topblog Ivoire blogs

30 août 2013

Ghana: JUSTIN KATINAN KONÉ gagne son procès face à Alassane Dramane Ouattara

 fpi, alphonse douaty, kone katinan, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus, Osu Court , Accra , Fier Ivoirien

Le ministre JUSTIN KATINAN KONÉ vient de remporter son procès à Osu Court (Accra) face aux avocats de l'imposture de pouvoir dictatorial qui règne en Cote d'Ivoire.
Le ministre Koné Katinan en conférence de presse improvisée a dédié sa victoire au président Laurent Gbagbo et a remercié la justice Ghanéenne.
[ Compilation du Compte rendu du Camarade Fier Ivoirien ]

- Nous y reviendrons pour plus de détails.

26 septembre 2012

(Mise à Jour) ACCRA-AFFAIRE KATINAN : Après maintes reports du procès, la liberté provisoire accordée

5 Septembre 2012: Compte rendu de  Idriss Ouattara, Président des Agoras & Parlement de CI - En Exil au Ghana.

PROCES DE KONE KATINA. Le Juge se déclare incompétent pour l'extradition et juge légale la procédure d'arrestation de KATINA. L'affaire renvoyée à demain: Tous les détails.

Idriss Ouattara, fpi, alphonse douaty, kone katinan, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus

Le procès du Ministre Kone Katina vient de s'achever[...]. Comme la premiere fois j'y étais au nombre des 5 persones autorisées à y assister comme soutien à Katinan.

Sur le dossier, le juge devait se prononcer sur 2 points: la légalité de l'arrestation et l'extradition.

Sur le 1er point, l'avocat de Katinan a d’entrée dénoncé l’illégalité de la procedure et demande la libération provisoire de son client. Mais le procureur ghaneen a estimé que cette arrestation était plutôt légale. Au vu des pièces fournies par le procureur le juge a suivi la partie plaignante. Monsieur Katinan sera maintenu jusqu'a la fin du procès à moins qu'une demande de libération sous caution ne soit introduite.

Sur le 2eme point le juge s'est déclaré incompetent et a renvoyé l'affaire devant un juge spécialisé en matière d'extradition dans une autre juridiction dans le District d'OSSOU. Le procès sur l'extradition tant attendue aura finalement lieu demain.

Aux patriotes, nous demandons de rester sereins car le coeur du proces c'est l'extradition et non la legalite de la détention. Apres la position sans ambage du Président Ghanéen hier qui a definitivement trancher cette affaire nous sommes tous convaincus de l'issue heureuse de ce procès.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 6 Septembre 2012

PROCÈS DE KONE KATINA A NOUVEAU REPORTE AU 13 SEPTEMBRE: LES DÉTAILS

Ce matin de 9h30 a 10h40 nous avons assiste comme prévu au procès de Katinan.

L' avocat de Katina a demande la liberté sous caution refusée par le juge sous prétexte que le temps de détention de Katinan (14 jours) n’était pas irraisonnable eu égard a la gravite des faits qui lui sont reproches.

Sur le fond de l'extradition le débat n'a pas eu lieu ce jour. La partie plaignante a demande un report parce qu'elle n’était pas pas prête aujourd'hui à débattre sur la procédure d'extradition. Le juge a accédé à a la requête et a reporte le procès au 13 septembre. Toutefois le juge a mis en garde l'accusation que si le 13 septembre elle n’était toujours pas prête il libérera Kone Katinan parce qu'il n'entend pas le détenir encore plus longtemps.

Aux patriotes nous voulons les rassurer que Katinan sera libéré a la fin de ce procès. Mais nous sommes en droit et les procédures sont parfois complexes. C'est pourquoi nous leur demandons un peu de patience et de la sérénité. c'est le résultat final qui compte dans ce procès.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 13 Septembre 2012

LE PROCES ENCORE REPORTE AU 25 SEPTEMBRE: LES DETAILS 

L'accusation a dit au juge qu'elle n'est pas encore prête au niveau des documents à exploiter contre Katinan. Selon elle c'est seulement hier qu'elle a recu les documents ( preuves) du gouvernement ivoirien accusant Katinan et qu'elle n'a pas pu traduire en anglais. Elle a donc demandé à nouveau un report accepté par le juge. Le procès a été très bref. 

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus 25 Septembre 2012

TOUS LES DETAILS DE LA MISE EN LIBERTE DE KONE KATINAN COMME SI VOUS Y ETIEZ.

idriss ouattara,fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus

Dès l'entame du procès le juge a demandé à l'accusation de fournir enfin les preuves contre Katinan. A la surprise générale celle ci répond qu'elle n'est pas prête parce qu'elle n'a "toujours pas pu traduire les documents". Le magistrat réagit en dénonçant la lenteur de la traduction qui bloque le procès. 

