topblog Ivoire blogs

13 août 2013

DECLARATION DE LA COALITION DES PATRIOTES IVOIRIENS EN EXIL (CO.P.I.E)SUITE A LA LIBERATION DE 12 PRISONNIERS POLITIQUES PROCHES DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

* La CO.P.I.E prend acte de la libération des prisonniers politiques

Damana Adia Pickass, COPIE, hamed bakayoko, laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo, CO.P.I.E

C’est avec une grande surprise que nous avons appris la libération de douze (12) prisonniers politiques, dont le Premier ministre Pascal AFFI N’Guessan, président du FPI, SANGARE Aboudramane, vice président du FPI, et Madame Généviève Bro Gregbé, leader des femmes patriotes, injustement incarcérés depuis plus de deux ans (pour la plupart) dans les goulags du régime d’Abidjan.

Nos premières pensées vont bien évidemment vers les familles biologiques, politiques et idéologiques des ex-détenus ; à leurs parents respectifs, aux militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI), et de la LMP, ainsi qu’aux amis de la démocratie et adeptes des valeurs républicaines.

La CO.P.I.E prend acte de cette libération et félicite les camarades qui ont su faire preuve de dignité, de droiture, d’exemplarité, d’intégrité et de courage durant tout le temps de leur détention, malgré l’adversité, l’humiliation et les tentatives de corruption et de marchandages.

Nos Camarades retrouvent donc provisoirement la liberté après un long et pénible séjour carcéral, sans qu’aucune preuve n’ait été apportée par le régime, quant à leur culpabilité sur tous les chefs d’inculpation. La CO.P.I.E s’insurge donc contres ces détentions arbitraires qui violent incontestablement les droits de l’homme et les principes démocratiques.

Nous souhaitons à ces dignes camarades le traditionnel AKWABA, et leur réitérons tous nos vœux de bonheur pour la poursuite du combat.

C’est là l’occasion pour nous de saluer tous ceux qui ont lutté pour leur libération. Nous pensons particulièrement à la direction intérimaire du FPI, sous la conduite du camarade MIAKA Oureto, à tous les militants du FPI, de la LMP, aux résistants et patriotes ivoiriens (Diaspora, Cyber-activistes, Juristes, Journalistes, personnalités politiques et mouvements associatifs, anonymes, etc.), aux amis de la Côte d’Ivoire digne, épris de paix et de justice, qui ont battu le pavé, nuit et jour, en occident, en Côte d’Ivoire et partout ailleurs, afin que la vérité de la crise ivoirienne soit connue de tous, mais surtout pour l’instauration d’un Etat de droit.

Aussi, lançons-nous un vibrant appel à la vigilance, à la mobilisation et à la détermination de tous jusqu’à leur libération totale et sans condition. Cette décision sous pression intérieure et extérieure, du gouvernement Ouattara de libérer subitement des personnalités proches du Président Laurent GBAGBO, constitue un formidable point d’appui pour continuer la lutte pour la libération de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires avec à leur tête, le président Laurent GBAGBO. Libérations sans lesquelles, la paix et la réconciliation ne sont possibles en Côte d’Ivoire.

* La mobilisation populaire et organisée paye toujours.

Au vu de ce qui précède, L’heure est plus que jamais venue, chers camarades et compagnons de lutte, d’affuter nos armes et de partir en ordre de bataille. Le Front Populaire Ivoirien qui constitue la colonne vertébrale de notre combat, reste «présent et entend prendre part à la restauration de la Côte d’Ivoire» comme l’a annoncé le chef de file de ce parti, le Président Pascal Affi N’Guessan, juste à sa sortie de prison.

Aussi, invitons-nous la Communauté Internationale à avoir un regard plus objectif, juste et impartial sur la situation sociopolitique de la Côte D’Ivoire. Le peuple de Côte d’Ivoire aspire à la cohésion entre ses filles et ses fils; Pourtant, le nombre important d’exilés ivoiriens, les violations constantes et flagrantes des droits de l’homme et des principes démocratiques, la confiscation de la liberté d’expression et le règne de la justice des vainqueurs, sont de nature à compromettre indéfiniment le retour à la normalité en Côte d’Ivoire. 

