topblog Ivoire blogs

12 juin 2012

Prétendu "aveux" de Lida Kouassi Moise: Diversion et mise en scène grotesque pour occulter les vrais problèmes en Côte d'Ivoire

Arrestation du Ministre Lida au Togo puis extradition expéditive vers à Abidjan.

 lida kouassi moïse, LE REPENTIR DE LIDA KOUASSI SUR RTI1, HAMED, BAKAYOKO, ARRESTATIONLIDA, aurent akoun, fpi, réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci, avepezo,togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, laurent gbagbo

POURQUOI ? Surtout, pourquoi MAINTENANT et de cette manière quand on sait que malgré des accusations fantaisistes, le Ministre Lida aurait pu être arrêté au Togo depuis Juin 2011 si VRAIMENT un mandat d’arrêt avait été délivré a cet effet ? 

Pourquoi alors n'a t'il pas été "au moins entendu" par la gendarmerie Togolaise depuis cette date ?

Une chose est certaine, Ouattara a trouvé en cette opération digne de l'agent 007 un bon moyen de faire basculer LA VRAIE actualité Ivoirienne en faisant OUBLIER la grave crise au sein du RHDP avec les nouvelles positions du PDCI-RDA, tous les scandales à répétition dans les différents ministères du son gouvernement Ahoussou, MAIS surtout la triste réalité du gouffre de la crise sociale, la crise de l'éducation nationale, la grave crise du milieu hospitalier, les premières grèves et marches des policiers et certains fonctionnaires d'état depuis le 11 Avril 2011, et surtout l'insécurité galopante à l’intérieur même du pays avec l’impunité vis à vis des FRCI & Dozos...

En outre, en prélude du 18 Juin pour l'audience de confirmation/NON confirmation des charges "annoncées" contre le Président Gbagbo, par cette opération de Communication, Ouattara tente de faire croire au monde, mais surtout aux juges de la CPI que le Président Gbagbo et ses partisans sont des dangereux criminels qui en ce moment même tenteraient des opérations militaires contre l'état de Côte d'Ivoire et qu'ils ne devraient pas le libérer. 

- Ouattara ne fait que de la digression voir diversion. PATRIOTES IVOIRIENS, restez mobilisés et gardez le cap.

#OMG


LE REPENTIR DE LIDA KOUASSI SUR RTI1 par  hbakayoko

 POURQUOI Lida Kouassi qui AURAIT tenté de porter atteinte à la sûreté de l'état, n'est pas dans une cellule de prison en ce moment ? Cette mascarade humiliante est digne d'une émission de "téle anormalité" de seconde zone. 

Ce qui est marquant ds cette mise en scène sordide, c'est le coté trop amateur: il n'a pas "forcement" subit une torture physique, mais il est mis sous contrainte grave et cela apparait comme une certitude. En outre, AUCUNE des preuves en question n'est présenté... POURQUOI ?

Nous y reviendrons !

INTÉGRALE: HAMED BAKAYOKO, INVITE DE L'EMISSION "LES GRANDS DOSSIERS" SUR RTI1

Cogitons: 

"[...]On n’incarne pas de la même manière le pouvoir et l’opposition : l’attitude, le ton, et jusqu'aux vêtements peuvent changer selon le cas. Et cette représentation elle-même évolue dans ses formes, elle peut changer en fonction de l’évolution des mœurs. Autant d’apprentissages pour notre homme politique, sans lesquels l’environnement du discours desservirait ce dernier.

Reste que face à l’évolution de notre société, certains conseillers du Prince l’engagent peut-être un peu vite à suivre une politique d’abandon. Délaisser tout apparat est bien délicat pour continuer à jouer de tels rôles. 

Peut-on vraiment se défaire de toute distance face à ses interlocuteurs sans porter atteinte à l’image de la fonction et desservir un discours qui, bien souvent, reste, partiellement au moins ; un discours d’autorité ? Jusqu’où peut-on refuser d’incarner un statut sans le perdre ? [...]" 

