topblog Ivoire blogs

13 février 2013

Causerie-Débat: Koua Justin Parle avant le meeting du FPI.

fpi, koua justin, frci, alassane ouattara, laurent gbagbo, sit in, facebookers pour gbagbo, dictature, cote d'ivoire, claudus kouadio, onuci, le blog de claudus., hamed bakayoko, yopougon, place cp1

En prélude à la grande manifestation du 16 Février (meeting de la jeunesse du FPI à Yopougon), le camarade Koua Justin, Secrétaire national par intérim de la JFPI, était ce12 Février 2013 l'invité des FACEBOOKERS POUR GBAGBO pour une causerie débat.

~~~

CAMARADE KOUA JUSTIN BONSOIR ET MERCI D'AVOIR ACCEPTE NOTRE INVITATION.

Koua Justin: Merci à vous combattant, je suis heureux de me retrouver parmi vous.

LE PLAISIR EST PARTAGE, EST CE QUE TU PEUX TE PRESENTER A TOUS CEUX QUI NOUS SUIVENT EN CE MOMENT MEME ?

Koua Justin: Je suis le camarade KOUA Justin, celui qui assure pour l'heure l'intérim du secrétaire national de la JFPI, le camarade KONATE Navigué en exil.

COMMENT SE PORTE LE FPI ET LA JFPI EN PARTICULIER DANS LA SITUATION D'INSTABILITE CHRONIQUE QUE CONNAIT LE PAYS ?

Koua Justin: Les années 2011 et 2012 ont été des années de dures épreuves pour le FPI et sa jeunesse. Mais je crois que par la force de nos convictions nourries aux valeurs de gauche, nous avons réussi à imposer le FPI comme le principal parti en Côte d'Ivoire. Et le FPI est complètement huilé et prêt pour le combat démocratique.

ON PEUT DONC DIRE QUE LA JFPI FAIT SON ENTREE POLITIQUE A LA FAVEUR DE LA MANIFESTATION DU 16 FEVRIER 2013, SOUS QUEL SIGNE PLACEZ VOUS CETTE ANNEE 2013 ?

Koua Justin: Permettez que je rectifie pour éviter la confusion dans l'esprit des combattants. Ce n'est pas une rentrée politique. C'est un meeting pour exiger de la CPI, la libération pure et simple du Président GBAGBO Laurent. Il ne mérite pas d'être pris en otage par la bourgeoisie internationale, donc nous allons crier au monde entier pour obtenir sa libération.

SOIT. JE TE REMERCIE POUR LA RECTIFICATION. TOI QUI A PU FAIRE DES TOURNEES DANS LES QUARTIERS D'ABIDJAN QUEL EST LE MORAL DES IVOIRIENS ? QUELS SONT LES ASPIRATIONS DANS LE COURT ET LE MOYEN TERME ?

Koua Justin: Pas de soucis combattant, la clarté donne de la vitalité à la lutte.

Le moral des ivoiriens est disposé au combat. Et sachez que les ivoiriens sont déterminés à reconquérir leur liberté.

ON A CONSTATE UNE REPRESSION IMPLACABLE DE LA PART DES GOUVERNANTS A CHAQUE FOIS QU'UN RASSEMBLEMENT MEME AUTORISE PAR LE MINISTERE CONCERNE SE TIENT, A QUOI CELA EST DU SELON TOI ?

Koua Justin: Je voudrais simplement dire aux combattants où qu'ils se trouvent qu’aucun pays ne peut traverser plus grande tragédie que de plonger des millions de citoyens dans la conviction de n’avoir aucune part à leur propre société.

CAMARADE KOUA AVEZ-VOUS INFORME OFFICIELLEMENT LES CHANCELLERIES ETRANGERES DE LA TENUE DE CE MEETING EN DEHORS DES MEDIAS? JUSTE POUR LES PRENDRE A TEMOIN.

Koua Justin: Absolument, c'est le commencement de toutes démarches pour une structure sérieuse comme la Jeunesse du FPI. Toutes les chancelleries y compris les hommes du régime en charge des questions de sécurité dans notre pays d'insécurité ont été dument informées.

QUELLE EST LA POSITION DE LA JFPI SUITE AUX PROPOS TEINTES DE MENACES DU RDR CONCERNANT CE RASSEMBLEMENT DES DIGNES FILES DE LA CI ?

Koua Justin: Souffrez que je ne mentionne point le nom d'une structure clanique et tribale comme celle dont vous faîtes allusion par respect pour les combattants. Alors, prière ne pas faire attention à sa fébrilité. le meeting aura bel et bien lieu et aucun génie, aussi puissant soit il ne pourra nous empêcher de tenir ce meeting. Pour le triomphe de la vérité portée par le Président GBAGBO Laurent, aucun monstre ne peut nous freiner. Nous irons jusqu'au bout. Advienne que pourra !

NOUS AVONS TOUS CONSTATE QU'UN DIALOGUE POLITIQUE A ETE LANCE ENTRE LE FPI ET LE GOUVERNEMENT/RDR, PENSES TU VRAIMENT QUE LA DEMARCHE EST SINCERE QUAND ON SAIT QUE LE GOUVERNEMENT A TRAINE LES PAS ?

