topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

02 septembre 2013

GHANA : le HCR sous pression du régime Ouattara refuse les papiers de réfugié à Damana Pickass Pickass.

Damana Adia Pickass, COPIE ,HCR , Ghana refugees Board, Front populaire Ivoirien , fpi, Laurent Gbagbo,  Affi , CEI , Bamba Yacouba ,RDR, Nicolas Sarkozy ,Adou Akéssé André DAMANA,MACA ,Ansar Dine ,ONUCI , Assoa Adou, Didier Dépri, Notre voie

Depuis quelques jours, des informations de plus en plus concordantes nous font état de ce que Monsieur Damana Adia Pickass actuel président de la coalition des patriotes Ivoiriens en exil COPIE s’est vu refuser un document officiel du HCR notamment le passeport d’asile dont le processus d'établissement a commencé il y a peu au siège du Ghana refugees Board , cette institution des Nations Unis dans la capitale Ghanéenne. Pourtant, dans ce même élan de nos investigations il est apparu que tous les autres officiels du Front populaire Ivoirien en exil et proches collaborateurs du président Laurent Gbagbo ont pu sans obstacle se faire enregistrer pour l’acquisition dudit document. Comment donc comprendre et expliquer qu’il soit le seul à se voir refuser ce droit ?

Rappelons que Damana Adia Pickass est administrateur civil, ancien membre de la commission électorale indépendante(CEI) ivoirienne, conseiller spécial du président Affi (FPI), est celui là qui a montré et démontré par son opposition courageuse et historique devant les médias nationaux et internationaux qu’un coup d’état électoral se préparait au sein de la CEI contre le président Laurent GBAGBO, lors des dernières élections présidentielles de novembre 2010.
En effet, après les élections présidentielles, la CEI chargée d’organiser ce scrutin devait proclamer les résultats provisoires suivant un mode opératoire interne à la commission. Ces résultats doivent être consolidés par tous les commissaires de la dite organisation avant sa proclamation officielle .Principe respecté au premier tour du scrutin et brusquement foulé aux pieds au deuxième tour par les partisans de Monsieur Ouattara dont Monsieur Bamba Yacouba le porte-parole de la CEI.
Cet acte de DAMANA Pickass n’a jamais été digéré par le candidat du RDR, ses partisans et ses soutiens étrangers. En représailles, la résidence de l’actuel Président de la COPIE a été attaquée et bombardée à l’arme lourde par l’aile armée du RDR. Si l’on n’a déploré aucune perte en vie humaine, les dégâts matériels par contre ont été énormes. Après l’installation par la force de Monsieur Ouattara à la Présidence par son ami Nicolas Sarkozy alors chef d’Etat français, plusieurs membres de la famille DAMANA sont attaqués, leurs résidences pillées. Ils ont du fuir la Cote d’ivoire pour se réfugier au Ghana en vue d’avoir la vie sauve.

Depuis plus de 2 ans, le domicile de l’actuel président des patriotes ivoiriens en exil, est toujours occupé par les forces de Ouattara. Le régime Ouattara s’est donné pour programme, l’arrestation de DAMANA Pickass par tous les moyens selon des confidences de Ahmed Bakayoko son Ministre de l’intérieur dont on a eu écho. N’arrivant pas à le faire plier, les stratèges du régime Ouattara optent pour l’intimidation et le chantage. Pour preuve, l’arrestation de son ainé Adou Akéssé André DAMANA encore détenu à la MACA (Notons qu’en Droit, les parents de l’auteur d’une infraction si elle existe, ne peuvent payer à sa place).
Vu que ces actes barbares et injustifiés ne portent pas fruits, des pressions sont exercées sur les autorités ghanéennes pour l’arrêter et l’extrader. Les arguments trouvés et qui n’existent que dans l’esprit de ses accusateurs, toujours incapables d’apporter ne serait ce qu’un commencement de preuves, sont entre autre la présumée collaboration avec le mouvement islamique Ansar Dine qui avait occupé le nord du Mali, sa collusion avec le Capitaine Sanogo qui avait renversé A.T.T ex-chef d’état malienne en vue de renverser le régime Ouattara, la responsabilité de Pickass dans l’attaque d’un convoi de l’ONUCI dans l’Ouest ivoirien qui a vu la mort de quatre casques bleus. Des pressions énormes sont également exercées sur le HCR Ghana pour lui refuser le titre de refugié politique.

damana adia pickass,copie,hcr,ghana refugees board,front populaire ivoirien,fpi,laurent gbagbo,affi,cei,bamba yacouba,rdr,nicolas sarkozy,adou akéssé andré damana,maca,ansar dine,onuci,assoa adou,didier dépri,notre voie

damana adia pickass,copie,hcr,ghana refugees board,front populaire ivoirien,fpi,laurent gbagbo,affi,cei,bamba yacouba,rdr,nicolas sarkozy,adou akéssé andré damana,maca,ansar dine,onuci,assoa adou,didier dépri,notre voie

damana adia pickass,copie,hcr,ghana refugees board,front populaire ivoirien,fpi,laurent gbagbo,affi,cei,bamba yacouba,rdr,nicolas sarkozy,adou akéssé andré damana,maca,ansar dine,onuci,assoa adou,didier dépri,notre voie

damana adia pickass,copie,hcr,ghana refugees board,front populaire ivoirien,fpi,laurent gbagbo,affi,cei,bamba yacouba,rdr,nicolas sarkozy,adou akéssé andré damana,maca,ansar dine,onuci,assoa adou,didier dépri,notre voie

Alors que tous les refugiés politiques devraient en bénéficier de plein droit, DAMANA Pickass vient de se voir refuser le Passeport de refugié par les responsables du "Ghana refugees board".
Fait intriguant c’est qu’il est le seul à être frappé par cette mesure là où le responsable de la coordination du FPI en exil le docteur Assoa Adou et plusieurs ministres du gouvernement Gbagbo, DG, etc.… ont vu leur requêtes acceptées.

