topblog Ivoire blogs

10 septembre 2012

Affaire "Mabri Toikeusse chasse son épouse". SCANDALE CONJUGAL 1 & 2: Les Toikeusse après les Dramane

Je suis avec très peu d'attention l'affaire Albert Toikeusse Mabri depuis hier sans étonnement aucun. Surtout avec en mémoire l'histoire rocambolesque des deux dames qui se sont battus dans les locaux du ministère qui était sous sa tutelle en 2010 après avoir profité des différents accords de paix qui lui ont permis d'être Ministre du Président Gbagbo en raison des prétendus gouvernements d'Union.

affaire albert toikeusse mabri,kourouma toikeusse,ado,alassane dramane ouattara,scandale conjugal,claudus kouadio,le blog de claudus,l'inter,le jour plus

affaire albert toikeusse mabri,kourouma toikeusse,ado,alassane dramane ouattara,scandale conjugal,claudus kouadio,le blog de claudus,l'inter,le jour plus

Mais dans cette affaire, ce qui est carrément hilarant, c'est la "prétendue" réaction de son patron ALASSANE DRAMANE OUATTARA.

Affaire Albert Toikeusse Mabri, Kourouma Toikeusse, ADO, ALASSANE DRAMANE OUATTARA, SCANDALE CONJUGAL, Claudus Kouadio, le blog de Claudus, l'inter, le jour plus

Selon certaines informations, "Madame Kourouma Toikeusse a été réinstallée au domicile conjugal sur ORDRE D'ADO après avoir été expulsée vendredi dernier avec ses cinq filles." Ha bon ?

En outre, la une du quotidien "L'inter" révèle que ADO s'est saisit du "dossier" de l'épouse Mabri.

"Le Jour Plus" va plus loin en affirmant que ADO est "très en colère" à cause de l'affaire "Mabri Toikeusse chasse son épouse".

Affaire Albert Toikeusse Mabri, Kourouma Toikeusse, ADO, ALASSANE DRAMANE OUATTARA, SCANDALE CONJUGAL, Claudus Kouadio, le blog de Claudus, l'inter, le jour plus

C'est bien beau tous ça. ET POURTANT... le 10 Février 2010 le grand frère de ADO a fait la même chose en chassant sa femme et ses enfants sous prétexte que la bonne dame lui aurait extorqué 150 millions de F CFA.

Affaire Albert Toikeusse Mabri, Kourouma Toikeusse, ADO, ALASSANE DRAMANE OUATTARA, SCANDALE CONJUGAL, Claudus Kouadio, le blog de Claudus, l'inter, le jour plus

Par amour de l'argent chez les Dramane, cette dame a été jeté à la rue comme une pestiférée avec enfants et bagages sans que ADO ne lève le petit doigt pour sa belle soeur ni pour ses neveux et nièces. Leur honneur a été ainsi à jamais bafoué et leur dignité froissée.

ALORS, permettez moi de rigoler quand Dramane Ouattara tente maladroitement de jouer le moralisateur alors qu'ils sont tous les mêmes. 

05 mars 2012

Réouverture des universités : La JFPI monte au créneau

Publié le lundi 5 mars 2012   | L'Inter

11.JPG

Le président par intérim de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI, opposition) est monté au créneau le samedi 03 mars, pour exiger la réouverture des universités publiques, fermées depuis avril 2011 pour réhabilitation. «Nous allons paralyser l’école jusqu’à satisfaction de nos attentes, qui se résument en la réouverture des universités», a menacé Koua Justin, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au siège du Congrès national de résistance pour la démocratie (CNRD), à Cocody.

