde 50% des candidats au BAC 2009 (soit 70.272 candidats) avaient été reçu… Quel dilemme pour le ministère !!!

Là est tous le problème du BAC en Côte d’Ivoire et cela depuis près de 10 ans. Un manque criard d’infrastructures, d’enseignants et de suivi.

Alors au lieu de trouver une solution, on déplace le problème en s’arrangeant pour chaque année recaler le maximum possible de candidats au BAC.

C’est une véritable conspiration honteuse que subit ces candidats.

Le fait est que le problème, bien que maquiller subsiste.

Comment peut on être admis au BAC et ne pas être orienté ni dans une université, ni dans une grande école ? (On fait quoi si on n'a pas de quoi s'inscrire dans le privé ici ou à l’étranger pour pouvoir continuer ses études)

Comment peut-on commencer une année universitaire avec plus d'un an et demie de retard ?

Pourquoi oblige-t-on des étudiants à faire cours à l'air libre ?

Pourquoi des étudiants sont-ils quelques fois obligés de passer leurs nuits dans des escaliers des bâtiments universitaires alors que des non-étudiants occupent des chambres dans les cités universitaires ?

Cherchez-vous à comprendre pourquoi un grand nombre d’étudiantes vivant dans les cités universitaires est quasiment obligé de s’adonner au plus vieux métier du monde pour arriver à s’en sortir en attendant de finir les études ?

L’école Ivoirienne est malade, à l’agonie on pourrait dire. Cependant les spots sont dirigés ailleurs, loin de cette jeunesse scolaire et estudiantine censés tenir les rênes de notre nation et la conduire sur les sentiers du développement et du progrès tous azimuts

C'est triste et affligeant mais c'est la réalité que nous vivons ici.

Tous fout le camp dans notre pays, mais il faudrait pouvoir sauvegarder l'école qui pourrait être le socle d'un nouveau départ dans cette ère de mondialisation à grande vitesse.

Le système éducatif Ivoirien à besoin de faire sa mue avec la corruption qui y a trouvé une place et qui l’empoisonne depuis « les poils absorbants de la racine » jusqu'à « la cime ».

Chacun de nous (à commencer par nos dirigeants) doit à sa manière, apporter sa pierre pour l’édification d’une école nouvelle en Côte d’Ivoire.

Toutefois il faudrait au préalable reconnaître qu’il y a un véritable problème et que la raison des mauvais résultats aux examens scolaire en Côte d’Ivoire ne vient pas systématiquement du fait que les candidats soient si mauvais.