Comment on peut accuser quelqu'un depuis un mois sans être en mesure de fournir les preuves s’étonne le juge. Il passe aussitot la parole à l'avocat de Katinan qui lui estime qu'en vérité l'accusation n'a pas de preuves contre son client et demande en conséquence sa libération. 

Le juge redonne la parole cette fois à l'accusation et lui demande de dire exactement quand elle pourra finir la traduction des documents de sorte à ne pas encore dire ce jour là qu'elle n'est pas prête. L'accusation avance la date du 11 Octobre comme date raisonnable pour elle. Le juge maintient cette date comme celle de la prochaine séance tout en la mettant en la garde "pour la derniere fois". Il fait aussi droit à la demande de liberté sous caution demandée par l'avocat de Katina. Le juge accède à la requete et fixe la caution a 50 thousands Ghana cedis  à laquelle quelqu'un devra "simplement" se porter garant. 

Katinan doit une fois par mois se presenter dans les locaux de la DST jusqu'a la fin du procès. 

Remarque du jour: Le proces n'a duré qu'une trentaine de minutes environ. 

Le juge Ghanéen à notre surprise se debrouille bien en Francais et a même beaucoup taquiné Katinan. A present je suis avec Katinan et nous sommes en train de remplir les formalités administratives afin qu'il regagne son domicile en début d'apres midi. 

Merci Dieu pour le triomphe de la verite.

Compte rendu de  Idriss Ouattara, Président des Agoras & Parlement de CI - En Exil au Ghana.

04 septembre 2012

GHANA, EXTRADITION DES RÉFUGIÉS (Affaire Katinan): LE PRÉSIDENT JOHN DRAMANI MET FIN AU DEBAT

John Dramani Mahama, John Ivans Atta Mills,  fpi,alphonse douaty, kone katinan, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus, claudus

"Au cours d’une conférence de presse publique radio télévisée qu’il a animé ce matin à Accra International Conference Center, le président ghanéen a fait le tour de l’actualité socio-politique. Il s’est livré à une présentation de son orientation politique et économique pour les quatre prochains mois avant l’élection présidentielle de décembre 2012.

A la question d’un journaliste qui s’inquiétait de savoir si l’affaire Koné Katinan, porte parole du président Laurent Gbagbo arrêté dans la capitale ghanéenne le 24 aout et contre qui est intenté une procédure d’extradition par le gouvernement Ouattara, ne gênerait pas son prochain voyage à Abidjan, le président John Dramani a tenu a faire des mises au point importantes.

D’entré, il a précisé que son déplacement dans la capitale ivoirienne le 07 septembre 2012 n’est en aucun cas une visite d’état mais plutôt une tournée africaine pour dire merci à tous les chefs d’état qui se sont déplacés lors des funérailles de l’ex président John Ivans Atta Mills. La preuve est qu’il se rendra le lendemain en Afrique du Sud pour remercier les autorités de ce pays.

Deuxièmement, se voulant très rassurant, il a assené que tous les refugiés vivant au Ghana sont sous la protection des lois ghanéennes qui excluent toute extradition. Pour John Dramani, ce n’est pas lui qui le dit mais les lois et la constitution ghanéennes. Voila qui met fin au débat. Définitivement."

Compte rendu de Steve Beko - Patriote Ivoirien, activiste du web en exil au Ghana.

Comme nous le disions ce 1er Septembre dans AFFAIRE KATINAN KONE: Le Ghana en Procès contre sa souveraineté: "Nous osons espérer qu'à la difference du Togo qui a "livré" manu-militari le ministre Moise Lida Kouassi à la furie des tortionnaires de la DST Ivoirienne, le Ghana ferra encore preuve d'intégrité en appliquant "scrupulesement" les textes de lois qui régissent le fonctionnement de cette nation soeur et hôte de milliers de réfugiés et exilés politique Ivoiriens.

En dépit des pressions de toutes sortes, le Ghana doit demeurer digne d'autant plus que le monde entier aura les regards fixés sur ce pays tout au long de ce procès d'un autre âge. Le Ghana ne doit pas accepter de subir une sorte d’irrédentisme d'un quelconque pays sur son appareil judiciaire. PLUS QUE LE PROCÈS DE JUSTIN KONE KATINAN, C'EST LE GHANA QUI SERA EN PROCÈS CONTRE SA SOUVERAINETÉ."