Alors pourquoi tant de haine à l’encontre d’une personne dont le seul crime est d’être un partisan de la justice et de la transparence, en plus d’être un fidèle des idéaux du Président GBAGBO ?
Lui reproche-t-on sa farouche volonté de faire respecter la transparence au sein de la commission électorale de son pays qui a mis à nu tout le système de fraude du clan Ouattara ? Lui en veut-on pour son combat en faveur du respect des lois et institutions de son pays ?
Ce qui est intriguant c’est le comportement du HCR. On peut comprendre qu’il puisse subir des pressions mais de là à faire le jeu du régime Ouattara est difficile à avaler. Le HCR est une structure spécialisée de l’ONU, et son rôle est d’aider les nationaux d’un pays en guerre, réfugies sur le territoire d’un autre pays, par une prise en charge et une assistance leur permettant des conditions de vie décente sur leur nouveau territoire d’accueil. La question des réfugies est prévue et organisée par le droit international.
Ou bien le HCR est-il dans la logique du soutien tout azimut apporté par l’ONU à Ouattara pendant la crise postélectorale en Cote d’ivoire ?
Joint au téléphone, Damana Pickass a confirmé les faits. Et le président de la COPIE s’est refusé à tout commentaire arguant que le dossier est suivi avec beaucoup d’attention par la coordination du FPI en exil, en étroite collaboration avec le "Ghana refugee board". Le concerné est donc serein et imperturbable face à cette énième machination de Ouattara.

Didier Dépri in Notre voie du Lundi 02/09/2013.

14 mars 2013

ASSASSINAT DU FRANÇAIS PHILLIPE REMOND EN COTE D’IVOIRE : Un autre crime impuni du triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane Ouattara - Nicolas Sarkozy

31 mars 2011 - Yamoussoukro – Cote d’Ivoire. Philippe Rémond Gabriel Hervé, ressortissant français jugé proche du Président Laurent Gbagbo, est retrouvé assassiné (égorgé) dans sa chambre d’hôtel à Yamoussoukro, ville tombée sous le contrôle des forces rebelles d’Alassane Dramane Ouattara trois jours auparavant.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Professeur agrégé en Sciences industrielles à l’Institut National Polytechnique - Félix Houphouët Boigny (INP-HB) de la ville, il était connu pour ses prises de positions panafricanistes en général mais surtout pour son soutien au Président Laurent Gbagbo.

Il se fait connaître du grand public suite à son intervention sur la Télévision Nationale Ivoirienne en 2004 après la brutale agression des soldats Français qui ont lâchement tué soixante quatre (64) Ivoiriens. Ils manifestaient les mains nues contre l’armée Française derrière des fils de fer barbelés en face de l’hôtel Ivoire d’Abidjan.


Le Professeur Philippe Rémond avait ensuite proposé son aide au gouvernement Ivoirien en vue de la mise sur pieds de l’éventuelle nouvelle monnaie ivoirienne. Pour lui, c’est un moyen pour la Côte d’Ivoire de s’affranchir, non seulement de la «tutelle étrangère», mais également d’être «maître» de sa souveraineté selon une analyse du journal gouvernemental Ivoirien « Fraternité Matin » paru début 2011.

«Le CFA est une moquerie. Dites-vous bien que cette monnaie, qui est frappée et imprimée à Chamalières, la ville du président Valérie Giscard D’Estain, n’est pas reconnue en France. Ceux qui voyagent le savent très bien. Il est impossible de changer le Cfa dans une banque en France. Pour parler crûment, c’est une monnaie de singe. […] A travers la monnaie, la France continue d’exercer une tutelle sur des pays auxquels elle a, soi-disant, donné l’indépendance. […] Houphouët-Boigny avait dit qu’il battrait monnaie si jamais le Cfa était dévalué. Mais bizarrement, la dévaluation est intervenue deux mois après sa mort. Tout ça pour dire que, pour sortir de la tutelle étrangère, il faut une monnaie ivoirienne », a-t-il  indiqué au même journal.

Parlant au contraire des Ex-colonies anglaises et portugaises il ajoute : « Là-dessus, je vais être très clair. Les anciennes colonies anglaises ont chacune, sa propre monnaie. Idem pour les anciennes colonies portugaises, pour ne citer que celles-là ; et même pour les îles du Cap Vert qui ont eu leur indépendance en 1973. A part le Maghreb, les anciennes colonies françaises ont une monnaie assujettie à la monnaie française, et maintenant européenne. C’est une manière qu’a la France de conserver une mainmise sur l’économie de ses anciennes colonies »

Continuant sa croisade contre le néocolonialisme, Philippe Rémond intervient début janvier 2011 sur les antennes de la RTI pour fustiger l’ingérence de la France et des USA dans le dénouement du contentieux électoral consécutif aux élections présidentielles de Novembre 2010 en Cote d’Ivoire.


