topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

31 mars 2012

Sur RTI1: Ouattara tente maladroitement de fuir la polemique sur l'expression du mot "rattrapage"

En direct sur RTI1 (télévision publique) ce soir, sur la question du "Fameux rattrapage ethnique", face à Agnès Kraidy qui tenait en main une pièce à conviction" Dramane falsifie la vérité:
"Je n'ai jamais dit cela. Je ne me reconnais pas dans ces propos", s'est défendu Ouattara !
ARCHI FAUX ! La Preuve ici dans Lintelligent Abidjan

Dramane.jpg
Dans le N°2450 du Jeudi 26 Janvier 2012, Lintelligent Abidjan publie cette interview réalisé par le journaliste Vincent Hugeux et publié le 25 janvier 2012 sur le site internet du quotidien Français L'Express.
LA NOMINATION DE NORDISTES AUX POSTES CLEFS
"Il s'agit d'un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40% de la population, étaient exclues des postes de responsabilité. Concernant des hauts cadres de l'armée, j'ai eu à négocier avec les officiers des ex-Forces nouvelles [FN, ancienne rébellion nordiste], qui voulaient tous les postes. Et j'ai réussi à imposer cet équilibre dans la hiérarchie militaire, jusqu'au niveau de commandant : le °1 issu des FN, flanqué d'un n°2 venu de l'ancienne armée régulière. Tous grades confondus; il y a 12% de nordistes dans la police, 15% dans la gendarmerie et 40% environ dans l'armée... Sur ce terrain-là, on ne peut rien me reprocher"
2.jpg
Il est clair que  lorsque Alassane Ouattara affirme que "Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40 % de la population, étaient exclues des postes de responsabilité !" c'est un mensonge plus gros. Et c'est visiblement sur cela qu'il veut éviter de s'etendre par défaut de pouvoir s'expliquer avec des éléments vrais et probants ! C'est simplement honteux.
Cette interview qui a pour titre d'origine "Ouattara veut "protéger les minorités" cache quelques choses de plus malsain et mûrie de longue date.
aaa.jpg
Face à l'indignation généralisée, pour certains de ses lieutenants bénéficiaires de ce fameux "rattrapage", ce terme n'est pas choquant ! Alors pourquoi Ouattara se rebiffe maintenant ?


Extrait:
aa.jpg

Question de JA:
Le mandat présidentiel est de cinq ans. Cela vous semble t’il suffisant ?
Ouattara:
La Constitution prévoit un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Je ne vois pas de raison de remettre cela en cause, contrairement à d’autres dispositions qui me semblent être sources de conflit…

Question de JA:
Lesquelles ?

Ouattara:
Toutes celles qui sont de nature à diviser les Ivoiriens. Il est grand temps, de donner plus de garantie aux minorités. (De quelles MINORITES parle ADO ?)

Question de JA:
Cela signifie que vous envisagez de modifier la constitution ?

Ouattara:
TOUT A FAIT.
---
En gros pour Ouattara les nordistes et musulmans sont une minorité marginalisé à qui il doit donner des garanties avec ce rattrapage ethnique lorsque le 25 Janvier 2012 il fait ENCORE comprendre au journaliste le fait de vouloir "protéger les minorités"
Ce Mr est dans sa logique, sa même logique depuis toujours, celle de la charte du Nord.
c1.jpg
c2.jpg
Lorsque Mr Ouattara dit: "Je n'ai pas utilisé le terme rattrapage. C'était le terme du journaliste", c'est un mensonge de plus.
R1.jpg
R2.jpg
R3.jpg

08 janvier 2012

Riposte contre les Médias Occidentaux et le vaste plan d’intoxication pour immerger l’info vrai en Afrique: Cas Côte d’Ivoire

« Connais-tu la chanson David Contre Goliath chanté par le Collectif Patriotique ? ‘Communauté Internationale : C’est pour vous. L’Onu : C’est pour vous. Union Africaine : C’est pour vous. INFORMATION SUR INTERNET : C’est pour vous. Mais la Côte d’Ivoire c’est pour nous’ On doit reprendre en main l’information sur Internet face à la désinformation et l’intoxication qu’ils servent au monde. Imagine qu’on perde la Côte d’Ivoire – et cela peut arriver. Automatiquement on perd le contrôle de la Télé, de la  radio et notre presse écrite sera muselé. Il nous restera quoi pour continuer à nous mobiliser afin de remettre les choses dans le bon ordre ? Anticipons, faisons le pour notre pays » C’était cela le socle de l’idée de mobiliser des Ivoiriens, des Panafricanistes et des démocrates du monde lorsque Fin Aout 2010, je rencontre Mr Abel Naki à Abidjan pour tenter via une cérémonie réelle, de donner une forme officielle à ce groupe virtuel qu’il avait nommé « facebookers pour Gbagbo »

« LES FACEBOOKERS POUR GBAGBO » - un GROUPE sur facebook devant rassembler le maximum de membres œuvrant pour la résistance et la riposte médiatique en faveur des Institutions Ivoirienne face aux assauts de masse des médias occidentaux à la solde d’Alassane Dramane Ouattara et aux ordres de l’Elysée. « Je suis volontaire pour Gbagbo. Et toi ? » Tel est le slogan de ce groupe qui en appelle à l’esprit citoyen de tous les Ivoiriens et dont la mission que les membres se sont assignés est celle d’être des « ambassadeurs de la Côte d’Ivoire et de son Président Laurent Gbagbo » à travers toutes les plates formes virtuelles existantes.»