Affaire à suivre demain.

01 septembre 2012

Tentatives d'éradication du FPI: le SG Laurent Akoun condamné par le tribunal de l’injustice.

 fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus,claudus,le patriote

BIS REPETITA:
Comme en 1992 suite à la marche historique du 18 Février, Laurent AKOUN est à nouveau incarcéré à la Maison d'arrêt et de Correction d'Abidjan par le mesquin dessein tyrannique du même ALASSANE DRAMANE OUATTARA... 
Les velléités bordéliques de quête de nouveaux atermoiements pour "éradiquer" le FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN sont en marche tel un rouleau compresseur qui veut briser toute contestation. 
Toutefois, la perfidie exécrable de cette imposture militarisé
 ne fait que réduire à néant son manque de crédibilité déjà criard. 
- Bien que muselé par le carcan de l'injustice et de l'oppression, le silence du juste sera inéluctablement plus retentissant que le "bruit" caverneux du mensonge et de la fourberie. 

Laurent Akoun entre à nouveau dans l'épreuve avec la DIGNITÉ et l'HONNEUR du combattant pour la DÉMOCRATIE et la LIBERTÉ. Le sacrifice de ce leader charismatique ne sera pas vain; Le FPI n'en sortira que grandi.
#TENEZ BON Camarades Militants ! #Ovajab !

Le live du Nouveau Courrier 

fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus,claudus,le patriote

- Mise à jour de 12 heures 25 GMT : Pour démonter l'argumentaire qui veut créer un lien entre des propos publics de Laurent Akoun et les attaques contre les FRCI, les avocats du secrétaire général du FPI lui ont demandé s'il y a eu une confrontation, durant l'enquête, entre lui et des personnes inculpées dans le cadre de ces attaques, et qui l'auraient désigné comme commanditaire. Il a répondu par la négative. Ils lui ont également demandé si ses appels à la remobilisation visés évoquaient une remobilisation à des fins démocratiques. Il a répondu positivement, d'autant plus facilement que les comptes-rendus de ses propos incriminés évoquent un retour au pouvoir par la voie des urnes. De son côté, le procureur a requis une peine d'emprisonnement ferme de cinq ans contre le SG du FPI et a appelé le juge à ne lui accorder aucune circonstance atténuante.

fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus,claudus,le patriote

- Mise à jour de 14 heures 40 GMT : Laurent Akoun a été condamné par le juge Koné Brahman à six mois de prison ferme et à un an de privation de ses droits civiques et politiques. Le procureur avait requis cinq ans de prison ferme et avait demandé qu'aucune circonstance atténuante ne soit admise par le juge. 

- Mise à jour de 14 heures 55 GMT : Première réaction d'un officiel du FPI après la condamnation de son secrétaire général, Laurent Akoun. Le secrétaire national à la communication et au marketing politique, le Dr Augustin Guehoun : «C’est une décision scandaleuse. La justice, qui est aux ordres du régime, s'est engagé avec lui dans Le un projet de décapitation de l’opposition. Le gouvernement devrait prendre un décret pour interdire le FPI et faire tomber le masque.» 
 


- Mise à jour de 15 heures 10 GMT : Maître Hervé Gouaméné, avocat de Laurent Akoun, annonce : "Cette décision est une décision injuste. Nous allons faire appel". La femme et les enfants du secrétaire général du FPI étaient présents dans la salle d'audience, les yeux embués de larmes. La consternation se lisait sur le visage des militants du FPI et des proches du concerné à la lecture du verdict. 

- Mise à jour de 15 heures 30 GMT : Une précision, importante : Laurent Akoun a aussi été condamné à un an d'interdiction de séjour en Côte d'Ivoire, en dehors de son village, Memni, dans le voisinage de la ville d'Alépé, au sud du pays.
 

ACCRA-AFFAIRE KATINAN KONE: Le Ghana en Procès contre sa souveraineté

 fpi,alphonse douaty, KONE KATINAN, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus, claudus, le patriote

Dans son édition du Samedi 25 Août 2012, l'officine propagandiste du RDR qu'est le journal "Le Patriote" publie:

 fpi,alphonse douaty, KONE KATINAN, laurent akoun, laurent akoun arrêté, dst, miako oureto, amani n'guessan michel, laurent gbagbo, haye, cpi, frci, dozo, alassane dramane ouattara, le blog de claudus, claudus, le patriote