Cela lui vaudra des menaces qui lui indiquaient que son intégrité physique était dorénavant en danger. Pour expliquer sa nouvelle posture de paria pour certains, il disait en substance : « C’est vrai que depuis mon passage à la télé, je suis la cible de gens qui n’ont pas aimé mes vérités sur l’attitude colonialiste de la France. Je trouve que ce n’est pas digne de se comporter comme ils le font. Chacun, dans un débat ouvert et aussi important que celui qui a lieu sur la situation en Côte d’Ivoire, est libre de ses opinions. Et force doit rester aux arguments. Mais ce ne sont pas ces menaces qui vont me détourner de la vérité. Je répète que la France, l’Onu et les autres Occidentaux se comportent de façon arbitraire en s’ingérant maladroitement dans les affaires ivoiriennes. Laurent Gbagbo a été proclamé Président de la République de Côte d’Ivoire par le Conseil constitutionnel, conformément à la Constitution ivoirienne. Et j’ai pris la décision de solliciter Sem Laurent Gbagbo pour qu’il m’accorde par sa signature, et non pas celle d’un autre qui a perdu l’élection, la nationalité ivoirienne. Cela dit, je condamne l’attitude inacceptable de la France en Côte d’Ivoire. »

Se sachant activement poursuivi et recherché, Philippe Rémond quitte son domicile et  se « cache » dans un hôtel de Yamoussoukro en attendant que l’armée rebelle de Ouattara quitte la ville. Mais il est enlevé, torturé et égorgé par les rebelles de Alassane Dramane Ouattara qui l’ont exécuté sur ordre de la hiérarchie : le triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane OuattaraNicolas Sarkozy.

Apres l’annonce de ce crime, bien que sachant ce que sont les rebelles armés de Alassane Ouattara qui occupaient et contrôlaient en alors le lieu de son exécution sauvage, les médias Français aux ordres de l’Elysée ont tentés de donner une autre explication aux faits en en cherchant malicieusement à trouver les moyens d’imputer ce crime au Président Ivoirien Laurent Gbagbo.

Le chef de l’état Ivoirien ce temps là, était l’objet d’une violente diabolisation par cette même presse française.

Mais avant que la presse Française ne puisse trouver une brèche pour asséner le coup de grâce  au Président Laurent Gbagbo, ces vidéos, comme un grain de sable, est tombé du ciel et s’est fixé dans leur bonne sauce à la crème Fraiche: Quel soulagement pour les Ivoiriens épris de vérité !!! Quel coup dur pour ces journalistes et Nicolas Sarkozy le Président du Fan Club du chef de guerre Alassane Dramane Ouattara !!!

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

A l’évidence, les hommes du poulain de Sarkozy venaient d’assassiner un ressortissant Français après l'avoir menacé pour ses prises de positions en faveur d'une Côte d'Ivoire souveraine selon la vision du Président Laurent Gbagbo.

Alors dilemme !!! Comment faire avaler la pilule à l’opinion Française déjà alertée à grand renfort médiatique à propos de crime opéré dans le pays de Laurent Gbagbo ?

Pendant qu’ils cherchaient que dire, ces vidéos sont diffusées un peu partout sur le profil Twitter de plusieurs agences de Presse Françaises et sur facebook.

La France de Sarkozy et les médias de L’Elysée allaient  devoir mentir au monde, prenant le risque de se couvrir de ridicule.

Sur la chaine d’Info LCI par exemple, il est confirme que Mr Philippe Rémond est connu pour être un fervent défenseur de Gbagbo. Bien. Mais pour ne pas accuser les rebelles de Ouattara, l’Elysée par voie de presse fait dire aux journalistes que, sa mort relève d’un crime crapuleux. Aussi simple que cela… et on passe à autre chose ; fin de l’histoire.

Cette réaction inhabituelle des autorités Françaises me fait réfléchir  profondément et m’emmène à me poser un tas de questions :

- d’abord à qui profitait le crime dans le contexte actuel de la Côte d’Ivoire ? Evidemment pas au Président Gbagbo.

- à qui AURAIT profité le crime si on n’avait pu l’imputer à Gbagbo ? Même pas à Alassane Ouattara de prime abord mais plutôt à Nicolas Sarkozy qui AURAIT trouvé UN prétexte fantaisiste pour convaincre l’ONU de donner une mission avec une marge de manœuvre plus large aux soldats Français sur le terrain en Côte d’Ivoire pour ainsi lui permettre de mieux aider les rebelles de son ami Ouattara dans la guerre qu’il a imposée à ce pays.

Partant de là, nous étions convaincus que Philippe Rémond le Président des ressortissants européens pour la cote d’ivoire a été exécuté sur ordre de Paris pour une raison bien précise : incriminer le Président Laurent Gbagbo puis le pousser vers la sortie par un coup d’état militaire piloté par l’administration Française.

LE DEUX POIDS DEUX MESURES DE LA FRANCE

La France a été le pays qui a accueilli la réunion d’adoption de la déclaration universelle des droits de l'homme le 10 Décembre 1948 à Paris. Ce pays s’est toujours prévalu d’être incontestablement le garant des droits humains et des libertés. « Liberté, Égalité, Fraternité » est la devise de la République française. Mais ce pays respecte-t’il ce qui est censé être l’essence même de ses textes fondateurs ? A la lecture du traitement infligé à Philippe Rémond ce fils de la Nation Française, il revient de manière plus qu’évidente que cette devise est de la mauvaise poudre aux yeux, un leitmotiv dévoyé depuis la base et cela depuis des décennies.

Sinon comment expliquer que pour sa liberté de penser et de dire, Philippe Rémond puisse être traité comme le pire des pestiférés ? Comment les Français  arriveront-ils à faire passer sous silence l’inégalité de traitement entre les dépouilles de Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel et même le cas Guy André Kieffer qui juridiquement est considéré simplement « disparu » ?  Où sont donc les limites de la fraternité concitoyenne prôné par la « grande France » ?

