topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30 juin 2013

PHILIPPE MANGOU TAIS-TOI ET MANGE: Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou.

 Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou.

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ces quelques lignes qui ont pour ambition de calmer la plaie qui s’est ouverte en mon être, traumatisme  profond causé par un choc aussi réel que la blessure elle-même est censée être virtuelle. Car en fait, une blessure provoquée par une déception est d’autant plus difficile à guérir. Quand on a été ainsi trompé dans son attente et dans son espérance, le retour sur ses sentiments premiers  que l’on croyait définitifs est très pénible et dans le cas qui va nous occuper, véritablement déchirant. Personne au monde n’aurait pu me convaincre que le Général de Corps d’Armée Philippe Mangou aurait pu jeter le manche avant la cognée et s’enfuir dans une Ambassade étrangère à deux pas de la Résidence de son plus grand protecteur  et Chef Suprême Laurent Gbagbo, au moment précis où le Chef de l’Etat était en droit d’attendre de son Chef d’Etat Major Général des Armées ce qui pouvait constituer comme un retour sur investissement sur la personne de ce « brillant officier » qu’il avait nommé dans un incroyable élan de réalisme,  sur la base de ce que ses hommes l’avaient démocratiquement choisi sur la ligne de front des actions militaires de l’opération Dignité. Soulagé et content d’avoir trouvé sa perle rare, le Président Laurent Gbagbo  qui a constamment et en toutes circonstances la construction de la nouvelle Côte d’Ivoire en tête, avait dit ce soir là : « Il y a dans cette armée des garçons dont la Côte d’Ivoire  a de quoi être fière ». Dans ce cas précis, il se trompait et nous aussi, parce que nous avions approuvé son jugement et même applaudi. L’attitude du Président Laurent Gbagbo vis-à-vis de Philippe Mangou n’a jamais changé.

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Il était Lieutenant-colonel. Il est ensuite devenu Colonel, Colonel-Major, Général de Brigade, Général de division, Général d’Armée, Général de Corps d’Armée. Les « étoiles » ont voltigé sur ses épaules à la vitesse d’un bolide de Formule 1. On sentait bien que le Président Laurent Gbagbo voulait lui donner ici et maintenant tous les instruments de son autorité et de son commandement, en brûlant la politesse à de nombreux autres officiers probablement frustrés. Mais chacun sait qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Comment faire autrement. Toutes les apparences plaidaient en faveur de Philippe Mangou : l’officier était bien fait de sa personne, et nul ne pouvait présumer qu’il était bête. Visiblement, il avait déjà réussi à se faire aimer de ses hommes du rang.  Il impressionnait les civils par son allure martiale et par la qualité de son discours. De surcroît, Philippe Mangou était fils de Pasteur et profondément croyant lui-même. C’est du moins ce qu’il laissait croire. Je n’ai pas d’éléments pouvant me permettre de mesurer le désappointement du Président Laurent Gbagbo mais en ce qui me concerne, je puis vous dire que le jour de la trahison du Général Philippe Mangou, j’ai eu le sentiment que la terre se dérobait sous mes pieds. Pour plusieurs raisons :

1 - Philippe Mangou n’a pas trahi le Président Laurent Gbagbo par cupidité ou par cynisme. Pour l’argent je puis témoigner qu’il n’avait aucune raison de se plaindre du Président. Et je peux affirmer maintenant qu’il n’était pas assez intelligent pour être cynique. Le Général Philippe Mangou a tout simplement trahi par impéritie, par incapacité à assumer ses charges ; il était inapte au commandement. Il n’avait rien compris à la mission que lui imposait ses « étoiles ». Des soldats de ses différentes garnisons ont dit de lui qu’il était un lâche et un fuyard  dans une lettre qui avait les relents d’un brûlot. Ils avaient probablement leurs raisons mais en fait, ils sont passés à côté du vrai caractère de leur chef.  En réalité Mangou philippe n’a pas eu le temps d’apprendre, de comprendre ce qu’est la fonction véritable d’un Général Chef d’Etat Major. Le Président de la République Chef Suprême des Armées, les Officiers Généraux, les Officiers Supérieurs, le Sous-Officiers, les Hommes de Troupes, le peuple, oui le peuple ; où Mangou Philippe a-t-il laissé tout ce monde, toutes ces familles dont les vies dépendaient de ses ordres. En fait, le Généralissime Mangou Philippe n’était qu’un « petit frimeur » fasciné par son propre uniforme  auquel il n’accordait qu’un pouvoir et une fonction dérisoires de séduction sur « les jeunes filles du Concours Miss District d’Abidjan ».