"Koné Katinan arrêté au Ghana. Il sera extradé par vol spécial aujourd'hui". Un REBELLOTE de la même fadaise qui avait suivi sa prétendue arrestation puis son extradition imaginaire depuis le Cameroun le Samedi 16 Juin 2012. 

fpi,alphonse douaty,kone katinan,laurent akoun,laurent akoun arrêté,dst,miako oureto,amani n'guessan michel,laurent gbagbo,haye,cpi,frci,dozo,alassane dramane ouattara,le blog de claudus,claudus,le patriote

En effet, déjà dans son édition N° 3773 (du Samedi 16 Juin 2012) "Le Patriote" annonçait:"Après Lida Kouassi, Koné Katinan arrêté hier. Il sera extradé dans quelques heures - Koné Katinan Justin qui se présente comme le porte-parole de l’ex-président déchu a été mis aux arrêts hier au Cameroun. [...] Répondeur-automatique de la Refondation en exil, Koné Katinan s’est illustré par des déclarations en l’emporte-pièce. [...] Il sera extradé dans les heures qui suivent. [...]"

Autant de précisions ne devraient souffrir d'aucun doute. Et pourtant ces "quelques heures" ont fini par couvrir plus largement ce canard du triste voile de la honte qu'il porte bon an, mal an avec une certaine fierté. Aucun avion à l'horizon pendant des heures et des jours si ce n'est peut être celui de Alassane Dramane Ouattara qui passe plus de temps dans les airs qu'au sein du palais présidentiel pour lequel il a fait la guerre à la Côte d'Ivoire pendant plus d'une décennie.

Toutefois, cela n'a rien d'extravagant venant de ce "torchon" qui a pour mission essentielle d'entourlouper une certaine frange de la population Ivoirienne, en dirigeant les spots de la véritable actualité du pays vers d'autres horizons. Pour remplir cette besogne visant à distraire ces gens peu avertis qui gobent à satiété la production de cette industrie de mensonges, pas des journalistes mais une cohorte de mercenaires de la plume et autres barbouzes du clavier.

Pour ne pas donner du bon grain à moudre à cette piteuse fabrique d'intoxication médiatique, le Ministre Koné Katinan a juste dit pour rassurer les militants de La Majorité Présidentielle: "Je suis surpris d'apprendre que j'ai été arrêté au Cameroun et qu'on s'apprêterait même à m'extrader. Comme on peut le constater, je suis bien là et je n'ai pas été arrêté. Je me porte bien."

Toutefois, il était dorénavant clairement établi que Alassane Dramane Ouattara voulait la "peau" du Ministre Katinan; encore plus depuis que celui ci a refusé de le rencontrer sur demande officielle lorsque Ouattara était de passage à Accra en visite d'Etat le 6 Octobre 2011. Katinan avait pris cette noble décision pour protester contre les humiliations infligés au Président Gbagbo. 

Retour au Samedi 25 Août 2012: LA NOUVELLE AFFAIRE KATINAN KONE.

De retour de Johannesburg où il participe aux travaux de l’African Forum sur invitation de l’ex-président Sud-Africain Thabo Mbeki, le Ministre Katinan Koné est arrêté par des policiers Ghanéens à la sortie de l’aéroport International Kotoka d’Accra après avoir effectué en bonne et due forme toutes les procédures d'usage en la matière. 

A la lecture des informations recueillis de plusieurs sources et après analyses, cette interpellation qui de prime abord peut paraître anodine, cache vraisemblablement une tentative d’enlèvement commanditée probablement par le régime en place en Côte d'Ivoire via quelques policiers véreux qu'ils ont réussi à soudoyer à Accra. Cela n'a fait que créer un malaise "de plus" entre la Côte d'Ivoire dictatoriale et le Ghana qui se veut un état de droit. Cet imbroglio naissant et les pressions multiples ont contraint les autorités Ghanéennes au mutisme pendant deux jours avant d'officialiser l'arrestation du ministre Katinan une fois les contours de cette affaire cernés. 

Finalement, contrairement à la prétendue extradition automatique annoncée à grand renfort de "médias poubelle", l'affaire a été portée devant les tribunaux Ghanéens. 

