topblog Ivoire blogs

30 novembre 2010

La Stratégie de la contestation par les rumeurs d’Alassane Ouattara

do.jpg

Alassane a depuis le premier tour choisit de s’enfermer dans une stratégie de la contestation par les rumeurs. Cette Stratégie est simpliste et machiavélique :

-Tel un mauvais joueur il déclare toujours avant le match, qu’il a gagné.

-Il menace toujours son adversaire en début du jeu en lui lançant ceci : « Si tu gagne, c’est que tu as triché. »

-Il adopte à travers ses pions à la Cei une procédure lente de proclamation, tout en sachant que cela stresse les populations

-Pendant que les populations dans l’attente sont inquiètes, il repend la rumeur que c’est lui Alassane qui a gagné les élections et que cette lenteur de la Cei se fait dans le but de lui voler sa victoire ; Sans toutefois rappeler aux populations que c’est lui qui fait adopter une procédure lente de proclamation des résultats à cet effet.

-Cette stratégie de la rumeur préparant la contestation des résultats justes et transparents utilisent plusieurs canaux : Sms, email, ses amis des medias internationaux, tout y passe pour atteindre l’objectif.

-La dernière étape de la stratégie de la contestation d’Alassane Ouattara va consister à envoyer les enfants des pauvres gens dans la « rue » pour contester les résultats proclamés de la Cei qui ne seront pas en sa faveur.

Mais les populations ne sont pas dupes, parce que si Alassane Ouattara a vraiment gagné les élections, pourquoi est-il si fébrile alors qu’il est majoritaire à la Cei l’organe chargé de proclamer les résultats ?

Pourquoi panique t –il malgré les fraudes avérés sur les listes locales,  les contextes non démocratiques des élections des zones CNO et les intimidations violentes exercées sur les militants de LMP dans les régions du nord ?

Alassane Ouattara sait qu’il n’a pas gagné les élections, il ne lui reste plus que cette stratégie de la contestation préparée par des rumeurs diffusées à travers le pays. Il veut salir la victoire de Gbagbo, parce qu’il est mauvais perdant.

Issoufou Berté : Membre du Comité des Experts LMP

A quoi joue le journal du Pdci Rda le "Nouveau Réveil" ?

Au 1er Tour des élections ils ont rapidement annoncés que le PDCI avait remporté le scrutin: les militants ont dansés toute la nuit à la maison du parti à Cocody: au finish le PDCI a fini 3ème DONC éliminé de la course.
Au nom de leur alliance au sein du rHdp, ce matin c'est :

"Bédié fait Gagner ADO. LE NOUVEAU CHEF D’ETAT pense déjà à son équipe (Vrai ou faux, il revient uniquement à la CEI de manière provisoire puis au conseil constitutionnel de l’AFFIRMER et validé les résultats) [...] La CI pourra t'elle échapper à une GUERRE CIVILE ?" Convaincu de sa défaite, 2 options à Gbagbo: Auto-coup d’Etat à Abidjan. Et rébellion à l’Ouest ?

POURQUOI cette tendance nouvelle (mensonge et violence) au PDCI ?

29 novembre 2010

La crédibilité du vote en zones Cno est fortement entachée

yyyyyy.jpg
Le porte-parole de la Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile africaine, est formel : « Le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause (au second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier en Côte d’Ivoire) ».

Déclaration que vient de faire M Compaoré Saïdou, dans les locaux de la Commission électorale indépendante (Cei),à Abidjan (Cocody deux plateaux).

En effet, il a fait cette annonce devant la presse nationale et internationale en début d’après midi, ce lundi 29 novembre 2010. Entouré des membres de la COMISCA (Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile). Le Président de la COMISCA, a tenu à mettre sur la place publique, les constats faits par ses 230 observateurs déployés à l’intérieur du pays:Korhogo,Boundiali,Ferkéssedougou,Touba,Odiénné,Mankono,Minignan,Madinani,Vavoua,Bouna,Tingrela,Zagné,Duékué,Guiglo,Dabou et Abidjan.

Ces observateurs, selon lui, ont visité 1541 bureaux de vote conformément aux recommandations de la déclaration de principe pour l’observation internationale d’élection adoptée le 27 octobre 2001 sous l’égide des nations Unies. Ainsi que les engagements pris dans la déclaration de Bamako en 2000 par les Etats francophones pour la tenue d’élections libres et transparentes.

Le président de la COMISCA a réaffirmé que l’objectif principal de leur mission s’inscrit dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique. Sur la base de la compilation des fiches d’observations de ses membres sur le terrain, le porte-parole de cette entité internationale connue pour sa neutralité, fait le constat suivant : « Certains militants et représentant de partis LMP ont été empêchés d’exprimer librement leur vote ; des urnes ont été transportées par les hommes en tenue précisément dans la région de Korhogo, Mankono et Séguela. » Mais encore : « Nous avons également assisté au « molestage » de certaines personnes dans les bureaux de vote. » Et ce n’est pas tout : « Le secret de vote n’étant pas respecté et des consignes de vote ont été données par certains membres de bureaux de vote. On a aussi enregistré des dégâts corporels et matériels. »

Conclusion de la COMISCA : « Au regard de tout ce qui précède, le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause. Par conséquent, la COMISCA constate que la crédibilité du vote dans ces régions ci-dessus citées est fortement entachée… »

Source: La Côte d'Ivoire. L'info en continu