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Il me faut remercier les FDS auteurs de la lettre adressée au Général fuyard pour avoir su expliquer preuves à l’appui à leur ancien chef  le sens du mot trahison dont il a oublié la signification depuis qu’il s’est improvisé diplomate (à la gomme) au Gabon.

 

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

 En même temps que l’ordonnance de Alassane Dramane Ouattara,  notre homme a  sûrement été frappé d’illettrisme aigu.  Si c’était un poste d’Ambassadeur qu’il convoitait, il lui suffisait de le dire, Seigneur Dieu ! Et l’enfant de Mama le lui aurait donné ! Vous avez absolument raison chers enfants des FDS : la promotion vertigineuse de Philippe Mangou a été un véritable gâchis pour tout le monde.

2J’ai noté que le Général Philippe Mangou accordait à Alassane Dramane Ouattara des qualités de Chanoine : « Ouattara m’a nommé Ambassadeur, c’est la preuve qu’il est bon… »

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

 La nouvelle Côte d’Ivoire du RDR vient d’inventer une nouvelle notion dans la gestion administrative : la bonté, la magnanimité, au détriment du mérite et de l’efficacité. En plus, voici un homme, Alassane Dramane Ouattara dont l’ambition démesurée l’a emmené à introduire avec fracas dans notre pays une idéologie mortifère et des actes de barbarie médiévale pour le simple plaisir de nommer ses complices à des postes de hautes responsabilités par « bonté » et il se trouve des hommes assez stupides du type Mangou Philippe pour lui attribuer des satisfécits  dithyrambiques. Décidément, quand on regarde aujourd’hui Philippe Mangou, on est en droit de se dire que : « la bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini »

3 - Oui, la bêtise humaine, parce que Philippe Mangou sait pertinemment que Alassane Dramane Ouattara n’est pas bon. Il le sait parce qu’il a été lui-même victime d’un ordre du même Ouattara  qui l’a fait jeter en prison après le coup d’Etat dont la paternité a été attribuée injustement au Général Robert Guéi en décembre 1999.

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

 Pendant qu’il purgeait une peine non définie à la MAMA (Maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan) comme une trentaine d’officiers des FANCI, Ouattara le véritable commanditaire du Putsch, ordonnait en même temps l’expulsion de sa femme et de ses enfants du logement qui lui avait été attribué en tant que Commandant de la base Militaire d’Akouédo.  Sous mes yeux, une escouade de gendarmes était venue à la MAMA en pleine nuit chercher Philippe Mangou pour qu’il déménage sa famille sans ses meubles. Le nouveau bénéficiaire lorgnait depuis longtemps ses fauteuils et ses équipements électroménagers.  Il ne peut pas dire aujourd’hui qu’il a oublié cet acte  ignominieux et humiliant de Ouattara posé à son encontre,  puisqu’il s’est immédiatement exécuté. Et sa famille s’est retrouvée sous la pluie ce soir là. Si c’est cela un homme bon, c’est que les mots n’ont plus de sens en Français. Ha ! Oui, j’ai oublié dans ma précipitation de vous dire que j’étais détenu dans la même prison (MAMA) au Camp Gallieni sur l’ordre du même Alassane Dramane Ouattara en Décembre 1999. C’est dans l’horrible chaleur de cette Maison d’Arrêt de Forteresse des officiers Ivoiriens que j’ai rencontré Philippe Mangou pour la première fois.  Pourquoi un civil était-il détenu dans une prison militaire ? S’il vous plaît ne vous posez pas trop de questions. Il y a longtemps qu’il m’arrive des choses bizarres dans ce pays ! Non seulement Mangou Philippe sait que Ouattara n’est pas bon, mais il sait aussi que ce personnage boursouflé de suffisance injustifiée se prend pour Dieu. Et c’est là que le militaire médiocre qu’il est doit se rapprocher d’une théorie vieille comme le monde  pour retrouver le caractère authentique de son nouveau Mentor : « Si tu tues un homme, tu es un assassin. Si tu tues un million d’hommes, tu es un conquérant, si tu les tues tous tu es un Dieu. »