Interrogé à ce propos par le Journaliste Frank Toti du "Nouveau Courrier", Me Lucie Bourthoumieux, l’un des avocats du ministre Katinan dans cette affaire répond: "L’Etat ghanéen doit venir se prononcer devant la justice sur les raisons de ce qu’on peut appeler la privation de liberté, ou alors de la mise en sécurité de M. Koné Katinan. La Cour nous a donné raison en désignant un juge qui a convoqué l’Etat et fixé une date d’audience relativement rapprochée, c’est à dire vendredi prochain. De façon à ce que l’Etat vienne s’expliquer sur le fait que notre client, M. Koné Katinan, soit mis en sécurité depuis vendredi dernier, et pendant plus de 48 heures. Je pense que l’Etat ghanéen viendra expliquer qu’il a procédé ainsi parce que le gouvernement Ouattara avait demandé que Koné Katinan soit extradé

A partir de là, on demandera au juge de se prononcer sur la légalité de cette demande d’extradition. Dans la mesure où premièrement, il n’y a pas du tout de convention d’extradition entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. Deuxièmement, M. Katinan Koné bénéficie du statut de réfugié politique. Et à ce titre, il est couvert par la Constitution ghanéenne de 1992 qui est contre toute extradition d’un réfugié vers son pays d’origine ou décrit comme tel pour des motifs politiques."

Ce Vendredi 31 Aout 2012 s'est tenu la première audience. Idriss Ouattara, Président des Agoras & Parlement de CI en Exil au Ghana rapporte: 

"Ce vendredi à la HIGH COURT OF JUSTICE devait se tenir le procès du Ministre Kone Katina. Très tôt le matin, l'accusé et ses soutiens restreins que nous étions et les plaignants représentés par l'Etat de Cote d'Ivoire etaient présents à ce proces très attendu. Le juge en charge de l'affaire qui a reçu le dossier ce matin a demandé à l'accusation de resumer les charges kilométriques rédigées à l'encontre de l'accusé; tache que refuse de faire les plaignants sous pretexte qu'ils ont déjà rédigé lesdites charges. Oui reconnait le juge mais cela ne vous empêche pas de faire une synthese pour aller vite dans le procès.

L'accusation maintient sa position. Pour se donner donc le temps de lire toute la longue litterature des plaignants, le juge a finalement reporté le proces au Mercredi 5 août prochain. Visiblement la partie plaignante qui voulait l'extradition rapide de Katina ne semble plus trop disposé à ce procès." LE PROCÈS AURA DURÉ SEULEMENT 10 MINUTES 

Le Ministre Katinan Koné - porte parole du Président Gbagbo et sont avocat Me Patrick Sogbodjor devront patienter pour connaitre l'aboutissement de cette sombre affaire. Nous osons espérer qu'à la difference du Togo qui a "livré" manu-militari le ministre Moise Lida Kouassi à la furie des tortionnaires de la DST Ivoirienne, le Ghana ferra encore preuve d'intégrité en appliquant "scrupulesement" les textes de lois qui régissent le fonctionnement de cette nation soeur et hôte de milliers de réfugiés et exilés politique Ivoiriens.

En dépit des pressions de toutes sortes, le Ghana doit demeurer digne d'autant plus que le monde entier aura les regards fixés sur ce pays tout au long de ce procès d'un autre âge. Le Ghana ne doit pas accepter de subir une sorte d’irrédentisme d'un quelconque pays sur son appareil judiciaire. PLUS QUE LE PROCÈS DE JUSTIN KONE KATINAN, C'EST LE GHANA QUI SERA EN PROCÈS CONTRE SA SOUVERAINETÉ.

Claudus Kouadio

25 avril 2012

Mise au point du ministre KONE KATINAN face aux propos calomnieux de Hamed Bakayoko

KONE Katinan, Hamed Bakayoko, GEPCI, BCEAO, Tagbana, Laurent GBAGBO, Maréchal Pétain, VICHY, DGI, ACCT, DGD, DGCPT, AKE NGBO, UEMOA, KONE Katinan Justin, Claudus Kouadio, le blog de Claudus

M. Hamed BAKAYOKO, alors qu’il était le 19 avril 2012 à Abidjan à l’invitation du Groupement des éditeurs de presse (GEPCI), a tenu des propos  certes grotesques mais assez graves  de nature à porter atteinte   mon honneur et ma dignité. Il  a en effet déclaré à l’occasion que « ceux qui ont pris à la BCEAO des caisses d’argent et qui ont signé avant de partir au GHANA, comme KONE Katinan, ce sont eux qui se cachent (..) ».

Je suis resté longtemps impassible à ces propos qui me sont souvent rapportés, ne leur accordant pas de crédit  parce que pour moi, ils faisaient partir des nombreuses rumeurs qui ont toujours animé la vie politique en Côte d’Ivoire. Je n’entendais donc pas y répondre.