Koua Justin:Le FPI ne prospère que dans la sincérité dans la gestion des dossiers qui lui incombe. Maintenant quant à la sincérité du régime de Dramane, permettez que j’émette des réserves vu les difficultés qu'ils ont à comprendre même les notions en discutions. Pour discuter, il faut savoir, or le régime de Dramane est dans sa totalité caractérisé par l'inculture. En somme, nous sommes dans un clair-obscure.

LA RECONCILIATION EST ELLE ENCORE POSSIBLE AVEC LA TRAQUE DES PRO-GBAGBO EN DEPIT DE LA SITUATION ?
PLUSIEURS PERSONNALITES CIVILES ET MILITAIRES ONT ETE EXTRADES EN CI, QUEL EST TON SENTIMENT SUR CELA PAR RAPPORT A LA RECONCILIATION ?

Koua Justin: La réconciliation n'a jamais été une préoccupation pour le régime. Désolé de le dire ainsi, mais KONAN Banny est juste pour là pour des questions de décoration politique. Il est brandi pour justifier le gaspillage de l'argent du contribuable ivoirien. Sinon, il est lui même convaincu qu'il ne sert à rien. C'est un faire valoir. Pas plus.

QUE PENSES-TU DE L'ARRESTATION DE BLE GOUDE QUI A COMPLETEMENT EBRANLE LA JEUNESSE DIGNE IVOIRIENNE ?

Koua Justin: Quant à la seconde préoccupation, je m'interroge n'étant pas juriste : est ce qu'on peur appeler les cas de Blé Goudé, ABEHI et Jean Yves Dibopieu extradition ? Je pense plutôt que les camarades ont fait l'objet d’enlèvement par des voyous en mission pour le compte du régime ivoirien.

Ceux qui ont été ébranlé par l’enlèvement de BLE Goudé ont exprimé certainement des émotions digne des combattants de luxe. Sinon, tout combattant aguerri doit s'attendre à porter sa croix. Et faire face à toutes les situations quelque soit leur gravité. BLE Goudé lui même est un combattant, donc son moral est formaté au combat. Séchez vos larmes et allons au combat sans râles.

LE FPI COMPTE T-IL S'IMPLIQUER DANS LES PSEUDOS PROCES DE BLE GOUDE, DIBOPIEU JEAN YVES ET ABEHI NOEL ? SI OUI COMMENT ?

Koua Justin: C'est une question injurieuse pour l'instrument de combat qu'est le FPI. Des combattants sont arrêtés et vous vous posez des questions quant à l'implication du FPI dans les différents stupides procès que le régime leur réservera. Sachez pour votre gouverne, que le FPI, instrument construit par le Président GBAGBO Laurent à pour seule et unique mission : porter les aspirations du peuple ivoirien. Porter la voix des sans voix.

QUE PENSES-TU DE L'ASSERTION SELON LAQUELLE LE GHANA NE SERAIT PLUS UN ENDROIT SUR POUR LES IVOIRIENS FORCES A L'EXIL PAR LE GOUVERNEMENT DRAMANIEN ?

Koua Justin: Je ne suis pas informé d'une telle assertion. Et je suis un homme politique, je fais la politique. Jusqu'à ce jour, j'ai des milliers de frères, amis et connaissances qui y vivent. Donc le FPI à instruit sa Coordination de rentrer en contact avec les autorités du pays frère, qui à accepté d'accueillir nos frères sur son sol pour en savoir davantage. Souffrez donc que je ne fasse pas de commentaires qui échappent au contrôle de toute raison.

SANS RENTRER DANS LES CRITIQUES NON CONSTRUCTIFS, IL SEMBLE POUR LA PLUPART DES PATRIOTES QUE LA DIRECTION DU FPI NE FAIT PAS CE QU'IL FAUT AFIN DE RALLIER LES AUTRES MOUVEMENTS PRO-GBAGBO POUR FORMER UN GRAND GROUPE HOMOGENE POUR MENER LA LUTTE DANS LA DIASPORA. QU'EN PENSEZ-VOUS ET QUELS SONT VOS PROPOSITIONS JE DIRAI VOTRE MESSAGE A LA DIASPORA QUI VOUS SUIVENT ?

Koua Justin: Je ne sais pas comment sont organisées les structures de la diaspora. Pour les juger ou donner son opinion, il faut les connaître, or en la matière, je n'ai pas suffisamment de lisibilité sur l'organisation de ces combattants. Je peux à tout le moins lancer un message à leur endroit: on n’est jamais fort seul surtout quand on est face à un régime totalitaire comme celui de Dramane. La nature du régime ivoirien recommande que nous conjuguions nos intelligences pour le vaincre. De Gaulle à eu besoin des alliés pour vaincre Hitler. Ensemble, nous précipiterons la chute du régime ivoirien, divisé, le régime nous conduira tous au cimetière conformément à son projet de société.

LE FPI A PARCOURU CERTAINES CAPITALES EUROPEENNES PEUT ON SAVOIR A QUELLES FINS? PEUT-ON AUJOURD’HUI DIRE QUE LA PERIODE D'OSTRACISME SAVAMMENT CREE PAR LA FRANÇAFRIQUE EST REVOLUE ?