'INTRODUCTION: L'ultime magie du politique' Dans "Les plus grands discours du XXe siècle" présenté par le Professeur Christophe BOUTIN

11 juin 2012

FPI- Déclaration Relativement à l'Enlèvement au Togo et au Transfèrement en Côte-d'Ivoire du Ministre (en exil) Lida Kouassi Moïse

 FPI- Déclaration Relativement à l'Enlèvement au Togo et au Transfèrement en Côte-d'Ivoire du Ministre (en exil) Lida Kouassi Moïse

Lida Kouassi Moïse,Laurent Akoun, FPI,  réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci,, avepezo, togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, Laurent Gbagbo

Dans la situation délétère que vit la Côte d’Ivoire depuis la prise de pouvoir - dans les conditions que l’on sait - par Monsieur Alassane Ouattara, de nombreux Ivoiriens, personnes anonymes et personnalités politiques, ont quitté leur terre natale, pour chercher refuge ailleurs. C’est ainsi que M. Lida Kouassi Moise, ancien ministre d’Etat, ministre de la Défense et de la Protection civile, s’est retrouvé au Togo. Il croyait s’être mis à l’abri du péril. 

Le ministre Lida Kouassi résidait au Togo depuis plus d’une année. Il avait déposé auprès de la Coordination Nationale d’Assistance aux Réfugiés du Togo une demande d’asile et attendait la réponse de cette institution, lorsque, le mercredi 6 juin 2012, à 10 heures, un important dispositif de sécurité, conduit par le colonel Massina a investi d’autorité son lieu d’habitation, confisqué son ordinateur et ses téléphones portables, avant de l’entrainer, manu militari, dans les locaux du Commandement Supérieur de la Gendarmerie Nationale du Togo où il a été soumis à un interrogatoire conduit conjointement par les services secrets ivoiriens et togolais. 

Cet interrogatoire a duré un peu moins de 10 heures d’horloge. Il s’est déroulé de 10h30 à 18h. Le ministre Lida Kouassi Moïse a requis, en vain, l’assistance d’un avocat. Aux environs de 19 heures, il a été conduit à l’aéroport de Lomé, pour être ensuite extradé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, dans un lieu de détention que personne - à l’heure actuelle - ne peut identifier avec certitude. 

Le Front Populaire Ivoirien note : 

Lida Kouassi Moïse,Laurent Akoun, FPI,  réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci,, avepezo, togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, Laurent Gbagbo

1. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse – homme politique en situation de demande d’asile au Togo – a été interpellé manu militari par les autorités togolaises pour des raisons politiques. 

2. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse a vu ses biens personnels retirés et confisqués par les autorités togolaises sans un mandat de perquisition dûment délivré par la Justice togolaise. 

3. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse n’a pas été autorisé par les pouvoirs publics togolais à se faire assister par un avocat durant son long interrogatoire. 

4. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse a été extradé avec célérité par les autorités togolaises, en violation flagrante de la Convention régissant les conditions d’extradition dans l’espace CEDEAO qui interdit formellement – en ses articles 4 et suivants – l’extradition d’un ressortissant de la Communauté poursuivi pour des motifs politiques. 

5. Que les autorités togolaises et ivoiriennes ont montré un mépris souverain égal pour les droits de justiciable de M. Lida Kouassi Moise et les accords internationaux. 

Le Front Populaire Ivoirien - parti politique foncièrement attaché à la Loi et la Légalité – est profondément indigné et attristé par ces pratiques féodales dignes d’une autre époque. 

En conséquence, 

1. le FPI considère que l’arrestation au Togo et le transfèrement en Côte d’Ivoire du Ministre Lida Kouassi Moise n’est rien d’autre qu’un rocambolesque enlèvement qui relève d’un banditisme avéré d’Etat opéré par 2 autorités dictatoriales recouvertes du manteau de la République

2. Le FPI interpelle les autorités togolaises afin qu’elles se souviennent que « les intérêts de l’Etat ne doivent pas être confondus avec les intérêts de ceux qui gèrent l’Etat à un moment donné de l’Histoire ». 