C’est pourquoi, la CO.P.I.E appel le régime à entendre la voix de la raison en traitant avec diligence et justesse les questions importantes et pendantes relative au retour à la normalité et à la paix sociale, à savoir la libération totale et sans conditions de tous les prisonniers politiques, civiles et militaires, le vote d’une loi d’amnistie générale, le retour sécurisé et apaisé des exilés, le dégel des avoirs, l’instauration d’un climat de paix et le retour d’un état de droit.

Enfin, la CO.P.I.E appel le peuple Ivoirien à redoubler d’ardeur dans la mobilisation, car c’est à ce prix que nous pourront restaurer la démocratie et l’état de droit.

En avant pour la Liberté de tous les Ivoiriens ! En avant pour la démocratie !

Vive la Côte d’Ivoire !

 

Fait le 9 aout 2013

Pour le B.E de la CO.P.I.E


Le Président

Damana Adia Pickass

12 août 2013

Hamed Bakayoko menace le ministre Lida Kouassi Moïse.

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

"Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."
- Lors de leur ressent passage au parquet d'Abidjan le mardi dernier avant leur libération provisoire, les 12 prisonniers politiques partisans du président Laurent Gbagbo ont reçu la visite du loubard en charge de la sécurité Ivoirienne (Ministère de l'intérieur), Ahmed Bakayoko. Ce dernier a déclaré ceci au ministre Lida Kouassi  "Si je te vois avec un corps habillé, alors tu peux compter sur moi pour te couper la langue, fais moi confiance pour cela..."

Hamed Bakayoko,  laurent gbagbo, #freegbagbo, pro-gbagbo, geneviève bro grégbé, michel gbagbo, pascal affi n'guessan, aboudramane sangaré, lida kouassi moise, alphonse douati, kuyo téa narcisse, alcide djédjé, sokouri bohui, koua justin, dakoury tabley henri phlippe, seka obodji désiré, le colonel konandi kouakou, nomel jonas, maca, simone gbagbo, ake n'gbo

A vous de juger...
Un "ministre de la sécurité" qui menace des hommes politiques, des civiles, alors nous nous posons plusieurs questions. Sommes-nous réellement en sécurité en CI ?
Le ministre Lida n’a t’il pas de parents parmi les forces de l’ordre pouvant lui rendre visite? Devons nous donc comprendre que tous les corps habillés (policiers, gendarmes, militaires, etc...) parents, amis ne doivent en aucun cas s’approcher de lui ? Combien d'ivoiriens sont ils victimes de ces abus de pouvoir ?

Voila le vrai visage de la nouvelle Cote d'ivoire sous Dramane Ouattara. Un monde où les meurtriers sont en liberté, violant a tort les règles de droit à chaque carrefour sans que la justice ne soit appliquée véritablement.

Si quelques choses arrivent à Mr Lida, nous vous tenons pour responsable très cher loubard Ahmed Bakayoko...Sachez que vos crimes ne resteront pas impunis, car un jour vous regretterez d'avoir choisi la violence comme arme de communication.
~ Une Correspondance de Fatou Kone

06 août 2013

Apres 27 mois de détention arbitraire, 12 Pro-Gbagbo libérés.

[ COTE D'IVOIRE - Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo ]

Montages.jpg

Pour la Cote d'Ivoire, Pour les Patriotes Ivoiriens, Pour le FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN, Pour La Majorité Présidentielle Gbagbo je suis très heureux de la mise en liberté provisoire de certains Pro-Gbagbo otages du régime brutal et illégitime de Ouattara‬.
- Aussi, je suis encore plus inquiet pour mon pays car par cet acte, ALASSANE DRAMANE OUATTARA confirme au monde le fait que la Cote d'Ivoire soit un État de Non Droit, une vraie République Bananière.
Sinon comment expliquer que sans procès aucun on puisse mettre en liberté même d'une minute des personnes présentées comme de grands criminels ayant porté pour certains 'atteinte à la sureté de l’État ? COMMENT ?
L’évidence est que la prison avait pour seul et unique but de les museler et tenter de nous briser à travers la "souffrance" des nôtres. Mais ILS ONT TENU. Même au fond du gouffre, la tête haute ILS ONT TENU - ils nous donnent là une belle leçon, celle de la force de la conviction.