111.JPG

Entouré de responsables de structures d’étudiants d’universités et de grandes écoles, le président intérimaire de la JFPI a annoncé que plusieurs actions d’envergure sont en vue dans les jours à venir, pour «mettre la pression sur le gouvernement à l’effet d’obtenir la reprise des cours incessamment». Selon le leader de la jeunesse du parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, «la question de la réouverture des universités est une de nos priorités». C’est pourquoi, Koua Justin a fait savoir que la JFPI ne laissera aucun répit au chef de l’Etat et au gouvernement, jusqu’à ce que les revendications des étudiants soient satisfaites. «Nous ne pouvons pas être complices de la mort de l’éducation et de l’instruction en Côte d’Ivoire. Nous mènerons le combat jusqu’au bout. Aucun étudiant n’a intérêt à reculer pour ne pas trahir les générations à venir», a-t-il sonné la mobilisation. «Le moment de l’action est proche, et la JFPI va aborder dorénavant avec courage la question de la réouverture des universités», a martelé Koua Justin.

1.JPG

D’ailleurs, joignant l’acte à la parole, le président par intérim de la JPFI et des leaders de mouvements estudiantins ont annoncé qu’ils tiendront le jeudi prochain, 08 mars, «un sit-in devant la présidence de la République, au Plateau».

Le gouvernement a annoncé, lors de son dernier conseil des ministres le 29 février, la réouverture des universités publiques de Côte d’Ivoire en septembre prochain.
A. A.

07 novembre 2011

COMMUNIQUE DU PARQUET GÉNÉRAL PRES LA COUR D'APPEL D'ABIDJAN: Des Cadres de La Majorité Présidentielle PEUT ETRE "provisoirement" LIBRE dès ce Mercredi

Magistrat_Courappel3(1).JPG

COMMUNIQUE DU PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'APPEL D'ABIDJAN

Le procureur général près la cour d'appel d'Abidjan, informe que la chambre d'accusation de la cour d'appel d'Abidjan, examinera les diverses demandes de mise en liberté provisoire présentées par les personnes inculpées dans le cadre de la crise postélectorale, au cours de son audience du mercredi 09 Novembre 2011

Fait à Abidjan le Mardi 08 Novembre 2011 (Antidaté)

Le procureur Général

Fofana Ibrahima

Un proche de Charles Blé Goudé arrêté à Aboisso

blé.jpeg

PHOTO: Claudus Kouadio

Angénor Youan Bi, cofondateur du Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (COJEP), organisation dirigée par Charles Blé Goudé, dont il est un des proches, a été arrêté vendredi à Aboisso et conduit au camp d'Agban, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille. Il vivait depuis de nombreux mois dans une quasi-clandestinité de part et d'autre de la frontière ivoiro-ghanéenne, selon ses proches. "Je vis en Afrique', avait-il affirmé à l'occasion d'une interview donnée au quotidien L'Inter, sans autres précisions.

Cette arrestation intervient après celle d'Anselme Séka Yapo, aide de camp de Simone Ehivet Gbagbo. Détenu au secret, il n'est pas en contact avec sa famille et ne bénéficie pas de l'assistance d'un avocat. Son absence non expliquée au tribunal militaire d'Abidjan, où il devait être entendu jeudi dernier, alimente les rumeurs les plus alarmistes à son sujet.

Benjamin Silué, avec Alerte Info

Par La rédaction de Le Nouveau Courrier le 06/11/11 à 10:59

 

26 août 2011

IL FAUT BLANCHIR LE 'PV' D'Aly Coulibaly. Sarkozy et Ouattara au secours de l'Ambassadeur ?

aly-coulibaly.jpg
Dans l'Affaire "Aly Coulibaly et Une Mineure de 17 ans"... le journal l'Inter se rétracte et accuse le site web ivoirebusiness.net de l'avoir induit en erreur.
Dans sa puration de ce Vendredi 26 Aout 2011, le journal l'Inter fait ce méa culpa approximatif:

