topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13 août 2013

DECLARATION DE LA COALITION DES PATRIOTES IVOIRIENS EN EXIL (CO.P.I.E)SUITE A LA LIBERATION DE 12 PRISONNIERS POLITIQUES PROCHES DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

* La CO.P.I.E prend acte de la libération des prisonniers politiques

Damana Adia Pickass, COPIE, hamed bakayoko, laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo, CO.P.I.E

C’est avec une grande surprise que nous avons appris la libération de douze (12) prisonniers politiques, dont le Premier ministre Pascal AFFI N’Guessan, président du FPI, SANGARE Aboudramane, vice président du FPI, et Madame Généviève Bro Gregbé, leader des femmes patriotes, injustement incarcérés depuis plus de deux ans (pour la plupart) dans les goulags du régime d’Abidjan.

Nos premières pensées vont bien évidemment vers les familles biologiques, politiques et idéologiques des ex-détenus ; à leurs parents respectifs, aux militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI), et de la LMP, ainsi qu’aux amis de la démocratie et adeptes des valeurs républicaines.

La CO.P.I.E prend acte de cette libération et félicite les camarades qui ont su faire preuve de dignité, de droiture, d’exemplarité, d’intégrité et de courage durant tout le temps de leur détention, malgré l’adversité, l’humiliation et les tentatives de corruption et de marchandages.

Nos Camarades retrouvent donc provisoirement la liberté après un long et pénible séjour carcéral, sans qu’aucune preuve n’ait été apportée par le régime, quant à leur culpabilité sur tous les chefs d’inculpation. La CO.P.I.E s’insurge donc contres ces détentions arbitraires qui violent incontestablement les droits de l’homme et les principes démocratiques.

Nous souhaitons à ces dignes camarades le traditionnel AKWABA, et leur réitérons tous nos vœux de bonheur pour la poursuite du combat.

C’est là l’occasion pour nous de saluer tous ceux qui ont lutté pour leur libération. Nous pensons particulièrement à la direction intérimaire du FPI, sous la conduite du camarade MIAKA Oureto, à tous les militants du FPI, de la LMP, aux résistants et patriotes ivoiriens (Diaspora, Cyber-activistes, Juristes, Journalistes, personnalités politiques et mouvements associatifs, anonymes, etc.), aux amis de la Côte d’Ivoire digne, épris de paix et de justice, qui ont battu le pavé, nuit et jour, en occident, en Côte d’Ivoire et partout ailleurs, afin que la vérité de la crise ivoirienne soit connue de tous, mais surtout pour l’instauration d’un Etat de droit.

Aussi, lançons-nous un vibrant appel à la vigilance, à la mobilisation et à la détermination de tous jusqu’à leur libération totale et sans condition. Cette décision sous pression intérieure et extérieure, du gouvernement Ouattara de libérer subitement des personnalités proches du Président Laurent GBAGBO, constitue un formidable point d’appui pour continuer la lutte pour la libération de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires avec à leur tête, le président Laurent GBAGBO. Libérations sans lesquelles, la paix et la réconciliation ne sont possibles en Côte d’Ivoire.

* La mobilisation populaire et organisée paye toujours.

Au vu de ce qui précède, L’heure est plus que jamais venue, chers camarades et compagnons de lutte, d’affuter nos armes et de partir en ordre de bataille. Le Front Populaire Ivoirien qui constitue la colonne vertébrale de notre combat, reste «présent et entend prendre part à la restauration de la Côte d’Ivoire» comme l’a annoncé le chef de file de ce parti, le Président Pascal Affi N’Guessan, juste à sa sortie de prison.

Aussi, invitons-nous la Communauté Internationale à avoir un regard plus objectif, juste et impartial sur la situation sociopolitique de la Côte D’Ivoire. Le peuple de Côte d’Ivoire aspire à la cohésion entre ses filles et ses fils; Pourtant, le nombre important d’exilés ivoiriens, les violations constantes et flagrantes des droits de l’homme et des principes démocratiques, la confiscation de la liberté d’expression et le règne de la justice des vainqueurs, sont de nature à compromettre indéfiniment le retour à la normalité en Côte d’Ivoire. 

C’est pourquoi, la CO.P.I.E appel le régime à entendre la voix de la raison en traitant avec diligence et justesse les questions importantes et pendantes relative au retour à la normalité et à la paix sociale, à savoir la libération totale et sans conditions de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires, le vote d’une loi d’amnistie générale, le retour sécurisé et apaisé des exilés, le dégel des avoirs, l’instauration d’un climat de paix et le retour d’un état de droit.

Enfin, la CO.P.I.E appel le peuple Ivoirien à redoubler d’ardeur dans la mobilisation, car c’est à ce prix que nous pourront restaurer la démocratie et l’état de droit.

En avant pour la Liberté de tous les Ivoiriens ! En avant pour la démocratie !

Vive la Côte d’Ivoire !

 

Fait le 9 aout 2013

Pour le B.E de la CO.P.I.E


Le Président

Damana Adia Pickass

12 août 2013

Hamed Bakayoko menace le ministre Lida Kouassi Moïse.

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

"Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."
- Lors de leur ressent passage au parquet d'Abidjan le mardi dernier avant leur libération provisoire, les 12 prisonniers politiques partisans du président Laurent Gbagbo ont reçu la visite du loubard en charge de la sécurité Ivoirienne (Ministère de l'intérieur), Ahmed Bakayoko. Ce dernier a déclaré ceci au ministre Lida Kouassi  "Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

A vous de juger...
Un "ministre de la sécurité" qui menace des hommes politiques, des civiles, alors nous nous posons plusieurs questions. Sommes-nous réellement en sécurité en CI ?
Le ministre Lida n’a t’il pas de parents parmi les forces de l’ordre pouvant lui rendre visite? Devons nous donc comprendre que tous les corps habillés (policiers, gendarmes, militaires, etc...) parents, amis ne doivent en aucun cas s’approcher de lui ? Combien d'ivoiriens sont ils victimes de ces abus de pouvoir ?