Le 18 juin 2012 à la Haye, le Président LAURENT GBAGBO a dit:
«Je tiens, j'ai le moral. ... Et que tant que Sangaré Abdoudrahamane tiendra, je tiendrai. [...] Si vous tenez, je tiendrai»
TENONS comme Sangaré Abdoudrahamane, comme Laurent Gbagbo, comme Simone Ehivet GBAGBO.

- Qui a gagné les élections Présidentielles de 2010 en Cote d'Ivoire ? POURQUOI avoir emprisonné ces personnes ? La réponse à ces questions est la preuve de l'imposture dictatoriale de ALASSANE DRAMANE OUATTARA.
#‎Ovajab‬ donc Patriotes. Chacun à son niveau, la bataille continue.

Pour avoir rendu leur liberté dite provisoire à 12 responsables du ‪#‎FPI‬ et proches du Président Gbagbo‬, l'imposture de pouvoir ‪‎Ouattara‬ espère et attends le 'Merci' des Patriotes et démocrates Ivoiriens. Aux autres exilés et réfugiés ou encore innocents brimés dans leurs geôles, ce pourvoir démagogique demande de l'HUMILITÉ qui devrait les conduire à demander PARDON pour prétendre à la liberation.
Qu'ils fassent la difference entre humilité et compromission.
Pardon aux 'voyous' qui ont mis le feu à notre pays ? Merci aux rebelles qui continuent de tuer nos mères ? Je dis NON. Ce n'est pas de l'humilité mais la pire indignité.

~ Plus de photos sur facebook:

- Liberté provisoire pour des otages pro-Gbagbo

- Accueil des prisonniers de la haine. PHOTOS: Gueye Fiavi Dekpeya

- MACA=> Parquet => QG, La Sortie des Héros du 6 Aout

12 septembre 2012

Affaire "Tsikata": Quand Hamed Bakayoko et Dramane Ouattara jouent à "Sherlock Holmes et Dr Watson" pour un "faux complot" contre la CI.

POUR LES ACCUSER DE FOMENTER "UN COUP D’ÉTAT" CONTRE SON REGIME ET LES FAIRE ARRÊTER, VOICI COMMENT LE PION D'AHMED BAKAYOKO OPERAIT POUR OUATTARA AUPRES DE CERTAINS EXILES IVOIRIENS AU GHANA...

---------------

 lida kouassi moïse, Prosper Tao Tsikata, hamed bakayoko, arrestation lida, laurent akoun, fpi, alassane ouattara, koaci.com, Tsikata, Accra, affaire Katinan, faux complot, claudus kouadio, le blog de claudus

GHANA : Un fossoyeur des exilés ivoiriens arrêté pour tentative de coup d’État en Côte d’Ivoire

La rédaction de Koaci.com Accra, a appris ce mardi auprès du journal Daily Graphic qu’après des rapports citant le nommé Prosper Tao Tsikata, le Bureau National des Investigations (BNI) a procédé à son arrestation le 13 juillet dernier pour avoir orchestré un faux coup d'Etat au compte des exilés ivoiriens qui vivent au Ghana pour son propre intérêt.

Selon Daily Graphic, Tsikata, l’auteur du montage du faux coup d’État lequel est aussi connu sous le pseudonyme ‘‘419’’ pour être réputé dans la fraude, a réussi à convaincre les autorités ivoiriennes d’arrêter les exilés qui sont censés être impliqués dans le coup.

Des révélations qui se font jour, il s’avère que Tsikata un nigérian installé à Accra et qui a usurpé le titre de ghanéen, a été arrêté par le BNI pour son implication dans le complot qui visait à renverser le pouvoir du Président Alassane Ouattara.

Pour détromper la méfiance des exilés ivoiriens et les avoir, l’auteur du montage du faux coup s’est servi du nom Tsikata, lequel est assez connu dans la classe politique ghanéenne. Il s’est fait passer sous le titre d’un Officier de l’Armée à la retraite qui gère sa propre agence de sécurité.

A ce titre, il se serait affiché comme le Capitaine à la retraite, Kojo Tsikata, celui qui était l’ancien chef de la sécurité ghanéenne.

A la suite un agent anonyme de service secret français est arrivé au Ghana pour pister les exilés et au cas échéant les exposer comme des comploteurs de coup à perpétrer en Cote d’Ivoire.

