topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

05 avril 2014

BloKo le Pitchitchi " le poulain et gros client de Hamed BAKAYOKO arrêté en France pour escroquerie et vole de plus de 157.200.000 F CFA

27 mars 2014

Intervention de Charles Blé Goudé à la CPI - [ CPI: L'audience de première comparution de Charles Blé Goudé ]

 
Je suis content d'être là pour le respect que j'ai pour les victimes, toutes les victimes de la crise qui a secouée mon pays, je suis content d'être là, pour que la vérité soit sue, afin que cessent les murmures. Madame le juge, je ne veux pas être libre de mes mouvements physique pendant que ma conscience innocente accusée à tort d'être la base de tout les tords pleure au dedans de moi. Madame le juge, contrairement à une certaine opinion, qui estime à tort ou à raison, qu'un voyage à la CPI est un voyage de non retour, je pense qu'un citoyen qui est suspecté par la CPI, peut venir ici, faire l'objet d'un procès et s'il est innocent peut repartir chez lui, et je sais que je repartirai chez moi, et je sais que je repartirai chez moi. Madame la juge, je n'ai pas été remis à la CPI dans les normes, je voudrais le Noter. J'ai été arrêté de manière cavalière au Ghana surpris dans mon sommeil, emmené manu militari au bureau national d'investigation, mis dans un véhicule sans qu'on me dise où on m'emmène. C'est pendant que nous roulions que je me suis rendu compte qu'on me ramenait en Côte d'ivoire et pourtant les choses pouvaient se faire dans les règles de l'art, on ne m'a pas permis de parler à un avocat. Mes droit élémentaires ont été violé. Dans mon pays, avant qu’on me remette à la CPI, pendant 14 mois, j’ai été séquestré Madame la Juge. Je ne pouvais voir personne et personne ne pouvait me voir Madame la Juge. J'ai fait 10 mois dans un violon, nu. Je n'étais pas bien nourris. Chaque soir Madame la juge je devais chercher un morceau de viande solitaire dans une marre d'eau abusivement appelée soupe.

Madame la juge, chaque fois qu’on devait me déplacer, on me bandait les yeux avec un morceau de pagne, on me mettait une cagoule. A part la DST de mon pays où j’ai fais près de 9 mois et demi dans un violon avec pour voisin Jean Yves Dibopieu et Jean Noel Abehi, les autres lieu où on m’a détenu, j’avais toujours les yeux bandé et jamais je n’ai su ou j’étais. Madame la Juge, c’est tout dernièrement qu'un après midi mon geôlier est venu pour me coiffer. Ils sont venus dans la chambre avec des bagages; Ils m'ont emmené au sous sol tout l’après midi et c’est quand nous sommes remontés que je me suis rendu compte que la chambre était d’une propreté sans pareille. Ils ont rangé des livres, ils ont rangé tout ce qu’il y avait à ranger et ils avaient un appareil et ils ont commencé à me photographier. Ils me disent: « il faut sourire » et je souris, « fais comme si tu étais entrain de lire » et je lis. C’est plus tard que je me suis rendu compte que c’était une mise en scène que le ministère de l'intérieur de notre pays venait de faire. Madame la Juge, j’ai été réveillé le 21 mars à minuit, on m’a bandé les yeux, on m’a mis une cagoule, on m’a mis dans un véhicule. De minuit jusqu’au matin, j’étais assis dans une chaise, les yeux bandés, la tête encagoulée et c’est la matin quand on m’a enlevé la cagoule que je me suis rendu compte que j’étais à la DST à nouveau. Mis dans un véhicule, on m’a conduit chez le procureur.

Madame la Juge, c’est là qu’on m’a signifié votre mandat d’arrêt. Le même jour, au pas de course, les autorités de mon pays ont fait siéger la chambre d’accusation qui devait approuver mon transfèrement. Madame la Juge, c’est comme ça que j’ai été remis le lendemain à la CPI.