Dans l’unique optique de tenter la déshumanisation du Président Laurent Gbagbo, oublie volontairefalsification de la vérité voir mensonge éhontépropagande pour transformer le faux en vraimise en scène grotesque pour confirmer des faits inventés de toutes pièces ont étés le pack de désinformation servi au monde par les organes de presse de l’occident, avant, pendant et après la crise « dite » postélectorale (en Côte d’ivoire) consécutive aux dernières élections Présidentielles. Nonobstant l’évidence du résultat des urnes et le droit Ivoirien dit par le Conseil Constitutionnel qui est la plus haute juridiction de notre état, ILS ont décidé d’entériner la forfaiture du quatuor Youssouf Bakayoko (Président de la Commission Electorale ‘dite’ Indépendante), Yong Yi Choi (Représentant Spécial de l’ONU), Jean Marc Simon (Ambassadeur de France en CI) et Philippe Carter III (Ambassadeur des USA en CI).

Violant tous les principes de base de la déontologie du métier de journaliste, ils ont activement participé en première ligne à la décrépitude accélérée de la situation sociaux-politique en Côte d’ Ivoire. Il serait illusoire d’espérer qu’ils fassent amende honorable en reconnaissant s’être fourvoyé ; de toute évidence, ce n’est pas le cas – ils ont volontairement et en toute « inconscience » participé à une vaste campagne d’intox qui est un engrainage médiatique et une vaste conspiration internationale pour imposer Alassane Dramane Ouattara comme Président d’une Côte d’Ivoire devenue un parangon de Préfecture-Etat vassal lié à la France métropolitaine. Et cette «croisade de diabolisation» qui continue a pour enjeux de discréditer le Président Gbagbo jusqu'à ce que « même » ses partisans finissent floués au point d’être dégoutés par cet homme politique qui « incarnait » leur idéale pour la Côte d’Ivoire, voir l’Afrique.

Les groupes allant dans le même sens que les « facebookers pour Gbagbo » se sont multipliés et ont fait des émules pendant les élections présidentielles. Rien n’échappait à ces milliers de patriotes-cyberactivistes volontaires et bénévoles. Toute l’information était passée au crible et décortiquée sous sa meilleure couture pour y retirer LA VERITE. Mais aujourd’hui encore plus qu’hier, la « vérité » de la vie politique Africaine en générale et Ivoirienne en particulier continue d’être immergé par la quasi-totalité des médias occidentaux. Il va falloir résolument riposter face aux coups de boutoirs répétés de ces « médias de commerce » qui rechignent à faire du journalisme vrai au profit du chiffre d’affaire.

Il est temps D’OCCUPER toutes les plates formes virtuelles existantes et SURTOUT les profils facebook, les fils twitter et les forums de discussion des sites web de ces « médias ennemis ». Par une action de grande envergure nous devons INFORMER l’opinion internationale en apportant la vérité sur les plates formes web de ces médias.

icebergF10Final.jpg

Continuer de se satisfaire de connaitre la vérité et en faire une improductive rétention en la gardant en autarcie dans nos groupes serait ne pas comprendre les nouveaux défis de cette véritable « guerre d’opinion » face à ces médias qui se sont fait maitres de la manipulation de l’opinion publique.

J’en appelle à tous les patriotes-cyberactivistes ; cela doit sonner comme un devoir moral pour l’expression de votre amour de la vérité. En homme et femme Dignes et empreints du patriotisme vrai, en bons militants et sympathisants de la vision politique de Laurent Gbagbo pour la Côte d’Ivoire, vous devez apporter la riposte à ces médias de la mort.

Cette attitude dédaigneuse et typique de l’arrogance occidentale envers les pays Africains, doit trouver réponse à la hauteur du caractère irrévérencieux des actes de cette presse aux ordres de la machine impérialiste.

Hauts Les Cœurs Jusqu’au Bout !

25 juillet 2011

Objection de conscience aux liquidateurs du FPI : Haro sur la démarche de LIDER

« L'impression que j'ai de ce monsieur charismatique et tellement éloquent est qu'il a été mis à l'isolement à l'hémicycle et quasi muselé pour ses positions et ses visions peu orthodoxe. A tort ou à raison ? I wonder !!!                                                                                              Sa hargne et sa désinvolture ne sont pas du gout de tout le monde au niveau de sa famille politique.