4Je me suis laissé dire que madame Fatou Bensouda gardait dans sa manche le Général Philippe Mangou pour témoigner contre le Président Laurent Gbagbo à la CPI. Le manque de crédibilité du Général d’opérette devrait la faire frémir de dégoût, s’il lui reste encore un peu de bon sens. Voici donc un homme, Général de son Etat, a qui a été confiée la défense et la sécurité de tout un peuple agressé par une horde de Rebelles et de Dozos aux méthodes barbares d’un autre âge, qui ne trouve rien d’autre à faire que de fuir carrément aux dires de ses propres soldats, sans laisser d’ordres ni  de remplaçant, pour aller se blottir dans le confort douillet d’une Ambassade. Quelle est cette justice qui ne comprend pas que dès lors, la chaîne du commandement a été rompue et que le Président de la République ne pouvait pas avoir donné l’ordre de tuer. En l’occurrence, Philippe Mangou n’était pas le seul à avoir pris le chemin des Ambassades ou de l’Hôtel du Golf. La liste des généraux couards, pleutres et dépourvus d’honneur est longue et ne mérite aucune attention ni aucun respect. De surcroit, si nous lisons les mêmes journaux, Madame Fatoumata Bensouda doit avoir déjà mesuré la valeur de la récompense attribuée à ses témoins clés. Une Ambassade vaut bien une messe : Libreville… Dakar… ! Quelle injure à l’intelligence des Ivoiriens !

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules… c’est quoi ca ? !  

MAMADOU BEN SOUMAHORO

29 Juin 2013

15 janvier 2011

L’Houphouetiste Alassane Ouattara fait une promesse à la Côte d’Ivoire : « Je rendrai ce pays ingouvernable »

ado-zaka.jpg

Jamais égocentrisme n’aura été aussi exacerbé et puant en politique dans ce pays. Jamais politicien n’aura été affabulateur et violent tant dans le verbe que par action. La Cote d’Ivoire va mal et Alassane Ouattara est cette plaie gangréné là qui la fait souffrir depuis TROP d’années.

Son revers aux dernières élections présidentielles en Côte d’Ivoire et l’improbabilité d’une possible nouvelle candidature pour lui dans cinq ans ont contraint l’homme à se dévoiler, à montrer alors sa vraie nature : un dangereux sanguinaire dont la violence et le mensonge sont les seuls armes.

En 2001, un an après l’accession au pouvoir de Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara vomi par le peuple de Côte d’Ivoire dans sa tentative de coup d’état constitutionnel en 2000, déclarait : « Je rendrai ce pays ingouvernable » Cette intention guidé par son égocentrisme qui lui commandait de déstabiliser le bon fonctionnement de ce pays qui ne veux pas de lui comme Président va entrer dans sa phase active dans la nuit du 18 au 19 Septembre 2002 avec la tentative avortée de coup d’état militaire qui se mua en rébellion armée et divisa le pays en deux. 2002 à 2011 : 9 ans que cette situation dure, fragilisant jour après jour la cohésion sociale et le bon fonctionnement des institutions Ivoiriennes, précarisant ainsi la vie des habitants de ce pays.

2010 et les nouvelles élections présidentielles acquises au prix de nombreuses concessions du Président Laurent Gbagbo, devraient sonner le glas de cette situation insoutenable de ni paix ni guerre pour aboutir sur une nouvelle Côte d’Ivoire unie qui allait se remettre au travail pour rattraper le temps perdu : mais hélas !!! C’était sans compter avec Alassane Ouattara qui devait gagner les élections par tous les moyens dont la tricherie, ou réactiver son plan B à savoir « rendre le pays ingouvernable » par tous les moyens dont il dispose.

C’est quoi les moyens d’Alassane Ouattara pour ENCORE mettre les bâtons dans les roues et les trous de la marche en avant de la Côte d’Ivoire ? Essentiellement ses fameuses « relations » dans le monde politique, économique et des affaires « pas toujours propres ».

Alassane Ouattara malgré le fait qu’il est donné perdant par le verdict du conseil constitutionnel Ivoirien, estime qu’il est le vrai vainqueur des élections présidentielles et est reconnu comme tel par une « certaine » nébuleuse qui se fait appelé communauté internationale. Quelle communauté internationale ? La France « Françafricaine »  de Nicolas Sarkozy et les états qu’il a réussi à convaincre de l’aider à porter « son ami » Ouattara au pouvoir d’état en Côte d’Ivoire ? NON, seul les Ivoiriens choisissent leur Président et seul les institutions de l’état de Côte d’Ivoire investissent un Président : pas un autre fusse t’il l’Oncle Sam ou le vieil ancêtre gaulois qui refuse de nous voir grandir.