Mais, lorsque ces propos sont tenus par des personnes qui par un concours de circonstances malheureuses pour notre pays, se trouvent à assumer des responsabilités au sein de l’appareil d’Etat, ne pas y répondre pourrait jeter des troubles dans l’esprit des ivoiriens dont beaucoup me témoignent de leur amitié. J’ai donc décidé de répondre .

Je le fais d’abord pour mes enfants dont j’entends conduire la croissance morale sur un chemin rigoureusement balisé par un certain nombre de valeurs humaines que je juge nécessaires pour faire d’eux des hommes et des femmes de rupture de demain. Je ne peux admettre que cet héritage que je surveille jalousement soit souillé par des esprits à la fois simples et légers qui n’ont pour seul repère morale que leur dévotion pour l’argent.

Je le fais ensuite pour rassurer le peuple ivoirien qui est tenu prisonnier depuis septembre 2002 par une société moralement déliquescente, qui érige au rang de  vertus ce qui constituait naguère, la pire des formes de  dégénérescence mentale dans nos belles sociétés traditionnelles.  Désormais, arrivés au faîte de leur gloire après avoir emprunté les chemins sombres du mensonge, des vols et des assassinats, ils jugent tous les autres à travers le prisme déformant de leur perversité morale. Ils sont convaincus que tout le monde ne peut être que comme eux. Ce qui les rendrait finalement heureux.

Non Monsieur le Ministre d’Etat, tout le monde ne peut pas être comme vous. Vous n’arriverez jamais à m’assimiler et tant pis si cela accroît votre haine à mon égard. Non, je ne serai jamais des vôtres.

Non KONE Katinan n’a jamais pris un seul sou à la BCEAO.

Tout dans mon parcours m’interdit cela.

Après avoir subi dès ma tendre enfance, la rigueur de l’éducation d’une société hautement vertueuse (Tagbana) , j’ai eu l’honneur de rencontrer sur le chemin de ma progression des  hommes de grandes qualités. Et quand j’ai décidé de me lancer dans l’aventure politique, la fortune m’a mis sur le chemin d’un homme exceptionnel, le Président Laurent GBAGBO  dont le monde entier découvre indigent alors qu’il a dirigé la Côte d’Ivoire dix ans durant. Parce qu’il est possible sous les tropiques de gérer la chose publique sans en voler.

Les propos de monsieur  Hamed BAKAYOKO traduisent   de deux choses l’une :

-         Soit il ne connait rien du fonctionnement de l’Etat, et cela n’étonnerait personne, parce dans la sagesse africaine; on ne demande pas un os au ver de terre, il ne peut en avoir,

-         soit en attendant ma mise à mort physique qu’il a programmée depuis son sanctuaire du Golf  ( je suis informé des missions qui sillonnent le monde entier à ma recherche sur ses initiatives pour m’éliminer physiquement) , il veut à coups de mensonges me détruire moralement. Le tout étant d’affaiblir le Président Laurent GBAGBO.

Il est en effet troublant que cette rumeur grossière ait pris forme le lendemain de ma nomination, par le Président Laurent GBAGBO comme porte-parole. Bien avant cela, personne n’en avait parlé. Mais si tel est vraiment l’objectif poursuivi par cette honteuse entreprise, je conseille vivement à ses promoteurs d’y mettre fin, puisqu’elle ne prospérera jamais. Le combat que je mène aux côtés du Président Laurent GBAGBO porte sur des questions existentielles pour moi. La soumission de mon pays à un ordre infamant comme c’est le cas aujourd’hui est inadmissible.  Ce combat va au-delà de ceux que le Général De Gaulle appelle dans ses mémoires les figurants, parlant du Maréchal Pétain et de tous les dignitaires du régime collaborationniste de VICHY.  Je ne peux comprendre par exemple que 50 ans après son indépendance, le ministère de l’intérieur de la Côte d’Ivoire soit géré depuis la place Beauveau à Paris. Pour ce combat, ma vie compte peu.

Ceux à qui je dois rendre compte de ma vie, mon épouse et mes enfants y sont suffisamment préparés.

Cependant, par respect pour ma famille et surtout pour le peuple ivoirien, je voudrais lever un coin de voile sur le fonctionnement de la BCEAO et ses rapports avec l’Etat ivoirien.