3. Le FPI rappelle aux autorités politiques ivoiriennes du moment que « quiconque gouverne avec et par la force finit par trouver sur son chemin plus fort que lui. Ce n’est qu’une question de temps. » 

4. Le FPI rappelle à la communauté nationale et internationale que, depuis le renversement du Président Laurent Gbagbo par les forces franco-onusiennes au profit de M. Alassane Ouattara, il n’a eu de cesse de donner de gages de sa bonne foi pour l’instauration d’un véritable dialogue porteur d’espoir de paix et de stabilité en Côte d’Ivoire. 

5. A contrario, le FPI constate avec tristesse que le régime de M. Alassane Ouattara - tout en clamant sa volonté de réconcilier les Ivoiriens - s’ingénie à appuyer tous les ressorts qui s’y opposent. 

Enfin, le FPI, tout en appelant de tous ses vœux la restauration de l’Etat de Droit en Côte d’Ivoire et partout en Afrique, exige la libération immédiate du Ministre Lida Kouassi Moïse. Ce serait un minimum de gage pour le dialogue politique en cours. 

Fait à Abidjan le 9 juin 2012 

Le Secrétaire Général, porte-parole 

Laurent Akoun 

10 juin 2012

« VOUS N’ALLEZ PAS FAIRE VOTRE REVOLUTION ICI » : Désillusion d'un exilé à Lomé

réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci, fesci, avepezo, togo, cote d'ivoire,  cri-panafricain, claudus kouadio, le blog de claudus, Zasso Patrick,en Global, abel naki, général Béréna Gnakoudè, Onuci

27 Août 2011: Je dois être à la Frontière de « Aflao Border » entre le Ghana et le Togo à 9H pour accueillir une délégation mixte composée du CRI Panafricain conduit par Abel Naki et Zasso Patrick (en Global) représentant une frange des exilés Ivoiriens rencontrés à Accra par l’équipe du Président du CRI… Ils sont là pour rencontrer les réfugiés ivoiriens du camp de Avepozo à Lomé et je dois conduire la délégation.

réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci, fesci, avepezo, togo, cote d'ivoire,  cri-panafricain, claudus kouadio, le blog de claudus, Zasso Patrick,en Global, abel naki, général Béréna Gnakoudè, Onuci

Lors des formalités policières pour traverser la frontière, je suis du coté de Lomé : de l’autre coté de la frontière, coté Aflao au Ghana, j’entends une jeune dame vociférer ; elle est énervé, dépité, presque en larme. 

Son très fort accent Ivoirien nous attire. Je me précipite pour m’enquérir de la situation. Sa colère est du au fait qu’elle ne « veut » ou ne peut « plus » payer les 2.000 F qu’on lui demande au 4eme barrage sur les 6 existants vue qu’elle « estime » avoir TROP payé à cette frontière malgré son statut de réfugié ! Sans ménagement aucun, le policier là repousse brutalement et lui dit : « Si tu n’as pas d’argent, retourne chez toi » 

Choqué par cette scène, Abel Naki propose de payer pour qu’elle ne soit pas ainsi refoulée. Il donne 10 Ghana Cedis (Un peu plus de 3.000 F CFA) au policier.

Là, contre toute attente, un soldat surgit, arrache le sac à main de la jeune Dame et le balance de notre coté. 

- Instinctivement je m’avance vers lui pour protester contre son geste que je trouve vexatoire, et d’un ton réprobateur (je le confesse), je lui signifie mon indignation : ce fut une erreur de ma part peut être, mais de ce fait divers qui peut paraître banal de prime abord, découla une révélation de l’image qu’ont les soldats Togolais vis-à-vis des réfugiés Ivoiriens de Lomé.

Comme pétrifié, visiblement estomaqué par mon audace ou ma « folie », le soldat resta figé, le regard grave… Là, je commence à avoir des doutes sur mon acte dont je n’ai pas anticipé les conséquences. Surgit alors un autre homme en treillis, comme pour redonner vie à cette scène dont on ne connaît pas encore l’épilogue. 