Koua Justin: De capitale en capitale, le FPI n'avait qu'une seule préoccupation, repositionner le FPI sur la scène politique internationale et dire à la grande famille de gauche de se préoccuper du sort que la grande famille bourgeoise resserve à un homme de gauche digne et valeureux comme le Président GBAGBO Laurent. Avions-nous été compris ? La grande famille de la gauche influencera les positions inhumaines des impérialistes? La grande famille de la gauche parviendra t'elle à désagréger la françafrique? Moi je ne crois qu'en une seule et unique chose: Notre devoir de puiser toutes les forces en nous même pour combattre toutes sortes d'adversité sans attendre forcement l'appui de l'autre. Le combat est un devoir pour tout militant de gauche. On invite pas son ami de gauche à un combat. L'ami rejoint le combat. Surtout quand il est question de la dignité et la souveraineté d'un peuple.

QUELLES SONT LES NOUVELLES DU PRESIDENT GBAGBO, COMMENT PREPARE T-IL SON PROCES ? QUAND ON SAIT QUE LA CPI N'A PAS DAIGNE ACCORDER DES FONDS CONSEQUENTS A SA DEFENSE COMME LE VEUT POURTANT LES LOIS DE CETTE INSTITUTION IMPERIALISTE ?

Koua Justin: Le devoir nous impose de nous organiser pour apporter notre soutien au Président GBAGBO Laurent. Surtout quand on sait désormais que son cas relève plus du politique que de la justice. Mais lui, avec le moral, toujours fort, il prépare sereinement son procès. Il est sans tâche. C'est un homme de conviction qui refuse jusqu'aujourd'hui encore de signer l'armistice. DIEU nous aidera à le sortir de là car il est dans la vérité. Et la vérité triomphera. Celui qui croit verra la gloire de DIEU et la grandeur de son Fils GBAGBO.

MALGRE LES GRAVES PROBLEMES DE SANTE DU PR GBAGBO SERA T-IL PRESENT LORS DE CETTE AUDIENCE ?

Koua Justin: Je n'ai pas discuté de la question avec ses avocats, aidez moi donc à ne pas mentir aux combattants. La vérité est une vitamine essentielle pour tout combattant. Au nom du devoir de combat commun, je dois la vérité, rien que la vérité à ces valeureux combattants qui nous lisent ce soir et qui nous lirons certainement demain.

C'EST COMPREHENSIBLE !  QUEL EST POUR FINIR AVEC CE CHAPITRE TON MESSAGE A L'ENDROIT DES IVOIRIENS ET DE TOUS LES PATRIOTES QUI VONT SE DEPLACER A L'OCCASION DE CE PROCES DE LA HONTE DE LA BOURGEOISIE INTERNATIONALE ?

Koua Justin: Le régime nous apprend douloureusement que la liberté n’est jamais accordée de bon gré par l’oppresseur ; elle doit être exigée par l’opprimé. Alors, les ivoiriens doivent, aujourd’hui plus qu’hier, exprimer leur volonté de vivre en démocratie. Le moment est venu de tirer notre politique nationale des sables mouvants de l’injustice pour la hisser sur le roc solide de la dignité humaine. Pour y parvenir, il nous faut notre guide, notre leader, l’éclaireur du peuple ivoirien en la personne du Président GBAGBO Laurent. Voilà pourquoi, nous exigerons partout où nous nous trouverons que la CPI le libère pour conduire son peuple vers la terre promise.

QUE FAIT LE FPI POUR LES AUTRES PRISONNIERS NOTAMMENT MME GBAGBO, SANGARE ABOUDRAMANE, MICHEL GBAGBO, AFFI N’GUESSAN, ALPHONE DOUATY, AKOUN LAURENT ET LES MILLIERS DE PRISONNIERS POLITIQUE DU DICTATEUR DRAMANE ? LA JUSTICE EXCLUSIVEMENT PARTISANE DU GOUVERNANT N'EST-ELLE PAS FINALEMENT UN MOYEN DE CHANTAGE SUR LE FPI ?

Koua Justin: Toutes ces questions trouvent réponse dans l'action. La politique du dictateur ne peut fléchir que face à un rapport de force en sa défaveur. Pour avoir nos parents, camarades, amis et connaissances libre, il nous faut organiser le rapport de force. Chose certaine, en politique comme l'enseigne ROUSSEAU, le plus fort n'est jamais assez fort s'il ne transforme sa force en droit. Le régime ne flirtera pas avec le droit, alors il ne nous reste que l'action. L'action qui va favoriser la libération du Président GBAGBO Laurent. Il est clair que de sa libération découlera naturellement la normalisation de la vie sociopolitique en Côte d'Ivoire. GBAGBO Libéré, la Côte d'Ivoire instruite du vainqueur des élections de Novembre 2010, nous conclurons la partie civile de la crise ivoirienne.

POURQUOI LE FPI DEMANDE UNE LOI D'AMNISTIE POUR DES CRIMES DONT IL N'EST POINT COUPABLE ? CERTAINS LEADERS POLITIQUES ONT RUES DANS LES BRANCARDS S'ESTIMANT CONTRE UNE AMNISTIE. QUE PENSES-TU DE LEURS ARGUMENTS ?     

Koua Justin : Je voudrais relever que l'amnistie n'est pas l'armistice. Le FPI demande l'amnistie, qui est un acte avec un contenu. Le contenu s'écrit avec la participation des demandeurs. Je ne révélerai point ici et maintenant, le contenu du projet d'amnistie que nous FPI avons élaboré. Ce serait trahir mon devoir de réserve en tant que Responsable dans la Direction du parti. Ce qu'il faut relever par contre, c'est que ces hommes dits politique dont vous faîtes allusion eux ont signé l'armistice. Ils ont fléchi genoux devant le dictateur ivoirien. Ils ont tenté de légitimer le dictateur ivoirien en prenant part aux pseudos élections législatives. Ils clament à qui veut l'entendre, sans raison d'ailleurs, que Dramane à gagné les élections. Sans preuves. Non, le FPI ne se laissera point distraire par des hommes inspirés par la drogue.