L’Etat ivoirien à travers le Trésor Public, a ouvert  des comptes dans les livres de la BCEAO. L’un des comptes le plus important est celui tenu par l’Agent Comptable Central du Trésor (ACCT). Ce compte reçoit chaque jour les recettes collectées par les principales régies financières de l’Etat que sont la Direction Générale des impôts (DGI), la Direction Générale des Douanes (DGD) et accessoirement par la Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor (DGCPT) communément appelé Trésor Public. Ce compte est mouvementé par la seule signature de l’ACCT. C’est à partir de ce compte que tous les autres comptes du Trésor sont alimentés. Les signataires de ces sous comptes  sont tous des comptables publics. Sur la base des fonds mis à leur disposition par l’ACCT, ils effectuent le paiement des dépenses publiques arrivées à maturité après avoir suivi toutes les étapes prévues par la procédure des dépenses publiques.

Par exemple à la fin du mois, en fonction de la position nette de son  compte à la BCEAO, l’ACCT vire sur le compte de celui que tout le monde appelle le Payeur Général, la somme correspondant à la masse salariale arrêtée chaque mois par la Direction de la solde de la Direction Générale du budget. C’est le Payeur Général du Trésor (PGT) qui vire à partir de son compte crédité en amont par l’ACCT, sur les comptes des fonctionnaires ouverts dans les livres des banques privées les salaires de ceux-ci.

Comme l’on peut bien le constater, ni le  Ministre de l’Economie, ni le Ministre du budget ne signe sur des comptes à la BCEAO.

Je tiens à préciser que le Ministre Désiré Dallo, s’appuyant sur l’expertise avérée des grands cerveaux qui composent le Ministère de l’Economie et des Finances a géré les Finances de l’Etat dans le respect de l’orthodoxie budgétaire.  Malgré la crise, le Gouvernement du Premier Ministre AKE NGBO a fait fonctionner l’Etat sur fonds propres. Ainsi, les salaires des fonctionnaires des mois de décembre, janvier, février et mars avaient été versés sans aucun concours direct de la BCEAO. Le Gouvernement avait déjà programmé la prise en compte des augmentations des salaires que le Président GBAGBO avait accordées à certaines catégories de fonctionnaires de l’Etat dont les diplomates, les secrétaires, les informaticiens, les sages femmes etc. Les premiers effets de ces augmentations étaient prévus pour fin juillet 2011. Il semble aux dernières nouvelles que les magiciens qui avaient promis le paradis aux ivoiriens à coup de leurs baguettes, les tuant au passage pour les obliger à entrer dans ce paradis finalement infernal, ont annulé ces mesures sociales importantes. C’est certainement à ce niveau qu’il faut rechercher l’origine de tous ces mensonges. Il faut bien trouver des prétextes pour justifier leurs incapacités à assumer des fonctions qu’ils exercent d’ailleurs par procuration.

Le Gouvernement du Premier Ministre AKE NGBO a donc fait fonctionner l’Etat sur les recettes de l’Etat. Si c’est ce que les mauvais esprits veulent faire passer pour du vol, il faudra bien admettre qu’il y a beaucoup de receleurs encore en liberté en Côte d’Ivoire. Mais ils savent personnellement que leurs propos manquent de crédit. Ils en auraient peut-être, si à leur arrivée, considérant que les fonctionnaires et agents de l’Etat avaient été payés avec de l’argent volé par le Gouvernement AKE NGBO à la BCEAO, ils décidaient, pour éviter de ternir l’honorabilité de ces fonctionnaires de leur payer les mois pour lesquels ils avaient déjà  perçu de l’argent.

Il est bon de savoir que du 4 décembre 2010  au 7 mai 2011, le seul gouvernement qui avait la légitimité et la légalité d’engager les dépenses de l’Etat parce que constitutionnellement investi à cette fin, reste bien le gouvernement AKE NGBO. Or nous savons que pendant ce temps, la BCEAO depuis DAKAR a effectué des paiements au profit d’une association privée qui s’était réunie au Golf et qui n’avait aucune légitimité de recevoir des fonds de l’Etat. En droit c’est ce que l’on appelle le vol. Et toutes les personnes au sein de la Banque Centrale qui se sont rendues coupables de cette forfaiture répondront de leurs actes un jour, même à leur retraite.

Par ailleurs, j’entends également dire par certaines personnes qu’il  y aurait eu vol à la BCEAO parce que à leur arrivée, il n y avait plus d’argent dans les caveaux de la BCEAO.

A l’attention de nos compatriotes, je voudrais faire les précisions suivantes.

La BCEAO est la banque de deux sortes de clients essentiels :

-         l’Etat

-         les banques commerciales.

Chacune de ces entités détient dans les livres de la Banque Centrale des comptes sur lesquels elle fait des opérations de dépôts et de retraits comme chacun de nous le fait à sa banque. Lorsque les Receveurs des impôts ou de la Douane effectuent des dépôts sur les comptes du Trésor Public ouverts à la BCEAO, l’Etat en dispose pour fonctionner comme par exemple, payer les fonctionnaires.