Voila le vrai visage de la nouvelle Cote d'ivoire sous Dramane Ouattara. Un monde où les meurtriers sont en liberté, violant a tort les règles de droit à chaque carrefour sans que la justice ne soit appliquée véritablement.

Si quelques choses arrivent à Mr Lida, nous vous tenons pour responsable très cher loubard Ahmed Bakayoko...Sachez que vos crimes ne resteront pas impunis, car un jour vous regretterez d'avoir choisi la violence comme arme de communication.
~ Une Correspondance de Fatou Kone

06 août 2013

Apres 27 mois de détention arbitraire, 12 Pro-Gbagbo libérés.

[ COTE D'IVOIRE - Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo ]

Montages.jpg

Pour la Cote d'Ivoire, Pour les Patriotes Ivoiriens, Pour le FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN, Pour La Majorité Présidentielle Gbagbo je suis très heureux de la mise en liberté provisoire de certains Pro-Gbagbo otages du régime brutal et illégitime de Ouattara‬.
- Aussi, je suis encore plus inquiet pour mon pays car par cet acte, ALASSANE DRAMANE OUATTARA confirme au monde le fait que la Cote d'Ivoire soit un État de Non Droit, une vraie République Bananière.
Sinon comment expliquer que sans procès aucun on puisse mettre en liberté même d'une minute des personnes présentées comme de grands criminels ayant porté pour certains 'atteinte à la sureté de l’État ? COMMENT ?
L’évidence est que la prison avait pour seul et unique but de les museler et tenter de nous briser à travers la "souffrance" des nôtres. Mais ILS ONT TENU. Même au fond du gouffre, la tête haute ILS ONT TENU - ils nous donnent là une belle leçon, celle de la force de la conviction.

Le 18 juin 2012 à la Haye, le Président LAURENT GBAGBO a dit:
«Je tiens, j'ai le moral. ... Et que tant que Sangaré Abdoudrahamane tiendra, je tiendrai. [...] Si vous tenez, je tiendrai»
TENONS comme Sangaré Abdoudrahamane, comme Laurent Gbagbo, comme Simone Ehivet GBAGBO.

- Qui a gagné les élections Présidentielles de 2010 en Cote d'Ivoire ? POURQUOI avoir emprisonné ces personnes ? La réponse à ces questions est la preuve de l'imposture dictatoriale de ALASSANE DRAMANE OUATTARA.
#‎Ovajab‬ donc Patriotes. Chacun à son niveau, la bataille continue.

Pour avoir rendu leur liberté dite provisoire à 12 responsables du ‪#‎FPI‬ et proches du Président Gbagbo‬, l'imposture de pouvoir ‪‎Ouattara‬ espère et attends le 'Merci' des Patriotes et démocrates Ivoiriens. Aux autres exilés et réfugiés ou encore innocents brimés dans leurs geôles, ce pourvoir démagogique demande de l'HUMILITÉ qui devrait les conduire à demander PARDON pour prétendre à la liberation.
Qu'ils fassent la difference entre humilité et compromission.
Pardon aux 'voyous' qui ont mis le feu à notre pays ? Merci aux rebelles qui continuent de tuer nos mères ? Je dis NON. Ce n'est pas de l'humilité mais la pire indignité.

~ Plus de photos sur facebook:

- Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo

- Accueil des prisonniers de la haine. PHOTOS: Gueye Fiavi Dekpeya

- MACA=> Parquet => QG, La Sortie des Héros du 6 Aout

13 février 2013

Causerie-Débat: Koua Justin Parle avant le meeting du FPI.

fpi, koua justin, frci, alassane ouattara, laurent gbagbo, sit in, facebookers pour gbagbo, dictature, cote d'ivoire, claudus kouadio, onuci, le blog de claudus., hamed bakayoko, yopougon, place cp1