Grand Théoricien, il se donne toujours la liberté de dire et de proposer. Cependant, a-t-il la possibilité ou la liberté de faire sans y     laisser des plumes ou sa peau ?

S'est il vraiment accommodé du rapprochement avec la rébellion ?

La réponse à ces interrogations nous permettra d'y voir un peu clair.

Vive la Côte d'Ivoire

Ecrit par : Claudus | 18.04.2008 » Ainsi répondais-je il y a plus de 3 ans à un Bloggeur Ivoirien qui avait publié un article au titre très évocateur : Mamadou Koulibaly, un génie dévoyé.

Mamadou.jpg

Pour le bloggeur Krathos « LE GENIE DE MAMADOU KOULIBALY AURAIT PLUS SERVI AUX ETUDIANTS DANS LES UNIVERSITES qu'à une véritable fonction politique et administrative dans notre pays car, il est indéniable que contrairement à son statut institutionnel, l'homme préfère la poésie des mots à l'action pragmatique et aux initiatives tangibles.

Mamadou Koulibaly a choisi de succomber aux intimidations internes de son parti au détriment de cette réputation d'homme de conviction, pour laquelle certains ivoiriens l'adulent ».
LE PROFESSEUR Mamadou Koulibaly n’affirme t’il pas lui-même dans l’édition N° 2.630 du Magazine Jeune Afrique du 11 Juin 2011 : « Si les cadres du FPI souhaitent continuer comme avant, j’arrêterai la politique pour me consacrer à l’enseignement et à la recherche. » ?

Pendant de nombreuses années, nous avons suivi avec grande attention et un intérêt particulier chaque étape du face à face opposant le professeur Mamadou Koulibaly et SES choix dont lui seul détient la plénitude des RESPONSABILITES.

A l’évidence, entre musèlement volontaire des cadres du FPI et réserves justifiés d’une partie de l’opinion, il apparait clairement que le départ possible et très probable de Mamadou Koulibaly de son poste de 3eme Vice Président du parti n’était qu’un secret de polichinelle depuis la communication qu’il avait donné le 2 Juin 2010 au titre de Président de l’Assemblé Nationale sur le sujet de « La RESPONSABILITE de la classe politique devant l'opinion publique » lors du colloque organisé par la CSCI (Convention de la société civile en Côte d'Ivoire) – La crise interne du FPI née suite à ce pamphlet mémorable de Mamadou Koulibaly donna lieu à la longue « Affaire Tagro » qui fit tant d’émules. Le malaise était profond et fragilisait le FPI d’autant plus que la Côte d’Ivoire amorçait la période de précampagne pour les élections présidentielles.

Il convient de noter à juste titre que cette affaire avait eu le mérite de clairement affiché les conclusions de la démarche de Mamadou Koulibaly. Démarche en sorte d’énigme dont le vrai décryptage était sans équivoque. Ma conclusion était que Mamadou Koulibaly utilisait Le Ministre Désiré Tagro comme paravent, pour en vérité s’adresser/s’attaquer au Président Gbagbo.

Je cite

- […]"Ministre. Personne qui agit avec un grand pouvoir et une faible responsabilité." Ambrose Bierce - Le dictionnaire du Diable (un recueil de définitions formulées en formules assassines, corrosives et sans merci pour le genre humain) […] (Ici on peut entrevoir par exemple que le Ministre Désiré Tagro à une « faible responsabilité » dans l’échec de l’APO même si avec son «grand pouvoir » il l’a négocié, discuté, approuvé et conseillé au Président Gbagbo.  ALORS QUI EST LE VRAI RESPONSABLE DE CET ECHEC SELON MAMADOU KOULIBALY ?

Puis il conclue

- […] Laurent Gbagbo doit changer l’équipe en charge de négocier la sortie de crise. L’équipe qui a piloté l’Apo a atteint ses limites […]
et il termine par cet aphorisme de Friedrich Nietzsche extrait de son œuvre, « Le crépuscule des idoles » (1888) : « Le désillusionné parle : je cherchais des grands hommes, et JE N`AI TROUVE QUE DES HOMMES SINGEANT LEUR IDEAL. »

Pour moi : « Après analyses de ces morceaux choisis de la communication de Mamadou Koulibaly, il flotte comme un vent d’inachevé et de non dits (voulu ou non) d’un homme révolté qui choisit la voie du monologue et des paraboles acerbes pour communiquer avec le leader de sa famille politique (Laurent Gbagbo) en prenant pour cible annoncée et crédible l’un de ses bras droits dans la gestion de la sortie de crise politique (Désiré Tagro). Est-ce la bonne méthode ? J’en doute fort au vue du climat de tension né au sein du FPI (Front populaire Ivoirien) suite à cette intervention très musclé du 3è Vice-Président de ce parti politique. » Cela dit, Mamadou Koulibaly n’a pas en toute RESPONSABILITE, rendu son tablier.