Sarkozy_1375359c.jpg

Sarkozy dans sa volonté hégémonique de maintenir une mainmise certaine sur la Côte d’Ivoire à trouver son homme. Il affirmait que Alassane Ouattara est son "ami, un homme intelligent et qui GOUVERNERA la Côte d'Ivoire". Au nom de quoi ? La seule volonté de l’ancienne puissance colonisatrice ?

« Gbagbo doit quitter le pouvoir » Tel est le son de sirène que Ouattara envoie (idem pour Nicolas Sarkozy) au monde tous les jours depuis son bunker du Golf hôtel d’Abidjan où il a élu domicile sous haute protection de ses rebelles du RDR aidés en cela des forces Onusiennes qui leurs apportent assistance et soutien matériel en leur fournissant armes, munitions et nourriture. Soutien condamnable à plusieurs égards. Raison pour laquelle le Président Gbagbo leur a demandé « gentiment » de quitter « tranquillement » la République de Cote d’Ivoire. Toujours au chevet de son poulain Ouattara, l’ONU qui n’a pas réussi sa mission de le mettre au pouvoir après la fausse certification de faux résultats provisoires des élections, refuse de se plier à la requête du Président Gbagbo qu’elle prétend ne pas reconnaitre comme Président de la Côte d’Ivoire.

Depuis son quartier général, Ouattara pilote à distance sa machine « ingouvernado », arrivant même à convaincre l’Union Européenne pour une restriction de visas pour Le Président Gbagbo et certains de ses proches. Dans la même veine l’ONU annonce le gel de « prétendus » avoir de Gbagbo et de ses proches sur « de prétendus » compte bancaire à l’étranger. NUL EFFET sur Gbagbo qui en toute sérénité remet la Côte d’Ivoire au travail après la formation d’un nouveau gouvernement. Ce qui n’est pas fait pour plaire à Ouattara qui contre attaque en appelant à des « journées villes mortes » et à la « désobéissance civile » sur le territoire Ivoirien à partir d’une radio pirate installé dans son antre du Golf Hôtel. Ses appels ne seront pas suivis en zone sous contrôle gouvernementale et très peu suivit en zone sous contrôle de sa propre rébellion armée dans le centre, le nord et l’ouest du pays.

Dans un nouvel élan, Ouattara appel ses partisans à un semblant de « marche pacifique » pour prendre le contrôle des locaux de la Télévision d’état (RTI), puis ceux de la Primature. Voyez vous-même la grosse incohérence.

633282241.JPG
1352149461.jpg




On assistera à une attaque à l’arme lourde des Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire par des rebelles infiltrés ou habillés en tenue Onusiennes pour tromper la vigilance de leur cible : Bilan 19 morts à Abidjan dont 9 forces de l’ordre Ivoirien tué par balle ou brulés vifs et 10 assaillants et civils tués.

Alors commence le décompte macabre pour Ouattara qui attise la fibre tribale et religieuse pendant que ses rebelles massacrent des populations innocentes à l’intérieur du pays. « Tous les soirs il y a au moins 10 personnes assassinées en Côte d’Ivoire par rapport à leur appartenance politique ou ethnique. Il faut extirper Laurent Gbagbo du pouvoir» argue t’il. Morts jamais déclarés et que personne n’a vu. On se rend compte que Ouattara est un mythomane en plus d’être agressif. Un vrai collecteur de défauts

Au bout d’un moment Ouattara brandit les spectres de la guerre civile et du génocide contre ses partisans pour ameuter le monde. Le bourreau du peuple Ivoirien tente ainsi de s’ériger en victime aux yeux du monde.

Face à cette situation, des mesures sécuritaires sont vite prises par le Président Gbagbo pour mettre fin aux exactions. Ce qui est en train d’être fait. Mais Ouattara le sanguinaire sans foi ni loi a eu ses morts à exposer fièrement pour légitimer ses nouvelles intentions: faire une guerre ouverte à la Côte d’Ivoire avec l’aide des forces armées de l’Ecomog malgré les appels à la discussion lancée par le Président Gbagbo. Voici le plan macabre de Alassane Ouattara l’Houphouetiste-chef de guerre pour frapper cette Côte d’Ivoire là qui ne fait que le rejeter depuis son avènement sur la scène politique Ivoirienne. Ses mauvaises intentions sont à la mesure de la mauvaise personne qu’il est. Oui le Dr Alassane Dramane Ouattara n'est pas l'ange que l'occident désigne à travers ses médias suite à une communication groupée et à sens unique contre le Président Gbagbo.