Le 21 Octobre 2003, le journaliste Jean Hélène correspondant de la radio Française RFI, est tué à Abidjan en Côte d'Ivoire par un policier pour des raisons jusque là inexpliquées. Le coupable de ce meurtre de sang froid sera arrêté et condamné par la justice Ivoirienne. Légitimement, c’est toute la France qui est en émoi. Malgré la lourde peine de l’assassin de Jean Hélène, l’administration Gbagbo a continué pendant des années de subir le courroux de la France.   

Le 16 avril 2004, Guy André Kieffer un « journaliste » Franco-Canadien au Curriculum Vitae trouble, disparait à Abidjan. C’est à grand renfort de propagande anti « régime Gbagbo » et de multiples procédures judiciaires maladroites que la France meuble l’actualité Ivoirienne à ce sujet  jusqu’à ce jour. Le bouc émissaire parfait dans cette sombre affaire aura vite été trouvé : « Les Gbagbo » qui l’auraient tué pour des raisons que même les accusateurs n’arrivent pas à s’expliquer. Toujours est il que, la France aura bon an, mal an maintenu une pression injustifiée sur la Cote d’Ivoire même après « l’enlèvement » du Président Gbagbo le 11 Avril 2011. 

Le 4 Avril 2011 alors que les combats font rage dans la ville d’Abidjan entre les rebelles de Alassane Dramane Ouattara et l’armée régulière Ivoirienne, Yves Lambelin et Stéphane Frantz Di Rippel (ainsi que deux autres personnes) sont enlevés à l’hôtel Novotel d’Abidjan où ils avaient trouvé refuge.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Yves Lambelin est retrouvé mort le 2 Juin de la même année. Une enquête est rapidement diligentée et neuf personnes sont inculpées pour "enlèvement, séquestration et assassinat" sans véritable procès. Mais la France semble satisfaite de l’issue de cette affaire. Pendant le mois de juillet 2011, un hommage national est même rendu à Yves Lambelin lors d’une cérémonie d’adieux à Abidjan en présence de Jeannot Kouadio Ahoussou le Ministre de la Justice de Alassane Dramane Ouattara. Yves Lambelin, sera ensuite décoré à titre posthume par Alassane Dramane Ouattara.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer


Une plaque en mémoire de Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel et leurs deux collaborateurs disparus a même été inaugurée à Abidjan par le Premier Ministre Français Francois Fillon en personne le 15 juillet 2011.

philippe rémond, Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, frci, dozo, laurent gbagbo, inp-hb, nicolas sarkozy, médias français, lci, rfi, tf1, france 24, i télé, bfm tv, rti, Jean Hélène, Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Guy André Kieffer

Mais que s’est-il passé après le meurtre de Philippe Rémond ? Rien, hormis de nouvelles humiliations. Aucune enquête diligentée en Cote d’Ivoire encore moins en France. Aucune sorte de procédure judicaire n’a été ouverte nulle part. Même pas une plainte contre X n’aura été déposée. Comme un « mouton sacrificiel », Philippe Rémond a simplement été égorgé sur le sanguinolent autel de la Françafrique par le simple vouloir de Nicolas Sarkozy qui a trouvé en lui un homme à abattre.    

Et pourtant en France, même des morts Français dits anonymes sont honorés chaque année depuis 1920. La tombe du soldat inconnu est un symbole fort de cette France qui n’oublie ses pas morts. Tout soldat non identifié mais reconnu Français est ainsi honoré. Coopérant Français pour le compte de son pays en Côte d’Ivoire, Philippe Rémond était comme un ambassadeur de son pays. Sa dépouille a été quasiment jetée quelque part dans la brousse de Yamoussoukro (Capitale Politique de la Côte d’Ivoire) loin des yeux rieurs du Consul de France présent à la cérémonie de levée de corps pour assurer le service minimum. Pourquoi tant de mépris pour ce Français en Mission de coopération pour son pays ? 

La faute mortelle de Philippe Rémond aura été de s’opposer aux désidératas de la diplomatie Française dans sa reconquête de la Cote d’Ivoire. Son indignation et l’expression de celle-ci lui aura coûté une mort atroce digne de l’âge de pierre. Il n'y a qu'un seul responsable de ce qui s'est passé : le triumvirat Guillaume Soro - Alassane Dramane Ouattara – mais surtout Nicolas Sarkozy sans la décision de qui rien de cela n’aurait été possible.                                                                             

Il est grand temps de déposer plainte au nom de Philippe Rémond dont l’âme en peine continuera de hanter la Côte d’ivoire. Ce crime horrible ne devra pas être couvert encore longtemps.

Des « Philippe Rémond», il y en a des milliers en Cote d’Ivoire. Ceux là n’auront jamais un soupçon d’espoir de voir la justice couvrir leurs tombes d’un peu de dignité. Nous en appelons aux humanistes, aux organisations de droits de l’homme, aux leaders d’opinion ; saisissez vous de cette affaire et que la vérité soit dite enfin. Rendez justice à Phillipe Rémond dont le délit aura été de vouloir porter la voix des sans voix - vous aurez rendu justice à des milliers d’ivoiriens et Africains ainsi sacrifiés chaque jour.