J’estime qu’on peut faire la politique avec élégance, avec sagesse et que la prison n'est pas un instrument pour briser le moral de ses adversaires politique, on n'utilise pas la prison pour cela. Quelqu’un est accusé, avec tous ses droits, on peut le mettre en prison et s’il est reconnu coupable, il est condamné. Et je voulais vous dire, dans cette cours où je suis, si je suis reconnu coupable, que la loi me soit appliquée dans toute sa rigueur, mais, si je suis jugé pour ce que j’ai fais et non pour ce que je suis, que je sois reconnu innocent et que je reparte chez moi; et je sais que je repartirai chez moi. Car dans mon pays, on me traque, on traque ma famille, on fait un chantage politique à ma famille politique et biologique , mon médecin en prison, tous mes collaborateurs en prison, pas pour ce que j’ai fais mais pour ce que je suis. Parce que si on devait me poursuivre en Côte d’Ivoire pour ce que j’ai fais, il y a beaucoup de personnalités pro Ouattara qui ne peuvent même pas me regarder en face.

Madame la Juge, je ne veux pas être la honte de ma génération, je ne veux pas être la honte de ma famille et de mes enfants. Je suis venu ici et je me considère en mission pour la manifestation de la vérité. Je suis pro Gbagbo et je suis fier de l’être. Je l’étais hier, je le suis encore aujourd’hui. Madame, j’ai appris avec Gbagbo le dialogue, j’ai appris avec Gbagbo la réconciliation, j’ai appris avec Gbagbo qu’il faut convaincre l’adversaire et non le vaincre et pour cela, je suis pour que la manifestation de la vérité se fasse. Madame la Juge, que la paix soit en Côte d’Ivoire et que la Côte d’Ivoire ne s’embrase pas à cause de moi.
Je vous remercie.

Je suis venu à la Haye, c’est ici que j’ai appris qu’un individu peut avoir des droits qui lui sont reconnus et je voudrais vous remercier pour ça d’ailleurs. Je suis bien traité ici. Je suis animé d’un double sentiment parce que quand on m’emmenait à La Haye ici, beaucoup ont pleuré et pourtant en Côte d’Ivoire, je vivais le calvaire. Chaque jour, je vivais dans l’angoisse, chaque minute était un combat. J’étais comme un objet dont on disposais quand on voulait et comme on voulait et on me faisait du chantage politique. J'en avais Honte pour mon pays et pour mon continent. C'est quand je suis arrivé ici, que je me suis rendu compte qu'un individu peut avoir des droits. J'ai été logé comme un prisonnier, parce-que je ne peux pas demander qu’on me loge dans un hôtel à quatre étoiles. Un prisonnier est un prisonnier dans tous les cas et je suis préparé à cela, je suis prêt. Mais j'ai à faire avec mon avocat mais je souhaite pour le respect que j’ai pour la Cour qu’on vous en parle à huis-clos.
Je vous remercie. [ Transcription de Abidjan Cotedivoire ]
 

25 mars 2014

Soro Guillaume - Hamed Bakayoko: Les faux amoureux des bancs publics

09 mars 2014

[ PHOTOS DE CHARLES BLE GOUDE ET JEAN YVES DIBOPIEU EN « CELLULE» ] Hamed Bakayoko a donc menti à propos de la prétendue « résidence protégée ».

Ble Goude, Dibopieu, Claudus Kouadio, Hamed Bakayoko, Dst

Hamed Bakayoko a donc menti à propos de la prétendue « résidence protégée ».
L’opinion internationale mais surtout le pouvoir Ouattara est aujourd’hui très sensible à l’indignation qui part des réseaux sociaux pour se manifester par toutes sortes de rassemblements dans la diaspora pour réclamer la démocratie, la justice et le bon droit dans la Côte d’Ivoire de l’après 11 Avril 2011. Mieux, il lui est aujourd’hui impossible de museler l’opposition Ivoirienne portée par le FPI (Front Populaire Ivoirien – Parti de Laurent Gbagbo) qui annoncé mort hier, a repris tout de même la mobilisation du peuple de Côte d’Ivoire dont une partie était contraint au mutisme.

Patriotes Ivoiriens, Panafricanistes, amis de la Côte d’Ivoire qui crie LIBERTÉ, notre voix porte et encore mieux, elle agit aujourd’hui. Nous devons en prendre conscience et résolument continuer cette bataille : toutes nos nobles batailles, avec détermination et sérieux.
Il arrive que le pouvoir Ouattara réponde à notre indignation : directement ou indirectement par des voies détournées, positivement sous contrainte ou négativement avec dédain. Le plus souvent, ce pouvoir brutal répond à l’opinion internationale avec des caricatures pour falsifier la vérité. Toujours est il que ce faisant, c’est encore une fois à nous qu’ils répondent. « Il arrive aussi que nous allions chercher nos réponses et la vérité nous même au milieu d’eux.» Bref...