En prélude à la grande manifestation du 16 Février (meeting de la jeunesse du FPI à Yopougon), le camarade Koua Justin, Secrétaire national par intérim de la JFPI, était ce12 Février 2013 l'invité des FACEBOOKERS POUR GBAGBO pour une causerie débat.

~~~

CAMARADE KOUA JUSTIN BONSOIR ET MERCI D'AVOIR ACCEPTE NOTRE INVITATION.

Koua Justin: Merci à vous combattant, je suis heureux de me retrouver parmi vous.

LE PLAISIR EST PARTAGE, EST CE QUE TU PEUX TE PRESENTER A TOUS CEUX QUI NOUS SUIVENT EN CE MOMENT MEME ?

Koua Justin: Je suis le camarade KOUA Justin, celui qui assure pour l'heure l'intérim du secrétaire national de la JFPI, le camarade KONATE Navigué en exil.

COMMENT SE PORTE LE FPI ET LA JFPI EN PARTICULIER DANS LA SITUATION D'INSTABILITE CHRONIQUE QUE CONNAIT LE PAYS ?

Koua Justin: Les années 2011 et 2012 ont été des années de dures épreuves pour le FPI et sa jeunesse. Mais je crois que par la force de nos convictions nourries aux valeurs de gauche, nous avons réussi à imposer le FPI comme le principal parti en Côte d'Ivoire. Et le FPI est complètement huilé et prêt pour le combat démocratique.

ON PEUT DONC DIRE QUE LA JFPI FAIT SON ENTREE POLITIQUE A LA FAVEUR DE LA MANIFESTATION DU 16 FEVRIER 2013, SOUS QUEL SIGNE PLACEZ VOUS CETTE ANNEE 2013 ?

Koua Justin: Permettez que je rectifie pour éviter la confusion dans l'esprit des combattants. Ce n'est pas une rentrée politique. C'est un meeting pour exiger de la CPI, la libération pure et simple du Président GBAGBO Laurent. Il ne mérite pas d'être pris en otage par la bourgeoisie internationale, donc nous allons crier au monde entier pour obtenir sa libération.

SOIT. JE TE REMERCIE POUR LA RECTIFICATION. TOI QUI A PU FAIRE DES TOURNEES DANS LES QUARTIERS D'ABIDJAN QUEL EST LE MORAL DES IVOIRIENS ? QUELS SONT LES ASPIRATIONS DANS LE COURT ET LE MOYEN TERME ?

Koua Justin: Pas de soucis combattant, la clarté donne de la vitalité à la lutte.

Le moral des ivoiriens est disposé au combat. Et sachez que les ivoiriens sont déterminés à reconquérir leur liberté.

ON A CONSTATE UNE REPRESSION IMPLACABLE DE LA PART DES GOUVERNANTS A CHAQUE FOIS QU'UN RASSEMBLEMENT MEME AUTORISE PAR LE MINISTERE CONCERNE SE TIENT, A QUOI CELA EST DU SELON TOI ?

Koua Justin: Je voudrais simplement dire aux combattants où qu'ils se trouvent qu’aucun pays ne peut traverser plus grande tragédie que de plonger des millions de citoyens dans la conviction de n’avoir aucune part à leur propre société.

CAMARADE KOUA AVEZ-VOUS INFORME OFFICIELLEMENT LES CHANCELLERIES ETRANGERES DE LA TENUE DE CE MEETING EN DEHORS DES MEDIAS? JUSTE POUR LES PRENDRE A TEMOIN.

Koua Justin: Absolument, c'est le commencement de toutes démarches pour une structure sérieuse comme la Jeunesse du FPI. Toutes les chancelleries y compris les hommes du régime en charge des questions de sécurité dans notre pays d'insécurité ont été dument informées.

QUELLE EST LA POSITION DE LA JFPI SUITE AUX PROPOS TEINTES DE MENACES DU RDR CONCERNANT CE RASSEMBLEMENT DES DIGNES FILES DE LA CI ?

Koua Justin: Souffrez que je ne mentionne point le nom d'une structure clanique et tribale comme celle dont vous faîtes allusion par respect pour les combattants. Alors, prière ne pas faire attention à sa fébrilité. le meeting aura bel et bien lieu et aucun génie, aussi puissant soit il ne pourra nous empêcher de tenir ce meeting. Pour le triomphe de la vérité portée par le Président GBAGBO Laurent, aucun monstre ne peut nous freiner. Nous irons jusqu'au bout. Advienne que pourra !

NOUS AVONS TOUS CONSTATE QU'UN DIALOGUE POLITIQUE A ETE LANCE ENTRE LE FPI ET LE GOUVERNEMENT/RDR, PENSES TU VRAIMENT QUE LA DEMARCHE EST SINCERE QUAND ON SAIT QUE LE GOUVERNEMENT A TRAINE LES PAS ?

Koua Justin:Le FPI ne prospère que dans la sincérité dans la gestion des dossiers qui lui incombe. Maintenant quant à la sincérité du régime de Dramane, permettez que j’émette des réserves vu les difficultés qu'ils ont à comprendre même les notions en discutions. Pour discuter, il faut savoir, or le régime de Dramane est dans sa totalité caractérisé par l'inculture. En somme, nous sommes dans un clair-obscure.

LA RECONCILIATION EST ELLE ENCORE POSSIBLE AVEC LA TRAQUE DES PRO-GBAGBO EN DEPIT DE LA SITUATION ?
PLUSIEURS PERSONNALITES CIVILES ET MILITAIRES ONT ETE EXTRADES EN CI, QUEL EST TON SENTIMENT SUR CELA PAR RAPPORT A LA RECONCILIATION ?

Koua Justin: La réconciliation n'a jamais été une préoccupation pour le régime. Désolé de le dire ainsi, mais KONAN Banny est juste pour là pour des questions de décoration politique. Il est brandi pour justifier le gaspillage de l'argent du contribuable ivoirien. Sinon, il est lui même convaincu qu'il ne sert à rien. C'est un faire valoir. Pas plus.

QUE PENSES-TU DE L'ARRESTATION DE BLE GOUDE QUI A COMPLETEMENT EBRANLE LA JEUNESSE DIGNE IVOIRIENNE ?

Koua Justin: Quant à la seconde préoccupation, je m'interroge n'étant pas juriste : est ce qu'on peur appeler les cas de Blé Goudé, ABEHI et Jean Yves Dibopieu extradition ? Je pense plutôt que les camarades ont fait l'objet d’enlèvement par des voyous en mission pour le compte du régime ivoirien.