En se référant à la parution du journal la Voie du 25 juin 2012, cet agent secret a cité Tsikata comme le cerveau du coup lequel a conduit à l’arrestation du Colonel Kate Gnatoa et de Moise Lida Kouassi, deux pro Gbagbo, qui étaient en exile au Togo voisin.

En dévoilant les dessous de ce complot à nos confrères de Daily Guide, Samuel Okudzeto Ablakwa, le vice-ministre ghanéen de l’Information a révélé que Tsikata a convaincu quelques soldats exilés, proches de Gbagbo que non seulement il est capable mais aussi qu’il peut les aider à renverser le gouvernement Ouattara par le biais d’un pré-financement de l’opération avec de l'argent nécessaire, les armes, les véhicules et autres moyens logistiques.

Après avoir réussi à convaincre certains exilés par opposition à d’autres toujours méfiants, Tsikata a proposé l'idée de faire un enregistrement vidéo devant servir comme la déclaration de l’annonce du coup d’Etat. Sur la bande vidéo, il y avait le Colonel Gnatoa, qui a lu le message et était entouré de six autres soldats ivoiriens en exil, tous en uniformes militaires et des bottes fournies par Tsikata.

Du lieu où la vidéo a été enregistrée, le ministre a déclaré que des investigations ont conclu que c’était à la résidence de Tsikata à Haatso à Accra.

Tsikata s’est alors rendu à Abidjan pour avertir le pouvoir ivoirien précisément Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de l'Intérieur que certains ivoiriens exilés au Ghana se préparaient à renverser le gouvernement Ouattara.

De retour au Ghana, le faux comploteur a informé Gnatoa que les préparatifs pour le coup à Abidjan étaient prêts pour créer une confusion et la prise du pouvoir par les pro Gbagbo.

En vue d’obtenir la vidéo enregistrée pour ses propres fins, Tsikata a promis à Gnotoa qu’il sera le Président si le coup réussissait. Une fois la vidéo reçue, Tsikata s’en est servi auprès du ministre Bakayoko comme une preuve de l’existence d’un complot. Après ce service, Tsikata recevra une somme 200,000 dollars des 12 millions qu’il avait demandé aux autorités ivoiriennes.

De retour au Ghana, toujours selon le ministre ghanéen, Tsikata attirera d’abord Gnatoa vers une cachette à Abidjan avant de procéder à son arrestation par des hommes armés.

Par Mensah, 11 Septembre 2012 - (Source : KOACI.COM ACCRA)

EN GROS, le prétendu Coup d'état qui a valu au Ministre Lida Kouassi Moise un enlèvement puis son extradition du Togo vers la Côte d'Ivoire est un GROS tissu de mensonges dont l'unique catalyseur est Hamed BAKAYOKO et son désir d’impressionner son nuisible maitre Dramane Ouattara.


- Cette affaire CONFIRME que les prétendus aveux de Lida Kouassi Moise ont été obtenus sous contrainte et que sa détention est illégale.


Hamed Bakayoko et Dramane Ouattara ont juste dilapidé des millions et des millions du contribuable Ivoirien en jouant à "Sherlock Holmes et le Dr Watson": IL N'Y A JAMAIS EU DE TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT CONTRE CES REBELLES QUI USURPENT LE POUVOIR D’ÉTAT EN COTE D'IVOIRE.

12 juin 2012

Prétendu "aveux" de Lida Kouassi Moise: Diversion et mise en scène grotesque pour occulter les vrais problèmes en Côte d'Ivoire

Arrestation du Ministre Lida au Togo puis extradition expéditive vers à Abidjan.

 lida kouassi moïse, LE REPENTIR DE LIDA KOUASSI SUR RTI1, HAMED, BAKAYOKO, ARRESTATIONLIDA, aurent akoun, fpi, réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci, avepezo,togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, laurent gbagbo

POURQUOI ? Surtout, pourquoi MAINTENANT et de cette manière quand on sait que malgré des accusations fantaisistes, le Ministre Lida aurait pu être arrêté au Togo depuis Juin 2011 si VRAIMENT un mandat d’arrêt avait été délivré a cet effet ? 

Pourquoi alors n'a t'il pas été "au moins entendu" par la gendarmerie Togolaise depuis cette date ?