Alors pour sortir de l’impasse, on se posa la difficile question de savoir ‘ET SI MAMADOU KOULIBALY DEMISSIONNAIT DU FPI ?’ Dans cet état d’esprit, le 7 Juillet 2010, donnant mon point de vue, je faisais ce constat : « L’affaire dite « Mamadou Koulibaly Contre Désiré Tagro » semble tourner à l’avantage du Président de l’Assemblée Nationale. Comme il le demandait, le Président de la République a saisit le Procureur pour une enquête. Au sein du FPI (Front Populaire Ivoirien) cela est perçu par certains comme une trahison de Mamadou Koulibaly envers sa famille politique et une situation inconfortable imposé au Président Gbagbo. 
De ce fait certains sont prêts à le clouer au pilori pendant que d’autres qui voient en son action les prémices d’une guerre de succession (au vue de certains piques lancés à Affi N’Guessan Président du FPI) DEMANDENT sa démission pure et simple pour ne pas mettre à mal la cohésion au sein du parti. 
Et si (raisonnement par l’absurde) Mamadou Koulibaly démissionnait du FPI dont il est le N°3 ? »
Cela dit, en toute IRESPONSABILITE, Mamadou Loulibaly n’avait pas rendu son tablier.

« Laissez Koulibaly parler. Si vous lui ôtez son franc parlé, il ne sera plus le même Koulibaly. Nous l’avons connu comme ça et nous l’aimons ainsi » disait le président Laurent Gbagbo comme pour dénouer la crise. Koulibaly n’en avait pas fini. Il parla en effet via un plaidoyer de plus de 30 pages adressé à ses camardes du FPI. Plaidoyer dans lequel il se plaignait de certains de ses camarades du FPI qui ne se gênait en allant lui casser du sucre sur son dos auprès du Président Gbagbo. Il confie entre autre que Le Président Gbagbo lui fit cas de sa propre expérience en tant que politicien. Un politicien doit s’habituer à prendre des coups. Cela a eu le mérite de lui (Gbagbo) donner une carapace pour se protéger. MAIS - Koulibaly fini son plaidoyer en affirmant que des coups, s’il en prenait, il en donnerait maintenant. Le Président Gbagbo aurait dû ajouter que si Koulibaly se sentait le besoin de donner des coups pour se soulager, il devait les donner de face et au dessus de la culotte, mais surtout, à un adversaire qui pouvait se défendre.

Après la rhétorique qui a été le socle des théories politiciennes de Mamadou Koulibaly, pourquoi abandonne-t’il le parti politique qui l’a dévoilé pendant qu’il a enfin toute latitude pour faire concrètement ses preuves ?

Les observateurs de la scène politique Ivoirienne en général, même ceux de dernières lignes, assistent en ce moment à une véritable parodie politicienne livrée en premier ligne par les nouveaux éclairés de « l’opposition dite Nouvelle, cohérente et Rationnelle». Ce sont à les entendre, les nouveaux alchimistes de la VRAI formule de la politique de l’opposition en Afrique. Cette propension risible consistant à conspuer le FPI pour justifier la création du LIDER (Liberté et Démocratie pour la République) m’inspire une légitime indignation.

La mise sur pied d’une organisation politique est un acte anodin voir banal dans notre pays depuis 1990. Cependant la démarche de Mamadou Koulibaly est une pure fadaise. Que cache t’elle ENCORE ? Il n’est visiblement pas en train de réinventer le fil à couper le beurre - certainement pas en prenant à défaut le FPI qui est ce parti politique trentenaire ayant connu la clandestinité pendant près d’une décennie du lutte dont l’aboutissement fut l’instauration du multipartisme. Multipartisme qui permet aujourd’hui au Président de l’Assemblée Nationale de prétendre créer un nouveau parti politique. Quelle est la motivation réelle de Mamadou Koulibaly ? Le FPI va-t-il être abusivement dissout par Alassane DRAMANE Ouattara ?

Se murant derrière des vitraux transparents et fragiles, espérant une sécurité relative et à tous points de vue anesthésiante face au rollot compresseur déployé par le pouvoir brutal d’Alassane DRAMANE Ouattara, Mamadou Koulibaly a exposé la laideur exécrable issue de la semence d’un égocentrisme infini. Tous pour lui, a mort le FPI qui AURAIT échoué, pour que vive SON opposition rénové. C’est quoi l’échec du FPI ? Avoir perdu la guerre contre la rébellion armée et son soutien économique, logistique et militaire de la communauté Internationale ?