UNE INFORMATION RECURRENTE FAIT ETAT DE CE QUE HAMED BAKAYOKO T'AURAIT DIRECTEMENT MENACE? QU'EN EST-IL EXACTEMENT ?

Koua Justin: Il se prend certainement pour le brave dans un film de western. il se passe rarement une journée sans que j'en reçoive. Certains font l'objet d'appels téléphoniques. Mais si j'étais constamment préoccupé par la mort, le ne pourrais pas porter les aspirations du peuple soucieux de vivre en démocratie. Après un bout de temps, quand votre vie est plus ou moins constamment en danger, vous en arrivez à un point où vous acceptez toute éventualité avec philosophie. Comme tout ivoirien, je dois admettre que la Côte d'Ivoire est un pays extrêmement malade et que quelque chose peut m'arriver à tout moment. Je crois pourtant notre cause si juste, si morale, que si je perdais la vie, cela serait utile à cette cause, d'une façon ou d'une autre. Donc continuons le combat pour le triomphe de la vérité, sans lorgner du côté des tortionnaires.

CAMARADE KOUA JUSTIN, NOUS VOILA AU TERME DE CE RICHE ENTRETIEN. J'AIMERAIS AU NOM DES FACEBOOKERS POUR GBAGBO TE DIRE MERCI POUR L'HONNEUR QUE TU NOUS A FAIT D'AVOIR ETE PARMI NOUS EN CETTE SOIREE MALGRE TON CALENDRIER CHARGE. JE TE LAISSE DONC DONNER TON MESSAGE DE LA FIN ET JE TE SOUHAITE UNE AGREABLE FIN DE SOIREE. QUE DIEU TE BENISSE ET TE FORTIFIE AINSI QUE TOUS LES IVOIRIENS. OVAJAB.

Koua Justin: Avant de prendre congé de tous ces dignes combattants, je voudrais qu'on retienne que nous sommes en lutte contre une grosse injustice portée par la bourgeoisie internationale. Elle ne se repaisse que de sarcasmes et d'éclaboussures, de demi-vérités et de fieffés mensonges. Tout cela pour empêcher le cerveau GBAGBO Laurent de penser pour au moins 20 ans. Notre devoir c'est de demeurer unis dans la dignité et l'intégrité au côté du Leader Unique son Excellence GBAGBO Laurent. Abstenons nous des critiques et des préjugés qui peuvent nuire à notre combat commun. Car le discours politique est différent du discours sur la politique. Que ceux qui sont habilité de faire la politique, la fassent dans le plus grand intérêt de notre cause commune. Que ceux qui ne peuvent que commenter la politique ne fassent pas des commentaires désobligeants pour nuire notre marche commune. Enfin, Nous n’avons qu’un seul devoir, et simple : demeurer fidèle et loyale au Président GBAGBO Laurent qui à donné sa vie pour la gloire et l’honneur de notre pays. L’heure est venue d‘être uniquement ivoiriens, avec la fierté de nous dire que cela suffit. Je crois en chacun de vous et je crois en notre victoire. DIEU aime GBAGBO !

17 octobre 2011

La soldatesque de Hamed Bakayoko face au FPI à la Place CP1 : "On a voté Gbagbo, tuez nous"

15 Octobre 2011 – Debout comme un seul homme, les « indignés » du monde réclament une «Véritable démocratie globale » pour les états ayant fait le choix cette ligne politique qui malheureusement n’est pas toujours appliquée en respectant les points qui en caractérisent la vertu. Sur le continent Noir-Africain, un pays qui n’en est plus vraiment un, a entreprit courageusement de proclamer son indignation par la voix de ses dignes patriotes ; en Côte d’Ivoire devenue une sorte de nouvelle préfecture Française depuis l’enlèvement par l’armée Française de Laurent Gbagbo son Président élu, la jeunesse du FPI (Front Populaire Ivoirien) a entreprit de réclamer la libération de son leader et de tous les prisonniers politique issus de la Majorité présidentielle lors d’un meeting organisé à Abidjan dans la commune de Yopougon.

Bien qu’officiellement autorisé avec contrariété par le pouvoir iconoclaste imposé par la Nicolas Sarkozy, ce simple meeting de la place CP1 de Yopougon va se heurter à la fébrilité de cette dictature en consolidation qui vient d’ajouter une autre pièce à son chapelet de privation et de violence gratuite. Ce rassemblement pacifique va être brutalement réprimé dans le sang par les nervis du loubard Hamed Bakayoko auréolé de son titre de Ministre de l’intérieur dont il s’affuble. Au menu ; grenades lacrymogènes, bastonnades et tirs de Kalachnikovs pour empêcher l’accès au stade censé être le lieu du rassemblement.

317295_189674391108595_119142914828410_429207_15534189_n.jpg
314772_189674421108592_119142914828410_429209_1449572305_n.jpg

Face au risque de devoir assister impuissant au meurtre programmé de certains militants par les FRCI, la direction de la jeunesse du FPI décide de surseoir illico à la tenue effective du rassemblement prévu pour 14 H. Cependant, l’information faisant état de l’annulation du meeting est donnée autour de 13H GMT et ne parvient pas à tous les patriotes Ivoiriens qui déferlent déjà en direction de la place CP1. C’est dans le sang que les jeunes du FPI vont être réprimés par les soldats rebelles de Hamed Bakayoko postés armes aux poings à toutes les encablures du lieu du meeting qu’il avait autorisé.