Répondant aux questions d'un journaliste du quotidien Français l'Express , Ouattara affirme : « Quand il (Gbagbo) verra le déploiement des troupes, il changera d'attitude. Comme le disait le maréchal Lyautey, il faut montrer SA force pour ne pas avoir à s'en servir. Le 18, mardi prochain, les chefs d'état-major de la Cedeao se retrouvent à Bamako [Mali]. L'étape suivante, ce sera leur venue à Bouaké [fief de la rébellion armée de Ouattara], pour les repérages de terrain. Ce signal fort changera la donne. D'autant que dans le même temps, des chefs d'Etat de la région, dont le Burkinabé Blaise Compaoré et le Togolais Faure Gnassingbé, iront visiter les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu ainsi que l'Inde. » Oui SA force de candidat de l’étranger c’est maintenant selon lui une force étrangère.

Depuis le début le Président Gbagbo avait raison : Alassane Ouattara avait attaqué la Cote d’Ivoire avec l’aide de Blaise Compaoré et la bénédiction de la France. Après Bouaké en 2002, Ouattara prépare le deuxième acte de sa guerre contre la Côte d’Ivoire ENCORE à partir de Bouaké, mais cette fois avec une invasion de notre pays par des forces étrangères.

Qu’il soit certain que la Cote d’Ivoire digne et souveraine ne se laissera pas piétiné telle une fiente. Il trouvera en face de lui un peuple mature et debout. Alassane Ouattara peut continuer ses tentatives de « fermer les robinets » à la Côte d’Ivoire s’il en a la possibilité, mais il ne ferra pas flancher ce pays par la simple force de sa haine viscérale vis-à-vis du Président Gbagbo.

149608_1547488359424_1001497155_31192697_472655_n.jpg

13 janvier 2011

Un véhicule de type 4X4 de l'ONU brulé ce matin au carrefour de la Riviera 2.

Un véhicule de type 4X4 de l'ONU brulé ce matin (vers 11 H) au carrefour de la Riviera 2.

Avis et commentaires

12 janvier 2011

Couvre feu exceptionnel à Abobo et Anyama

mangou.jpg

Le Général Philippe Mangou vient de donner les raisons de la décision instaurant un Couvre-feu à Abobo et à Anyama du mercredi 12 au Vendredi 14 Janvier 2010 de 19h à 6h.

Il s'agit essentiellement des attaques à l'arme de guerre perpétrés par les Rebelles du RDRhdp (aidés en cela par les forces Onusiennes même s'il ne les a pas ouvertement mentionnés) contre les Forces de Défense et de Sécurité de Côte d'Ivoire qui ont fait jusque là 21 Morts du coté de ses hommes.

Il a pris des décisions très fermes:
- Ces tireurs embusqués seront recherchés et débusqués
- Les FDS unis malgré ce que les occupants du Golf Hotel tentent de faire croire à l'opinion, riposteront en position de légitime défense.
- le combat majeur des FDS est et demeure en ce moment, la souveraineté de l'Etat de Côte d'Ivoire.

 

Avis et commentaires

29 novembre 2010

La crédibilité du vote en zones Cno est fortement entachée

yyyyyy.jpg
Le porte-parole de la Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile africaine, est formel : « Le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause (au second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier en Côte d’Ivoire) ».

Déclaration que vient de faire M Compaoré Saïdou, dans les locaux de la Commission électorale indépendante (Cei),à Abidjan (Cocody deux plateaux).

En effet, il a fait cette annonce devant la presse nationale et internationale en début d’après midi, ce lundi 29 novembre 2010. Entouré des membres de la COMISCA (Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile). Le Président de la COMISCA, a tenu à mettre sur la place publique, les constats faits par ses 230 observateurs déployés à l’intérieur du pays:Korhogo,Boundiali,Ferkéssedougou,Touba,Odiénné,Mankono,Minignan,Madinani,Vavoua,Bouna,Tingrela,Zagné,Duékué,Guiglo,Dabou et Abidjan.

Ces observateurs, selon lui, ont visité 1541 bureaux de vote conformément aux recommandations de la déclaration de principe pour l’observation internationale d’élection adoptée le 27 octobre 2001 sous l’égide des nations Unies. Ainsi que les engagements pris dans la déclaration de Bamako en 2000 par les Etats francophones pour la tenue d’élections libres et transparentes.