Claudus Kouadio – Bloggeur

A LIRE AUSSI EN FORMAT PAPIER Dans Le Nouveau Courrier ~ N°749 Du Mercredi 13 mars 2013

philippe rémond,inp-hb,nicolas sarkozy,médias français,lci,rfi,tf1,guillaume soro,alassane dramane ouattara,jean hélène,yves lambelin,stéphane frantz di rippel,guy andré kieffer,claudus kouadio,le blog de claudus,laurent gbagbo,yamoussoukro,frci,dozo,cote d'ivoire

23 mai 2012

Espionnage d'état et armes numériques: « Big Brother » est dans votre ordinateur ou sur votre téléphone portable

Publié le 2 Mai 2012

 Big Brother, L'Express, Amesys, Bull, Canal+, Eagle d'Amesys, Paul Moreira, armes numériques, Nicolas Sarkozy, Libye, Kadhafi , laurent gbagbo, claudus kouadio, le blog de claudus

Selon une enquête du quotidien Français L'Express, « En 2007, la société française Amesys, filiale du groupe Bull, a vendu au régime libyen du matériel d'interception des communications sur Internet qui aurait été utilisé pour identifier et traquer les opposants au régime de Mouammar Kadhafi. [...] Le documentaire de Paul Moreira, "Traqués! Enquête sur les marchands d'armes numériques", que Canal+ a diffusé le 1er mai 2012, évoque la vente par Amesys, filiale du groupe français Bull, de matériel d'espionnage électronique au régime syrien. »

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Pour ceux qui ont suivi ce documentaire en intégralité sur Canal+, ils comprendrons certaines choses et s’inquiéteront légitimement pour la liberté d'expression en Côte d'Ivoire, pour la violation des droits de l’homme et la vie des blogueurs Ivoiriens en particulier. 

Ils réfléchiront par deux fois avant d'aller faire enregistrer à leur nom leur puce téléphonique chez leur opérateur téléphonique en Côte d'Ivoire comme le demande le ministère des TIC qui vient de lancer une campagne nationale à ce propos pour soit disant garantir le sécurité des cartes SIM des abonnés. Sans vouloir être hyper pessimiste, on peut se réserver le droit de craindre une nouvelle manigance de ces adeptes du complot à la lecture de leurs relations avec le même Nicolas Sarkozy et les entreprises Françaises qui sont toutes au bord de la lagune Ebrié pour le morceau d’éléphant abattu le 11 Avril 2011.  

Le flicage numérique est peut être à nos portes ou en processus d’installation avec ce logiciel à 26 Millions € (17.080.882.000 F CFA) vendu et installé par la France en Libye alors que Kadhafi était encore "l'ami" de Nicolas Sarkozy. Les témoignagnes des blogeurs et autres activistes du web espionnés, localisés puis emprisonnés et toturés pendant des mois sont là pour attester du danger que represente le commerce de ces armes numériques par la France dit "pays des droits de l'homme".

L'Express, Amesys, Paul Moreira, armes numériques, Canal+, Bull, Nicolas Sarkozy , Kadhafi , Brice Hortefeux, Jean-François Copé, Ziad Takieddine , gbagbo, alassane ouattara, claudus kouadio, le blog de claudus

Transaction rendu possible avec la bénédiction et l'aide directe de Claude Guéant, alors chef de cabinet du ministre de l'intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy et le lobbying de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine qui avait ses entrées chez le guide Lybien. Concernant la vente de Eagle à la Libye, cette affaire est AHURISSANTE et dénote de la mauvaise foi de Nicolas Sarkozy. Lorsque Ziad Takieddine affirme que Kadhafi a été PUNI pour ne pas avoir respecté les accords signés avec Sarkozy (à savoir l'achat d'avions "Mirage" du groupe Dassault) on comprend bien pourquoi la France a fait la guerre à la Libye pour décimer le clan Kadhafi. 

En gros, la France qui qualifie le guide Libyen de "dictateur", lui vendait en cachette les outils de l'exercice de la dictature, entre autres des armes numériques contre les droits du peuple Libyen.

Sur les photos ci dessous, Ziad Takieddine  et ses amis l’actuel secrétaire général de l’UMP et ex-ministre du budget Français Jean-François Copé et  l’ancien ministre de l’Intérieur Français Brice Hortefeux

L'Express, Amesys, Paul Moreira, armes numériques, Canal+, Bull, Nicolas Sarkozy , Kadhafi , Brice Hortefeux, Jean-François Copé, Ziad Takieddine , gbagbo, alassane ouattara, claudus kouadio, le blog de claudus

L'Express, Amesys, Paul Moreira, armes numériques, Canal+, Bull, Nicolas Sarkozy , Kadhafi , Brice Hortefeux, Jean-François Copé, Ziad Takieddine , gbagbo, alassane ouattara, claudus kouadio, le blog de claudus

L'espionnage via la surveillance Internet et l'écoute téléphonique, la lecture de nos mails, le contrôle de nos comptes facebook et twitter, le pistage GPS de nos téléphones portables même éteint (si la puce y est toujours) sont entre autres choses les paramètres du logiciel Eagle d'Amesys France. 

eagle d'amesys,l'express,amesys,paul moreira,armes numériques,canal+,bull,nicolas sarkozy,kadhafi,brice hortefeux,jean-françois copé,ziad takieddine,gbagbo,alassane ouattara,claudus kouadio,le blog de claudus

eagle d'amesys,l'express,amesys,paul moreira,armes numériques,canal+,bull,nicolas sarkozy,kadhafi,brice hortefeux,jean-françois copé,ziad takieddine,gbagbo,alassane ouattara,claudus kouadio,le blog de clauduseagle d'amesys,l'express,amesys,paul moreira,armes numériques,canal+,bull,nicolas sarkozy,kadhafi,brice hortefeux,jean-françois copé,ziad takieddine,gbagbo,alassane ouattara,claudus kouadio,le blog de claudus

« Big Brother » est peut être dans votre ordinateur ou sur votre téléphone portable: ATTENTION ! vous êtes peut être sur écoute. 

MISE A JOUR...