Liberté et Démocratie pour la République : Comment REinstaurer la démocratie dans notre pays alors que foulant du pied les règles élémentaires du droit, DES libertés sont confisqués par le Pouvoir en place suite à son coup d’état Militaire accepté par l’opposant Nouveau ? La démocratie peut elle s’exprimer sans les libertés de droit ? Vu que certaines libertés juridiquement acquises mais violés ne sont pas LA PRIORITE de l’opposant Nouveau, je me pose des questions sur la justesse de la dénomination de son parti ‘Liberté et Démocratie pour la République’ dont « le nom porte en lui-même une part de sa vision » selon les termes de son créateur qui est censé être le modèle par excellence.

mk2.jpg

Pouvons-nous avoir à nouveau une vraie démocratie sans avoir au préalable éliminé toutes les restrictions dans ce domaine ? NON. Le droit bafoué est il une restriction flagrante à la démocratie ? A l’évidence, OUI.

Happé dans cette spirale vicieuse, il ressort que Mamadou Koulibaly tente de nous embourber dans un interminable tunnel sombre dont la sortie ne sera jamais creusée. Mais cette fois, il lui sera difficile de pointer du doigt un bouc émissaire parfait en guise de circonstance atténuante.

Cependant ils sont nombreux à avoir pris le train LIDER Express. Certains par simple opportunisme, d’autres par crainte de la fin du Front populaire Ivoirien. Tant mieux !!! Cela a le mérite de chercher à faire avancer le parti et la Côte d’Ivoire avec des mains fiables. Les rescapés du FPI et de La Majorité Présidentielle conduite par Laurent Gbagbo, totalement empreint de l’idéologie novatrice de la Refondation devront se défaire de la dédaigneuse image astucieusement estampillé sur ce concept positivement idéalise et se remettre à l’ouvrage sans ruminer sur l’attitude des camarades qui auront décidé de faire rapidement et facilement volte-face. L’ennemi du LIDER ne saurait être le FPI ; ils semblent ne pas le comprendre. Chose normal vue qu’il n’arrive pas à se convaincre de leur attitude à la limite bordélique. L’adversaire du FPI n’est autre que le RDR en attendant la dislocation programmé du RHDP ; cela, tous les militants-sympathisants du FPI et de La Majorité Présidentielle doivent en être durablement imprégné.

La saison de souffrance et de dur labeur à laquelle le parti politique de Laurent Gbagbo est condamné ne sera pas éternelle. Le ver que nous voyons partir était dans le fruit lorsqu’il est tombé du grand arbre trentenaire. Le Fruit n’est pas encore pourri et ses graines sont intactes, belle et pleine de vie. Avec courage et détermination, retirons les bonnes graines, semons à nouveau. Labourons en chantant l’hymne Nationale de la Côte d’Ivoire. « Salut ô Terre de l’Esperance », avec l’espoir de construire cette Côte d’Ivoire dont nous rêvons, arrosons abondamment notre champ de la sueur d’un travail de forcené pour que survive le FPI, pour que REvive la Côte d’Ivoire.

ci.jpg

23 mars 2011

SUPPRESSION par "facebook France" de la page Officielle du Président Laurent Gbagbo: POURQUOI ?

Les facebookers et autres internautes pour la défense des institutions de notre pays la COTE D'IVOIRE viennent ENCORE une fois d’être victime d’un nouveau coup bas aussi grotesque que risible de la part de l’administration de facebook France.

Après les récurrentes suppressions de certains profils de facebookers qui se sont consacrés depuis des mois à la défense de la vérité politique et électorale en Côte d’Ivoire en apportant un soutien sans faille et très argumenté au Président Gbagbo, aujourd’hui, c’est la page facebook OFFICIELLE du Président LAURENT GBAGBO qui est la victime de cette cabale honteuse. POURQUOI ? La question reste posée, mais nous avons un début de réponse qui semble visible et probant.

1 Campagne face book Gbagbo.jpg

Dans sa parution du 29 Décembre 2010, le quotidien Français « Le Monde » publiait un article intitulé « Les Partisans de Gbagbo organisent LA RIPOSTE sur le Web ». Ce billet annonçait l’inquiétude des médias Français face à la réplique des bloggeurs et facebookers Ivoiriens qui ne restaient pas muet devant l’arsenal déployé pour distribuer des mensonges et de l’intox taillée sur mesures pour des gens pas vraiment au fait de l’actualité Ivoirienne. Morceaux choisis :

1.jpg

« Internet, refuge des partisans de Laurent Gbagbo ? Alors que le président ivoirien sortant s'accroche au pouvoir malgré sa défaite constatée dans les urnes, le Web fournit à ses supporters un espace privilégié pour tenter d'influencer l'opinion. […]

Depuis, le Web sert d'outil de communication aux pro-Gbagbo. Sur leurs sites de campagne ou leurs blogs, sur les réseaux sociaux Twitter, MySpace, Viadeo ou Facebook, mais aussi sur les plates-formes de vidéos Dailymotion ou YouTube, ils martèlent un seul message : leur candidat a gagné l'élection qui l'opposait à Alassane Ouattara. Et les pays étrangers, France en tête, tentent de faire croire l'inverse car cela sert leurs intérêts. […]