Le président de la COMISCA a réaffirmé que l’objectif principal de leur mission s’inscrit dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique. Sur la base de la compilation des fiches d’observations de ses membres sur le terrain, le porte-parole de cette entité internationale connue pour sa neutralité, fait le constat suivant : « Certains militants et représentant de partis LMP ont été empêchés d’exprimer librement leur vote ; des urnes ont été transportées par les hommes en tenue précisément dans la région de Korhogo, Mankono et Séguela. » Mais encore : « Nous avons également assisté au « molestage » de certaines personnes dans les bureaux de vote. » Et ce n’est pas tout : « Le secret de vote n’étant pas respecté et des consignes de vote ont été données par certains membres de bureaux de vote. On a aussi enregistré des dégâts corporels et matériels. »

Conclusion de la COMISCA : « Au regard de tout ce qui précède, le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause. Par conséquent, la COMISCA constate que la crédibilité du vote dans ces régions ci-dessus citées est fortement entachée… »

Source: La Côte d'Ivoire. L'info en continu

28 novembre 2010

Affi N’Guessan, porte-parole du candidat Gbagbo : « Les militants Rdr veulent perturber la proclamation des résultats. »

Affi N’Guessan, porte-parole du candidat Gbagbo : « Les militants Rdr veulent perturber la proclamation des résultats. »

Ce dimanche 28 novembre 2010, au quartier général de campagne de la majorité présidentielle, Affi N’Guessan, porte-parole du candidat Laurent Gbagbo, a animé un point de presse pour faire un bilan partiel du second tour de l’élection présidentielle. « Il se dit inquiet de la volonté manifeste du Rhdp de perturber et de frauder ». Surtout dans les zones Centre-Nord-Ouest, encore sous contrôle de la rébellion.

En attendant de connaître les résultats du second tour de l’élection présidentielle, le porte-parole du candidat Laurent Gbagbo a voulu échanger avec la presse pour faire un bilan partiel.

Pour Affi N’Guessan, les choses qui se passent dans les zones Cno sont graves et pourraient entacher la transparence et la régularité du scrutin de ce dimanche dans les zones sous contrôle de la rébellion.

Trois faits majeurs ont retenu l’attention du premier ministre Affi. D’abord, le faible taux de participation qui sera surement inférieur à celui du premier tour, « dans les 60% » surtout dans le « V Baoulé ». Ce qui démontre que l’appel du Président Bédié du Pdci à voter Alassane Ouattara, n’a pas été suivi. Ensuite, le représentant du candidat de la Majorité présidentielle a égrené tous les incidents, parfois graves, qui ont émaillé le scrutin notamment à Korhogo, Odiénné, Touba. Lanciné Gon Coulibaly, membre de la Lmp a été agressé physiquement.

Tous les superviseurs et responsables locaux de la majorité présidentielle ont été attaqués. Ce climat de terreur a été orchestré par le Rdr pour manifestement organiser la fraude car tous les representants de Lmp ont été pourchassés ; des délégations ont été bloquées à Zouénoula et à Binakouma (le ministre Douati est pratiquement pris en otage) ; à Séguéla, la direction départementale de campagne a été prise en otage et certains de ses membres se sont réfugiés dans la brousse.

Rappelons que l’Accord politique de Ouagadougou (Apo) préconisait un désarmement deux mois avant l’élection présidentielle. Rien n’a été fait et on se rend à l’évidence que les rebelles, toujours en possession d’armes de guerre, ont décidé d’instaurer un climat de terreur pour biaiser les résultats dans les zones sous leur contrôle.

Les Fds et les éléments du Cci déployés dans les zones, selon Affi N’Guessan, sont sous-équipés et manquent d’effectifs pour gérer au mieux la situation. Face à eux ce sont des rebelles puissamment armés et des militants Rdr, également armés. En dehors des zones Cno, le porte-parole de Gbagbo a souligné que les militants du Rdr, dans leur logique de fausser les résultats du scrutin ont sévi aussi dans la zone gouvernementale, notamment dans le village de Nigoua où deux membres de Lmp int été tués par des individus armés de fusils calibre 12 et dans la même région de Daloa , un gendarme a été tué.

Affi N’Guessan se dit très inquiet face à ce qu’il se passe et qui montre que le camp d’Alassane a peur du résultat. En tous les cas, la majorité présidentielle se réserve le droit de contester les résultats dans les zones où des exactions ont été commises sur ses militants

Source: Profil Facebook Officiel Laurent Gbagbo