Toutefois, « Yopougon la joie » est aussi « Yopougon la courageuse » - et l’antre de la résistance Ivoirienne n’entendait pas se laisser éternellement privé de ses libertés élémentaires. Bravant les armes et la violence impétueuse imposée par la soldatesque du « Golden Boy » de la préfecture Française de Côte d’Ivoire, la digne jeunesse du FPI a donné sa chaire et son sang pour proclamer sa liberté et revendiquer son attachement sans bornes à son leader injustement emprisonné ; « On a voté Gbagbo, tuez nous » scandaient ils face à l’artillerie impressionnante déployé pour les dissuadés de se rendre à la place CP1.

Bien que le meeting ait été avorté, les jeunes militants du FPI ont brisé l’infect et paralysant cycle de la peur en arborant fièrement des T-shirts et autres gadgets à l’effigie de Laurent Gbagbo et du FPI.

« Nous gagnerons la bataille de l’avenir et de la LIBERTE » disait Laurent Gbagbo – et cette idée novatrice, les patriotes Ivoiriens n’en démordent pas même dans l’adversité. Avec abnégation, détermination et foi, ils continueront nombreux à se battre pour cet idéal. Aussi, la pire intransigeance du pouvoir en place n’arrêtera cette marche vers la démocratie à restaurer et la liberté retrouvée.

13 octobre 2011

Côte d’Ivoire: Le meeting de la JFpi maintenu

GBAGBO.jpg
297049_261127033925252_100000838716067_651894_433786124_n.jpg

Le président par intérim de la jeunesse du Front populaire ivoirien (Fpi, parti du président renversé Laurent Gbagbo), Justin Koua a affirmé que le meeting prévu samedi "est maintenu", ajoutant que le préfet de police d’Abidjan a promis un détachement pour sa sécurisation.

M. Koua a assuré que le "meeting pacifique" et le parti a "adressé des courriers à toutes les représentations diplomatiques" en Côte d’Ivoire, "au directeur général de la Police nationale, au préfet de police d’Abidjan, au Commandant supérieur de la gendarmerie, au ministre de l’Intérieur".

"On ne va pas pour une rébellion", a-t-il insisté, rappelant que la Côte d’Ivoire est "un Etat de droit" et le gouvernement a le "devoir d’assurer la sécurité des biens et des personnes".

Samedi dernier, un meeting du député Fpi, Jules Yao Yao avait été dispersé par des individus en T-shirts ADO (Alassane Dramane Ouattara, actuel chef de l'Etat) et pantalons militaires. Un événement qui n’inquiète pas la jeunesse Fpi.

Le préfet de police d’Abidjan a promis un détachement pour la sécurisation de la manifestation, a-t-indiqué M. Koua. Suite à une rencontre mercredi entre des leaders du Fpi et le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, des parutions ont annoncé le report du meeting.

par La rédaction du Nouveau Courrier: le 13/10/11 à 1:27

Les arguments légers d’Hamed Bakayoko pour empêcher le meeting du 15 octobre

On les sentait venir. Les tenants du pouvoir, en réalité, ne veulent pas de l’expression de la démocratie, à travers les réunions publiques de l’opposition. Le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko a rencontré, hier, une délégation du Fpi à qui il a demandé de reporter le meeting du samedi. Au motif selon lui qu’il n’a pas suffisamment de policiers à sa disposition pour sécuriser la manifestation. Argument léger de la part d’un ministre de l’Intérieur.

Quand on sait que la seule ville d’Abidjan regorge de près de 20000 policiers, sinon plus. Devant cet état de fait porté à leur connaissance à 72 heures de l’évènement, les responsables du Fpi ont donc souhaité que le ministre prenne lui-même un arrêté pour le leur signifié formellement. Ce qu’a catégoriquement refusé Hamed Bakayoko. Pourquoi le ministre de l’Intérieur n’a-t-il pas pris le courage d’interdire ou de suspendre les manifestations publiques au motif qu’il n’a pas suffisamment de policiers et souhaite que le parti prenne la responsabilité de suspendre ou de reporter à une date ultérieure son meeting ? En tout état de cause, il ne veut pas assumer la responsabilité de «restreindre les libertés publiques», qui serait perçue par les soutiens occidentaux du régime comme les prémices d’un régime dictatorial.

Les journaux pro-Ouattara, actionnés depuis quelques jours, font feu de tout bois, pour obtenir l’interdiction du meeting de la jeunesse du Fpi, avec des motifs subversifs et fallacieux. En réalité, l’on a peur de revoir le «cadavre» Fpi se réveiller. Après la violence servie par les pro-Ouattara aux partisans de Laurent Gbagbo en meeting à Koumassi, samedi dernier, plusieurs responsables de la coalition des Houphouétistes ont applaudi des deux mains. Le gouvernement n’a pas fait autre chose que d’en rire. Puisque c’est seulement quatre jours après qu’à l’occasion d’un Conseil des ministres, il a condamné du bout des lèvres et difficilement, ces actes de barbarie. En tout état de cause, le Fpi veut jouer son rôle dans l’instauration de la démocratie et ne demande pas mieux aux tenants du pouvoir actuel.