Ceux qui ont été ébranlé par l’enlèvement de BLE Goudé ont exprimé certainement des émotions digne des combattants de luxe. Sinon, tout combattant aguerri doit s'attendre à porter sa croix. Et faire face à toutes les situations quelque soit leur gravité. BLE Goudé lui même est un combattant, donc son moral est formaté au combat. Séchez vos larmes et allons au combat sans râles.

LE FPI COMPTE T-IL S'IMPLIQUER DANS LES PSEUDOS PROCES DE BLE GOUDE, DIBOPIEU JEAN YVES ET ABEHI NOEL ? SI OUI COMMENT ?

Koua Justin: C'est une question injurieuse pour l'instrument de combat qu'est le FPI. Des combattants sont arrêtés et vous vous posez des questions quant à l'implication du FPI dans les différents stupides procès que le régime leur réservera. Sachez pour votre gouverne, que le FPI, instrument construit par le Président GBAGBO Laurent à pour seule et unique mission : porter les aspirations du peuple ivoirien. Porter la voix des sans voix.

QUE PENSES-TU DE L'ASSERTION SELON LAQUELLE LE GHANA NE SERAIT PLUS UN ENDROIT SUR POUR LES IVOIRIENS FORCES A L'EXIL PAR LE GOUVERNEMENT DRAMANIEN ?

Koua Justin: Je ne suis pas informé d'une telle assertion. Et je suis un homme politique, je fais la politique. Jusqu'à ce jour, j'ai des milliers de frères, amis et connaissances qui y vivent. Donc le FPI à instruit sa Coordination de rentrer en contact avec les autorités du pays frère, qui à accepté d'accueillir nos frères sur son sol pour en savoir davantage. Souffrez donc que je ne fasse pas de commentaires qui échappent au contrôle de toute raison.

SANS RENTRER DANS LES CRITIQUES NON CONSTRUCTIFS, IL SEMBLE POUR LA PLUPART DES PATRIOTES QUE LA DIRECTION DU FPI NE FAIT PAS CE QU'IL FAUT AFIN DE RALLIER LES AUTRES MOUVEMENTS PRO-GBAGBO POUR FORMER UN GRAND GROUPE HOMOGENE POUR MENER LA LUTTE DANS LA DIASPORA. QU'EN PENSEZ-VOUS ET QUELS SONT VOS PROPOSITIONS JE DIRAI VOTRE MESSAGE A LA DIASPORA QUI VOUS SUIVENT ?

Koua Justin: Je ne sais pas comment sont organisées les structures de la diaspora. Pour les juger ou donner son opinion, il faut les connaître, or en la matière, je n'ai pas suffisamment de lisibilité sur l'organisation de ces combattants. Je peux à tout le moins lancer un message à leur endroit: on n’est jamais fort seul surtout quand on est face à un régime totalitaire comme celui de Dramane. La nature du régime ivoirien recommande que nous conjuguions nos intelligences pour le vaincre. De Gaulle à eu besoin des alliés pour vaincre Hitler. Ensemble, nous précipiterons la chute du régime ivoirien, divisé, le régime nous conduira tous au cimetière conformément à son projet de société.

LE FPI A PARCOURU CERTAINES CAPITALES EUROPEENNES PEUT ON SAVOIR A QUELLES FINS? PEUT-ON AUJOURD’HUI DIRE QUE LA PERIODE D'OSTRACISME SAVAMMENT CREE PAR LA FRANÇAFRIQUE EST REVOLUE ?

Koua Justin: De capitale en capitale, le FPI n'avait qu'une seule préoccupation, repositionner le FPI sur la scène politique internationale et dire à la grande famille de gauche de se préoccuper du sort que la grande famille bourgeoise resserve à un homme de gauche digne et valeureux comme le Président GBAGBO Laurent. Avions-nous été compris ? La grande famille de la gauche influencera les positions inhumaines des impérialistes? La grande famille de la gauche parviendra t'elle à désagréger la françafrique? Moi je ne crois qu'en une seule et unique chose: Notre devoir de puiser toutes les forces en nous même pour combattre toutes sortes d'adversité sans attendre forcement l'appui de l'autre. Le combat est un devoir pour tout militant de gauche. On invite pas son ami de gauche à un combat. L'ami rejoint le combat. Surtout quand il est question de la dignité et la souveraineté d'un peuple.

QUELLES SONT LES NOUVELLES DU PRESIDENT GBAGBO, COMMENT PREPARE T-IL SON PROCES ? QUAND ON SAIT QUE LA CPI N'A PAS DAIGNE ACCORDER DES FONDS CONSEQUENTS A SA DEFENSE COMME LE VEUT POURTANT LES LOIS DE CETTE INSTITUTION IMPERIALISTE ?

Koua Justin: Le devoir nous impose de nous organiser pour apporter notre soutien au Président GBAGBO Laurent. Surtout quand on sait désormais que son cas relève plus du politique que de la justice. Mais lui, avec le moral, toujours fort, il prépare sereinement son procès. Il est sans tâche. C'est un homme de conviction qui refuse jusqu'aujourd'hui encore de signer l'armistice. DIEU nous aidera à le sortir de là car il est dans la vérité. Et la vérité triomphera. Celui qui croit verra la gloire de DIEU et la grandeur de son Fils GBAGBO.

MALGRE LES GRAVES PROBLEMES DE SANTE DU PR GBAGBO SERA T-IL PRESENT LORS DE CETTE AUDIENCE ?

Koua Justin: Je n'ai pas discuté de la question avec ses avocats, aidez moi donc à ne pas mentir aux combattants. La vérité est une vitamine essentielle pour tout combattant. Au nom du devoir de combat commun, je dois la vérité, rien que la vérité à ces valeureux combattants qui nous lisent ce soir et qui nous lirons certainement demain.

C'EST COMPREHENSIBLE !  QUEL EST POUR FINIR AVEC CE CHAPITRE TON MESSAGE A L'ENDROIT DES IVOIRIENS ET DE TOUS LES PATRIOTES QUI VONT SE DEPLACER A L'OCCASION DE CE PROCES DE LA HONTE DE LA BOURGEOISIE INTERNATIONALE ?