GBAGBO AVAIT FAIT DU WEB UNE PRIORITÉ POUR SON ÉLECTION

La position de force des partisans du président sortant sur le Web est tout sauf un hasard :  Laurent Gbagbo avait fait du Web une priorité de sa campagne. Le magazine Jeune Afrique le notait en octobre, "conscient de l'importance croissante du Web et de la blogosphère", Laurent Gbagbo "n'a pas lésiné sur les moyens" : site de campagne multimédia avec WebTV dédiée, nombreux sites de soutien, comptes sur la plupart des grands réseaux sociaux, réseau de blogs partisans… "

Le million d'internautes ivoiriens, essentiellement des jeunes, mais aussi la diaspora à l'étranger, étaient les premières cibles de cette CYBERCAMPAGNE D'UNE IMPORTANCE RAREMENT ATTEINTE SUR LE CONTINENT AFRICAIN. […]

Cette activité paye : La page Facebook de Laurent Gbagbo, qui reprend articles et vidéos issues de médias favorables au président sortant, est forte de plus de 20 000 "fans", alors que celle d’Alassane Ouattara n'en compte que 9 000. »

De la publication de cet article à ce jour, les PATRIOTES Ivoiriens ont mieux organisé la riposte sur toutes les plates formes web et accentué l’expression de la vérité sur facebook. Sur facebook, les « fans » de Gbagbo dans le monde sont passés de 20 à 32.000 pendant que Alassane Ouattara l’homme politique DIT populaire avait du mal à atteindre 12.000 « fans » sur sa page officielle. Alors que faire pour tenter de changer la donne en jetant de la poudre aux yeux des LOINTAINS observateurs de la scène politique Ivoirienne ?

Ils n’ont pas trouvé mieux que de « casser le thermomètre pour TENTER de faire tomber la fièvre » pro-Gbagbo. Qu’est ce que facebook France vient de faire ainsi en supprimant de manière très arbitraire la page facebook officielle du Président Laurent Gbagbo ainsi que les trois profils d’utilisateurs qui l’administrent ? Serait-ce une manière de museler encore plus le Président Gbagbo et les Ivoiriens encore respectueux de leur pays et de ses institutions ?

La Déclaration universelle des droits de l'Homme, référence internationale fondamentale dans le domaine des droits de l’Homme adoptée le 10 décembre 1948 à Paris dit en sont article 19 : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, SANS CONSIDERATIONS DE FRONTIERES, les informations et les idées PAR QUELQUE MOYEN D'EXPRESSION QUE CE SOIT. »

facebook ne fait pas exception à la règle d’autant plus que les conditions d’exclusions de facebook n’ont visiblement pas étés violées sur cette page. Alors pourquoi cet acharnement sans bornes et tous azimuts sur Laurent Gbagbo et ses sympathisants ?

C’EST UNE HONTE !!! pour facebook France, mais une grande victoire pour les facebookers pour Gbagbo qui sont ainsi confortés dans la conviction que leur action n’aura pas été vaine et sans fruits de qualité, car comme le dit l’adage « on ne jette pas de pierres à un arbre qui ne porte pas de bons fruits »

1961414491.jpg
Comme il est mentionné dans la description de notre groupe pilote : « Ce groupe est un espace d'échanges pour tous nos amis sur Facebook en vue de la défense des institutions de notre pays la COTE D'IVOIRE avec à sa tête LAURENT GBAGBO. Barrons la route à l'imposture et au complot International contre nos institutions incarnées par LAURENT GBAGBO le président élu et proclamé de la République de COTE D'IVOIRE. » Nous allons continuer à nous exprimer d’une manière ou d’une autre en ayant cette vision comme leitmotiv.

Cependant, les facebookers pour Gbagbo, tout en exprimant leur mécontentement face à ce genre d’exclusions et de privations d’un autre âge, engagent une action en vue la réhabilitation de la page facebook du Président Laurent Gbagbo via une pétition en ligne lancée par Mr Abel Naki l'initiateur et créateur du groupe. Pétition qui sera transmise à facebook France dans le but de restituer à cette page facebook ses 32.000 « fans » et toutes ses publications.

729104974.jpg

Vive Le Président Gbagbo pour que triomphe la vérité. Vive la Côte d'Ivoire

 

Claudus Kouadio - Côte d'Ivoire "Président National des facebookers pour Gbagbo"

11 mars 2011

CRISE POST ÉLECTORAL EN COTE D'IVOIRE: "PROPOSITIONS" DU PANEL DE L'UNION AFRICAINE. COMMUNIQUE DE LA 265 ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

 

 

ua-logo.jpg

 

 

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

UNIÃO AFRICANA

P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia,   Tel.: (251‐11) 551 38 22     Fax: (251‐11) 551 93 21

Email: situationroom@africa‐union.org

CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

265 EME REUNION

10 MARS 2011 ADDIS ABEBA, ETHIOPIE

 