Cette introduction sommaire a pour but de planter un autre décor de cette scène désolante qu’il nous a été donné de subir en ce jour: des images de Charles Blé Goudé et Jean Yves Dipobieu dans un lieu de détention,"une cellule de prison". Aucun autre élément précis ne sera rendu public pour le moment ; ni sur la date supposée, ni sur le lieu encore moins sur les circonstances de cette séance photo. Protection de source et respect de parole donnée oblige. Aussi, vu que généralement une source a une source qui elle-même a une autre source, par prudence nous ne saurions prendre ici une information reçue pour parole d’évangile sans avoir un élément probant pour attester de sa véracité. Ces photos ne sauraient donc représenter une preuve de vie de Charles Blé Goudé et Jean Yves Dipobieu. Seule une rencontre entre Charles Blé Goudé - Jean Yves Dipobieu et leurs familles et/ou avocats pourra certifier qu’ils sont en vie et en bonne santé « à ce jour ».

Il convient de rappeler ici que dans l’application de la violation des droits élémentaires de Blé Goudé et Dipobieu, le fait le plus visible est l’absence de droit de visite pour leurs avocats et familles respectives. Notre devoir envers les nôtres est de continuer la dénonciation de ces violations par tous les moyens conventionnels et légaux.

Pour le pouvoir Ouattara et surtout son sécurocrate en chef Ahmed Bakayoko abonné aux « mensonges télévisés », ces photos sont un camouflet de taille. Souvenez-vous de l’extradition de Charles Blé Goudé vers Abidjan en provenance du Ghana et Hamed Bakayoko qui affirme depuis cette date et sur toutes les antennes que : "Blé Goudé est en résidence protégée" parce que par philanthropie il le protège lui-même car « on ne sait pas qui peut menacer sa vie ». Ce mensonge éhonté vient d’être mis à nu au grand dam de Bakayoko qui devra expliquer cette fadaise. Pourquoi une telle invention grossière alors que ces images montrent clairement un Charles Blé Goudé amaigri et dans une minable cellule de prison ?
Nous y reviendrons.

Message sur le mur by Claudus Kouadio.
 
 
 
Mise à jour...
 
 

28 février 2014

[ Retour annoncé de Ouattara - SACRÉ SORO ]

Ouattara est malade et interné en France. Sylvie Tagro l'épouse de Soro va à son hôpital pour lui souhaiter un prompt rétablissement de vive voix au nom de sa famille: elle est refoulée.
Mais pendant ce temps sur certains journaux du RDR et dans les milieux RDR sur le web, un photo de Ouattara en grand Boubou et en posture relaxe circule comme pour dire qu'il va bien: on y voit Soro avec lui. Mais très vite on saura que c'est une photo d'archive. Mais en tous cas, elle marque les esprits cette 'pseudo' complicité Soro-ADO.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade


Soro est en voyage hors du pays. Il est annoncé à Paris au chevet de Ouattara. On ne l'y voit pas... pas parce qu'il ne veut pas y aller. Il rentre à Abidjan et meuble ce vide pesant avec la réception du Roi de Maroc par Duncan le 1er Ministre.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade


Mais Soro n'abdique pas: il rend visite à Ouattara et là, IL DÉROULE.
Grande déclaration pour dire que Ouattara est dans une forme Olympique. Il agresse ceux qui l'annonçaient mort ou presque: les charognes dit-il. Bravo Bogota.

 

Mais la meilleure arrive.
Alors que les services de Ouattara l'annonçaient à Abidjan pour la mi-mars, Soro annonce la date du 2 mars...alors que Ouattara sort à peine de l'hôpital.
Ce matin, la presse du pouvoir publie une photo EXCLUSIVE: Soro en tête à tête hier avec Ouattara à Paris. C'est l'euphorie au RDR; Ouatttara est en pleine forme, IL RENTRE LE 2 MARS. SORO L'A ANNONCÉ.