04 novembre 2010

C'est quoi la Charte du Nord ? Quelle est son impact sur la crise Ivoirienne ?

NORD 2.jpg

C'est quoi la Charte du Nord ?


C'est une Charte nordiste dites "anonyme" (mais tous le mode sait que c'est l'oeuvre du RDR et il y a des éléments de preuves pour l'attester), intitulée "Le Grand Nord en marche". Elle fut diffusée à grande échelle sous forme de tract, puis relayé dans différents journaux dès 1991 (version 1) puis en 2002 (version 2)

LE PARAGRAPHE INTRODUCTIF DIT :
"LA CHARTE NORDIQUE DE SES FILS aux 4 coins de la Côte d'Ivoire, DE SES FILS au terroir.
Intellectuels, analphabètes, responsables, cadres, militaires, ouvriers, commerçants, par notre voix, LE GRAND NORD BAT LE RAPPEL ET LE RASSEMBLEMENT POUR UN GRAND NORD uni, fort, crédible, partenaire à part entière, arbitres des situations futures AU SEIN D'UN ENSEMBLE IVOIRIEN rénové, équitable, cohérent"...

d'autres petits extraits...

[...]
Sans renier notre passé de la période des luttes pathétiques et héroïques du Rda, sans remettre en cause notre attachement aux idéaux du grand parti, le Rda, il "IMPORTE DESORMAIS DE SITUER LE GRAND NORD A L'ECART DU PDCI, TRES LOIN DU FPI ET DE L'OPPOSITION PARCE QUE CETTE REGION DOIT EMPRUNTER SA PROPRE VOIE, CAR LA DIFFERENCE DE ZONE ENTRAINE, IPSO FACTO, UNE DIFFERENCE DE COMPREHENSION ET DE COMPORTEMENT"
[...]

[...]
Le Grand Nord entend donc s'organiser en fonction de ses intérêts bien propres
[...]
La défense D'ALASSANE figure en bonne place parmi nos objectifs.
[...]
Le cas Alassane (DRAMANE OUATTARA BIEN ENTENDU) est de ceux qui s'insèrent de plein droit au concept d'un Grand Nord en tant qu'entité régionale, zone d'influence responsable. [...] 

Il serait inconcevable qu'ALASSANE tire les marrons du feu et qu'un autre s'en régale (PARLANT DU FAIT QUE BEDIE SUCCEDE A HOUPHOUËT AU LIEU D'ALASSANE ALORS PREMIER MINISTRE)
[...]

Ces deux chartes ont contribuées, à une division de plus en plus profonde du pays et de la population entre « nordistes » et « sudistes ».

Il apparait clairement que cette chimère est une œuvre du RDR. C’est ainsi qu’une grande partis des populations du nord a été minutieusement et mentalement préparé aux différentes insurrections contre l'Etat de Côte d'Ivoire par les responsables du R.D.R.
Feu Lamine Diabaté, ancien dirigeant du RDR et mari d’Henriette Diabaté actuel Secrétariat général du RDR nous en fait une autre démonstration dans cette vidéo édifiante.

Vidéo : Comment Lamine Diabaté préparait le RDR à l'insurrection
http://www.dailymotion.com/video/xci45u_comment-lamine-diabate-preparait-le_news

J’en parlais déjà dans mon article intitulé : « «LE RDR, L’IVOIRITE, ALASSANE D. OUATTARA ET SA REBELLION EN COTE D’IVOIRE
http://www.facebook.com/note.php?note_id=368382963989

« Un vaste plan d’intoxication propagandiste sera lancé par le RDR dans le nord du pays sous fond de mensonge grossier et d’incitation à la haine et à la révolte du genre : « Le PDCI dit que nous sommes des peureux. Nos grands-pères n’ont pas eu peur de prendre cette région avec les fusils et la poudre. Nous ne voulons plus de ces gens parce que le PDCI nous manque de respect, nous méprise et ne nous considère pas. Ils nous ont traités comme des animaux. 
Parce que nous votions pour Houphouët ils nous ont pris pour des ignorants. Ils ont organisé une campagne de dénigrement : ils ont injurié Alassane, son père, sa mère et nous. Mais ils ne nous connaissent pas. Parce que c’est avec des fusils et des balles que nos grands-parents ont conquis cette terre. 
Ils ne nous font pas peur. Ils ont dit que nous ne serions plus rien dans ce pays. Ensuite ils ont renvoyé 267 de nos cadres. Ils ne veulent plus entendre l’appel du Muezzin de la mosquée pour la prière. Ils ne veulent pas de l’Islam et des musulmans. Ils envoient les militaires les frapper dans les mosquées. Si nous acceptons cela c’est que nous ne sommes pas des musulmans, si nous les suivons c’est que nous sommes des bâtards. Vous connaissez bien la chanson Malienne qui dit : plutôt la mort que la honte. Ici chez nous nous disons : ‘Mieux vaut mourir que d’avoir honte’.Pouvons-nous accepter la honte ? NON !.
Nous avons les mêmes armes qu’eux. Nous avons aussi nos hommes dans l’armée. Nous ne voulons d’eux ni aujourd’hui, ni demain. Depuis que Houphouët est mort nous n’avons connu que brimades, honte et humiliations» dixit Lamine Diabaté ex-mari d’Henriette Dagri Diabaté à Odienné en 1995. 