Les banques commerciales sont également obligées de déposer leurs avoirs à la BCEAO. Les banques commerciales ne sont  pas autorisées à avoir dans leur coffre de l’argent au-delà d’un plafond que je tais volontairement pour ne pas exposer nos banquiers. Toutes les sommes qu’elles détiennent au-delà de ce montant sont versées sur leurs comptes ouverts à la BCEAO. D’ailleurs, les assurances ne couvrent les sommes détenues dans les coffres des banques commerciales que dans la limite du plafond autorisé. L’Etat et les banques commerciales étant les macro-acteurs financiers, leurs rapports avec la Banque Centrale donnent l’opportunité à celle-ci de recycler l’argent à un double niveau.

D’abord, toutes les sommes d’argent qui circulent dans un pays à faible taux de bancarisation comme le nôtre, ne sont pas forcément  dans des circuits bancaires.

Ensuite, même étant dans les circuits bancaires, l’usage des billets de banque les détruit.  Or tout le monde sait que la faiblesse des moyens de paiement  électronique et le peu de confiance accordée au chèque  font des billets de banques, l’instrument de paiement privilégié de nos concitoyens. La négligence qui entoure l’usage des billets de banque les expose à des destructions prématurées.

Pour renouveler la masse d’argent sortie du réseau bancaire pour plusieurs raisons  (les billets détruits par exemple), la banque centrale reçoit régulièrement des nouveaux billets ou rachète les billets de sa zone qui sont en circulation dans d’autres zones monétaires. Il est en effet constant que le CFA qui reste une devise relativement forte dans la zone ouest africaine soit détenue en quantité énorme au Nigéria, en Guinée ou au GHANA. Cela constitue autant de déperdition de la monnaie et la BCEAO est tenue de racheter ou alors de renouveler par de nouveaux billets de banques qu’elle émet.

Or  notre banque centrale a décidé depuis la crise ivoirienne de faire de la politique et de choisir les Présidents de la République de nos Etat,  agissant en cela par procuration de ses vrais maîtres qui se trouvent bien au-delà des frontières africaines sur l’autre rive de la méditerranée.  En Côte d’Ivoire, depuis la réunion des ministres de l’Economie et des Finances de la zone UEMOA tenue à BISSAU le 21 décembre 2010, les agences de la Place d’Abidjan n’ont plus jamais été ravitaillées en nouveaux billets. Lorsque, en Février, les banques commerciales ont été sommées de ne plus collaborer avec la BCEAO, elles ne faisaient plus de dépôts. Les entreprises elles-mêmes, par  crainte d’être asséchées, faisaient de la thésaurisation au-delà du normal. A partir de cet instant, la banque centrale enregistrait plus de sortie d’argent que d’entrée dans la mesure où, ceux qui détenaient des positions nettes positives dans les comptes de la BCEAO comme l’Etat, et qui continuait d’y verser ses recettes, étaient en droit de retirer leurs avoirs quand ils veulent, suivant leurs besoins. C’est la Loi bancaire. Le déposant reste maître de ses dépôts.

Dans ces conditions, comme un étang d’eau qui ne reçoit plus d’eau en amont s’assèche, la banque centrale s’asséchait. Il a fallu tout le génie des fonctionnaires du Trésor et des braves agents de la BCEAO pour gérer cette situation de rareté.

Faire croire aux ivoiriens que les caisses de la BCEAO étaient vides parce que des personnes auraient fuit avec des sacs d’argent est non seulement un gros mensonge, mais c’est surtout mépriser les ivoiriens et insulter le courage et l’honnêteté des travailleurs de la BCEAO qui ont travaillé dans des conditions pénibles par amour pour leur patrie.

Je suis tout de même surpris par la compassion sélective de certaines personnes  pour notre banque centrale. Il faudra bien admettre que la seule casse enregistrée dans l’Histoire de la  BCEAO a été opérée par et pour le compte de ceux avec lesquels le Ministre d’Etat partage le pouvoir d’Etat qui l’enivre tant. Ils ne vont tout de même pas falsifier l’Histoire récente de notre pays à coups de mensonges ou de négations des évidences.

Assurer le peuple ivoirien, tel est l’objectif de cette mise au point. L’essentiel pour moi est atteint s’il en est ainsi.

Pour les autres, la mauvaise foi n’a pas de remède. Hélas.

Le Ministre KONE Katinan Justin.

Porte- parole du Président Laurent GBAGBO