En outre, il est le seul à avoir une photo avec Ouattara depuis que celui ci est malade. Bravo Soro.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade

Mais ENCORE UNE FOIS, très vite on saura que c'est une photo d'archive. Impossible de rattraper les sympathisants de #Ouattara et leur expliquer que c'est une vieille photo. La supercherie médiatique paye encore. Les Pro-Ouatttara l'attendent le 2 mars à Abidjan.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade


Une dépêche sur Abidjan.net vient alors pour expliquer que la date du retour de Ouattara ne peut être annoncée que par la Présidence de la république. Mais Soro qui est en photo avec Ouattara l'a annoncé à des militants euphoriques. IMAGINEZ QUE LA DATE CHANGE ?

Pendant ce temps les caméras Ivoiriennes sont à Paris pour montrer au monde que Ouattara va super bien: légèrement amaigri et les traits tirés, il arrive avec une canne. Impossible de la lâcher une seconde.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade


Contrairement à la nouvelle, on ne voit pas un homme en grande forme. Mais obligé quasiment, il confirme la date de son retour pour le 2 Mars.

Sylvie Tagro, Soro Guillaume, Alassane Ouattara, Hamed bakayoko, Claudus Kouadio, Ouattara malade


[ 2 Mars: Descente de l'avion, tapis rouge et salut protocolaire, bain de foule: Ouattara en est il capable ?
Une fois à Abidjan, s'il doit se cloîtrer dans son palais et loin des yeux car encore malade, la situation qui l'a fait sortir de France sera encore plus intenable en Côte d'Ivoire. ]
Très fin le Soro.

13 décembre 2013

AFFAIRE « Abidjan a tenté de faire assassiner des pro-Gbagbo au Ghana (rapport ONU) » : Décryptage de la réaction outrageuse et orageuse de Alassane Dramane Ouattara

  laurent gbagbo, alassane dramane ouattara, charles ble goude, jean-noel abehi, cojep, galaxie patriotique, coalition de la jeunesse patriotique, jean yves dibopieu, bni, alerte info, pro-ouattara, pro-gbagbo, hamed bakayoko, claudus kouadio, rdr, fpi, le blog de claudus, assassinat, pro-Gbagbo, Ghana, Katinan, l’affaire Tsikata, John Dramani Mahama,  Ban Ki Moon, UN, ONU

Lors d'une interview accordé à la chaîne BBC, Alassane Dramane Ouattara très remonté contre l’ONU a déclaré ceci :
BBC : " [...] Il y a eu récemment des allégations d’experts de l’Onu selon lesquelles le pouvoir d’Abidjan a envoyé des hommes au Ghana pour éliminer physiquement des pro-Gbagbo. Qu’avez-vous à répondre ?
OUATTARA : Vous savez ces experts doivent être renvoyés de l’Onu, je trouve ça abject, c’est du non-sens, c’est n’importe quoi. Le président ghanéen que j’ai vu m’a dit qu’il fera une déclaration. Je pense que les nations unies devraient choisir avec un peu plus de contrôle et de vérification ces soi-disant experts. Tout ce qu’ils disent est mensonger, inacceptable. J’ai donné d’ailleurs copie de mon communiqué de presse au secrétaire général Ban Ki Moon pour lui dire que pour ne pas l’embarrasser je ne fais pas de correspondance publique mais je veux qu’il sache que je ne suis pas contents, les Ghanéens ne sont pas contents, les Libériens ne sont pas contents [...]"

D’un, ne soyez guère choqué, médusé ou dubitatif sur la véracité des propos rapportés ici : OUI, c’est bien Alassane Dramane Ouattara lui-même qui parle là et ainsi. Et Oui il est malheureusement aussi considéré comme Chef d’Etat par ses pairs dont certains sont des hommes de valeurs.