Lorsque Alassane Ouattara en personne confirme ce genre de thèses en proclamant sur TV5 en 1995« On a écarté ma candidature parce que je suis musulman et du Nord! », les nordistes et les musulmans se sentant lésés, rejoignent en masse le RDR qui se radicalise en se sectarisant de plus en plus »

Le coup d'état de 1999 et la rébellion armée de 2002 ne sont que l'application de la charte du nord par le RDR et ça beaucoup d’Ivoiriens du Sud et aussi du Nord l’ignorent.

Cette élection présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire et la zone d’influence du RDR de ADO (carte 2) est une autre preuve de l’application de la charte du Nord.


Avis et commentaires...

22 avril 2010

Côte d’Ivoire : L’union sacrée autour d’une mère souffrant d’un mal pernicieux

Notre mère patrie se meurt ; que décidons-nous de faire Ivoiriens et amis de la Côte d’ Ivoire ? L’euthanasier parce que ne pouvant pas nous entendre ni sur le diagnostic encore moins sur les soins nécessaires pour sa guérison et être la honte aux yeux des autres ou taire les rancœurs et les meurtrissures qui nous éloignent pour aboutir à une union sacré pour agir ensemble et dans la même direction pour espérer la revoir sur pied ? 
La deuxième option me semble la mieux indiquer et c’est à nous jeunes de Côte d’Ivoire que ce devoir incombe. Agissons en ce sens et rien ne nous arrêtera si nous y allons résolument.

Ni la mauvaise foi des uns, ni la sorcellerie des autres ne pourra entraver notre noble quête :une Côte d’Ivoire unie et fière et prospère.
Ce pays est à nous, comme il l'a été à nos ancêtres et nos parents. Mais il appartient encore plus à nos enfants. Quel héritage comptons-nous leur transmettre ?
La cote d'ivoire est unique, la cote d'ivoire n'est pas a diviser.

Certains ont décidé que pour leur propre intérêt il fallait déchirer notre état, piétiner notre nation et martyriser nos familles.
Aujourd'hui la cause la plus importante est de retrouver notre état, récupérer notre nation et faire revivre ce peuple qui mérite mieux que des pleurs.
Le moment de la réunification de notre pays est venu pour que la nation devienne plus forte.

3 copie2.jpg
Cette union ferra notre force.

Concept Claudus KouadioOlivier Shaw

08 avril 2010

LES REBELLES NE DÉSARMERONT PAS: Enfin Guillaume Soro le dit

 

Soro foutaise5.jpg
CRISE IVOIRIENNE, SORO PARLE. Election présidentielle, Gbagbo, Ouattara, Bédié, Compaoré, désarmement, ex-rebelles: Le Premier ministre dit tout et ne lâche rien. Juste un semblant de lapsus calami au niveau de la chronologie qui devrait être « Désarmement - Election présidentielle » ou souci délibéré d’annoncer les couleurs quant au contenu de la longue interview du Premier Ministre Ivoirien et chef de la rébellion armée qui occupent une partie de la Côte d’Ivoire depuis 2002 ? Là n’est pas le plus important quoi que, c’est un lapsus bien révélateur.

Après lecture de cette interview accordé au journaliste François Soudan et publiée dans l’hebdomadaire « Jeune Afrique » N° 2569 du 4 au 10 Avril 2010, il ressort un élément clé: La rébellion armée conduite par l’actuel Premier Ministre Guillaume Soro ne VEUT pas désarmer avant les prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Et cela, je l’avais affirmé dans mon article intitulé « ALLONS AUX ELECTIONS » que je concluais en soutenant que : « On pourra faire 1.000 autres accords mais le MPCI des Com-zones ne désarmera pas. » 
Mieux, Mr SORO tente même de nous faire croire que cela ne va pas à l’encontre des différents accords de Ouaga. 

Morceaux choisis :
[…]le désarmement doit-il être un préalable à l'élection ?
L'accord que nous avons conclu est précis à cet égard. Les militaires issus des Forces nouvelles destinés à rejoindre les rangs de l'armée dite régulière doivent auparavant être encasernées dans quatre villes: BouakéSéguélaMan et Korhogo. La réunification physique entre les deux armées interviendra un mois après l'élection du nouveau président de la République. Voilà ce que dit l'accord de Ouagadougou. […]

Vous n'avez pas vraiment répondu à ma question.
Mais le chef de l'Étatque je sache, n'a jamais fait du désarmement un préalable à l'élection ! Dans tous les pays qui ont connu un conflit de ce type, que fait-on ? 
On définit une plate-forme sécuritaire minimale qui permette de tenir l'élection. On n'attend pas que le dernier soldat ait déposé son arme pour aller voter. Maintenant, s'il s'agit de rassurer le camp présidentiel, dont je peux comprendre certaines des inquiétudes, j'ajoute ceci: au nom des Forces nouvelles, je m'engage à ce que, le jour J, aucun électeur ne soit empêché d'aller déposer son bulletin dans l'urne et qu'aucune urne ne soit escamotée. Nous sommes même prêts à ce que l'ONU déploie dans le Nord un contingent supplémentaire faisant office de force de police. […] 
La question que je me pose est de savoir à quoi obéit l’actuel processus de sorti de crise ?
Il ressort bien évidemment que la sortie de crise doit être pilotée par le texte de l’accord de Ouaga et les différents accords complémentaires. Alors j’ai RELU l’accord de Ouaga, les annexes et tous les accords complémentaires : Selon l’accord de Ouaga et ses accords complémentaires, le chemin pour arriver aux élections est celui ci: DDR (DESARMEMENT, DEMOBILISATION, REINSERTION) puis Organisation des élections
Qu’en est-il à ce jour ?