Une chose est certaine, Ouattara a trouvé en cette opération digne de l'agent 007 un bon moyen de faire basculer LA VRAIE actualité Ivoirienne en faisant OUBLIER la grave crise au sein du RHDP avec les nouvelles positions du PDCI-RDA, tous les scandales à répétition dans les différents ministères du son gouvernement Ahoussou, MAIS surtout la triste réalité du gouffre de la crise sociale, la crise de l'éducation nationale, la grave crise du milieu hospitalier, les premières grèves et marches des policiers et certains fonctionnaires d'état depuis le 11 Avril 2011, et surtout l'insécurité galopante à l’intérieur même du pays avec l’impunité vis à vis des FRCI & Dozos...

En outre, en prélude du 18 Juin pour l'audience de confirmation/NON confirmation des charges "annoncées" contre le Président Gbagbo, par cette opération de Communication, Ouattara tente de faire croire au monde, mais surtout aux juges de la CPI que le Président Gbagbo et ses partisans sont des dangereux criminels qui en ce moment même tenteraient des opérations militaires contre l'état de Côte d'Ivoire et qu'ils ne devraient pas le libérer. 

- Ouattara ne fait que de la digression voir diversion. PATRIOTES IVOIRIENS, restez mobilisés et gardez le cap.

#OMG


LE REPENTIR DE LIDA KOUASSI SUR RTI1 par  hbakayoko

 POURQUOI Lida Kouassi qui AURAIT tenté de porter atteinte à la sûreté de l'état, n'est pas dans une cellule de prison en ce moment ? Cette mascarade humiliante est digne d'une émission de "téle anormalité" de seconde zone. 

Ce qui est marquant ds cette mise en scène sordide, c'est le coté trop amateur: il n'a pas "forcement" subit une torture physique, mais il est mis sous contrainte grave et cela apparait comme une certitude. En outre, AUCUNE des preuves en question n'est présenté... POURQUOI ?

Nous y reviendrons !

INTÉGRALE: HAMED BAKAYOKO, INVITE DE L'EMISSION "LES GRANDS DOSSIERS" SUR RTI1

Cogitons: 

"[...]On n’incarne pas de la même manière le pouvoir et l’opposition : l’attitude, le ton, et jusqu'aux vêtements peuvent changer selon le cas. Et cette représentation elle-même évolue dans ses formes, elle peut changer en fonction de l’évolution des mœurs. Autant d’apprentissages pour notre homme politique, sans lesquels l’environnement du discours desservirait ce dernier.

Reste que face à l’évolution de notre société, certains conseillers du Prince l’engagent peut-être un peu vite à suivre une politique d’abandon. Délaisser tout apparat est bien délicat pour continuer à jouer de tels rôles. 

Peut-on vraiment se défaire de toute distance face à ses interlocuteurs sans porter atteinte à l’image de la fonction et desservir un discours qui, bien souvent, reste, partiellement au moins ; un discours d’autorité ? Jusqu’où peut-on refuser d’incarner un statut sans le perdre ? [...]" 

'INTRODUCTION: L'ultime magie du politique' Dans "Les plus grands discours du XXe siècle" présenté par le Professeur Christophe BOUTIN

11 juin 2012

FPI- Déclaration Relativement à l'Enlèvement au Togo et au Transfèrement en Côte-d'Ivoire du Ministre (en exil) Lida Kouassi Moïse

 FPI- Déclaration Relativement à l'Enlèvement au Togo et au Transfèrement en Côte-d'Ivoire du Ministre (en exil) Lida Kouassi Moïse

Lida Kouassi Moïse,Laurent Akoun, FPI,  réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci,, avepezo, togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, Laurent Gbagbo

Dans la situation délétère que vit la Côte d’Ivoire depuis la prise de pouvoir - dans les conditions que l’on sait - par Monsieur Alassane Ouattara, de nombreux Ivoiriens, personnes anonymes et personnalités politiques, ont quitté leur terre natale, pour chercher refuge ailleurs. C’est ainsi que M. Lida Kouassi Moise, ancien ministre d’Etat, ministre de la Défense et de la Protection civile, s’est retrouvé au Togo. Il croyait s’être mis à l’abri du péril. 

