topblog Ivoire blogs

07 juillet 2010

Et si Mamadou Koulibaly démissionnait du FPI ?

34206_1381658933792_1001497155_30864670_3153031_n.jpg
L’affaire dite « Mamadou Koulibaly Contre Désiré Tagro » semble tourner à l’avantage du Président de l’Assemblée Nationale. Comme il le demandait, le Président de la République a saisit le Procureur pour une enquête.

Au sein du FPI (Front Populaire Ivoirien) cela est perçu par certains comme une trahison de Mamadou Koulibaly envers sa famille politique et une situation inconfortable imposé au Président Gbagbo. 

De ce fait certains sont prêts à la clouer au pilori pendant que d’autres qui voient en son action les prémices d’une guerre de succession (au vue de certains piques lancés à Affi N’Guessan Président du FPI) demandent sa démission pure et simple pour ne pas mettre à mal la cohésion au sein du parti. 

Et si (raisonnement par absurde) Mamadou Koulibaly démissionnait du FPI dont il est le N°3 ?

AMADOU GON et la « MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE »

ATTAQUES REPETEES DE AMADOU GON (DIRECTEUR NATIONAL DE CAMPAGNE D’ALASSANE OUATTARA) CONTRE LE PRESIDENT GBAGBO SUITE AU SOUCI DE « MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE » EN COTE D’ IVOIRE INITIE PAR LE CHEF DE L’ETAT.

Pourquoi tant d’excitation chez l’ancien ministre de la l’Agriculture cité dans le scandale de la filière café-cacao? Privé du parapluie gouvernemental, Amadou Gon est désormais à la merci de la justice au cas où le tribunal voudrait l’entendre dans le scandale de la filière café-cacao. S’il devait être à nouveau convoqué par le juge d’instruction en charge du dossier, il aura beaucoup de mal à se dérober à sa convocation comme il l’a fait le 28 septembre 2009 quand il détenait encore le portefeuille de l’Agriculture.

C’est certainement conscient qu’il est plus vulnérable aujourd’hui, que l’ancien ministre de l’Agriculture a choisi de l’OUVRIR grand pour tenter de faire diversion.
QU’EN PENSEZ-VOUS ?

37223_1380233778164_1001497155_30859352_2343977_n.jpg

21 juin 2010

Concours de police, organisation du Hadj, déchets toxiques, Sagem Sécurity : Gbagbo saisit le Procureur pour une enquête.

Gervais COULIBALY

Ivoiriennes, Ivoiriens, populations vivant en Côte d’Ivoire, Le 2 juin 2010, au cours du Colloque qui s’est tenu à l’Assemblée Nationale sur les 20 ans du multipartisme en Côte d’Ivoire, Monsieur Mamadou Koulibaly, Président de l’Assemblée Nationale, a accusé Monsieur Désiré Tagro, Ministre de l’Intérieur, d’avoir recruté massivement à l’Ecole Nationale de Police, les ressortissants de sa tribu d’origine et d’avoir négocié l’Accord Politique de Ouagadougou qui aurait échoué. Dans la foulée de ces déclarations, certains organes de presse, reprenant ces accusations, ont en outre accusé le Ministre de l’Intérieur d’avoir détourné pour son compte les sommes allouées à l’organisation du Hadj ainsi qu’une partie de celles versées par la Société TRAFIGURA, dans le cadre de l’indemnisation des victimes des déchets toxiques. 

Face à toutes ces accusations, le Président de la République vient de saisir ce jour, Monsieur Tchimou Raymond, Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau, à l’effet d’ouvrir une enquête sur les faits précis suivants : 
1. Quel est le nombre d’admis au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de Police, Session 2007, 2008 et 2009 qui sont originaires des sous-préfectures de Saioua et Nahio, tous Corps confondus ? Vérifier également si le Ministre de l’Intérieur a directement ou indirectement marchandé les places mises au concours ou s’il a fait obstruction aux poursuites engagées contre une personne qui les aurait marchandées. 
2. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il détourné pour son compte ou pour le compte d’autrui les sommes d’argent mises à la disposition des éditions 2007, 2008,2009 du Hadj et à quel montant s’élèvent ces détournements ? 
3. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il détourné les sommes payées à l’Etat de Côte d’Ivoire par la Société TRAFIGURA pour l’indemnisation des victimes des déchets toxiques ?
4. Le Ministre de l’Intérieur a-t-il perçu seul ou avec autrui (notamment le Premier Ministre), la somme de dix milliards de francs CFA qui lui auraient été versée à titre de commission par la société S.A.G.E.M. Sécurité. Le Procureur de la République devra dans un délai d’un mois, à compter de ce jour, dresser rapport de ses investigations 