Revenons point par point sur ces deux commentaires de Mr SORO . 
Il dit :
- « Les militaires issus des Forces nouvelles destinés à rejoindre les rangs de l'armée dite régulière doivent auparavant être encasernées dans quatre villes: Bouaké, Séguéla, Man et Korhogo »
Il a parfaitement raison, sauf que dans sa conférence de presse du lundi 22 mars 2010,Me Affoussy BAMBA Porte-parole des rebelles a déclaré : « Il faut souligner, que sur les 32.777 combattants FAFN profilés, 5.000 ont été retenus AU TITRE DES VOLONTAIRES POUR L’ARMEE NOUVELLE (VAN), et 27.777 doivent aller à la démobilisation. Sur cet effectif, 11.900 éléments ont été effectivement démobilisés dont 3.416 réinsérés, de sorte que 23.461 sont en attente de réinsertion faute de financement. .
EN CE QUI CONCERNE LES FAFN, les sites d’encasernement sont localisés à Bouaké, Korhogo, Man et Séguéla. Il faut noter à ce sujet que seul le site de Korhogo est réhabilité ET CEUX DES AUTRES VILLES, FAUTE DE MOYENS NE SONT NI REHABILITES, NI EQUIPES.
» Il dit :
- « La réunification physique entre les deux armées interviendra un mois après l'élection du nouveau président de la République. Voilà ce que dit l'accord de Ouagadougou. »
Sur ce même sujet, le QUATRIEME ACCORD COMPLEMENTAIRE A L’ACCORD POLITIQUE DE OUAGADOUGOU dit ceci en Article 6 du TITRE II. FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE : […]
En attendant leur intégration dans la Nouvelle Armée Nationale (donc la réunification dont parle M. SORO), les Ex-combattants des Fafn seront regroupés, sous le commandement de l'état-major des Forces Nouvelles appuyé par les Forces impartiales, pour une formation commune de base, dans les camps militaires de Bouaké, Korogho, Man et Séguela, à raison d'un camp par ville. […]

Donc sur les 4 sites d’encasernement, seul celui de Korhogo est fonctionnel27.777soldats rebelles n’ont toujours pas été démobilisés et 23.461 sont en attente de réinsertionEn gros, le DDR est loin d’être terminé alors les élections présidentielles encore plus.
La question est de savoir pourquoi le DDR stagne ? 
Cependant quand M. SORO proclame que :
« …le chef de l'État, n'a jamais fait du désarmement un préalable à l'élection! », je me dis que de deux chose l’une : soit c’est lui qui n'a jamais fait du désarmement un préalable à l'élection ou alors il n’a toujours rien compris aux accords qu’il a signé. Ce processus de sortie de crise n’a pas pour socle les causettes entre deux hommes ou des suppositions mais plutôt les accords politiques de Ouagadougou. 
Au TITRE II de l'accord COMPLEMENTAIRE A L’ACCORD POLITIQUE DE OUAGADOUGOU :
FORCES DE DEFENSE ET DE SÉCURITÉ:

Article 3: AFIN DE FAVORISER L'ORGANISATION DES ELECTIONS DANS DE BONNES CONDITIONS, LES DEUX PARTIES ONT CONVENU DE RELANCER, SANS DELAI et sous la conduite du CCI et la supervision des Forces impartiales, LE DÉSARMEMENT, le stockage des armes des deux Forces ex-belligérantes, ainsi que LA DÉMOBILISATION des ex-combattants des Forces nouvelles. En tout état de cause, CES OPERATIONS DEVRONT ETRE ACHEVEES AU PLUS TARD DEUX MOIS AVANT LA DATE FIXEE POUR L'ELECTION PRÉSIDENTIELLE. » Alors de quoi parle M. SORO ?

- « Dans tous les pays qui ont connu un conflit de ce type, que fait-on ? On définit une plate-forme sécuritaire minimale qui permette de tenir l'élection. » … sécuritaire minimale ? Incroyable !!! 
Peut être mais en Côte d’Ivoire on a abouti à l’accord politique de Ouaga et il va falloir résolument les appliquer de manière concrète sur le terrain.
- « Au nom des Forces nouvelles, je m'engage à ce que, le jour J, aucun électeur ne soit empêché d'aller déposer son bulletin dans l'urne et qu'aucune urne ne soit escamotée » Le jour J des élections, l’intégrité territoriale sera totale en Côte d’Ivoire et ni le ministre de la défense, ni le ministre de la sécurité ne seront du MPCI, alors M. Guillaume SORO peut se décharger de cette tâche.

De manière non officielle mais très implicite, le Premier Ministre Guillaume SORO, chef de Guerre et Secrétaire Générale de la 2ème branche politique de la rébellion armée (MPCI) vient d’ouvrir la boite de pandore : lui et les hommes qu’on lui a confié ne désarmerons pas tant que l’instigateur en chef de cette situation ne sera pas Président. Alors le chef de l’état doit prendre encore une fois ses responsabilités pour consolider la paix, la réconciliation nationale et la libre circulation des personnes et des biens afin qu’on puisse travailler pour remettre notre pays sur pied. Ils ne veulent pas aller aux élections OK. Mais la Côte d'Ivoire doit continuer de vivre.