Le ministre Lida Kouassi résidait au Togo depuis plus d’une année. Il avait déposé auprès de la Coordination Nationale d’Assistance aux Réfugiés du Togo une demande d’asile et attendait la réponse de cette institution, lorsque, le mercredi 6 juin 2012, à 10 heures, un important dispositif de sécurité, conduit par le colonel Massina a investi d’autorité son lieu d’habitation, confisqué son ordinateur et ses téléphones portables, avant de l’entrainer, manu militari, dans les locaux du Commandement Supérieur de la Gendarmerie Nationale du Togo où il a été soumis à un interrogatoire conduit conjointement par les services secrets ivoiriens et togolais. 

Cet interrogatoire a duré un peu moins de 10 heures d’horloge. Il s’est déroulé de 10h30 à 18h. Le ministre Lida Kouassi Moïse a requis, en vain, l’assistance d’un avocat. Aux environs de 19 heures, il a été conduit à l’aéroport de Lomé, pour être ensuite extradé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, dans un lieu de détention que personne - à l’heure actuelle - ne peut identifier avec certitude. 

Le Front Populaire Ivoirien note : 

Lida Kouassi Moïse,Laurent Akoun, FPI,  réfugiés ivoiriens au togo, alassane ouattara, faure, hcr, frci,, avepezo, togo, cote d'ivoire, claudus kouadio, le blog de claudus, Laurent Gbagbo

1. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse – homme politique en situation de demande d’asile au Togo – a été interpellé manu militari par les autorités togolaises pour des raisons politiques. 

2. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse a vu ses biens personnels retirés et confisqués par les autorités togolaises sans un mandat de perquisition dûment délivré par la Justice togolaise. 

3. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse n’a pas été autorisé par les pouvoirs publics togolais à se faire assister par un avocat durant son long interrogatoire. 

4. Que le Ministre Lida Kouassi Moïse a été extradé avec célérité par les autorités togolaises, en violation flagrante de la Convention régissant les conditions d’extradition dans l’espace CEDEAO qui interdit formellement – en ses articles 4 et suivants – l’extradition d’un ressortissant de la Communauté poursuivi pour des motifs politiques. 

5. Que les autorités togolaises et ivoiriennes ont montré un mépris souverain égal pour les droits de justiciable de M. Lida Kouassi Moise et les accords internationaux. 

Le Front Populaire Ivoirien - parti politique foncièrement attaché à la Loi et la Légalité – est profondément indigné et attristé par ces pratiques féodales dignes d’une autre époque. 

En conséquence, 

1. le FPI considère que l’arrestation au Togo et le transfèrement en Côte d’Ivoire du Ministre Lida Kouassi Moise n’est rien d’autre qu’un rocambolesque enlèvement qui relève d’un banditisme avéré d’Etat opéré par 2 autorités dictatoriales recouvertes du manteau de la République

2. Le FPI interpelle les autorités togolaises afin qu’elles se souviennent que « les intérêts de l’Etat ne doivent pas être confondus avec les intérêts de ceux qui gèrent l’Etat à un moment donné de l’Histoire ». 

3. Le FPI rappelle aux autorités politiques ivoiriennes du moment que « quiconque gouverne avec et par la force finit par trouver sur son chemin plus fort que lui. Ce n’est qu’une question de temps. » 

4. Le FPI rappelle à la communauté nationale et internationale que, depuis le renversement du Président Laurent Gbagbo par les forces franco-onusiennes au profit de M. Alassane Ouattara, il n’a eu de cesse de donner de gages de sa bonne foi pour l’instauration d’un véritable dialogue porteur d’espoir de paix et de stabilité en Côte d’Ivoire. 

5. A contrario, le FPI constate avec tristesse que le régime de M. Alassane Ouattara - tout en clamant sa volonté de réconcilier les Ivoiriens - s’ingénie à appuyer tous les ressorts qui s’y opposent. 

Enfin, le FPI, tout en appelant de tous ses vœux la restauration de l’Etat de Droit en Côte d’Ivoire et partout en Afrique, exige la libération immédiate du Ministre Lida Kouassi Moïse. Ce serait un minimum de gage pour le dialogue politique en cours. 

Fait à Abidjan le 9 juin 2012 

Le Secrétaire Général, porte-parole 

Laurent Akoun