Cet Homme baraqué m’interpelle du haut des ses « Chaussures Rangers » : « TAIS TOI ! FERME LA ! Tu es qui pour parler ici ? Un SOLDAT parle tu parles ? Ici après Dieu c’est l’armée, après nous ce n’est même pas la poussière, après nous il n’y a RIEN. Nous sommes de vrais militaires. »

Sautillant sur une jambe il me dit : « Ici nos généraux ne dansent pas Zouglou à la Télé. Vous n’allez pas faire votre révolution ici » 

Partant de là, j’ai compris qu’il y avait DEUX Togo :

-Le Togo de cette population Togolaise qui nous a accueilli fraternellement et nous traite comme tel,

-L’AUTRE TOGO des autorités engagées militairement en Côte d’Ivoire au sein des forces de l'ONUCI dirigées par le général togolais, le général Béréna Gnakoudè.

Au fait, cette fille est mon amie sur facebook, mais je n'en savais rien auparavant !

Claudus Kouadio

16 novembre 2011

Réfugiés Ivoiriens au Togo : Ouattara, Faure et le HCR signent un Accord tripartite pour leur RAPATRIEMENT en Côte d’Ivoire.

ADO_Togo_refugies (6).JPG

"[...] Alassane Ouattara a saisi l’occasion pour exhorter ses compatriotes se trouvant encore sur le sol togolais du fait de la crise, à regagner, dans la sérénité et en toute confiance, leur pays. A cet effet, il a été procédé à la signature d’un Accord tripartite entre le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Gouvernement de la République togolaise et le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), relatif au RAPATRIEMENT VOLONTAIRE (Volontaire ? NON) des réfugiés ivoiriens vivant au Togo".
---
Le 06.09.2011 dans l'article "Réfugiés Ivoiriens à Lomé : Le Camp de AVEPEZO, symbole du Mal être Ivoirien." je disais : "« L’assistance aux réfugiés Ivoiriens n’était utile que pendant la période d’urgence. “Cette période d’urgence a pris fin” » OUI, selon le HCR de l’ONU qui est l’un des pions essentiel du malheur de ces 7.000 réfugiés Ivoiriens du Togo, « la période d’urgence a pris fin » depuis que Ouattara a été investi Président: CECI ETANT, LES REFUGIES QUI NE PARTIRONT PAS DE AVEPEZO SERONT BIENTOT LIVRES A EUX MEME DANS CE CAMP DE LA DESOLATION.
[...]
Alors pourquoi ne prennent t’ils pas le chemin du retour vers la Côte d’Ivoire ? Il suffit de discuter avec eux pour y voir clair :
- la plupart d’entre eux sont encore traumatisés et n’ont eu aucun suivi psychologique,
- d’autres ont vue leurs proches se faire tuer et n’ont pas encore surmonté la peur de revivre ce cauchemar pour ensuite arriver à faire leur deuil,
- certains ont perdus tous leurs biens suites aux pillages des FRCI et n’envisage pas un retour vers l’inconnu au risque de continuer à souffrir dans ce camp,
- encore plus attendent une sécurité acceptable en Côte d’Ivoire,
- il y a aussi ceux qui craignent des représailles des rebelles encore présents.

Alors la question est de savoir pour qui travail le Haut Commissariat aux Réfugiés ? Pour la cause des réfugiés ou pour l’image de Alassane Ouattara ? UN DRAME A CIEL OUVERT VA BIENTOT SE JOUER DANS CE CAMP DE REFUGIES SI RIEN N’EST FAIT POUR METTRE L’ONU ET LE HCR AU DEVANT DE LEURS IRRESPONSABILITES. DES VIEILLARDS, DES FEMMES ET LEURS ENFANTS EN BAS AGES VONT AUSSI SUBIR L’INACTION DU HCR QUI A VISIBLEMENT CHOISI DE FAIRE OUVERTEMENT DE LA POLITIQUE AU MEPRIS DE LA VIE DE MILLIERS DE PERSONNES DANS LE BESOIN. INDIGNEZ-VOUS !!!"

Ce message n'a pas été suivit - l'indignation collective espéré n'a jamais été observée: des milliers de réfugiés Ivoiriens sont pris au piège de Ouattara !

212180335529879.jpg
212181348863111.jpg