Koua Justin: Le régime nous apprend douloureusement que la liberté n’est jamais accordée de bon gré par l’oppresseur ; elle doit être exigée par l’opprimé. Alors, les ivoiriens doivent, aujourd’hui plus qu’hier, exprimer leur volonté de vivre en démocratie. Le moment est venu de tirer notre politique nationale des sables mouvants de l’injustice pour la hisser sur le roc solide de la dignité humaine. Pour y parvenir, il nous faut notre guide, notre leader, l’éclaireur du peuple ivoirien en la personne du Président GBAGBO Laurent. Voilà pourquoi, nous exigerons partout où nous nous trouverons que la CPI le libère pour conduire son peuple vers la terre promise.

QUE FAIT LE FPI POUR LES AUTRES PRISONNIERS NOTAMMENT MME GBAGBO, SANGARE ABOUDRAMANE, MICHEL GBAGBO, AFFI N’GUESSAN, ALPHONE DOUATY, AKOUN LAURENT ET LES MILLIERS DE PRISONNIERS POLITIQUE DU DICTATEUR DRAMANE ? LA JUSTICE EXCLUSIVEMENT PARTISANE DU GOUVERNANT N'EST-ELLE PAS FINALEMENT UN MOYEN DE CHANTAGE SUR LE FPI ?

Koua Justin: Toutes ces questions trouvent réponse dans l'action. La politique du dictateur ne peut fléchir que face à un rapport de force en sa défaveur. Pour avoir nos parents, camarades, amis et connaissances libre, il nous faut organiser le rapport de force. Chose certaine, en politique comme l'enseigne ROUSSEAU, le plus fort n'est jamais assez fort s'il ne transforme sa force en droit. Le régime ne flirtera pas avec le droit, alors il ne nous reste que l'action. L'action qui va favoriser la libération du Président GBAGBO Laurent. Il est clair que de sa libération découlera naturellement la normalisation de la vie sociopolitique en Côte d'Ivoire. GBAGBO Libéré, la Côte d'Ivoire instruite du vainqueur des élections de Novembre 2010, nous conclurons la partie civile de la crise ivoirienne.

POURQUOI LE FPI DEMANDE UNE LOI D'AMNISTIE POUR DES CRIMES DONT IL N'EST POINT COUPABLE ? CERTAINS LEADERS POLITIQUES ONT RUES DANS LES BRANCARDS S'ESTIMANT CONTRE UNE AMNISTIE. QUE PENSES-TU DE LEURS ARGUMENTS ?     

Koua Justin : Je voudrais relever que l'amnistie n'est pas l'armistice. Le FPI demande l'amnistie, qui est un acte avec un contenu. Le contenu s'écrit avec la participation des demandeurs. Je ne révélerai point ici et maintenant, le contenu du projet d'amnistie que nous FPI avons élaboré. Ce serait trahir mon devoir de réserve en tant que Responsable dans la Direction du parti. Ce qu'il faut relever par contre, c'est que ces hommes dits politique dont vous faîtes allusion eux ont signé l'armistice. Ils ont fléchi genoux devant le dictateur ivoirien. Ils ont tenté de légitimer le dictateur ivoirien en prenant part aux pseudos élections législatives. Ils clament à qui veut l'entendre, sans raison d'ailleurs, que Dramane à gagné les élections. Sans preuves. Non, le FPI ne se laissera point distraire par des hommes inspirés par la drogue.

UNE INFORMATION RECURRENTE FAIT ETAT DE CE QUE HAMED BAKAYOKO T'AURAIT DIRECTEMENT MENACE? QU'EN EST-IL EXACTEMENT ?

Koua Justin: Il se prend certainement pour le brave dans un film de western. il se passe rarement une journée sans que j'en reçoive. Certains font l'objet d'appels téléphoniques. Mais si j'étais constamment préoccupé par la mort, le ne pourrais pas porter les aspirations du peuple soucieux de vivre en démocratie. Après un bout de temps, quand votre vie est plus ou moins constamment en danger, vous en arrivez à un point où vous acceptez toute éventualité avec philosophie. Comme tout ivoirien, je dois admettre que la Côte d'Ivoire est un pays extrêmement malade et que quelque chose peut m'arriver à tout moment. Je crois pourtant notre cause si juste, si morale, que si je perdais la vie, cela serait utile à cette cause, d'une façon ou d'une autre. Donc continuons le combat pour le triomphe de la vérité, sans lorgner du côté des tortionnaires.

CAMARADE KOUA JUSTIN, NOUS VOILA AU TERME DE CE RICHE ENTRETIEN. J'AIMERAIS AU NOM DES FACEBOOKERS POUR GBAGBO TE DIRE MERCI POUR L'HONNEUR QUE TU NOUS A FAIT D'AVOIR ETE PARMI NOUS EN CETTE SOIREE MALGRE TON CALENDRIER CHARGE. JE TE LAISSE DONC DONNER TON MESSAGE DE LA FIN ET JE TE SOUHAITE UNE AGREABLE FIN DE SOIREE. QUE DIEU TE BENISSE ET TE FORTIFIE AINSI QUE TOUS LES IVOIRIENS. OVAJAB.

Koua Justin: Avant de prendre congé de tous ces dignes combattants, je voudrais qu'on retienne que nous sommes en lutte contre une grosse injustice portée par la bourgeoisie internationale. Elle ne se repaisse que de sarcasmes et d'éclaboussures, de demi-vérités et de fieffés mensonges. Tout cela pour empêcher le cerveau GBAGBO Laurent de penser pour au moins 20 ans. Notre devoir c'est de demeurer unis dans la dignité et l'intégrité au côté du Leader Unique son Excellence GBAGBO Laurent. Abstenons nous des critiques et des préjugés qui peuvent nuire à notre combat commun. Car le discours politique est différent du discours sur la politique. Que ceux qui sont habilité de faire la politique, la fassent dans le plus grand intérêt de notre cause commune. Que ceux qui ne peuvent que commenter la politique ne fassent pas des commentaires désobligeants pour nuire notre marche commune. Enfin, Nous n’avons qu’un seul devoir, et simple : demeurer fidèle et loyale au Président GBAGBO Laurent qui à donné sa vie pour la gloire et l’honneur de notre pays. L’heure est venue d‘être uniquement ivoiriens, avec la fierté de nous dire que cela suffit. Je crois en chacun de vous et je crois en notre victoire. DIEU aime GBAGBO !