POLITIQUE

Mille excuses !!!!
Publié le vendredi 26 aout 2011   |  L'Inter
Avec le concept de journaliste citoyen qui permet à tout citoyen de s'ériger en journaliste, Internet est devenu un véritable casse-tête pour le journaliste professionnel. Dans notre parution d'hier, nous avons relayé une information parue sur un site Internet ivoirien basé en France, sans que cet article ait été recoupé avec tout le professionnalisme possible.
A la vérité, jamais le départ de SE Aly Coulibaly n'a été à l'ordre du jour.
Et jamais, ce collaborateur proche du président Ouattara n'a trempé dans une sordide histoire de mœurs en France, tel que ce site l'a fait croire. Pour notre part, des mesures disciplinaires appropriées ont été prises contre le journaliste concerné, et au nom du journal «L'inter», qui œuvre au quotidien pour se tailler une cote de crédibilité dans le paysage médiatique ivoirien. C'est pourquoi, en toute humilité, la direction de ''L'inter'' se confond entièrement en excuses et présente ses sincères regrets à SE Aly Coulibaly pour tous les désagréments que cet article a pu lui causer hier, lui et sa famille. A commencer par sa famille biologique, notamment ses enfants qui nous ont joint pour marquer leur indignation à ce qu'ils considèrent comme une infamie pour leur père, ensuite à sa famille politique du RDR et du RHDP, qui ne peuvent être épargnés par les effets d'un tel incident. A la grande famille des diplomates à laquelle ils appartient, qui hier encore s'interrogeait sur ce qui s'était passé, toutes nos excuses. Enfin, à la communauté Djimini de Dabakala, qui aussitôt s'est sentie interpellée et nous a joint pour comprendre, la rédaction de ''L'inter'' se plie en excuses. La publication de l'information a une exigence de qualité. C'est vers quoi nous tendons chaque jour à ''L'inter''. Mille excuses à tous nos lecteurs.

JMK AHOUSSOU
Directeur de la Publication

En somme, les journalistes DITS Professionnelles qui accusent ceux qu'ils appelent "journalistes citoyens" n'auraient aucune "source sur place DANS la capitale française, qui semble bien introduite DANS la chancellerie" et qui les auraient "joint il y a quelques jours pour donner l’information.
Je trouve cela limite surtout venant de "L'Inter un quotidien Ivoirien toujours apprécié pour sa neutralité politique" comme je le soulignait avec soin. L'Inter serait il en train de se retracter face au Regime en place qui "emprisonne" les journalistes qui font BIEN leur travail ?

J'y mettais un point d'honneur dans ma premiere publication en soulignant que le 17 août, à 16:04 lorsque Toussaint Alain publiait son info voulu flou, il ne donnait pas plus de précision sur le sujet encore moins sur l'identité du mis en cause. Pudeur et prudence oblige, on n'osa pas en rajouter nous autres bloggeurs et journalistes citoyen. Surtout au vu de la délicatesse du sujet, L'Inter aurait commis cette erreur que meme les amateurs n'ont pas commis ?

Permettez moi d'en douter, de ne pas y croire finalement, et d'être certains que LE JOURNALISME D'INVESTIGATION EST MORT EN COTE D'IVOIRE.

25 août 2011

Une adolescente de 17 ans fait ejecter Aly Coulibaly de l'ambassade de Côte d'Ivoire en France

Le 17 août, 16:04 Toussaint Alain publiait:

"SEXE & POLITIQUE. Que faisait un Ambassadeur de Ouattara en garde à vue dans un commissariat du 16ème arrondissement de Paris où il a été auditionné pendant plus de trois heures d'horloge le week-end dernier pour une affaire de mœurs impliquant une mineure de 17 ans ? La morale commande que ce diplomate soit débarqué et rappelé au pays immédiatement."

Toussaint Alain ne donnais pas plus de précision sur le sujet encore moins sur l'identité du mis en cause. Pudeur et prudence oblige, on n'osa pas en rajouter.

Cependant "L'Inter" un quotidien Ivoirien toujours apprécié pour sa neutralité politique nous apprend sur un ton quasi officiel que "L’Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, S.E. Aly Coulibaly, pourrait quitter ses fonctions à Paris pour d’autres fonctions. C’est l’information qui circule depuis quelques jours au 102 rue Raymond Poincaré, Paris 16ème. Une source sur place DANS la capitale française, qui semble bien introduite DANS la chancellerie, nous a joint il y a quelques jours pour donner l’information."