Fait à Abidjan, le 20 juin 2010 
Le Porte-parole 
Gervais COULIBALY

16 juin 2010

Mamadou KOULIBALY, porte flambeau de la MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE

« Laissez Koulibaly parler. Si vous lui ôtez son franc parlé, il ne sera plus le même Koulibaly. Nous l’avons connu comme ça et nous l’aimons ainsi » disait le président Laurent Gbagbo comme pour dénouer la crise qui avait opposé le n° 2 du pays à son parti lors de son dernier pamphlet. Sa récente sortie a encore fait des émules. Ce grand adepte de la rhétorique, n’a pas lésiné sur le verbe pour mettre en surbrillance une certaine «irresponsabilité » de la classe politique en générale et particulièrement celle de certains politiciens en exercice dans les instances dirigeantes du pays dontUN (plus précisément Le ministre Désiré Tagro) du FPI, sa « famille » politique.

Cette énième diatribe qui apparait pour certains comme un simple vaudeville est pour nous autres la peinture exacte d’une société ivoirienne en véritable déliquescence que Mamadou Koulibaly tente de ramener sur le droit chemin. Qui d’entre nous ne s’est jamais plaint DEPUIS TOUJOURS, du laxisme et de la corruption flagrante dans notre administration, d’un ministère qui fonctionne comme une entreprise familiale ou une sorte de coopérative régionale, d’un EPN (Les Etablissements Publics Nationaux) qui ne recrute que sur la base du copinage, d’un centre de santé devenu est vrai supermarché ou encore des forces de l’ordre qui rackettent les usagers de la route ? Etc. PERSONNE ASSUREMENT.

En effet, si Mamadou KOULIBALY peut être condamné, pour avoir osé en cette période de préc ampagne où l’électeur est sensible aux moindres détails, laver le linge sale en public (chose que lui reproche Affi N’Guessan le Président du FPI et d’autres cadres du parti), il n’en demeure pas moins vrai que son analyse soit le reflet exact de la situation actuelle en Côte d’ivoire. Situation qui, il faut le reconnaitre, prévaut en Côte d’Ivoire depuis la fin des années 70 et qui a connu une phase très ascendante vers 1995 au point d’être baptisée par le terme « SEFONISME » dans l’argot Ivoirien.
Mamadou Koulibaly qui est convaincu du fait que « les Ivoiriens attendent des gouvernants, une attention plus accrue et une gestion rigoureuse des affaires publiques ainsi que des ressources publiques » ne supporte certainement pas que cette situation persiste dans son pays, et ce, pendant que son parti est au pouvoir. C’est quand même lui le Président de l’assemblée Nationale et en sus le 3ème plus haut responsable du FPI. 
Que cache l’affaire DITE « Mamadou Koulibaly attaque le ministre Désiré Tagro » ? C’est la question que je posais dans mon dernier billet dans lequel ma conclusion faisait ressortir que Mamadou Koulibaly communiquait d’une certaine manière avec le leader de sa famille politique (Le Président Laurent Gbagbo). 
Cela ressort plus clairement dans sa dernière intervention publiée dans l’édition N°13679 du quotidien Fraternité Matin . Il dit entre autres : « Le Président Laurent Gbagbo, à l'écoute des populations ivoiriennes, a entrepris dans le secteur de la filière café-cacao, un vaste mouvement de moralisation qui l'a conduit à solliciter le Parquet d'Abidjan en vue de diligenter une enquête sur les soupçons de malversation de tous ordres DONT LES IVOIRIENS SE FAISAIENT L’ECHO […].

gbagbo6.jpg

L'enquête suit son cours ET A DEJA VU L'ARRESTATION DE PLUSIEURS DIRIGEANTS des entreprises de cette filière, EPARGNANT POUR COMBIEN DE TEMPS ENCORE LES FONCTIONNAIRES DE L'ETAT ?

4.jpg

En cinquante années d'indépendance, cette courageuse initiative est la DEUXIEME du genre en Côte d'Ivoire, après, notamment, la grande opération de moralisation de la vie publique jamais menée (initié par le Président Houphouët Boigny), QUI A EMPORTE, EN 1977, DES MINISTRES DE LA REPUBLIQUE ET NON DES MOINDRES (Comprenez par exemple Henry Konan Bédié alors Ministre de l’économie et des finances).