04 octobre 2012

Interdiction insidieuse du SIT IN du FPI: " Dictature de Ouattara" à la soupe du déni de démocratie.

ANALYSONS le COURRIER de Diakité SIDIKI le Préfet d'Abidjan au Secrétaire National par Intérim de la jeunesse du FPI.

Préfet d'Abidjan, Diakité SIDIKI, FPI, Koua Justin, FRCI, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, SIT IN, Dictature, Cote d'Ivoire, Claudus Kouadio, ONUCI, le blog de Claudus.


I: " (...)Je vous invite donc par la présente, à bien vouloir sursoir à l'organisation de cette manifestation (...)"
LA CAUSE:
II: " (...) Les dernières tentatives de déstabilisation de notre pays amène l’Etat à mettre en place un dispositif sécuritaire particulier, qui place les forces de l’ordre en situation d’alerte pour la défense du territoire national, objectif qui commande que leur attention ne soit pas détournée par l’encadrement de manifestations publiques de cette nature (...)"

I: Ce courrier est une "demande de sursis" et non une INTERDICTION DE RASSEMBLEMENT.
II: Cette demande de sursis a pour cause une sorte d’indisponibilité des forces de l’ordre qui ne pourraient pas sécuriser ou encadrer ce rassemblement.
Aussi, vu qu'il semble (jusqu’à preuve du contraire) maintenu par le Secrétaire National Koua Justin, nous osons espérer qu'il n'y aura pas de FRCI disponible pour lyncher la jeunesse du FPI ce matin au Plateau dans le cas ou ce Sit In ce tenait.

ps: DICTÉE...
On écrit: "bien vouloir surseoir" ou " bien vouloir sursoir" ?
On écrit: Les dernières tentatives...."amènent l'État" ou "amène l’Etat" ?
KANDIA est passée par là ?

En tout état de cause, il apparait de manière évidente que le but inavoué est d'interdire purement et simplement ce rassemblement, gage de l'expression de la démocratie qui est aux antipodes de la culture politique de ce régime ubuesque et démagogique. 
Cet autre déni de démocratie ne fait que conforter la position des patriotes et démocrates Ivoiriens face au dessein tyrannique de Alassane Dramane Ouattara.

préfet d'abidjan,diakité sidiki,fpi,koua justin,frci,alassane ouattara,laurent gbagbo,sit in,dictature,cote d'ivoire,claudus kouadio,onuci,le blog de claudus.

Cet Sit In ce tiendra demain ou non ? "Le sit-in est maintenu" a déclaré Koua Justin joint au téléphone cet après midi par des confrères. Cependant, la frénésie qui s'empare du pouvoir Ouattara et les derniers développements des tractations et pressions autour de ce rassemblement pacifique n'inspirent rien d'optimiste au niveau des jeunes militants du FPI; surtout que la haute direction du parti n'est pas monté au créneau pour apporter un soutien franc et encourager la tenue effective de cette manifestation.

D'aucuns annoncent même une conférence de presse ce jeudi 4 octobre 2012 au siège provisoire du FPI lors de laquelle Koua Justin devrait officialiser le report de cette manifestation.
Cette matinée nous situera certainement.  

alassane dramane ouatarra,justin koné katinan,steve beko,interpol,bni,onu,joy news,patrick sogbodjor,accra,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,lmp,fpi,rdr,frci 

CONFERENCE DE PRESSE DE LA JFPI : DECLARATION LIMINAIRE DE KOUA JUSTIN RELATIVEMENT A L'INTERDICTION DU SIT-IN DU 4 OCTOBRE 2012

préfet d'abidjan,diakité sidiki,fpi,koua justin,frci,alassane ouattara,laurent gbagbo,sit in,dictature,cote d'ivoire,claudus kouadio,onuci,le blog de claudus.

CONTEXTE :

1.) Les résultats des élections présidentielles de novembre 2010 proclamés par le Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire, sur la base de la Constitution ivoirienne de Juillet 2000 ont donné le Président Laurent Gbagbo vainqueur. Mais la communauté internationale avec à sa tête la France en a décidé autrement. S’appuyant
sur une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU dévoyée, la France de SARKOZY a bombardé la résidence du Chef de l’Etat ivoirien. Le Président Laurent Gbagbo, celui que les ivoiriens ont choisi pour présider aux destinées de la Côte d’Ivoire a été arrêté par la France de SARKOZY le 11 Avril 2011 et remis aux autorités actuelles. Depuis cette date, la Côte d’Ivoire est plongée dans un climat de terreur inqualifiable.

2.) Le Président Laurent Gbagbo a été déporté à La Haye (Pays-Bas), tandis que des dizaines de personnalités qui lui sont proches croupissent dans les geôles du pouvoir actuel, dirigé par Monsieur Allassane Dramane Ouattara.

3.) La terreur érigée en mode de gouvernance continue de s’abattre sur la Côte d’Ivoire. Cette répression généralisée est orchestrée non seulement par les services publics de l’Etat, mais aussi et surtout par des supplétifs et milices armés entretenus par le régime actuel.

4.) Les militants du FPI et les personnes soupçonnées d’être des partisans du Président Laurent Gbagbo sont systématiquement arrêtés, séquestrés, torturés et assassinés par le régime de Monsieur Alassane Dramane Ouattara.

5.) Des camps de concentrations copiés sur le modèle nazi sont créés à travers la ville d’Abidjan et dans certaines régions de la Côte d’Ivoire. Ce sont entre autres:
- l’Escadron de Gendarmerie d’Abobo ;
- La caserne de la brigade anti-émeute (BAE),
- la résidence George Ouegnin à Yopougon ;
- Le génie militaire à Adjamé,