 

PSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

COMMUNIQUEPSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

 

COMMUNIQUE

 

make_peace_happen.gif


 

Page 1

COMMUNIQUE DE LA 265 ème

REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

 

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 265ème réunion,tenue le 10 mars 2011, au niveau des chefs d’Etat et de Gouvernement, a adopté la décision qui suit sur la situation en Côte d’Ivoire :

Le Conseil,

1. Prend note du rapport du Groupe de haut niveau pour le règlement de la crise en Côte d’Ivoire, créé aux termes du paragraphe 6 du communiqué PSC/AHG/COMM(CCLIX) adopté lors de sa 259ème réunion tenue le 28 janvier 2011 [Document PSC/AHG/2(CCLXV)].

Le Conseil prend également note des déclarations faites par le Président Alassane Dramane Ouattara, ainsi que par le représentant de S.E. Laurent Gbagbo ;

2. Réaffirme l’ensemble de ses décisions antérieures sur la crise postélectorale que connaît la Côte d’Ivoire depuis le 2ème tour de l’élection présidentielle, le 28 novembre 2010, reconnaissant l’élection de M. Alassane Dramane Ouattara en qualité de Président de la République de Côte d’Ivoire;

3. Félicite le Groupe de haut niveau pour son engagement et  les efforts soutenus qu’il a déployés dans la recherche d’un règlement pacifique à la crise actuelle en Côte d’Ivoire. A cet égard, le Conseil rend hommage aux Présidents Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie, Jacob Zuma d’Afrique du Sud, Blaise Compaoré du Burkina Faso, Jakaya Kikwete de Tanzanie et Idriss Déby Itno du Tchad, ainsi qu’aux Présidents des Commissions de l’UA et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Dr. Jean Ping et M. James Victor Gbeho, pour leur contribution à la recherche d’une solution à la crise actuelle en Côte d’Ivoire. Le Conseil félicite également tous ceux qui ont apporté leur coopération au Groupe de haut niveau dans l’accomplissement de son mandat. Le Conseil exprime son appréciation au Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki‐moon, pour l’appui apporté au Groupe, à travers son Représentant spécial en Afrique de l’Ouest, Said Djinnit ;

4. Exprime sa grave préoccupation face à la détérioration rapide de la situation sécuritaire et humanitaire, depuis la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle. Le Conseil note que, faute d’une solution rapide à la crise actuelle, la Côte d’Ivoire risque de sombrer dans une violence généralisée aux conséquences incalculables pour ce pays, ainsi que pour la région et l’ensemble du continent ;

5. Réitère sa ferme condamnation de toutes les exactions et autres violations des droits de l’homme, menaces et   actes d’intimidation, ainsi que des actes d’obstruction de l’action de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), et déplore profondément les pertes en vies humaines et actes de destruction de biens intervenus dans certaines parties de la Côte d’Ivoire;   PSC/AHG/COMM.1(CCLXV)

Page 2

6. Réaffirme sa conviction que la crise postélectorale en Côte d’Ivoire requiert une solution politique d’ensemble qui permette de préserver la démocratie et la paix, et favorise une réconciliation durable entre tous les Ivoiriens ;

7. Fait siennes les recommandations du Groupe   de haut niveau telles que contenues dans le rapport du Groupe de haut niveau et entérine les propositions faites en vue d’une solution politique d’ensemble à la crise en Côte d’Ivoire, qui offrent une base viable pour une sortie de crise permettant de concilier le respect de la démocratie et la quête de la paix.

A cet égard, le Conseil rappelle les dispositions du paragraphe 6 (c) du communiqué de sa 259 ème réunion affirmant que les conclusions du Groupe, telles qu’elles seront entérinées par le Conseil, seront  contraignantes pour toutes les parties ivoiriennes;

8. Demande au Président de la Commission de nommer un Haut Représentant chargé de la mise en œuvre de la solution politique d’ensemble, telle qu’entérinée par le Conseil, et de mener à bien le processus de sortie de crise selon les modalités ci‐après :

(i) tenue, sous l’égide de l’UA et de la CEDEAO, dans un délai de deux semaines maximum, de négociations entre les parties ivoiriennes afin d’élaborer un schéma de mise en œuvre des propositions du Groupe de haut niveau telles qu’entérinées par le Conseil, avec l’octroi de toutes les garanties nécessaires pour tous les acteurs concernés, en particulier le Président sortant, S.E. Laurent Gbagbo,

(ii) mobilisation de l’appui des partenaires de l’UA en vue de la conclusion rapide de l’Accord de sortie de crise, et

(iii) soumission, à une réunion du Conseil, d’un rapport exhaustif sur les résultats de ses efforts ;

9. Demande aux parties ivoiriennes d’apporter leur entière coopération à la mise en œuvre effective,  dans les délais impartis, des propositions du Groupe, ainsi que de s’abstenir de toute action de nature à compliquer la situation et le processus de sortie de crise ;