Ce 21 Mai 2012, selon lexpress.fr, "le parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire contre la société française Amesys. Cette décision fait suite à la plainte déposée à l'automne 2011 contre l'entreprise d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour "complicité de torture" par la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et la Ligue des droits de l'homme (LDH)"

Selon la même source, "Amesys, aujourd'hui filiale de Bull, est soupçonnée d'avoir vendu à la Libye, en 2007, du matériel d'interception des communications sur Internet. Ce logiciel, baptisé Eagle, aurait été utilisé pour identifier et traquer les opposants au régime de Mouammar Kadhafi. Le dossier a été confié à Céline Hildenbrandt, juge d'instruction au nouveau pôle judiciaire spécialisé pour les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. 

Amesys était également visée par une enquête préliminaire ouverte à Aix-en-Provence, après une plainte du collectif de juristes Sherpa pour "atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui". Affaire classée sans suite. Bull a annoncé en mars dernier sa volonté de "négocier la cession des activités de sa filiale Amesys relative au logiciel Eagle".  "

14 mai 2012

Cure d'austérité sur l’énergie: La descente aux enfers du coût de la vie en Côte d’ivoire.

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

Loin du culte « bling-bling » de Dramane Ouattara et ses courtisans, la majorité des Ivoiriens survivent  dans une situation précaire. Même les couches modestes tendent inexorablement vers une pauvreté certaine. Avec la rareté des investissements, les licenciements de masse et l’inexistante de perspectives crédibles d’emplois, l’ascenseur social est enraillé et les marches de l’immeuble de progrès pour tous ont étés démontés. Les Ivoiriens ont du mal à se nourrir convenablement ; le panier de la ménagère n’existe plus et pire, son sachet bleu du marché a été remplacé par un petit sachet noir qu’elle n’arrive pas à remplir tant le prix des denrées alimentaires a flambé en l’espace d’un ans. L’inertie des autorités est très préoccupante au vue de cette situation qui évolue de mal en pis.

Comment se loger ? Comment payer ses frais de transport ? Comment scolariser sa progéniture ? Comment se nourrir ? Comment se soigner ? Tant de questions qui constituent à ce jour un casse tête quotidien pour ces millions d’Ivoiriens stoppés par le mur de l’incompétente du pouvoir Ouattara.

Le chapelet de lacunes de ce régime a contaminé tous les aspects de la vie à Abidjan, et dans toute la Côte d’Ivoire.

 

Que font ils pour tenter de sortir de ce cercle vicieux dans lequel il ont en connaissance de cause empêtré ce pays ?

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

Ils jettent de la poudre aux yeux de ceux qui veulent bien se laisser duper par le verbe facile et démagogique dont le contraste avec l’intenable réalité du quotidien est éblouissant.

Aucun programme de relance économique sur la base du potentiel national ne se profil à l’horizon, aucun nouvel investisseur étranger ne s’hasarde dans ce pays de non droit gangrené par la corruption et l’insécurité qui croit de manière exponentielle. L’endettement public de l’état Ivoirien est l’unique alternative qu’ils ont trouvé pour redonner du souffle à cette autocratie sans vision aucune et sans alternative crédible face à cette situation dont ils sont les seuls responsables.

 

Le pouvoir Ouattara n’a eu de cesse de faire le tour des capitales de certains pays étrangers à la recherche de capitaux via les marchés financiers pour renflouer sa machine sectaire de grande gabegie. Le besoin urgent de fonds nécessaires pour amorcer le développement de notre pays est l’argument de choix placardé pour porter au crédit des générations futurs les montants faramineux de ces endettements à répétition. De quelle développement nous parle t’on ?

Le samedi 9 octobre 2010 à son investiture comme candidat de LMP pour les élections présidentielles, Laurent Gbagbo disait à juste titre:  « On développe un pays avec sa politique économique et non l'argent des autres. [...] Le FMI et la banque mondiale peuvent nous aider à sortir d'une crise mais jamais nous aider à développer notre pays. C'est à nous, à nous de le faire. Donnez moi un exemple de pays que le FMI a développé ? » 

 

De toute évidence, sa vision était juste. Et tant que Président, bien que malmené par une crise politico-militaire sans précédent lancée contre lui par le même Alassane Ouattara, avec son premier gouvernement il aura eu le mérite d’expérimenté avec succès cette théorie. Qui ne se rappel pas « le budget sécurisé » et tous ce qui allait avec en terme de projection vers une totale souveraineté économique ?

Même la partition du pays en deux et la perte des ressources économique du Nord du pays qui en résultait, même le sabotage continuel des ministres de la mouvance politique de Ouattara entrés au gouvernement au nom des accords de paix n’auront pas eu raison des plans de gestion économique mis en place par les hommes du Président Laurent Gbagbo.  

 

En dépit de l’existant et du travail abattu pour en arriver à cette stabilité économique, Alassane Ouattara le Docteur en économie n'a toujours pas compris ou simplement veut il liquider notre pays en faisant de lui un esclave de l’oppressif system bancaire international.

 

En effet il s'apprête à ENCORE livrer la Côte d'Ivoire au FMI comme entre 1990 et 1993. Cet ancien fonctionnaire de cette institution international n’est pas sans connaître le coté pervers des relations entre le FMI et les pays qu’il étrangle carrément. Au fil des années le FMI n’a fait que rendre les pays pauvres encore plus pauvres.

Et cette fois, dans ses nouvelles relations avec Alassane Ouattara et la Côte d’Ivoire, la population Ivoirienne risque fort de boire le calice jusqu'à la lie avec cette demande du FMI concernant  « la fin des subventions sur le prix du carburant » (donc hausse du prix du carburant à la pompe) et « des hausses du tarif de l’électricité » pour pouvoir bénéficier de nouveaux crédits pour l’« investissement si nécessaire dans de nouvelles capacités de production ».