ELLE A ETE SALUEE PAR LES IVOIRIENS, QUI ATTENDENT QUE CETTE VOLONTE DE MORALISATION S'ETENDE A TOUS LES SECTEURS DE LA VIE PUBLIQUE. Là encore, le Président de la République a suivi les populations et a pointé du doigt, DE LA FAÇON LA PLUS OFFICIELLE POSSIBLE, les cas de fraudes présumées dans le cadre du concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration. » 
Puis il appelle à « diligenter les enquêtes ORDINAIRES, par les structures compétentes de l'Etat, afin de mettre à la disposition de la Justice les personnes qui se seront rendues coupables des fraudes »

Vivement que ces enquêtes soient menées et cela dans tous les ministères et autres institutions de l’état pour savoir QUI FAIT QUOI ? Car ce capharnaüm dans lequel tous le monde s’engouffre et fait n’importe quoi ne doit plus exister dans notre pays, encore moins au sommet de l’état.
Mamadou Koulibaly doit être soutenu et conforté dans son action de REFONDATION qui visiblement touchera plus d’UN. 

Pour le moment certains voient en son action une crise spécifiquement interne au FPI. Et pourtant il s’agit là des prémices d’une vaste action de moralisation de la vie publique qui touchera certainement tous ceux qui se seront rendus coupables, quelque soit leur obédience politique, d’une quelconque malversation dans l’exercice de leur fonction. 
N’oublions pas que la Côte d’Ivoire est « gérée » depuis 2003 par des gouvernements mixtes composés de ministres issus du parti au pouvoir (FPI), de la rébellion (MPCI) et de l’opposition (PDCI-RDR-UDPCI-MFA-PIT- etc.) 
ALORS QU’ON NE VIENNE PAS CRIER A LA « CONSPIRATION » OU A LA « CHASSE AUX SORCIERES » QUAND DES MEMBRES D’UN AUTRE PARTI POLITIQUE SERONT ASSIGNÉS, DANS LE CADRE DE CETTE OPÉRATION, A COMPARAITRE DEVANT LES TRIBUNAUX POUR RÉPONDRE DE LEURS ACTES.

10 juin 2010

Que cache l’affaire DITE Mamadou Koulibaly attaque le ministre Désiré Tagro ?

 

Mamadou Koulibaly


Depuis plus d’une semaine les spots de l’actualité politique Ivoirienne son braqué sur la longue et belle communication du 2 Juin 2010 donnée par Mamadou Koulibaly le Président de l’Assemblé Nationale sur le sujet de « La Responsabilité de la classe politique devant l'opinion publique » lors du colloque organisé par la CSCI (Convention de la société civile en Côte d'Ivoire). On peut déduire en lisant entre les lignes que, Mamadou Koulibaly a servi à son auditoire un verre à moitié plein ou à moitié vide selon notre angle de perception de ses propos apparemment ciblés mais souvent portant le voile des non dits.

Suite à ce véritable pamphlet, ce qui est rapporté de manière récurrente dans les médias se résume soit à l’appel à démissionner de son poste que fait Mamadou Koulibaly au ministre de l’intérieur Désiré Tagro qui a « fait prendre des ordonnances illégales au président Gbagbo, négocié, discuté, approuvé et conseillé l’APO (Accord politique de Ouaga) qui a échoué », soit à la dénonciation « d’un système mafieux, corrompu, tribal » aux concours d`entrée dans les grandes écoles de la police, de la gendarmerie et de l`administration, sournoisement imputé au même Désiré Tagro

Soro-tagro[1].jpg
Désiré Tagro et Soro Guillaume

Il apparait clairement que les propos qui ressortent de la diatribe de Mamadou Koulibaly ne sont pas infondés. Hormis Désiré Tagro, il fait un véritable doigt d’honneur à la rébellion armée du MPCI qui n’a «pas désarmé après des cérémonies de destructions factices d’armes, pas permis la réunification du pays, pas permis d’achevé le redéploiement de l’administration encore moins l’unicité des caisses de l’état ». 
Interpelant aussi la classe politique Ivoirienne dans son entièreté, il revient sur « le code de bonne conduite (souvent violé par le RHDP « PDCI-RDR-UDPCI-MFA) signé à grand bruit et oublié dans le mausolée de l’APO ou sa dépouille à rejoint celle du service civique et celle de la restauration de l’autorité de l’Etat ».