- La Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) ,
- La gendarmerie d’Agban ;
- La garde républicaine à Treichville
Dans ces camps de concentrations, croupissent des centaines de jeunes ivoiriens arrachés à leurs familles, simplement parce qu’ils sont soupçonnés d’être des sympathisants du Président Laurent GBAGBO.

6.) La Démocratie et les libertés publiques durement acquises par le peuple ivoirien ont fait place à une dictature féroce, doublée d’un totalitarisme inédit. L’Etat policier répressif procède systématiquement à une épuration politique, ethnique (génocide du peuple Wê) et sociale sans précédent.

7.) Sous le prétexte de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté de l’Etat, de tentatives de coup d’Etats, (condamnés par le FPI), la répression s’est accentuée sur les populations ivoiriennes en générale et particulièrement sur les jeunes pro-Gbagbo qui continuent d’être traqués, pourchassés, torturés dans ces camps de concentration et d’épuration.

8.) Nous assistons à l’instauration d’une Côte d’Ivoire des vainqueurs qui pille, traque, enlève, torture et assassine tous les autres ivoiriens soupçonnés d’être des partisans du Président Laurent Gbagbo, ou n’étant pas du groupe ethnique de Monsieur Allassane Dramane Ouattara.

9.) Les appareils de l’Etat (la Télévision et la Radio nationale) sont utilisés pour inciter et entretenir la haine, la violence, la dérive tribale et religieuse.

10.) Face à ces violations quotidiennes des droits et libertés des populations ivoiriennes, la JFPI constate le mutisme de la communauté internationale qui a installé Monsieur Allassane Ouattara au pouvoir. Il est à relever aussi le silence des organisations de défense des droits de l’homme et des libertés publiques. Tous les objecteurs de consciences nationaux et internationaux restent silencieux face au drame qui se déroule pourtant sous leurs yeux.

Face à la destruction programmée de la Nation ivoirienne érigée en mode de gouvernance par le régime de monsieur Allassane Dramane Ouattara, la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien et toutes les organisations sœurs avaient décidé de tenir un sit-in devant la cathédrale St Paul du Plateau ce Jeudi 04 Octobre 2012 afin d’appeler :

1) l’ensemble des confessions religieuses à faire diligence auprès du régime Ouattara pour exiger que soit reconnu et garanti le droit à la vie de tout ivoirien, quelque soit ses idées politiques et croyances religieuses. Ce droit étant prescrit dans toutes les religions, la JFPI attend de toutes les communautés religieuses qu’elles œuvrent de façon effective à son respect en interpellant le régime de Monsieur Allassane Ouattara pour qu’il protége la vie des ivoiriens.

2) Les organisation de défenses des droits de l’homme à se pencher sur la situation de chaos avancé dans laquelle est plongée la Côte d’Ivoire en dénonçant les violations systématiques et quotidiennes des droits humains les plus élémentaires.

3) La communauté internationale à travers l’ONU à :
- condamner toutes les formes de violences, les graves exactions et autres violations du Droit International, notamment le Droit International Humanitaire, le Droit International des droits de l’homme, perpétrés quotidiennement en Côte d’Ivoire par les FRCI et les supplétifs Dozos de Monsieur Allassane Ouattara.
- Exiger de Monsieur Allassane Ouattara que soit garanti le droit à la vie, un droit fondamental consacré par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 en son Article 3.
- A rappeler à Monsieur Allassane Dramane Ouattara qu’il est de sa responsabilité de promouvoir et de protéger tous les droits de l’homme et toutes les libertés fondamentales en Côte d’Ivoire.
- A ne pas se rendre complice du génocide du peuple ivoirien par son incompréhensible mutisme. (Le cas Rwandais est encore vivace dans les consciences)

4) L’ensemble d’organisations de la société civile à agir pour les libertés en dénonçant l’épuration politique, ethnique et sociale qui a cours en Côte d’Ivoire sous le règne de Monsieur Allassane Ouattara.

LES FAITS :

Dans le cadre des préparatifs du sit-in, la JFPI a adressé
- deux courriers au Ministre de l’Intérieur à l’effet de l’informer, d’une part, de la situation dramatique que vivent les ivoiriens et particulièrement ceux soupçonnés d’être des proches du Président Laurent Gbagbo qui sont tués quotidiennement et d’autre part, de la tenue d’un sit-in pour exiger le droit à la vie.
- Des courriers à l’ensembles des représentations des Etats membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, des représentants de l’ONU en Côte d’Ivoire, des organisations de défense des droit de l’homme, de la société civile, des confessions religieuses et des institutions de notre pays.

Pendant que nous faisions nos tournées dans le District d’Abidjan et les villes de l’intérieur pour inviter les ivoiriens à se déplacer massivement à l’effet d’exiger que le pouvoir Ouattara garantisse leur droit à la vie, des informations nous parvenant faisaient état de ce que le pouvoir, devenu fébrile projetait, au mieux de faire interdire le sit-in et au pire de l’infiltrer pour rééditer le 18 février 1992 dans le même endroit. Nous n’avons pas pris au sérieux de telles informations eu égard au caractère et au lieu de la manifestation. (Elle devait avoir lieu devant une Eglise)