On peut conclure sans grand risque que ce qui était de l'ordre de la rumeur, s'est rapidement avéré comme une vilaine réalité qui ne ferra que salir encore plus la Côte d'Ivoire.
Il est clair que cette affaire finira par être étouffée à coups de millions du contribuable Ivoirien sur le compte bancaire de l'adolescente dont a certainement abusée Aly Coulibaly: sinon comment expliquer qu'il soit ainsi éjecté de ce bureau dans le quel il a fini par s’asseoir après avoir vandalisé les grilles et les portes de notre ambassade pour y avoir accès suite au coup d'état électorale de Décembre 2011 ?

.................................................................
MISE A JOUR: 26 Aout 2011 à 01h04 Gmt
Dans l'Affaire "Aly Coulibaly et Une Mineure de 17 ans"... le journal l'Inter se rétracte et accuse le site web ivoirebusiness.net de l'avoir induit en erreur.
Dans sa puration de ce Vendredi 26 Aout 2011, le journal l'Inter fait ce méa culpa approximatif:

POLITIQUE

Encadré : Mille excuses !!!!
Publié le vendredi 26 aout 2011   |  L'Inter
Avec le concept de journaliste citoyen qui permet à tout citoyen de s'ériger en journaliste, Internet est devenu un véritable casse-tête pour le journaliste professionnel. Dans notre parution d'hier, nous avons relayé une information parue sur un site Internet ivoirien basé en France, sans que cet article ait été recoupé avec tout le professionnalisme possible.
A la vérité, jamais le départ de SE Aly Coulibaly n'a été à l'ordre du jour. Et jamais, ce collaborateur proche du président Ouattara n'a trempé dans une sordide histoire de mœurs en France, tel que ce site l'a fait croire. Pour notre part, des mesures disciplinaires appropriées ont été prises contre le journaliste concerné, et au nom du journal «L'inter», qui œuvre au quotidien pour se tailler une cote de crédibilité dans le paysage médiatique ivoirien. C'est pourquoi, en toute humilité, la direction de ''L'inter'' se confond entièrement en excuses et présente ses sincères regrets à SE Aly Coulibaly pour tous les désagréments que cet article a pu lui causer hier, lui et sa famille. A commencer par sa famille biologique, notamment ses enfants qui nous ont joint pour marquer leur indignation à ce qu'ils considèrent comme une infamie pour leur père, ensuite à sa famille politique du RDR et du RHDP, qui ne peuvent être épargnés par les effets d'un tel incident. A la grande famille des diplomates à laquelle ils appartient, qui hier encore s'interrogeait sur ce qui s'était passé, toutes nos excuses. Enfin, à la communauté Djimini de Dabakala, qui aussitôt s'est sentie interpellée et nous a joint pour comprendre, la rédaction de ''L'inter'' se plie en excuses. La publication de l'information a une exigence de qualité. C'est vers quoi nous tendons chaque jour à ''L'inter''. Mille excuses à tous nos lecteurs.

JMK AHOUSSOU
Directeur de la Publication

En somme, les journalistes DITS Professionnelles qui accusent ceux qu'ils appelent "journalistes citoyens" n'auraient aucune "source sur place DANS la capitale française, qui semble bien introduite DANS la chancellerie" et qui les auraient "joint il y a quelques jours pour donner l’information.
Je trouve cela limite surtout venant de "L'Inter un quotidien Ivoirien toujours apprécié pour sa neutralité politique" comme je le soulignait avec soin. L'Inter serait il en train de se retracter face au Regime en place qui "emprisonne" les journalistes qui font BIEN leur travail ?

J'y mettais un point d'honneur dans ma premiere publication en soulignant que le 17 août, à 16:04 lorsque Toussaint Alain publiait son info voulu flou, il ne donnait pas plus de précision sur le sujet encore moins sur l'identité du mis en cause. Pudeur et prudence oblige, on n'osa pas en rajouter nous autres bloggeurs et journalistes citoyen. Surtout au vu de la délicatesse du sujet, L'Inter aurait commis cette erreur que meme les amateurs n'ont pas commis ?

Permettez moi d'en douter, de ne pas y croire finalement, et d'être certains que LE JOURNALISME D'INVESTIGATION EST MORT EN COTE D'IVOIRE.