 Alassane Ouattara, FMI, banque Mondiale, Laurent Gbagbo, france 2012, abidjan, côte d’ivoire,nicolas sarkozy, rdr, le patriote, gbagbo,  françafricain, claudus kouadio, le blog de claudus

En somme, dans sa « quête du plus simple » via l’endettement rapide chez « ses amis » du FMI, la Côte d’Ivoire vient de se voir imposer une cure d'austérité avec une probable hausse du coût de l'électricité et du carburant pour la population qui va encore trinquer sous le poids de la démission du pouvoir Ouattara face aux responsabilités qu’il a voulu porter.

 

Claudus Kouadio

07 mai 2012

Présidentielles 2012 en France : Vue d’Abidjan, mieux que la victoire de Hollande, la chute de Sarkozy

Dimanche 6 Mai 2012, il est 17h59 mn GMT. La France attend avec frénésie l’annonce des résultats du scrutin présidentiel de 2012. Dans la minute qui suit, le visage du nouveau Président élu par le peuple de France devrait apparaître sur les écrans de toutes les chaînes infos des télés Françaises. Entre angoisse et surexcitation, l’ambiance est autant surchauffée qu’électrique.

Quand sonne 18h et qu’apparaît sur les écrans de télévisions le visage placide de François Hollande, une clameur tonitruante se fait entendre à 6.000 Km de l’Hexagone. Abidjan la martyre exulte. Elle ne célèbre pas spécialement la victoire du candidat du parti socialiste, mais manifeste sa joie face à ce revers historique de Nicolas Sarkozy avec qui les patriotes Ivoiriens ont des antécédents qui sont solidement enracinés dans le Présent de la Côte d’Ivoire.

France 2012, François Hollande,Abidjan, Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy, RDR, Française d’Outre Mer, Le Patriote, UMP, Gbagbo, claudus Korogho,  Françafricain, claudus kouadio; le blog de claudus

Ce « Hourra » strident va donner suite à d’autres scènes de joie « contenue » dans plusieurs quartiers de la ville. Joie contenue parce que plus qu’un symbole de l’impopularité de Sarkozy en Côte d’Ivoire, cette célébration harasse le « camp » Ouattara et ses sbires installés au pouvoir suite à un acte terroriste des soldats Français sous les ordres du futur ex-locataire de l’Elysée.

Rendons nous à l’évidence ; le scrutin présidentiel Français de 2012 s’est traduit en Côte d’Ivoire par une fâcheuse tournure à la hauteur de l’ingérence de Nicolas Sarkozy dans les affaires de l’état Ivoirien avant, pendant mais surtout après sa guerre contre le Président Gbagbo dite « crise post électorale ».

D’un coté les Patriotes Ivoiriens qui espéraient la fin du duo Françafricain Ouattara-Sarkozy, et de l’autre les partisans de la rébellion armée du RDR qui sont déboussolés à l’idée de perdre les privilèges de l’assistanat de Sarkozy qui jusque là est arrivé à couvrir les dérives et autres frasques de ce régime Ivoirien qu’il a voulu et façonné à l’image d’une préfecture Française d’Outre Mer. Ces derniers qui se veulent être des sujets d’une sorte de colonie Française accusent très difficilement la défaite de leur « maître » ; défaites qui les plongent dans l’incertitude et une confusion qui les conduits à faire des écarts vis-à-vis du nouveau Président Français élu et pire, des bourdes diplomatiques au plus haut Niveau.

Dans une totale lubie d’illuminé, « Le Patriote » quotidien officielle du RDR le parti politique d’Alassane Ouattara titre ce matin : « Après sa courte défaire à la Présidentielle Française Merci, Sarko ! La Côte d’Ivoire et l’Afrique ne t’oublieront jamais. LE FPI JUBILE POUR RIEN ; Hollande ne libérera pas Gbagbo ‘l’infréquentable’» Belle allégeance au Maître « Nicolas Sarkozy 1er,  Roi de Côte d’Ivoire »

France 2012, François Hollande,Abidjan, Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy, RDR, Française d’Outre Mer, Le Patriote, UMP, Gbagbo, claudus Korogho,  Françafricain, claudus kouadio; le blog de claudus

Hors donc un Président Français peut faire libérer un détenu de la CPI ? Alors le sens contraire est plus qu’une évidence. Cette « une » plus que révélatrice ne fait que confirmer l’hypothèse du rôle malsain de Sarkozy et de la France dans l’enlèvement et le transfèrement illégale du Président Laurent Gbagbo en Hollande devant la CPI. La manifestation de fidélité du clan Alassane Ouattara ne s’est pas arrêtée là. Le quotidien Français le Figaro par une dépêche publiée cet après midi fait était du fait que « Nicolas Sarkozy a reçu en fin matinée à l'Elysée [...] Alassane Ouattara, actuellement en visite privée en France. Au lendemain de sa défaite au second tour de l'élection présidentielle face à François Hollande, le chef de l'Etat sortant, qui quittera officiellement ses fonctions le 15 mai, s'est entretenu pendant une demi-heure avec Ouattara, qu'il a lui-même accueilli sur le perron de l'Elysée, sans protocole. " Bourde diplomatique ou normale nullité politique ?

