topblog Ivoire blogs

11 décembre 2009

ABIDJAN : QUAND LA PRATIQUE DU SPORT PASSE AU SYSTEME D.

 

Question pour ceux qui habitent Abidjan :

C’est quand la dernière fois que vous avez vu un oiseau à Abidjan ? (Pas en cage, ni à la télévision ou en image dans un magazine)… lol !!!

Question un peu loufoque me dira t’on. Soit !!!

Pour la plupart, vous ne vous en rappelez pas bien ou pas du tout : pourquoi ?

Certainement parce que c’est devenu tellement inhabituel : pourquoi ?

C’est plus ou moins là que je voulais en venir : le problème des espaces verts à Abidjan.

Jardins public, parcs : Ils sont quasi inexistants. Et quand ils existent, ils servent plutôt de marché, d’habitat pour désœuvrés (malades mentaux- enfants de la rue –voyous), ou sont tous simplement fermés au publique.

Alors pour ceux qui veulent pratiquer une activité sportive cela représente un véritable casse tête pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers suffisant pour s’inscrire dans une salle de sport.

A Treichville par exemple, commune dont les toitures sont partagés entre les Wôrô- Wôrô* et les vendeurs de marchandises de toutes sortes pendant la journée, les jeunes ont trouvés une parade : faire du sport sur le trottoir « pendant la nuit ».

Les quelques jeunes avec qui j’y ais discuté du sujet m’ont faire comprendre que le moment était idéale : la nuit il fait moins chaud et la circulation très réduite sur les bretelles du boulevard VGE.

Ils y font du footing, de la musculation, des étirements pendant que certains jouent au football.

Les moins chanceux sont les «Drogba en herbes du soir» qui voient très souvent leur ballon de football exploser sous les pneus d’un véhicule roulant à vive allure sur le boulevard.

 

100_1843.JPG
100_3082.JPG
100_3086.JPG
Photo 001.jpg
Photo 002.jpg

 

 

 

 

 

25 novembre 2009

Lutte contre l'insalubrité à Abidjan: Il y a du boulot ...

Dans le post LUTTE CONTRE L'INSALUBRITE ET NOUVEAU BOULOT je parlais d'une initiative de la jeunesse Abidjanaise face à l'insalubrité et de la gestion des ordures dans la ville.

Voici ce qui arrive quand la mairie ne fait rien pour les organiser et les conduirent vers un dépotoir conventionnel et gratuit: nuitamment ils déversent leurs cargaisons dans la rue.

100_3091.JPG
3.JPG
Pour ceux qui connaissent Abidjan-Treichville, ces photos ont été prises vers le Marché Nokia sur le VGE en allant sur le pont FelixHouphouët-Boigny: juste pour vous faire remarquer que c'est par là que passe le Président,le Premier ministre et tous les VIP nationaux et internationaux pour atteindre le Quartier d'Affaire du Plateau et les locaux de la Présidence de la république en venant de l'aéroport.

Je vous assure que presque tous les matins je trouve des tas d'ordures plus ou moins gros tous le long de cette portion du boulevard.           Le problème majeur est le fait que c'est comme ça un peu partout à Abidjan: à partir du moment ou les ordures ne sont pas devant chez soit, ce n'est pas un problème de les déverser partout et n'importe comment.

Je trouve cela honteux... et triste en même temps.

Il va falloir consciencieusement situer les responsabilités tant individuelle que collective dans un premier tant, et mieux, trouver des solutions à ce problème qui n'a que trop duré.

Trop c'est trop...

11 octobre 2009

ABIDJAN : QUAND LA PRATIQUE DU SPORT PASSE AU SYSTEME D.

Question pour ceux qui habitent Abidjan :C’est quand la dernière fois que vousavez vu un oiseau à Abidjan ? (Pas en cage, ni à la télévision ou enimage dans un magazine)… lol !!!

Question unpeu loufoque me dira t’on. Soit !!!

Pour la plupart, vous ne vous en rappelez pas bien ou pas du tout :pourquoi ?

Certainement parce que c’est devenu tellement inhabituel : pourquoi ?

C’est plus ou moins là que je voulais en venir : le problème des espaces verts à Abidjan.

Jardins public, parcs : Ils sont quasi inexistants. Et quand ils existent, ils servent plutôt de marché, d’habitat pour désœuvrés (malades mentaux- enfants de la rue –voyous), ou sont tous simplement fermés au publique.

Alors pour ceux qui veulent pratiquer une activité sportive cela représente un véritable casse tête pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers suffisant pour s’inscrire dans une salle de sport.

A Treichville par exemple, commune dont les toitures sont partagés entre les Wôrô- Wôrô* et les vendeurs de marchandises de toutes sortes pendant la journée, les jeunes ont trouvés une parade : faire du sport sur le trottoir « pendant la nuit ».

Les quelques jeunes avec qui j’y ais discuté du sujet m’ont faire comprendre que le moment était idéale : la nuit il fait moins chaud et la circulation très réduite sur les bretelles du boulevard VGE.

Ils y font du footing, de la musculation, des étirements pendant que certains jouent au football.

Les moins chanceux sont les «Drogba en herbes du soir» qui voient très souvent leur ballon de football exploser sous les pneus d’un véhicule roulant à vive allure sur le boulevard.

*:Wôrô- Wôrô=Taxi inter-communaux dont les chauffeurs sont réputé pour être de mauvais usagés de la route.

100_1843.JPG
100_3082.JPG
100_3086.JPG
Photo 001.jpg
Photo 002.jpg