10. Souligne sa détermination à prendre, à la lumière des résultats des négociations visées au paragraphe 8 (i) du présent communiqué, et    sur la base des instruments pertinents de l’UA, toutes les mesures que la situation appellerait ;

11. Demande au Président de la Commission de transmettre la présente décision au Conseil de sécurité des Nations unies, à la CEDEAO et aux autres partenaires de l’UA;

12. Décide de rester activement saisi de la question.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FOUTAISE !!!

On attendait RIEN du Panel de l'UA et on avait bien raison... Entre Blaise Compaoré le COMPLICATEUR VENDU, Idriss Deby le chef rebelle maintenant en costume cravatte qu'on vient de prendre avec 30 conteneurs d'armes en partance du Tchad pour être livré à l'Onuci à San Pédro, le Tanzanien Jakaya Kikwete dont la france vient d'annuler la dette il y a trois jours juste pour ACHETER SON SILENCE, VOUS ESPÉRIEZ QUOI ? RIEN...

On a vu le GTI (Groupe de travail International) de l'ONU faire pire dans notre pays en proposant même la dissolution pure et simple de notre Assemblée Nationale. Résultat ? Il n'en a rien été et la Côte d'Ivoire a continuer sa marche difficile mais vers l'avant... EN AVANT donc !!!

Ces mafieux veulent nous imposer à la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara leur homme de patte à modeler: malléable à souhait. Nous devons dire NON.
Ils qualifient leur PROPOSITION/décision farfelu de CONTRAIGNANTE: que sera la nature de cette contrainte si ce n'est que de faire une guerre injuste et sans fondement vrai à un pays LIBRE qui se veux totalement souverain pour acquérir la plénitude de sa dignité bafoué par des décennies d'exploitations abusives ?


 

10 mars 2011

Crise post électoral: le camp Gbagbo rejette les propositions du panel de l'UA

Les émissaires de Laurent Gbagbo, Pascal Affi N'guessan et Alcide Djédjé, ont rejeté les propositions des membres du panel de l’UA pour résoudre la crise ivoirienne. Non rendues publiques pour l’instant, celles-ci réaffirment vraissemblablement la position de l’UA selon laquelle le président sortant doit quitter le pouvoir. Une reprise de la guerre civile paraît de plus en plus inévitable.

aff.jpg

C’était attendu : les émissaires de Laurent Gbagbo à Addis Abeba ont rejeté en bloc les propositions du panel de chef d’État de l’UA visant à résoudre la crise ivoirienne, en faisant clairement référence à une reprise de la guerre civile dans le pays.

« Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable », a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, à l'issue de la consultation avec les membres du panel, qui n'a pas rendu publique ses conclusions censées être « contraignantes » pour les parties.

"Fuite en avant"

« MALHEUREUSEMENT, NOUS AVONS CONSTATE QUE LE PANEL DE HAUT-NIVEAU S'EST CONTENTE DE REPRENDRE CE QUE NOUS SAVONS DEJA. LE PANEL EST DANS L'INCAPACITE DE NOUS DONNER LES ARGUMENTS QUI FONDENT CETTE DECISION, a affirmé Affi Nguessan. (...) Nous continuons la fuite en avant. TOUT LE MONDE S'APPUIE SUR L'ANNONCE DU HAUT-REPRESENTANT DE L'ONU » EN COTE D'IVOIRE, CHOI YOUNG-JIN, QUI A DECLARE OUATTARA VAINQUEUR DE LA PRESIDENTIELLE DU 28 NOVEMBRE DERNIER.

« MAIS SI CET ELEMENT ETAIT FAUX ? S'IL NE REFLETAIT PAS LA REALITE ? », a-t-il ajouté, sans apporter aucune preuve à ses dires. « Si cette initiative ne débouche pas sur des propositions pertinentes et irréfutables, suffisamment convaincantes, nous craignons que l'UA contribue en quelque sorte à parachever le coup d'État entamé en 2002, et qui s'est mué en coup d'État électoral à travers les dernières élections présidentielles », a poursuivi l'ancien Premier ministre ivoirien.

Ouattara silencieux

« Nous craignons qu'en accompagnant ce coup d'État là, l'Afrique, l'Union Africaine ne contribuent à aggraver la situation et être comptables d'une éventuelle guerre civile qui pourrait avoir lieu parce que la population n'aurait pas été convaincue de la pertinence de ce choix », a-t-il menacé, en oubliant fort opportunément la majorité d’Ivoiriens qui ont voté en faveur de Ouattara.

De son côté, ce dernier n’a fait aucun commentaire sur les propositions du panel de l'UA. Celui-ci doit désormais présenter ses conclusions au Conseil de paix et de sécurité (CSP) de l'organisation continentale, qui réunit 15 pays africains, dont six représentés jeudi par leur président. 

Source: Jeune Afrique