France 2012, François Hollande,Abidjan, Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy, RDR, Française d’Outre Mer, Le Patriote, UMP, Gbagbo, claudus Korogho,  Françafricain, claudus kouadio; le blog de claudus

Avant même d’adresser ses félicitations au nouveau Président élu en France, Alassane Ouattara dans une ultime marque de soumission se précipite aux pieds de son ancêtre Gaulois ? Cet acte empreint de flétrissure et de manque de convenance est à mettre au compte de la grande fébrilité de Dramane Ouattara qui va devoir amorcer des relations nouvelles et certainement voulues claires par le « changement » que  prône François Hollande. A la suite de son entrevue avec son « patron » il ferra ensuite amande honorable via un courrier au Président François Hollande qu’il félicite ENFIN pour ensuite demander une "consolidation des liens privilégiés" entre les deux pays que sont la Cote d’Ivoire et la France.

Cette confrontation a distance s’est même déporté hier à Paris à la place de la Bastille où les patriotes Ivoiriens vivant en France on arborés le Drapeau Orange-Blanc-Vert de la République de Côte d’Ivoire comme pour faire un doigt de nez à Nicolas Sarkozy et à l’UMP.

France 2012, François Hollande,Abidjan, Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy, RDR, Française d’Outre Mer, Le Patriote, UMP, Gbagbo, claudus Korogho,  Françafricain, claudus kouadio; le blog de claudus

Pour les patriotes Ivoiriens fidèles à l’idéologie du Président Laurent Gbagbo, une autre bataille commence : mettre Nicolas Sarkozy dépourvu de son immunité Présidentielle face à ses responsabilités dans l’aggravation de la crise Ivoirienne et mieux, le voir juger et condamner pour ses nombreux crimes commis en Côte d’Ivoire au nom de la France.

01 mai 2012

LA MOBILISATION CONTINUE !

patriotes Ivoiriens, Laurent Gbagbo, ovajab, CPI, TPI, réfugiés ivoiriens, Nicolas Sarkozy, alassane Ouattara, Korogho, claudus kouadio, le blog de claudus, frci, dozo

Les patriotes Ivoiriens sont « formidables ». Cette assertion devrait même être décuplé à la lecture de l’admiration qu’ils continuent de susciter dans le monde pour leur engagement continue et sans faille au chevet de la Côte d’Ivoire en déroute depuis le coup de boutoir porté à la vérité démocratique dans leur pays en la tristement célèbre date du 11 avril 2011. Ils entendent porter l’estocade à la forfaiture et rehausser la vérité Ivoirienne sur l’hôtel de la démocratie acquise pacifiquement par Laurent Gbagbo, après deux décennies d’une lutte jalonnée de dures épreuves. 

Tout ou presque est à refaire tant les institutions, socle de notre république, ont été dépouillés et vidés de leur sève nourricière ; l’imposture propulsé à grand renfort des médias caporalisés en Côte d’Ivoire ou « achetés » en occident, a fini par se substituer en alternative crédible et conforter par la force du droit. Mais à l’évidence, ce parangon de vertu n’a pas obnubilé ces millions d’ivoiriens acteurs ou observateurs avertis de l’histoire récente et vivante de la Côte d’ivoire, au point de les détourner de cette vérité historique à laquelle ils ont pris part ou assisté en première ligne. 

Laurent Gbagbo le leader idéologique et politique de toute une génération d’ivoiriens et de démocrates d’Afrique a été enlevé en violation flagrante de toutes le règles de droit et autres préceptes de bienséance, emprisonné injustement à Korogho dans le Nord de la Côte d’Ivoire, puis déporté en catimini à la Haye en Hollande pour soit disant être jugé par le Tribunal Pénal International.  

Bien avant, mettant a exécution son nouveau credo qu’est « la justice des vainqueurs » de cette guerre absurde et inopportune imposée au Président Gbagbo par Nicolas Sarkozy et son alter ego Alassane Dramane Ouattara, le pouvoir imposé en Côte d’Ivoire avec le soutien des Usa et de l’Onu, a mené une véritable chasse à l’homme qui a connu un aboutissement fructueux ; emprisonnement sans justificatif plausible ou la « fuite » en exil de nombreux cadres ou sympathisants de la mouvance politique conduite par le Président Gbagbo, sans compter les dizaines de milliers d’Ivoiriens réfugiés au Libéria, au Ghana, au Togo et au Bénin pour fuir la folie meurtrière de l’armée rebelle de Ouattara. 

Ces faits majeurs et inhabituels de triste gravité ont été difficiles à concevoir par ces Ivoiriens encore et toujours attachés à nos honorables valeurs de démocratie apaisée dans le respect et la valorisation de la dignité humaine. Acculés, pourchassés et déboussolés, les Patriotes Ivoiriens sont restés mobilisés en Côte d’Ivoire et un peu partout au niveau des Ivoiriens de la diaspora ; principalement en France où ils n'ont eu de cesse d’organiser toutes sortes de manifestations pour rester en alerte face à la propagande contre Laurent Gbagbo et crier leur indignation à la face du monde dans leur quête sans fin de propagation de la vérité. 

patriotes Ivoiriens, Laurent Gbagbo, ovajab, CPI, TPI, réfugiés ivoiriens, Nicolas Sarkozy, alassane Ouattara, Korogho, claudus kouadio, le blog de claudus, frci, dozo

Ils entendent « résister » en restant mobilisé pour la cause d’une Côte d’ivoire totalement libre et durablement souveraine, résister face à cette ambition d’implantation durable du faux et usage de faux au sommet de notre état, résister face à la résurgence de l’impérialisme occidental en Afrique, résister pour contraindre le Tribunal de la Haye à « dire le droit » et rendre sa liberté au Président Laurent Gbagbo. 

La mobilisation continue et continuera « Jusqu'au Bout » avec la libération de tous nos prisonniers politiques, et la restauration de la démocratie véritable en Côte d’Ivoire. 

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et ses dignes Patriotes ! 

Claudus Kouadio