De deux, je suis très enchanté du fait que, Ouattara qui hier était décrit par « ses maitres » comme un fringant technocrate très « civilisé » et ultra raffiné insulte ainsi l’ONU qui l’a installé comme Président en Côte d’Ivoire sur les corps encore chauds de milliers d’Ivoiriens tués par leurs bombes. S’ils ne le savaient pas véritablement, ils découvrent ici une « valeur » intrinsèque de la nature de leur marionnette qui arrive maintenant à bouger sans la traction des ficelles. Un proverbe de chez moi dit en substance : « Lorsque tu joues trop souvent avec un enfant, il finit par prendre ses aises au point que, le jour où tu seras couché dans la sable - la tête sur le cercueil en train de pleurer ta mère qui est conduite dans sa tombe, l’enfant ferra irruption pour t’ordonner de venir là et maintenant jouer aux billes avec lui ».

Pour le point qui m’intéresse véritablement ici, c’est-à-dire le regard du Ghana sur cette affaire, je vais vous démontrer très facilement pourquoi encore une fois Alassane Ouattara fait pire que falsifier simplement la vérité. IL MENT… et il n’y a pas d’autres termes plus appropriés pour décrire cette propension qui tant gravement vers la mythomanie qui est classifiée comme une pathologie.
Mr Alassane Dramane Ouattara déclare : « Je trouve ça abject, c’est du non-sens, c’est n’importe quoi. Le président ghanéen que j’ai vu m’a dit qu’il fera une déclaration. » Ok. Alassane Ouattara a certainement VU John Mahama le Président du Ghana. Et si vraiment Mahama lui a dit qu’il fera une déclaration, que Ouattara prie Dieu pour que cette déclaration ne soit pas faite. Pour notre part, les réfugiés et exilés Ivoiriens au Ghana savent très bien que cette déclaration pour l'absoudre de ses crimes et tentatives d’enlèvements - d’assassinats n’existe que dans les fantasmes de Ouattara qui croit que le pays de Mahama est un état vassal à ses ordres.

Il continue en ajoutant : « Je ne suis pas contents, les Ghanéens ne sont pas contents ». Effectivement les Ghanéens ne sont pas contents ; et cela de la plus haute autorité jusqu’au citoyen des quartiers populaires. De l’assassinat de Adama Champion dit « gorge profonde » au camp de réfugiés Ivoiriens de Elubu pour en arriver à la fin du procès Katinan en passant par « l’affaire Tsikata » et les nombreuses pressions du pouvoir Ouattara sur le HCR-Ghana, les Ghanéens ne sont pas contents. En vérité ils en ont ras le bol de ce pouvoir Ouattara qui ‘ les emmerde’ beaucoup malgré quelques flagorneries biens fixées. Que Ouattara interroge son ambassadeur au Ghana Ehui Koutouan Bernard pour savoir pourquoi les Ghanéens ne sont pas contents dans cette nouvelle affaire. Il suffit de lire la presse Ghanéenne pour savoir que Ouattara joue de la comédie médiocre d’arrière-salle.

" Selon le document (des experts de l’ONU), le gouvernement ghanéen a indiqué en juillet dernier aux experts, chargés de surveiller l’application de sanctions internationales contre le Liberia, qu’Abidjan avait « envoyé des agents ivoiriens dans le but d’assassiner ou de kidnapper des militants pro-Gbagbo réfugiés » au Ghana. « Les autorités ghanéennes affirment avoir fait échouer au moins deux de ces missions » au début 2013, ajoute le rapport. " Alors Ouattara espère vraiment que le Ghana si pointilleux sur les questions de droit de l’homme et de justice se dédise après avoir hier justifié l’extradition de Charles Blé Goudé, Jean-Noël Abéhi et Jean Yves Dibopieu sur les mêmes principes du droit international qui couvrait leur décision ? Jusque-là, les usages diplomatiques, l’éducation politique et les liens entre les deux peuples font que le Ghana tire la sonnette d’alarme sans trop en dire. Alors Ouattara gagnerait à se raviser, se calmer au plus vite.

Si toutefois Ouattara attend vraiment des autorités Ghanéennes qu’elles le blanchisse dans cette affaire, il attendra longtemps et pour rien. Il peut encore fermer les frontières entre les deux pays et même rappeler son ambassadeur puis renvoyer celui du Ghana en Côte d’Ivoire – cela n’y changera rien. L’idéal pour ce potentat serait de ne pas exporter son escadron de la mort hors des frontières de la Côte d’Ivoire qu’il martyrise.

Claudus Kouadio – Blogueur Ivoirien Exilé au Ghana