- Le Mercredi 03 Octobre 2012 en fin d’après-midi, c'est-à-dire à quelque heures seulement de la manifestation, nous apprenions par un communiqué lu à la Télévision que le sit-in du lendemain venait d’être interdit.
- Ce matin 04 octobre, nous apprenons que des camarades qui n’ont pas été informé de l’interdiction de la manifestation viennent d’être arrêtés par les services de Monsieur Allassane Ouattara au plateau et conduits à une destination inconnue.

NOTRE ANALYSE :

La JFPI constate une fois encore que le régime Ouattara a décidé de confirmer la nature fasciste de sa gouvernance, caractérisée par la confiscation de toutes les libertés, notamment la liberté d’expression, de réunion et de manifestation. Et l’interdiction de notre sit-in en est une preuve de plus.
Le régime de Dramane Ouattara démontre encore une fois son incapacité à promouvoir la démocratie dans notre pays.
La JFPI rappelle que le sit-in qui devait se tenir n’avait qu’un seul but : exiger le droit à la vie, qui est un droit fondamental reconnu dans toutes les sociétés.

Et le régime Ouattara en agissant comme il l’a fait vient de démontrer encore une fois son mépris pour la vie humaine qui est pourtant sacrée.
La JFPI estime que tous les actes posés par le régime sont de nature à compromettre dangereusement les acquis démocratiques et à instaurer un climat de suspicion pouvant conduire à une aggravation des tensions déjà existantes. C’est pourquoi :

NOTRE POSITION ;
1) La JFPI condamne :
- tous ces actes antidémocratiques qui ont cours sous le règne de Monsieur Dramane Ouattara
- l’utilisation des appareils de l’Etat pour inciter à la haine, à la violence, à la dérive tribale et religieuse.

2) s’insurge contre :
- l’interdiction de la manifestation pacifique qu’elle a projeté de faire pour exiger le droit à la vie des ivoiriens.
- La montée en puissance de l’Etat totalitaire dirigé par Alassane Dramane Ouattara.
- L’incapacité de Ouattara à assurer la sécurité des ivoiriens.
- La défaillance de l’Etat-RDR qui entraîne chaque jour le Cote d’Ivoire dans le gouffre.
- La faillite du régime Ouattara qui est actuellement dans état de déliquescence avancée.

3) Exige :
- une rencontre avec le Ministre d’Etat ministre de l’Intérieur, Monsieur Ahmed Bakayoko pour, non seulement obtenir la libération sans condition et sans délai des ivoiriens illégalement détenus dans les geôles du pouvoir, mais aussi pour trouver une nouvelle date de manifestation à l’effet d’exiger le droit à la vie.

4) Réaffirme à tous les ivoiriens martyrisés par le régime fasciste de Dramane Ouattara, sa ferme volonté à continuer la combat pour la dignité de la vie humaine.


5) La JFPI recommande à la grande famille des démocrates ivoiriens, de rester à l’écoute de leur direction quant à la prochaine date du sit-in qui leur sera communiqué incessamment et de ne point se laisser envahir par la crainte et la peur, car c’est l’arme du régime pour nous contraindre au découragement et au silence.

Abidjan, le 4 octobre 2012

Le Secrétaire National de la JFPI

05 mars 2012

Réouverture des universités : La JFPI monte au créneau

Publié le lundi 5 mars 2012   | L'Inter

11.JPG

Le président par intérim de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI, opposition) est monté au créneau le samedi 03 mars, pour exiger la réouverture des universités publiques, fermées depuis avril 2011 pour réhabilitation. «Nous allons paralyser l’école jusqu’à satisfaction de nos attentes, qui se résument en la réouverture des universités», a menacé Koua Justin, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au siège du Congrès national de résistance pour la démocratie (CNRD), à Cocody.

111.JPG

Entouré de responsables de structures d’étudiants d’universités et de grandes écoles, le président intérimaire de la JFPI a annoncé que plusieurs actions d’envergure sont en vue dans les jours à venir, pour «mettre la pression sur le gouvernement à l’effet d’obtenir la reprise des cours incessamment». Selon le leader de la jeunesse du parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, «la question de la réouverture des universités est une de nos priorités». C’est pourquoi, Koua Justin a fait savoir que la JFPI ne laissera aucun répit au chef de l’Etat et au gouvernement, jusqu’à ce que les revendications des étudiants soient satisfaites. «Nous ne pouvons pas être complices de la mort de l’éducation et de l’instruction en Côte d’Ivoire. Nous mènerons le combat jusqu’au bout. Aucun étudiant n’a intérêt à reculer pour ne pas trahir les générations à venir», a-t-il sonné la mobilisation. «Le moment de l’action est proche, et la JFPI va aborder dorénavant avec courage la question de la réouverture des universités», a martelé Koua Justin.

1.JPG

D’ailleurs, joignant l’acte à la parole, le président par intérim de la JPFI et des leaders de mouvements estudiantins ont annoncé qu’ils tiendront le jeudi prochain, 08 mars, «un sit-in devant la présidence de la République, au Plateau».

Le gouvernement a annoncé, lors de son dernier conseil des ministres le 29 février, la réouverture des universités publiques de Côte d’Ivoire en septembre prochain.
A. A.