A première vue, on pourrait se convaincre qu’en aucun moment Mamadou Koulibaly ne tient rigueur en quoi que ce soit au président Laurent Gbagbo. Fait extraordinaire quand on sait que le 16 Décembre 2009 le Président lui-même avait demandé pardon à la Côte d’Ivoire en confiant à la rédaction du groupe Fraternité matin : « Je présente des excuses aux Ivoiriens qui m’ont fait confiance et qui m’ont confié leur pays. Et moi, par naïveté, j’ai laissé attaquer leur pays » En outre quand on connait l’implication direct du Président Gbagbo de la signature à l’exécution de sa part de l’APO, on comprend difficilement pourquoi et comment Mamadou Koulibaly arrive t’il à épargner celui qui est officiellement le dépositaire de cet accord très controversé qui a subit plusieurs modifications depuis sa signature. L’épargne t’il vraiment ? Analysons ces morceaux choisis de l’intervention du N°2 de l’état de Côte d’Ivoire :
[…]…cette classe politique a plutôt conduit à l’instabilité chronique avec sa litanie de maux : crises à répétition, coups d’Etat, rebellions armées,défaillance voire faillite de l’Etatviolence politiquecorruption, trafic d’influences et perte de contrôle sur une partie du territoire nationalau profit de flibustiers d’un autre âge[…] 

Il cite […]"Ministre. Personne qui agit avec un grand pouvoir et une faible responsabilité." Ambrose Bierce - Le dictionnaire du Diable (un recueil de définitions formulées en formules assassines, corrosives et sans merci pour le genre humain) […] (Ici on peut entrevoir par exemple que le Ministre désiré Tagro à une « faible responsabilité » dans l’échec de l’APO même si avec son «grand pouvoir » il l’a négocié, discuté, approuvé et conseillé au Président Gbagbo. ALORS QUI EST LE VRAI RESPONSABLE DE CE ECHEC SELON MAMADOU KOULIBALY ?

[…] L’échec de l’Afrique est avant tout celui de sa classe politique…L’exemple caractéristique de ce type d’échec est l’Accord politique de Ouagadougou connu sous l’appellation de Apo[…] 

[…]En guise de réussite, force est de constater que le processus électoral est totalement enlisé malgré la dissolution de la Commission électorale indépendante et son remplacement par d’autres cadres des partis politiques […] 

[…] …on ne connaît, ni la date des élections, ni celle d’un hypothétique désarmement mais ce qui est certain c’est qu’il faut user de tous moyens pour distraire le peuple, seul point qui fasse l’unanimité. […] 

[…] Nous devons avoir le courage de renoncer à la fuite face aux responsabilités. Nous devons même les prendre au plus vite. La fin de la spirale de Ouaga doit être annoncée officiellement avec les regrets qui se doivent. […] 

[…] Laurent Gbagbo doit changer l’équipe en charge de négocier la sortie de crise. L’équipe qui a piloté l’Apo a atteint ses limites […] 
et il termine par cet aphorisme de Friedrich Nietzsche extrait de son œuvre, « Le crépuscule des idoles » (1888) : « Le désillusionné parle : je cherchais des grands hommes, et je n`ai trouvé que des hommes singeant leur idéal. » 

Après analyses de ces morceaux choisis de la communication de Mamadou Koulibaly, il flotte comme un vent d’inachevé et de non dits (voulu ou non) d’un homme révolté qui choisit la voie du monologue et des paraboles acerbes pour communiquer avec le leader de sa famille politique (Laurent Gbagbo) en prenant pour cible annoncée et crédible l’un de ses bras droits dans la gestion de la sortie de crise politique (Désiré Tagro). Est-ce la bonne méthode ? J’en doute fort au vue du climat de tension né au sein du FPI (Front populaire Ivoirien) suite à cette intervention très musclé du 3è Vice-Président de ce parti politique. Toutefois, comme on le dit souvent « à quelque chose malheur est bon ». Ce coup de pied dans la fourmilière donné par Mamadou Koulibaly aura le mérite de faire bouger la classe politique Ivoirienne dans son ensemble vers la fin de cette crise polico-militaire qui n’a que trop duré et qui tire la Côte d’Ivoire vers la bas depuis près de 8 ans. 

Il est temps de faire le bilan de l'accord de Ouaga qui bien qu'agonisant peut, tel un sphinx, renaitre de ses cendres si et seulement si les responsabilités son BIEN situés et que chacun joue vraiment sa partition; chose que les rebelles du MPCI avec à leur tête Guillaume Soro (officiellement ...) n'ont pas fait jusque là.